Election de Wauquiez : cinq choses à savoir sur ses propositions économiques

 |   |  1105  mots
Agé de 42 ans, Laurent Wauquiez a été élu à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2015.
Agé de 42 ans, Laurent Wauquiez a été élu à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2015. (Crédits : Philippe Wojazer)
Elu dimanche à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez défend une ligne économique conservatrice centrée sur la valeur travail et la lutte contre "les dérives de l'assistanat". Sans apporter de réelle rupture avec les idées traditionnelles de la droite sur le plan économique, il confirme ainsi sa position de digne héritier du sarkozysme.

Laurent Wauquiez a été élu dimanche président des Républicains (LR) dès le premier tour avec 74,64% des voix parmi les 98.543 adhérents du parti qui se sont exprimés, selon les chiffres communiqués par la Haute Autorité chargée de superviser le scrutin. L'ex-porte-parole de François Fillon, Florence Portelli, a obtenu 16,11% et le "juppéiste" Maël de Calan 9,25%. Champion d'une droite conservatrice et identitaire, Laurent Wauquiez dispose désormais d'un mandat de cinq ans, qui court jusqu'en 2022. Retour en cinq points sur ses ambitions sur le plan économique.

| Lire aussi : Wauquiez nouveau président des Républicains

1- La fin des 35 heures

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite mettre fin aux 35 heures mises en place sous la gauche. Souvent critiquée, cette durée légale du travail fait l'objet de nombreuses attaques par la droite et les libéraux. L'homme de 42 ans veut privilégier plus de flexibilité au sein de l'entreprise pour négocier le temps de travail.

"Nous souhaitons mettre fin aux trente-cinq heures comme durée unique du travail et offrir la liberté de négocier le temps de travail dans chaque entreprise, à la condition de rémunérer le temps de travail supplémentaire et d'obtenir l'accord des salariés."

Il poursuit ainsi sa croisade sur la réduction du temps de travail qu'il a souvent exprimée lors de ses interventions publiques comme au Sénat en 2010 lorsqu'il était secrétaire d'Etat à l'Emploi sous Nicolas Sarkozy :

"Les 35 heures ont été une des plus graves erreurs économiques et sociales des trente dernières années". Et de souligner "la méthode imposée par Martine Aubry de non-respect des partenaires sociaux, autoritaire et uniforme".

2- Mettre la priorité sur la valeur travail

Laurent Wauquiez reprend le thème de la valeur travail longtemps promue par Nicolas Sarkozy et son célèbre slogan "Travailler plus pour gagner plus". Dans son programme, l'énarque propose notamment "de rompre définitivement avec l'idéologie de gauche qui a dévalorisé notre rapport à l'effort et au mérite".  Il veut réhabiliter cette valeur en faisant en sorte que "le revenu dépende davantage de l'activité. Il est temps que le travail paye en France".  Il déplore également la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires sous le mandat de François Hollande. Ce dispositif à l'efficacité très discutée avait fait l'objet de nombreuses réserves dans un rapport parlementaire bipartisan de 2011 sur son coût pour les finances publiques notamment et sur le nombre d'heures travaillées en plus. Cette mesure a été remise en avant par Emmanuel Macron dans son programme mais, depuis son élection à la présidence de la République, peu de précisions ont été apportées par l'exécutif sur sa possible mise en oeuvre.

| Lire aussi : L'exonération des heures sup' coûterait 3 milliards d'euros par an

Il propose également de baisser les cotisations "qui pèsent sur le coût du travail et sur la feuille de paye des Français, et relancer la participation avec une priorité pour les salariés des petites entreprises".

3- Mettre l'accent sur l'apprentissage

En perte de vitesse depuis plusieurs années, l'apprentissage est devenu le cheval de bataille de l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Il veut relancer l'apprentissage pour lutter contre le chômage des jeunes et veut "en finir avec la dévalorisation de nos métiers manuels".

"Nous croyons profondément à l'apprentissage, à l'alternance et à l'avenir de l'artisanat. Ces métiers permettent de protéger et de transmettre nos savoir-faire qui sont de formidables atouts pour le rayonnement de notre pays. Revaloriser les métiers manuels, c'est donc soutenir une certaine idée de la France, dont les traditions, les paysages ou les arts de vivre ont été façonnés par des siècles de travail agricole ou artisanal."

Pour financer ce type de formation, M.Wauquiez suggère que "les recettes de la taxe d'apprentissage doivent intégralement financer l'apprentissage".  L'ancien élève de Ecole normale supérieure veut également mettre l'accent sur la formation professionnelle "intégralement réorientée vers le retour à l'emploi et la mobilité dans l'emploi". Pour l'élu, les travailleurs doivent pouvoir se reconvertir facilement, créer plus simplement leurs entreprises.

4- Se concentrer sur les classes moyennes

Pour Laurent Wauquiez, "les classes moyennes sont les grandes oubliées des politiques publiques des trente dernières années". Il déplore le blocage de l'ascenseur social et les difficultés de logement pour cette catégorie sociale. Pour tenter de réduire ces obstacles, il propose entre autres d'ouvrir le parc HLM aux classes moyennes. Il veut également que la fiscalité soit réorientée "afin que les classes moyennes ne paient jamais plus d'impôts que les classes les plus aisées". Il envisage également de rendre les allocations familiales universelles et rétablir le quotient familial.

A l'opposé, l'ancien député de Haute Loire veut "lutter contre les dérives de l'assistanat". "Le système de protection sociale français est devenu tellement complexe qu'il est la proie de tous les abus et de toutes les dérives". Afin de limiter "ces dérives", l'ex secrétaire d'Etat propose de fusionner l'ensemble des allocations dans une aide unique plafonnée à 75% du SMIC. Il souhaite également imposer 5 à 7 heures de travail d'intérêt général par semaine en contrepartie de tout RSA.  "Les missions peuvent être assez diverses : s'occuper des sorties d'école, contribuer à l'entretien des espaces verts ou des rivières, veiller sur les personnes âgées...". Là encore, c'est une idée souvent évoquée par Nicolas Sarkozy en 2007.

| Lire aussi : La mesure "RSA contre bénévolat" dans le Haut-Rhin fait jaser

5- Un protectionnisme pour l'Europe

Au niveau de l'Europe, Laurent Wauquiez défend une vision protectionniste de l'économie. Il veut "rétablir la préférence européenne. Ce sont nos entreprises et nos emplois que nous devons protéger en priorité". Il entend privilégier "nos PME dans l'attribution des marchés publics et imposer la réciprocité dans les échanges commerciaux". Du côté de la directive des travailleurs détachés très décriée en France, il veut revenir sur ce texte sans apporter plus de précision. Enfin, il souhaite revoir sur les accords de Schengen pour limiter les flux migratoires.

> Retrouvez l'enquête en plusieurs volets sur la gouvernance de Laurent Wauquiez à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez à bout de souffle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2018 à 11:50 :
Votre discours avant d'être élu se réclamait de la vrai....droite....et de SES VALEURS.
Elu, si vous commencez sur ce ton vis a vis de l'actuel Président qui se démène pour ramener la France dans les clous en corrigeant ce que vous n'avez jamais fait en trente ans et en redonnant à la France toute sa crédibilité en Europe et dans le monde. Vous prenez le risque de faire perdre toute crédibilité à votre parti en voulant satisfaire vos propres ambitions .
a écrit le 17/12/2017 à 15:44 :
C'est sur c'est vendeur de casser du sucre sur le dos des rsa ! Entretien des rivières ? Ils vont donc occuper des emplois et devront être payés au smic normal non ? Mais non! L'idée c'est de revenir à ce qui avait cours avant, et qui a cours encore en Amérique du Sud : figer la société et définitivement empêcher la concurrence pour les enfants de bonne famille pour les bonnes places. C est d'ailleurs déjà en place mais encore inachevé. A noter que des pays comme la Chine font le chemin exactement inverse !
a écrit le 14/12/2017 à 17:21 :
Faudra que Wauquiez s’intéresse à son propre électorat qui ne rechigne pas à prendre des RTT suite aux 35 heures.
a écrit le 13/12/2017 à 17:29 :
monsieur wauquiez n'est qu'un exemple de l'assistanat ayant choisi de faire carrière que dans la fonction publique évitant de faire ses preuves bien plus difficiles dans le privé de plus ce donneur de leçon et un cumulard de mutiples retraites qui a refusé de s'aligner sur une seule comme certains politiciens. wauquiez c'est un copier coller de Sarkozy hollande qui ne rappelle que le passé idem pour ses idées
a écrit le 13/12/2017 à 15:33 :
La fin des 35h?Pathétique!Comme si c'était le remède absolu.Plein d'entreprises profitables sont bien en dessous des 35 heures:EDF,de nombreuses mutuelles etc...et ça ne marche pas si mal.En plus avec le chomage qu'on a ,c'est plutot le travail qu'il faut partager,donc baisser le temps de travail!
a écrit le 12/12/2017 à 22:48 :
Qui ça intéresse? De toute façon Wauquiez l'économie il s'en fiche (qui se rappelle de ce qu il a fait quand il était au gouvernement?), on sait très bien qu'elle est son créneau, et c'est pas jojo le rouge qui qui tâche.
a écrit le 12/12/2017 à 21:59 :
Les mesures présentées ici ne sont pas économiques. La "valeur travail", les "classes moyennes" sont des concepts creux, en aucun cas des moyens pour faire revenir la France dans la course économique. Cela montre le caractère démagogique et politico-centré du personnage. Je n'achète pas ce discours vide. Plusieurs membre du gouvernement actuel (Blanquer en tête) font beaucoup mieux pour redorer l'image de notre pays.
a écrit le 12/12/2017 à 19:52 :
Réhabiliter la valeur travail ? En toute logique il doit augmenter fortement les droits de succession pour limiter le nombre de rentiers. Parce que vu les cadeaux à tous ces gens qui vivent de leurs rentes, j'ai comme l'impression que les plus assistés ne sont pas ceux que l'on croit...
a écrit le 12/12/2017 à 17:02 :
Marrant, pas de vrai economies mais des depenses supplementaires (via baisses dimpots ou HLM pour classe moyennes). Autrement dit, pas credible. enfin c est pas non plus le but. Il veut juste un truc afin d etre elu ... et une fois elu, on s assoie sur ses promesses comme Chirac ou Sarkozy, ses prédécesseurs a son poste
a écrit le 12/12/2017 à 14:57 :
Mr Wauquiez est à la tête d'un parti qui cherche son souffle.Avec ce qu'il propose il ne va pas galvaniser les Français. Il va bientôt écrire un livre avec un programme qu'il ne respectera pas si jamais il arrive un jour au pouvoir. Donc il peut s'agiter ,proposer, affirmer, promettre, il a un train de retard et à l'allure ou il va ,Macron est déjà assuré de faire un deuxième mandat car il fait la politique que lui n'a pas osé faire la dernière fois qu'il était au pouvoir avec son parti.
Réponse de le 12/12/2017 à 17:04 :
Un Young Leader comme les trois autres, un gars qui ne sert pas la France exsangue et à bout de souffle qui doit maintenant se découpler de l' UE mortifère.
a écrit le 12/12/2017 à 10:33 :
"il propose entre autres d'ouvrir le parc HLM aux classes moyennes".

Souvenir :
La ministre du logement, Christine Boutin, prépare un projet de loi qui risque de faire grand bruit. Depuis une semaine, les membres de son cabinet ont orchestré plusieurs fuites dans la presse pour préparer le terrain. Ce projet qui devrait être présenté prochainement en conseil des ministres prévoit de baisser les plafonds de ressources pour être logé en HLM (Habitat à Loyer Modéré). L'objectif est double : chasser la classe moyenne des HLM et éviter ainsi de devoir construire 100 000 logements sociaux par an pour loger les foyers les plus modestes, promesse faite par Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle.
a écrit le 12/12/2017 à 10:25 :
" L'homme de 42 ans veut privilégier plus de flexibilité au sein de l'entreprise pour négocier le temps de travail ".

C'est déja fait :

Loi travail :

L’employeur peut imposer la mobilité fonctionnelle ou géographique aux salarié-es quelques soient les clauses du contrat de travail dès lors qu’un accord d’entreprise le prévoit. Les dispositions prévues par les conventions collectives ne s’appliquent plus.Tous les accords d’entreprise s’imposeront au contrat de travail. Il sera par exemple possible d’imposer au salarié-e des mesures de mobilité, y compris à l’international, des changements de poste, de classification, une baisse de rémunération ou une augmentation du temps de travail dès lors qu’un accord d’entreprise aura été signé !
Réponse de le 12/12/2017 à 21:34 :
Mon cher Lachose : le monde change. Il faut se faire une raison pour ça.
S'arc-bouter sur le passé n'aide pas.
Et, plus sérieusement : je ne crois pas que le gouvernement actuel soit celui des riches contre les pauvres, comme vous avez l'air de vous en convaincre. On n'est pas aux USA, et on n'y sera jamais. Dieu merci.
Réponse de le 13/12/2017 à 17:28 :
"Mon cher Lachose : le monde change. Il faut se faire une raison pour ça.
S'arc-bouter sur le passé n'aide pas".

Généralement ce sont les gens qui ne sont concerné par cette loi travail qui disent cela.

"Et, plus sérieusement : je ne crois pas que le gouvernement actuel soit celui des riches contre les pauvres"
Par contre l’électorat LREM y compris l'assemblée ressemble furieusement à cela.ISF pour les uns , baisse des APL et loi travail pour les autres.
a écrit le 12/12/2017 à 10:18 :
"Il envisage également de rendre les allocations familiales universelles"

Les allocations sont toujours universelles puisqu'elles sont versées à toutes les familles ,c'est la modulation qui a été modifiée.Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le même montant était versé à tous les ménages à partir de deux enfants (129,35 euros avant la réforme).
Les familles gagnant plus de 6 000 euros nets par mois voient leurs allocations divisées par deux. Au-dessus de 8 000 euros de revenus, elles seront divisées par quatre. La modulation touche donc principalement les plus hauts revenus : selon une note interne de la Cnaf, plus de neuf ménages perdant sur dix appartiendraient aux deux déciles supérieurs de niveau de vie.La baisse du plafond du quotient familial de 2 000 à 1 500 euros,
Réponse de le 12/12/2017 à 15:30 :
Cette modulation est une ineptie. Ce qu'il fallait faire par contre c'est supprimer les demies parts du quotient familial de l'impôt sur le revenu et augmenter les allocations familiales universelles en compensation (en versant notamment ces allocations dès le premier enfant). On aurait eu un système beaucoup plus simple et beaucoup plus juste qui n'aurait pas généré de déficit.
a écrit le 12/12/2017 à 9:22 :
Il est bien, le programme économique de Mr Wauquiez, mais a) c'est déjà un peu ce que fait le gouvernement actuel, et, b) la (vieille) Droite (ringarde) a eu plusieurs occasions de le faire quand elle avait le pouvoir, et elle n'y est pas arrivée.
C'est d'ailleurs pour ça qu'elle s'est fait virer.
Réponse de le 12/12/2017 à 16:14 :
"Il est bien, le programme économique de Mr Wauquiez, mais a) c'est déjà un peu ce que fait le gouvernement actuel"

C'est bien de rappeler qu'LREM est surtout de droite, il y en a qui en doutait encore, bon faut dire qu'avec un centre droit des LR et une aile droite du PS fallait pas s'attendre à autre chose ,bien joué Jupiter .D’où les 60% de LR favorable à ce gouvernement dans les sondages.Je pense à tout ceux de gauche qui ont voté surtout contre la mère Le Pen à la présidentielle et qui se retrouvent ensuite avec la baisse des APL et la loi travail.Comment on dit déjà ,jusqu’à l'os.
a écrit le 11/12/2017 à 23:18 :
Plafonner l'ensemble des allocations dans une aide unique correspondant à maximum 75% du SMIC est insuffisant. Il faut plafonner à 50% maximun du SMIC si on veut reduire la dépense et baisser les charges. Avec ces mesurettes socialo-centristes on ne va pas rattrapper le temps perdu. La France merite beaucoup plus, il faut avoir le courage de faire tout l'effort necessaire pour sortir de l'impasse.
Réponse de le 12/12/2017 à 11:40 :
La realite c'est que le total des allocations maximum versees est deja aujourd'hui en dessous de 75% d'un smic:
68,8% pour un couple au RSA vs SMIC avec 2 enfants de - de 14ans:
-RSA: 946 (allocation familiales comprises dans le RSA socle) + APL:486 + ARS: 64 + Prime de Noel: 27 = 1523 euros
-SMIC: 1144 + Prime activite:510 + APL: 364 + Alloc Familiale: 129 + ARS:64= 2211 euros
Pour un couple sans enfant on est a 65,5% des revenus d'un couple au smic sans enfant et pour un parent isole avec 2 enfants de - de 14 ans on arrive a 74,9%
63,9% des allocataire du RSA recoivent le RSA socle, c'est a dire qu'ils ne declarent aucun autre revenu. 31% des allocataire du RSA sont des femmes seules avec enfant, donc seulement 31% des beneficiaires du RSA (activite et socle) atteignent 75% du revenu d'une femme au smic avec enfant, et certaines touchent le rsa tout en ayant un emploi a temps partiel (37% des beneficiaires du rsa). 6,4% des foyers touche le RSA
Réponse de le 12/12/2017 à 11:51 :
C’est vrai que c’est un constat depuis NS , la condition de toutes les femmes de France s’est aggravé ?

Alors question :
Est ce que la «  droite »globale est contre les droits des femmes globales en France d’ou L’ecran «  bidon » crée par le REm pour faire «  croire » qu’il vont résoudre le «  problème creuse et aggravé par les décrets PS et Ump «  des droits des femmes à des statuts dans le respect des «  individus » et dire que l’autorite Européenne terre des droits démocratiques ferment les yeux sur «  ce climat de mise à mort et pousser les femmes à la survie ou là déchéances «  et je n’ai pas abordé «  encore » le sujet de l’harcelement fait à toutes les femmes dans les milieux.
Réponse de le 12/12/2017 à 15:37 :
Non je pense que ce qu'il aurait fallu faire pour les adultes c'est verser le RSA moins 30% du revenu imposable pour les individus pour lesquels ce montant est positif...et pour les autres simplifier l'impôt sur le revenu en ponctionnant 30% du revenu imposable moins le RSA et en supprimant toutes les niches. Pour les enfants simplement revenir aux AF universelles mais versées dès le premier enfant.
Réponse de le 12/12/2017 à 20:10 :
Une personne seule avec un enfant au rsa ça se comprends mais 2 avec un enfant
Là il faut des contrôles ...
a écrit le 11/12/2017 à 22:18 :
Les problèmes de compétitivité de la France sont surtout dans la zone euro et dans l'UE, les délocalisations d'entreprises françaises se font surtout à l'intérieur de la zone euro et de l'UE, les travailleurs détachés viennent de l'UE, donc le protectionnisme pour l'Europe fera vraiment l'affaire de la France? Et on est supposé y croire?
Réponse de le 12/12/2017 à 11:42 :
+1
Réponse de le 12/12/2017 à 16:18 :
Oui, et il y a même des managers qui rassurent leur salariés virés en leur disant que leur emploi ne part pas en Chine mais restent dans l'UE.Ouf , on est sauvé.
a écrit le 11/12/2017 à 22:17 :
Les problèmes de compétitivité de la France sont surtout dans la zone euro et dans l'UE, les délocalisations d'entreprises françaises se font surtout à l'intérieur de la zone euro et de l'UE, les travailleurs détachés viennent de l'UE, donc le protectionnisme pour l'Europe fera vraiment l'affaire de la France? Et on est supposé y croire?
a écrit le 11/12/2017 à 19:59 :
C’est le programme LR ou REM ?
Rien de nouveaux
Allez expliquer ce programme à 19 000000 millions de chomeurs ...

Comment anticiper le chômage de masse?

Pourquoi les LR ne combattent pas les décrets mis en place par l’UMP si leur objectif est «  d’aider les classes moyennes artificiels et les autres qu’ils ont mis en «  agonie »
Savoir lire entre ligne ...
Ils n’ont pas changé d’un poil...
a écrit le 11/12/2017 à 19:40 :
ces propositions (concernant la valeur travail et l'apprentissage, protectionnisme pour l'Europe ) ne sont elles pas reprises par Macron qui lui est au pouvoir ? il va falloir qu'il creuse d'autres pistes qui le différencient de ce dernier.
a écrit le 11/12/2017 à 19:08 :
Le retour de l' espérance pour le parti -qui veut continuer de tremper sa fourchette dans la bonne purée- mais quid des français qui voient leurs jobs délocalisés à l' est grâce à l' Ue ..?

Qq' un a t-il une solution dans ce parti qui ne soit pas l' union amendable sous la forme d' une autre Europe comme le geint le gros de la classe politique comme depuis 35 ans ..?

“Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes." Jacques-Bénigne Bossuet
a écrit le 11/12/2017 à 18:55 :
Une brêle en tant que ministre du travail.
Un président de Région détesté et craint.
Un présideng d'un parti en décomposition.

Bref, un vraj winner comme la Droite s'est nous les trouver.
a écrit le 11/12/2017 à 18:52 :
Pas très original le Wauquier.
- au passage et pour le fun, parler de la "valeur travail", ce n'est pas l'idéologie marxiste ça par hasard ?
- Il ne parle pas des économies à faire sur le train de vie de l'Etat, donc, il n'aurait aucun moyen ni marge de manoeuvre pour agir ;
- le protectionnisme européen c'est un truc de bisounours. Il faudrait pour cela que les européens aient un intérêt commercial commun, ce qui n'est pas le cas. Son projet fera encore plus le jeu des allemands qui nous ont déjà dépecés ;
- Et pour finir, ouvrir le parc HLM aux classes moyennes ... quelle belle promesse et quel beau projet : ça fait rêver ! d'autant d'ailleurs qu'il est déjà largement insuffisant pour les classes les plus basses, qu'on logera où alors ? Bref, ridicule.
Quand est-ce qu'on parle du déficit du commerce extérieur ? de la sur-évaluation de l'euro par rapport au franc, qui plombe notre compétitivité et favorise outrageusement celles des allemands ? ...
a écrit le 11/12/2017 à 16:49 :
Tacle pas franchement élégant du journaliste de service : qu'est ce que le fait qu'il ait été à normal sup l'empeche d'être pour l'apprentissage. D'ailleurs , on a bien compris que "l'opinion publique" ( très journalistique ) n'aime pas Laurent Wauquiez.
Réponse de le 11/12/2017 à 18:05 :
je partage totalement votre point de vue, les médias TOUS les médias encensent en permanence macron et flinguent tous ceux qui pourraient porter ombrage à jupiter, donc attendez vous à un déferlement comme FrancedésinfoTV qui a commencé lamentablement. De plus qu'a fait macron depuis son arrivée?? on nous parle de réformes comme l'uniforme à l'école, le portable interdit, ou l'autre folle de schiappa qui joue les vierges effarouchées sur tout et rien; dites est ce sérieux ou alors je pense que le chômage qui continue sa progression, le déficit le plus important d'Europe avec l'Espagne ou la dette qui va atteindre 100% du PIB sont accessoires pour les FRANCAIS, je ne parle pas des médias tous aux mains des RICHES, drahi notamment ou bouygues sponsors officiels de jupiter.
Réponse de le 11/12/2017 à 21:23 :
Pas que l'opinion publique ou les journalistes.
En vérité, tous ceux qui l'ont côtoyé le décrivent comme un menteur pathologique.

Même sa propre mère est obligé de démentir quand il s'invente un passé d'écolier à Chambon sur Lignon (il était scolarisé dans un collège du 7eme arrdt parisien...) .
Il s'est également inventé un compagnonnage avec Soeur Emmanuelle, démenti fermement par son entourage.

Bref, c'est un mythomane, capable de mentir avec un aplomb extraordinaire, il y a beaucoup de Trump en lui.

Et puis il a tellement changé de convictions, à chaque fois soutenues à grand coups de menton, qu'il a perdu toute crédibilité auprès des gens un peu avertis. C'est pour cela que son propre parti l'a mis sous surveillance renforcée.Ils savent qu'ils ne peuvent pas lui faire confiance.
a écrit le 11/12/2017 à 16:48 :
"Les 35 heures ont été une des plus graves erreurs économiques et sociales des trente dernières années". Et de souligner "la méthode imposée par Martine Aubry de non-respect des partenaires sociaux, autoritaire et uniforme".

Un bon menteur sait mélanger le vrai et le faux afin de manipuler donc oui le gouvernement de l'époque s'est totalement planté en mettant en place cette mesure même s'il est évident que l'oligarchie a tout fait pour lui mettre des bâtons dans les roues mais s'ils ne savaient pas cela ils n'étaient dignes de gouverner donc faut assumer.

Par contre 35 heures de travail c'est la mesure la plus progressiste depuis celles du CNR qui non seulement respecte les salariés mais en plus respecte le travail, nous ne pouvons que déplorer l'esclavagisme salarial actuel imposé par les politiciens aux ordres des actionnaires milliardaires qui ne font que faire diminuer notre productivité car ayant oublié qu'un salarié en souffrance travaille moins bien qu'un salarié installé dans de bonnes conditions.
Réponse de le 11/12/2017 à 18:02 :
Ouais, seulement l'impact sur l'économie en terme de compétitivité à été ravageur, avec un désastre au niveau emploi...moins on travaille, moins on a de travail !! Il suffit de regarder ailleurs... De plus, les conséquences budgétaires ne sont pas minces : la compensation de cette idiotie économique pour sauver ce qui restait de l'économie continue à coûter une fortune à l'Etat. Bref, une idée tellement géniale qu'elle a été imitée partout, n'est-ce pas ??
Réponse de le 11/12/2017 à 22:29 :
Vous oubliez qu'il y a eu des contreparties aux 35 h: la modération salariale, l'annualisation du temps de travail, et pléthore de flexibilités sur les heures supplémentaires.

Même le MEDEF qui réclame en permanence la fin des 35h, ne voudrait pas revenir aux conditions d'avant, avec une rigidité importante sur le plan des heures sup et des horaires.
En réalité ce que le patronat voudrait obtenir c'est la fin de toute durée légale du travail. Ce qui tuerait le SMIC, les congés payés, et toutes formes de primes (travail de nuit, dominical...).

En l'état actuel de la législation, on peut faire travailler un salarié jusqu'à 48h/sem , quasiment sans entrave de la part de l'administration. On peut aussi le faire travailler de nuit, le dimanche, en mi-temps, à temps décalés. Concrètement 48h, c'est un retour à la législation de1848. Manifestement, c'est encore trop moderne pour vous.

Remarquez, à la même époque il y a eu des pleureuses dans le patronat pour déplorer la fin du travail des enfants au fond des mines...ça allait, soit disant couler l'économie du pays.
Heureusement, il y a eu des socialistes délirant pour estimer qu'on pouvait leur offrir d'autres perspectives de (sur)vie sans ruiner personne.
Réponse de le 12/12/2017 à 15:48 :
Non. Il faut en effet promouvoir le temps partiel (ce qui est le cas dans tous les pays du nord où le chômage est moindre) par contre il ne faut pas oublier de baisser le salaire quand on baisse le temps de travail si on veut éviter la catastrophe économique. Il est vrai que la référence à la durée hebdomadaire, à l'époque du digital et du télétravail, à l'époque du forfait pour les cadres, à l'époque des heures sup généralisées et à l'époque de la rémunération à la tâche des travailleurs uberisés n'a plus beaucoup de sens. Il faut réfléchir à la façon de décompter des heures dans ces cas et passer à un contrat en heures annualisées avec des salaires négociés à l'heure. Les heures sup fonctionneraient simplement comme les communications dans un forfait téléphonique (quand la balance est à zéro on paye plus).
Réponse de le 13/12/2017 à 9:25 :
@ Théophile: Ok avec vous mais dans ce cas on fait enfin payer des impôts aux riches.

Je ne vois pas pourquoi ce sont toujours les salariés qui voient leurx rémunérations baisser et jamais les actionnaires milliardaires qui pourtant anéantissent notre monde de leur trop grande avidité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :