Emmanuel Macron n'envisage pas de dissolution de l'Assemblée nationale

Emmanuel Macron n'envisage pas une telle décision pour répondre à la crise des "Gilets jaunes". Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont réclamé dimanche des élections anticipées pour sortir de la crise des "Gilets jaunes".
Michel Cabirol

5 mn

Emmanuel Macron n'envisage pas une dissolution de l'Assemblée nationale pour répondre à la crise des Gilets jaunes
Emmanuel Macron n'envisage pas une dissolution de l'Assemblée nationale pour répondre à la crise des "Gilets jaunes" (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Pas question de dissoudre l'Assemblée nationale. Emmanuel Macron n'envisage pas une telle décision pour répondre à la crise des "Gilets jaunes", a déclaré dimanche une source à la présidence à Reuters, alors que le Rassemblement national et La France insoumise le demandent. Interrogée sur cette possibilité, à l'issue d'une réunion à l'Elysée consacrée aux violences survenues samedi, avec en particulier le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, la source a déclaré : "Ils n'en ont pas parlé à ma connaissance, je ne crois pas que le président de la République envisage de dissoudre l'Assemblée nationale". Selon Reuters, le chef de l'Etat ne s'exprimera pas publiquement ce dimanche.

"Il a beaucoup insisté sur la nécessité d'un suivi judiciaire pour qu'aucun des actes qui a été commis ne reste sans réponse judiciaire", a-t-elle précisé à Reuters.

Tout juste revenu du sommet du G20 à Buenos Aires, Emmanuel Macron, sous les huées de plusieurs "gilets jaunes", est allé constater les dégâts dimanche à Paris au lendemain des scènes de guérilla urbaine, avant de présider une réunion d'urgence à l'Élysée pour tenter de répondre à ce qui est devenu une crise politique majeure. Le chef de l'État s'est d'abord rendu à l'Arc de Triomphe, place de l'Étoile, théâtre de violences et de dégradations samedi. Accompagné du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et du secrétaire d'État Laurent Nuñez, il s'est rendu au pied de la tombe du soldat inconnu, avant d'entrer à l'intérieur du monument, en partie saccagé.

Edouard Philippe devra revoir les Gilets jaunes

Emmanuel Macron a demandé dimanche à Edouard Philippe de recevoir des représentants des manifestants et les chefs des partis représentés au Parlement, après les violences samedi en marge des manifestation des "Gilets jaunes", a annoncé l'Elysée. "Dans un souci constant de dialogue, le président de la République a demandé au Premier ministre de recevoir les chefs de partis représentés au Parlement ainsi que des représentants des manifestants", a affirmé la présidence de la République. Une tentative de dialogue a échoué vendredi entre les "Gilets jaunes" et le Premier ministre.

Seuls deux des "Gilets jaunes" invités à rencontrer le chef du gouvernement s'étaient présentés à Matignon, l'un choisissant de ne pas être vu par les journalistes et l'autre quittant l'entretien après leur refus que cette discussion soit retransmise en direct à la télévision. Personne n'était disponible dans l'immédiat à Matignon pour préciser le jour et l'heure de ces entretiens.

Instauration de l'état d'urgence?

Emmanuel Macron a par ailleurs demandé au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, de réfléchir à "la nécessité éventuelle d'une adaptation du dispositif de maintien de l'ordre dans les jours à venir" face à l'évolution des techniques des casseurs, a ajouté la source, en précisant qu'il ne s'agissait pas en l'espèce d'une réflexion sur l'instauration de l'Etat d'urgence demandé par des syndicats policiers.

Le gouvernement étudie toutes les options pour éviter de nouvelles scènes d'émeutes y compris la piste de l'instauration de l'état d'urgence, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveau, sur Europe 1. "Il faut réfléchir aux mesures qu'on peut prendre (...)", a déclaré Benjamin Griveau. Mais la question d'une éventuelle instauration de l'état d'urgence "n'a pas été abordée" lors de la réunion dimanche à l'Elysée, a déclaré une source à la présidence de la République.

"Christophe Castaner a évoqué l'état d'urgence. Il a y une réunion tout à l'heure avec le président de la république, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur pour faire d'abord un bilan de la journée d'hier et voir quelles sont les mesures que nous pourrions prendre pour éviter cela parce qu'il n'est pas question que chaque week-end devienne un rendez-vous et un rituel de la violence."

Le Pen et Mélenchon demande des élections anticipées

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont réclamé dimanche des élections anticipées pour sortir de la crise des "Gilets jaunes", au lendemain des nombreuses scènes de violences qui sont survenues en marge des manifestations samedi. "Je ne vois pas, au niveau où nous sommes de la gravité de cette crise politique, comment sortir par le haut, à part en retournant aux urnes", a estimé la présidente du Rassemblement national sur France 3. "Je pense qu'il faut mettre en oeuvre la proportionnelle et qu'il faut dissoudre l'Assemblée nationale pour qu'il y ait de nouvelles élections à la proportionnelle", a-t-elle souligné.

L'option d'une dissolution de l'Assemblée nationale a également été avancée par le chef de file de La France insoumise (LFI). Entre la légitimité de l'exécutif et celle des "Gilets jaunes", "il n'y a qu'une manière de trancher, c'est le vote, alors ça s'appelle la dissolution", a-t-il affirmé dimanche sur BFM TV, en dénonçant l'attitude du gouvernement qui "choisit le pourrissement (au lieu de) choisir l'apaisement" et l'annulation de la hausse de la fiscalité sur les carburants. Les deux dirigeants, tout comme le président des Républicains Laurent Wauquiez, exigent également l'annulation de la hausse des taxes sur le carburant.

Michel Cabirol

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 47
à écrit le 03/12/2018 à 16:46
Signaler
L'opposition extrême n'accepte jamais le résultat des urnes et réclame in fine la dissolution histoire de voir. Macron est élu démocratiquement par le "peuple" et doit tenir compte de cette délégation pendant cinq ans. Il est le garant de l'équité en...

à écrit le 03/12/2018 à 14:50
Signaler
Dissoudre oui ! Si c est pour supprimer le sénat et l assemblée ! Gouverner par ordonnance et référendum pendant trois ans supprimer charges sociales sur le travail en totalité et relancer l machine en supprimant 1,5 millions de fonctionnaires ! Mais...

le 03/12/2018 à 15:53
Signaler
des taxes sur les carburants ? mais avant, faire payer les taxes sur le kWh consommé par les EDF/ENEDIS et IEG, ces "citoyens" ne paient le kWh que 0€006 sans taxes sans abonnement, vous avez bien lu : SIX DIXIÈME DE CENTIME, autrement écrit SIX MILL...

le 03/12/2018 à 15:54
Signaler
des taxes sur les carburants ? mais avant, faire payer les taxes sur le kWh consommé par les EDF/ENEDIS et IEG, ces "citoyens" ne paient le kWh que 0€006 sans taxes sans abonnement, vous avez bien lu : SIX DIXIÈME DE CENTIME, autrement écrit SIX MILL...

à écrit le 03/12/2018 à 13:36
Signaler
Heu... les gars j'ai juste écrit que c'était logique car s'il dissolvait l'assemblée il aurait beaucoup moins de députés non mais en quoi est-ce censurable svp ? -_-

à écrit le 03/12/2018 à 12:20
Signaler
comme on le comprend...dissoudre l'Assemblée serait suicidaire, l'exemple de la dissolution Chirac de 95 est encore présente dans tous les esprits...

à écrit le 03/12/2018 à 10:27
Signaler
avec la rafale de hausses de prix diverses qui vont arriver début 2019 , il est possible que les français vêtus de gilets jaunes et bonnets rouges se révoltent à nouveau . le retour aux urnes s'imposera pour éviter le pire .

le 03/12/2018 à 11:14
Signaler
Les urnes ne vont pas faire des miracles. L'heure est aux décisions douloureuses. Ça n'est pas voter, ou bruler des voitures qui vont y changer quoi que ce soit.

le 03/12/2018 à 12:21
Signaler
Vous avez raison Tom, il faut absolument sortir de l'UE même si cela risque d'être douloureux pour les plus riches dans un premier temps, mais au moins la compétitivité reviendra avec notre sortie de l'euro!

le 03/12/2018 à 13:21
Signaler
Je suis également d'accord qu'une nouvelle élection ne changera rien. On ne vas pas faire revenir les anciens partis, le résultat sera une montée des extrêmes, ce qui sera d'ailleurs représentatif et plutôt démocratique (les petites gens seront d'ava...

à écrit le 03/12/2018 à 10:25
Signaler
Les gilets jaunes doivent créer une milice armée, investir le parlement, démissionner Macron et désigner par vote électronique un homme à poigne appuyé par l'armée pour diriger le pays.

le 03/12/2018 à 11:47
Signaler
Vous allez finir par rendre marine le pen désirable...

à écrit le 03/12/2018 à 10:07
Signaler
avant de revoter il faut simplifier et optimiser la vie politique de ce pays : suppression du sénat , des intercos, du CESE et ses antennes régionales , réduction du nombre de députés ; et là grosses économies à la clé pour financer retraites et sal...

le 03/12/2018 à 10:57
Signaler
Le sénat est un contre-pouvoir à l'AN, il semble utile de le conserver, quitte à réduire le nombre de sénateurs et tous les avantages dont ils disposent.

à écrit le 03/12/2018 à 9:40
Signaler
Dissoudre l'assemblee non mais changer de gouvernement dialoguer avec PHILIPPE n'est pas possible JE GARDE LE CAP ?????? voir aussi les 80 km h,,,, Notre dame des landes 180 jugement et un vote

à écrit le 03/12/2018 à 8:38
Signaler
Logique, vu la côte actuelle des lrem il aurait deux fois moins de députés à l'assemblée.

à écrit le 03/12/2018 à 6:40
Signaler
Pas de dissolution. La majorité (ultraminoritaire dans l'opinion) LaRem va donc se trainer jusqu'en 2022. Sans aucune légitimité et sans aucune impulsion. Cela va être très très long...

à écrit le 03/12/2018 à 5:41
Signaler
Comment peut on défendre ces politiques là Ils font pareil que leur prédécesseurs en pire Ca suffit les taxes et la morale à la faites ce que je dis mais pas ce que je fais

à écrit le 02/12/2018 à 23:15
Signaler
Aux dernières nouvelles, Macron et sa majorité parlementaire ont été élus et bien élus. En tout cas mieux que les Le Pen/Mélanchon, toujours prêts à faire n’importe quoi pour entretenir leur petite carrière de parasite du système politique (bah oui, ...

le 03/12/2018 à 10:40
Signaler
Mr Lefebvre élu avec 90% d'abstention, le remplaçant de Valls 83% d'abstention c'est comme ça que sont élus nos représentants actuels . Il faut repenser complètement nos règles du jeu et que chaque citoyen soit représenter. Mr macro. A été élu avec ...

à écrit le 02/12/2018 à 23:12
Signaler
2 problèmatiques vont revenir sur le devant de la scène - Le débat sur la proportionnelle - La place de la France dans l'Europe Les conséquences seront un inévitable Frexit du fait des nationalismes et de l'inconséquence des politiques. ...et le ...

le 03/12/2018 à 8:44
Signaler
La proportionnelle : tout le monde en parle mais dans les républiques précédent la 5ème; cela ne permettait pas de gouverner. Donc ce n'est clairement pas la solution . L'histoire nous l'enseigne. cela est la solution pour ceux qui veulent vivre de l...

à écrit le 02/12/2018 à 22:53
Signaler
Manquerait plus que ça !! Maintenant faudrait dissoudre des que 100 000 défilent dans la rue et cassent tout ... on hallucine

à écrit le 02/12/2018 à 21:54
Signaler
Monsieur Macron ne dispose d'aucune légitimité populaire. Son élection traduit le dysfonctionnement des institutions. Des 24 % de voix obtenues au premier tour de l'élection de 2017, il faut retrancher les non inscrits, les votes blancs, les abstent...

le 03/12/2018 à 6:16
Signaler
@Ana La première ligne de votre commentaire vous décrédibilise d'entrée. Tout le reste n'est que du blabla. Bref faites autre chose de votre vie, Bien cordialement.

le 03/12/2018 à 8:47
Signaler
La démocratie c'est respecter les résultats de vote. Ceux qui disent qu'il est mal élu ont tous eu moins de voix que lui. Ceux qui ne vont pas voter refusent la démocratie. Voulez- vous l'anarchie?

à écrit le 02/12/2018 à 21:05
Signaler
Le président reste hélas toujours fermé a une sortie de crise et il n’hésite pas a laisser pourrir la situation. Les français ne peuvent plus supporter le poids des impôts. Le montant des impôts et taxes de 1 000 milliards d'euro dépasse l'entendem...

à écrit le 02/12/2018 à 21:01
Signaler
Emmanuel Macron n'envisage pas de dissolution de l'Assemblée nationale A l'évidence, Macron et les LREM Modem UDI LR qui le soutiennent sont ultra minoritaires, MOINS de 20 % de la population Macron doit démissionner, 80 % des Français soutienn...

à écrit le 02/12/2018 à 19:24
Signaler
Bon ok ... mais qu'il s'exprime rapidement, il y a U R G E N C E. Je ne veux pas revoir des images de guerre civile. En Bretagne le carburant commence à manqué. Plus le temps passe, plus cette crise prend une mauvaise...

à écrit le 02/12/2018 à 19:08
Signaler
Tu m'étonnes qu'il veut pas... Il sait très bien que s'il le faisait, son pseudo parti de bons à rien se ferait laminé.

à écrit le 02/12/2018 à 18:52
Signaler
Manifestement, il n'envisage pas grand chose, en tout cas, pas de parler directement aux français puisqu'il a fait savoir qu'il ne dirait rien avant 2 jours. Le mutisme est une forme d'insulte. Il cherche à gagner du temps en attendant les sondage...

le 02/12/2018 à 19:36
Signaler
C'est un mouvement sans tête .... attention D A N G E R pour tout le monde, y compris pour les participants .

le 02/12/2018 à 20:17
Signaler
sans tête... c'est le propre du Peuple souverain. On dit que la peur du gendarme est le début de la sagesse pour les chenapans, et bien la peur de la colère du peuple me semble être le début de la sagesse des dirigeants. Il est bon que les élus...

à écrit le 02/12/2018 à 18:44
Signaler
Mélenchon Marxiste-Léniniste est le plus mal placer à parler carburant ; sous sa Dictature plus de carbur ni d'autos, magasins vides, interdiction de manifester……. Il a fait sa campagne 2017 sur l'alourdissement, massif et généralisé, des impots et ...

à écrit le 02/12/2018 à 18:44
Signaler
Mélenchon Marxiste-Léniniste es le plus mal placer à parler carburant ; sous sa Dictature plus de carbur ni d'autos, magasins vides, interdiction de manifester……. Il a fait sa campagne 2017 sur l'alourdissement, massif et généralisé, des impots et t...

à écrit le 02/12/2018 à 18:26
Signaler
Que représentent quelques 110 000 manifestants violents au regard des près de 20 millions qui ont voté ? Ou alors, s'il suffit d'être violent à l'avenir pour se faire entendre, la vie va devenir très vite invivable en France... Ce qui n'empêche absol...

à écrit le 02/12/2018 à 18:12
Signaler
Tous ceux qui prônent la dissolution de l'Assemblée Nationale, ou de nouvelles élections ne sont pas sérieux: en quoi cela arrangerait nos affaires que de créer une nouvelle crise institutionnelle.. Sans parler de cet irrespect de nos institutions. C...

le 02/12/2018 à 20:06
Signaler
C'est la crise qui cause la dissolution, pas l'inverse. Notre constitution permet très bien la dissolution et une nouvelle majorité. Personne ne s'est plaint de celle de 1997. En plus, ça donnerait de meilleures chances à Macron d'être réélu....

le 02/12/2018 à 23:05
Signaler
En 97 la dissolution n’etais Pas un choix pour résoudre une crise sociale. Dissoudre, laisser l’opposition prendre la place pour se faire réélire en 2022 c’est une idée débite digne des politicards que nous avions avant, surtout que l’opposition n...

à écrit le 02/12/2018 à 18:08
Signaler
Qu'il s'agisse de dissolution de l'assemblée ou d'élections anticipées, les électeurs se retrouveront en état de vide de confiance total. Quasi tous les candidats connus sont cramés. Les extrêmes sont assimilés à des casseurs, la gauche est en miette...

le 02/12/2018 à 18:20
Signaler
... je voulais parler du Général de Villiers bien sur.

à écrit le 02/12/2018 à 17:49
Signaler
On ne va qd meme pas dissoudre pour 70 000 trublions soit 1 pour 1000 des français 0

le 02/12/2018 à 19:15
Signaler
parce que vous savez que REM serait laminée si l'on revotait maintenant. Si vous êtes un vrai démocrate vous devriez apprécier que dans des circonstances graves le gouvernement s'assure du soutien de la nation avant de la lancer dans une guerre ci...

à écrit le 02/12/2018 à 17:43
Signaler
les français attendent plutôt la baisse du nombre de parlementaires promise par macron ; après avoir eu la hausse de la CSG et l'augmentation des taxes sur le carburant il serait peu être temps de faire des économies sur les dépenses

à écrit le 02/12/2018 à 17:26
Signaler
Pourtant, les marcheurs savent mieux que les autres comment traverser une rue.

à écrit le 02/12/2018 à 17:06
Signaler
Il faut en finir avec la loi de 1973 et ne plus emprunter aux banques privees

le 02/12/2018 à 18:06
Signaler
Oui, et quelle est votre solution? Retour au franc?Dans une telle situation, le franc aurait dévissé contre dollar, et l'essence et le gasoil auraient pris 20% en une semaine...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.