Gilets jaunes : la mobilisation n'échappe pas aux échauffourées

 |   |  920  mots
Sur les Champs-Elysées, les gilets jaunes affrontent les forces de l'ordre.
Sur les Champs-Elysées, les gilets jaunes affrontent les forces de l'ordre. (Crédits : Stephane Mahe)
Cette nouvelle journée de mobilisation sera scrutée de près par les observateurs pour jauger la dynamique du mouvement ou son éventuel essoufflement. Le gouvernement peine à circonscrire un mécontentement, au lendemain d'une tentative ratée de négociations à Matignon. Sur les Champs-Elysées, les échauffourées ont commencé tôt ce samedi matin.

Le troisième samedi de mobilisation des "gilets jaunes", décidés à maintenir la pression sur le gouvernement, a donné lieu depuis le début de matinée à Paris à de nouvelles échauffourées avec les forces de l'ordre près de l'Arc de Triomphe nimbé de gaz lacrymogène.

"200 manifestants pacifiques sur les Champs-Élysées. 1.500 perturbateurs à l'extérieur du périmètre venus pour en découdre", a dénoncé sur Twitter le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, chiffrant en fin de matinée à 59 interpellations, alors que 5.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés samedi à Paris.

Dès 8H45, des manifestants ont tenté de forcer un point de contrôle sur le haut de l'avenue, près de la place de l'Étoile, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre à coups de gaz lacrymogènes.

Edouard Philippe à la préfecture

En fin de matinée, les échauffourées se concentraient toujours au pied de l'Arc de triomphe, plongé dans un nuage de gaz lacrymogène, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre faisaient usage de canons à eau contre les manifestants, pour certains encagoulés et masqués.

Avenue des Ternes, un manifestant a été arrêté par des policiers en civil qui avaient revêtu des gilets jaunes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs d'entre eux ont lancé des pavés sur des camions de gendarmes mobiles avenue de la Grande armée, où presque tous les commerces sont fermés.

"Compte tenu des incidents en cours à Paris", le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé qu'il se rendrait vers midi à la préfecture de police de Paris.

Chantal, 61 ans, retraitée des Yvelines, évite de s'approcher des accrochages: "On nous a dit qu'il y avait les casseurs devant". Pour elle, "il faut qu'il (Macron) descende de son piedestal, qu'il comprenne que le problème c'est pas la taxe, c'est le pouvoir d'achat. Tous les mois je dois piocher dans mon livret d'épargne".

Dans un groupe de manifestants venus de Haute-Loire, de Bretagne et de l'Aisne, beaucoup se disaient déçus de ne pas pouvoir manifester normalement avec les heurts qui ont débuté très vite. D'autres manifestants s'employaient à éteindre les feux de poubelles, a constaté l'AFP.

Un "combat légitime" mais "discrédité" par les violences

"Il y a une volonté de casse et ça discrédite un combat légitime qu'exprimaient beaucoup de gilets jaunes", a déclaré sur LCI la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Quelques centaines de personnes s'étaient retrouvées dès 8H00 au pied de l'arc de Triomphe, bien avant l'heure prévue du rassemblement à 14H00.

Fermée à la circulation, l'avenue était emplie de camions de CRS et l'accès des piétons était soumis à des fouilles.

Le dispositif policier pourrait mobiliser environ 5.000 membres des forces mobiles dans la capitale, où est également prévue une manifestation de la CGT.

"Notre responsabilité est de faire en sorte que tout se passe au mieux", a affirmé avant les incidents le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, en déplacement sur les Champs-Élysées. Par crainte d'incidents, des panneaux de bois ont été apposés sur certaines vitrines.

Le 24 novembre, la manifestation parisienne avait pris une tournure violente et 103 personnes avaient été interpellées.

M. Castaner a également souhaité que la contestation "se structure" afin qu'un dialogue puisse s'établir.

"Il s'agit d'abord d'entendre les demandes qui sont très différentes, parfois d'un gilet jaune à un autre", a déclaré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur LCI.

Vendredi, une réunion à Matignon n'a réuni que deux "gilets jaunes" et a tourné au fiasco.

Les gilets jaunes mobilisés en région

Quinze jours après l'acte de naissance des "gilets jaunes", les autorités guettent avec attention l'ampleur de cette nouvelle mobilisation. La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, dont 8.000 à Paris.

Ailleurs en France, plusieurs opérations de blocage et de filtrage étaient recensées notamment dans le Var au péage de Bandol sur l'A50 et dans les Bouches-du-Rhône aux barrières de péage de La Ciotat. Dans le Gard, des poids lourds bloquaient les plateformes logistiques de supermarchés à Nîmes.

Dans le sud-ouest, les "gilets jaunes" ont lancé des opérations "barrages filtrants" à Cahors (Lot), et dans 7 villes du Tarn. Sur l'autoroute A9, les manifestants ont ciblé le péage du Perthus, à la frontière entre la France et l'Espagne.

Des stations essence étaient bloquées dans l'agglomération de Pau, et des rassemblements avaient lieu à Toulouse, La Rochelle, Saintes et Bergerac notamment.

"La taxe sur le diesel, c'est une goutte d'eau. Il y a trop d'inégalités, plus ça va plus on s'enfonce, nous et surtout nos enfants", a déclaré Chantal, 68 ans, retraitée du secteur public lors d'un rassemblement à Lyon.

Malgré l'annonce par le chef de l'État Emmanuel Macron de prochaines mesures pour répondre à la "colère légitime" des manifestants, le mouvement qui a essaimé hors de tout cadre syndical ou politique engrange de nouveaux soutiens.

Trois collectifs de banlieue appellent ainsi à se joindre samedi aux "gilets jaunes" à Paris pour défendre les "quartiers populaires".

Du côté de l'ultradroite, l'Action française a indiqué à l'AFP attendre au moins 300 sympathisants sur les Champs-Élysées.

Un "rassemblement des artistes" est aussi prévu devant la salle de l'Olympia à 14H00, à l'initiative de l'humoriste Gérald Dahan.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2018 à 16:43 :
je suis peiner..
a écrit le 07/12/2018 à 16:42 :
je suis peiner..
a écrit le 02/12/2018 à 8:18 :
Acte 4 Manu chiche! à samedi prochain mais là on sera un million partout sur tous les centres commerciaux chez tes amis qui ne payent plus d'impôts, le CAC40 est à moins de 8% de taxe finale et les PME à plus de 30 ou 40 % c'est l'inverse qu'on veut: interdiction par décret immédiat de toute optimisation fiscale , 100 milliards à la clé ,pour notre police pour l'école ,les hôpitaux ,oui Manu les 100 milliards croqués par tes copains on les prendra et vous verrez on annulera les taxes scélérates on retirera la csg sur les retraités, et maintenant le smic c'est 30% de plus comme en 1968 on cédera pas à moins
a écrit le 01/12/2018 à 21:37 :
Ils ont l'air Joyeux a taper dans leurs mains ....
j'ai du mal a les croire si malheureux à la fin du mois.
a écrit le 01/12/2018 à 21:34 :
Moi je n'ai vu que des voitures récentes stationnées a proximité des Gilets Jaunes.
Aucunes da cia par exemple.
Mais plutot des SUV...
Merci a eux de Ruiner le Secteur du Tourisme pour la Fin de l' Année.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:31 :
Moi j'ai vu pas mal de Clio II. Et quelques Supercinq...
a écrit le 01/12/2018 à 20:54 :
Y a t-il se genre de problème en Norvège, en Suède, en Hollande, au Danemark, en Allemagne, en Espagne, en Italie, non. Nous avons un problème pas nouveau et récurrent en France. Notre modèle est sans doute à revoir.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:36 :
En Allemagne et en Espagne les carburants sont beaucoup moins chers...
Et avec la hausse prévue au 1er janvier on coiffera au poteau les pays où le gazole est le plus cher (Royaume-Uni, Italie, Suède). Seule la Norvège sera encore plus chère mais avec un pouvoir d'achat incomparablement plus élevé. Et ce ne sont pas les perspectives de hausse de même niveau encore annoncées jusqu'à au moins 2021 qui vont arranger les choses.
a écrit le 01/12/2018 à 20:38 :
Aux Urnes Citoyens
Sortez vos bulletins de vote
Macron Démission
Philippe Dehors
Réponse de le 02/12/2018 à 10:42 :
Ben c'est une partie du problème : je ne suis pas sûr que des élections anticipées échapperaient à une abstention massive et il pourrait en sortir tout et surtout n'importe quoi, façon Italie.
D'ailleurs puisqu'on parle Italie, pour la 1è fois les italiens ne se sont pas rués sur les émissions de bons du trésor (traditionnellement l'Italie finance ses déficits auprès des italiens et non sur les marchés), c'est dire le peu de confiance qu'ils accordent au projet gouvernemental...
a écrit le 01/12/2018 à 20:33 :
Je trouve certains commentaires complètement délirants et absurdes!
Comme si Macron, qui n’est au pouvoir que depuis 18 mois, était le responsable de tous nos maux!
Ça fait 40 ans que l’Etat dépense de plus en plus, pour des résultats minables (voir ce que donne l’Education Nationale, etc...), avec une dette qui ne cesse de gonfler!!!
Tout le système économique est étouffé, les particuliers sont assaillis de taxes qui ne cessent de monter depuis des lustres, et vous voulez que Macron ou un autre Président dégage du pouvoir d’achat?
Vous rêvez!
La seule solution viable pour arriver à baisser les taxes est de baisser la dépense publique, comme l’ont fait l’Allemagne, le Canada, la Suède, le Chili, etc. dans le passé.
Mais d’une part ça ne se fera pas du jour au lendemain, et d’autre part il y en a qui vont trouver la pilule très amère (fonctionnaires, partenaires sociaux, etc...).
Réponse de le 02/12/2018 à 10:24 :
@obso:ilce gouvernement comme les autre continue a creez de nouvelles taxes meme pendant les manifs et augmente celles qui existent déjà , un homme en a denombre presque 300 cela fais beaucoup; et cela etouffe l economie, il faut revoir l asiette des impots et taxes et faire paye tous le monde égalitairement en exantant les plus faibles ; macron a essayer il faut lui laisser du tempt,? PAR CONTRE BAISSE LA DEPENSE PUBLIC OUI MAIS OU SI C EST BAISSE LES DROITS SOCIAUX C EST NUL SI C EST ENLEVE DES BUREAUX PUBLIC ADMINITRATIF ESSENTIEL DANS LES CAMPAGNES C EST NUL AUSSI? LA RALITE C EST FAIRE PAYE TOUS LES STRUTS QUI GAGNENT DE LARGENT CHEZ NOUS ET QUI ON DES BUREAUX DANS DES PARADIS FISCAUX? IL FAUT PRENDRE L ARGENT OU IL EN A ?PAS DANS LES POCHES DES GENS QUI NE SONT rien COMME LE DIT MACRON???
a écrit le 01/12/2018 à 20:28 :
Ce soir à 21h : Allocution de François Asselineau spéciale Gilets Jaunes lequel porte un message d' apaisement pour la France ..
https://www.upr.fr/actualite/ce-soir-a-21h-allocution-de-francois-asselineau-speciale-gilets-jaunes/
a écrit le 01/12/2018 à 20:15 :
Images insupportables, actes que rien ni aucune situation ne peut expliquer dans un Pays, mon Pays, où le soutien aux plus faibles est le plus important au Monde. Alors évidemment, il faut trier le bon grain de l'Ivraie, de la chienlit, mais ceux qui manifestent, qui ne paient pas d'impôt sur le revenu, qui asphyxient le Pays en demandant toujours plus, sans percevoir ce qu'ils recoiffent, doivent aussi se démettre, et faire leurs autocritiques. Ceux qui travaillent, contribuent à la stabilité de ce Pays par leurs apports, ne comprennent plus pourquoi ils continueraient à le faire: les équilibres sont rompus!
a écrit le 01/12/2018 à 19:59 :
les abitues de la casse sont tonbe dans le piege de paris en entrainant des gilets jaunes dans leurs delire d en decoudre avec l elite parisien, ? si le mouvement continue il doit se faire dans vos villes et regions en bloquant tous ce qui fais mal a l etat en le privant de revenue? l argent etant le nerf de la guerre/et en demande aux syndicat de l aide ,plus abituer a ce genre de lutte? CAR SI SE MOUVEMENT DIMINUE IL VAS SE DISOUDRE PARS MANQUE DE CONBATTANTS???
Réponse de le 01/12/2018 à 20:29 :
Ceci est dommage pour les fautes d'orthographe
a écrit le 01/12/2018 à 19:39 :
...on maintient le cap ???
a écrit le 01/12/2018 à 18:52 :
Jupiter le banquier président des riches est le déclencheur de cette insurrection et guerre civile. Il doit être lourdement sanctionné et traduit en justice.
Réponse de le 01/12/2018 à 20:57 :
la pauvreté est la pire des formes de la violence
gandhi
a écrit le 01/12/2018 à 18:46 :
Un seul responsable M . Macron créateur de misère de pauvretés de taxés de dicta économique tout pour les riches macron a perdue sont Paris macron démission qu ils se retire Avec ds poupée dans un couvent ?philippe le maire darmanin buzyns des misérables ils ont dit amen àu segnor kid
a écrit le 01/12/2018 à 18:08 :
Les médias ont une très grande part de responsabilité dans ces troubles, en ayant fait monter la sauce comme ils l'ont fait : c'est une partie ultraminoritaire qui se livre à des émeutes et les médias donne à ces personnes beaucoup trop d'importance ! Retour à la démocratie SVP !
Réponse de le 01/12/2018 à 20:16 :
les ultra minoritaires comme vous dites ce sont les petites classes intermédiaires qui sentent la misère venir, ce sont ceux qui aujourd’hui comptent et recomptent, tout en sachant que bientôt il n y aura plus rien a compter. Je vous rappelle que les crises avant dictature en Amérique du sud ont été prédites par la disparition des classes moyennes suite au pillage de ces pays par les grandes compagnies extra territoriales.
A ce jour nous nous trouvons dans la même situation avec la mondialisation et ses grands groupes industriels et financiers ( voir : blackrock 6000 milliards de dollars, dont le pdg flink à été reçu à plusieurs reprises par macron et ses ministres et dont en allemagne le futur remplaçant de junker est un ancien de blackrock)
la démocratie c est en premier lieu le pouvoir au peuple et non à des groupes d intérêts divers privés
a écrit le 01/12/2018 à 18:01 :
Les casseurs sont en train de mettre aux bobos des beaux quartiers parisiens la peur de leur vie. Pas sûr qu'ils en remercient Macron.

Vue la situation où le le gouvernement a mené la capitale, il ne leur reste plus que l'état d'urgence, le couvre feu sur la moitié du département et sortir les blindés...
Ce gouvernement a perdu ce qui lui restait de crédibilité dans une manif de 5500 personnes.

Hollande a su faire avec des manifs à Paris de 1500 000 personnes, Sarko de 1 130 000 personnes et Chirac idem.

Tout ça pour avoir refusé de lâcher temporairement 3.5 Mds € sur un budget de plus de 400 milliards. A ce niveau c'est de la C....e en barre.

Il nous avait déjà fait le coup avec la SNCF en acceptant de faire perdre des dizaines millions d'€ à l'entreprise et quelques milliards € à l'économie dans un conflit social pour le seul plaisir de dégommer le statut cheminot.

Ce soir, les paroles de Hulot résonnent encore plus fort qu'il y a 10 jours.
" ce conflit était évitable..."

à l'heure ou j'écris, on apprend que ça commence également à dégénérer à Marseille avec des incendies, de la casse. Encore un effort Mr Macron et ce sont les banlieues qui vont s'enflammer.

Macron voulait un contact direct et franc avec le peuple.... il l'a.
Réponse de le 01/12/2018 à 18:28 :
Ce Président et ce gouvernement ne veulent rien comprendre. C'est plus de 85 % des français qui se rassemblent pour leur dire non. Ils ne veulent pas comprendre que la Marseillaise et le Chant du Partisan se sont élevés contre la tyrannie en d'autres temps pour des choses qui n'étaient pas très éloignées de celles d'aujourd'hui.

Aujourd'hui ce sont eux qui symbolisent cette tyrannie qui ne va pas tarder à laisser ces chants percer.

Ces chants vont se lever contre eux et ils trouvent encore le moyen de dire qu'ils sont choqués par le manque de respect de la loi. Ils ne sont pas conscients que si des armes ne sont pas encore de sortie, il manque très peu de chose pour que le pays verse dans la violence pure au delà des actes de vandalisme vers une véritable guerre civile.
Pour le moment ce sont des extrémistes et des casseurs qui font des dégâts. Mais les choses peuvent changer.

De Gaulle l'avait compris. Il a refusé de mobiliser les forces armées et a ouvert des négociations sérieuses, pas des consultations érigées en esbroufes devant des médias pour faire croire à une avancée qui est destinée à rester misérable.

Cela le peuple l'a parfaitement intégré, comme il ne va pas tarder à intégrer que le seul moyen de sortir de ce dilemme sera d'éliminer totalement et définitivement les responsables du blocage. Gare !!! Car même si un calme relatif revient, l'histoire nous a appris qu'un nouveau démarrage fera tout basculer.

Avis à ces boutes feu !!!
a écrit le 01/12/2018 à 17:51 :
Vous allez voir notre justice va être très "méchante" vis à vis de nos casseurs, ils vont sortir sans condamnation ( du sursis ) et pourront recommencer comme si rien n'avait eu lieu et ne rembourseront rien des dégâts causés ....
Pourquoi nos casseurs ne vont ils pas en Russie... ?Ce serait génial !
a écrit le 01/12/2018 à 17:44 :
donc licenciement pour motif réel. Il eut été judicieux d'exhausser le premier voeu des gilets jaunes et de la France entière, à savoir suppression des augmentations scélérates et mensongères de taxes sur le pétrole en général. mais le "dur" si, si il pas benalla mais jupiter,a refusé tout compromis, ce qui a excité la vindicte populaire. MACRON est unique responsable. Il n'est pas aidé non plis avec ces caniches griveaux, castaner et autres plus imbus de leur petite personne, arrogants, méprisants, suffisants, et surtout d'une rare incompétence malgré leurs diplômes achetés également.
Réponse de le 01/12/2018 à 20:37 :
exaucer et non exhausser, pas le même sens.
a écrit le 01/12/2018 à 17:39 :
Les personnes arrêtées et mises en gardes à vue, doivent faire l'objet d'un contrôle fiscal approfondi (vérifications des aides sociales perçues par ses personnes etc). Ensuite les juges devraient décider suivant leur dossier de leurs supprimer toutes ses aides.
Réponse de le 01/12/2018 à 18:53 :
Mais de quel coté êtes vous ?
De ceux qui veulent l'apaisement
Ou de ceux qui aimerai mettre de l'huile sur le feu ?
a écrit le 01/12/2018 à 17:36 :
Ajoutez du bleu de métylène à l'eau des canons à eau de la police!...Ainsi, vous pourrez ensuite identifier plus facilement les «Strumpfs» casseurs...
a écrit le 01/12/2018 à 17:32 :
l'article résume bien la situation ; il est peut être temps de revoir l'organisation politique de ce pays : trop d'échelons , d'usines à gaz inutiles , d'élus ; la décentralisation a produit une gabegie épouvantable d'argent public ; les taxes augmentent et les services diminuent , ou passe l'argent ?
a écrit le 01/12/2018 à 17:18 :
la profanation de la tombe du soldat inconnu discrédite ce mouvement anarcho-fasciste .
a écrit le 01/12/2018 à 17:15 :
Un des éléments de la crise actuelle est le caractère hyperprésidentiel qu'a créé le quinquennat. Si on ne veut pas revenir au septennat (ce qui serait pourtant une bonne chose, et aussi revenir à la version originale de la Vè où le président était élu au suffrage indirect), une bonne idée serait d'importer la pratique américaine des midterms qui permet en général de corriger les excès de la première partie des mandats des présidents et de réduire leur omnipotence, ce qui permettrait un débouché politique au mécontentement. On pourrait imaginer un renouvellement par moitié juste après la présidentielle (ce qui permettrait d'éviter qu'un président nouvellement élu ait automatiquement tous les pouvoirs) et l'autre moitié à mi mandat. Et le droit de dissolution se limiterait à la moitié la plus anciennement élue. Finie la verticalité, le "droit dans mes bottes", obligation du compromis politique. Après tout, le pays n'a jamais mieux fonctionné que pendant les cohabitations.
a écrit le 01/12/2018 à 17:11 :
J'avais cru comprendre que, selon la constitution, la piétaille que nous sommes élisait des députés dans une Assemblée Nationale, dont le rôle est de contrôler l'activité du gouvernement et, plus particulièrement, de veiller au bon usage de l'impôt (et des taxes, hélas!). J'aimerais qu'on m'explique comment le gouvernement peut missionner NOS députés pour nous porter la "bonne" parole d'un gouvernement qui ne peut afficher aucun résultat positif dans notre quotidien, et comment ces "députés" ont pu accepter sans honte une mission qui est l'opposé de celle que leur attribue la constitution. Nos députés ont déjà failli en ne reportant pas au gouvernement les problèmes du quotidien vécu par les bas (je ne vois pas pourquoi on les qualifie de modestes) revenus. On peut s'étonner de la qualification pour le poste d'un Président qui fait des ronds de jambe à l'autre bout de la planète quand SON bateau coule. Sans doute assumera-t-il (comme certain premier ministre, dont je ne comprends toujours pas que NOS députés ne l'aient pas remis droit dans ses bottes), mais c'est tout de même un peu fort.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:48 :
Envoyer les députés de la majorité diffuser le préchi-précha macronien risque d'attiser l'exaspération, au risque qu'ils se fassent lyncher.
a écrit le 01/12/2018 à 16:56 :
Ce mouvement devenu complètement abscons n'a plus aucune raison d'être. A force de trop tirer sur la ficelle, à la fin elle se casse.
a écrit le 01/12/2018 à 16:26 :
"Pensez printemps les amis...."
a écrit le 01/12/2018 à 16:19 :
« La taxe sur le diesel, c'est une goutte d'eau… ». C’est vrai et il aurait fallu, dès ce moment avant le 17/11, lâcher du lest et décider d’annuler ces taxes carbones supplémentaires, pour arrêter l’embrasement.
Ce gouvernement et aussi certaines élites, de tous bords, qui nous ressassaient depuis quelques mois que les français étaient murs pour accepter les taxes carbone, se sont foutus le doigt dans l’œil.
Vouloir se servir de l’argument climat pour justifier des taxes sur les citoyens, est une absurdité. Nous sommes plusieurs à le dire depuis très longtemps. Le résultat est là. La pagaille, pour ne pas dire autre chose, un ministre de l’intérieur incapable de gérer la situation, une majorité de députés élus trop jeunes , sans aucune expérience de terrain, qui n’a pas compris que leur rôle est de faire remonter les problèmes, et pas d’être le doigt sur la couture du pantalon, aux ordres d’ une politique incohérente et déconnectée des réalités ; C’est à désespérer.
a écrit le 01/12/2018 à 16:09 :
La période est la suite de la crise de 2008. On a baissé les taux, fait monter les prix de l'immobilier et des logements ainsi que les dettes. Désormais on tente de remonter les taux et une partie de la population manque de marge et d'argent. Une pseudo révolution conduit à voter pour des partis populistes souvent d'extrême droite (Etats-Unis, Brésil etc) pour remettre de l'ordre. Les gilets jaunes vont nous amener marine le naufrage.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:50 :
Si MLP accède aux affaires, la responsabilité de Macron, par l'exaspération qu'il aura provoquée, sera immense.
a écrit le 01/12/2018 à 16:09 :
La période est la suite de la crise de 2008. On a baissé les taux, fait monter les prix de l'immobilier et des logements ainsi que les dettes. Désormais on tente de remonter les taux et une partie de la population manque de marge et d'argent. Une pseudo révolution conduit à voter pour des partis populistes souvent d'extrême droite (Etats-Unis, Brésil etc) pour remettre de l'ordre. Les gilets jaunes vont nous amener marine le naufrage.
a écrit le 01/12/2018 à 16:03 :
On est dans un pays où il y a déjà une solidarité importante. Demander tout et son contraire à savoir moins de taxe et encore plus d'assistanat, n'a aucun sens.
Les gilets jaunes se font manipuler et leurs propositions sont irréalisables.
Mélenchon et Lepen vont en profiter. On file vers la catastrophe majeure.
Réponse de le 01/12/2018 à 17:58 :
si la baisse des taxes est possible à condition de faire maigrir le train de vie de l'etat vous etes sans doute de ceux qui nous sortent en boucle pas de taxes pas d'ecole pas de police pas d'hôpitaux et pourtant A quoi servent les 1200 agences d'etat que la cours des comptes denonce depuis des annees,les privileges des elus,les 3 commissions bidons pour l'ecologie alors que nous avons deja le ministere,; les sous préfectures, le trop de ministeres ,une secu des mines sans un seul cotisant, etc etc un ex une amande de 135 € pour un smicard represente 11% DE SON SALAIRE alors qu'elle ne represente que 2% DU SALAIRE du depute qui a vote la loi
a écrit le 01/12/2018 à 16:01 :
Tant que les gilets jaunes ne se prennent pas en main pour construire un cahier de revendications cohérentes, cela veut dire qu'ils doivent se mettre en cohérence avec eux-mêmes,les violences continueront de façon stérile.
Abattre le gouvernement ou faire chuter le président, c'est beaucoup de misères à venir pour un nombre encore plus grand, le rétablissement d'un pays en marche serait long et il faudrait en payer l'addition élevée.
Il y a une frange de la population qui a malheureusement dépassé le coma social et leur activité dans les gilets jaunes n'a pas due les faire remonter mais plutôt les radicaliser.
On voit par ci et par là des comportements de gens qui vivent déjà dans une situation de non droit, sur les routes notamment.
Il faut éviter les comportements violents, la violence est un trou sans fond, et les plus faibles et innocents en font les frais à la sortie.
a écrit le 01/12/2018 à 15:54 :
Les chaînes d'information au nombre de cinq rivalisent de dramatisation et de démagogie pour attirer de l'audience qu'elles se disputent. Cette course à l'audimat est totalement contre démocratique. Fermeture et dissolution de toutes les chaînes d'information.
a écrit le 01/12/2018 à 15:51 :
Il faut un geste fort de l'exécutif pour sortir de la crise et engager le dialogue. Ce pourrait être l'abrogation de la loi de transition énergétique de 2015 (donc avec abandon de la taxe carbone, suppression des hausses de taxes de 2017 et 2018, de la fermeture de Fessenheim et de la réduction du nucléaire dans le mix électrique, mais aussi des aides qu'elle a créé). De toutes façons cette loi était idiote, n'ayant pas été pensée dans un esprit global.
Ensuite, il faut penser au niveau européen une vraie transition énergétique réaliste dans son calendrier et les moyens qu'elle entend développer. On sait par exemple que l'abandon du nucléaire allemand et le développement non concerté des renouvelables non pilotables dans ce pays fragilise gravement la stabilité du réseau électrique européen. En matière de mobilité, on sait parfaitement que le développement au delà d'une niche de marché des voitures électriques à batterie mettrait ce même réseau électrique à genoux. Autre exemple, on ne peut favoriser tel ou tel type de véhicule dans un pays sans s'assurer (je pense à l'hydrogène ou même à l'électrique) qu'il pourra être utilisé partout en Europe, ce qui nécessite de généraliser les infrastructures de production et de distribution donc de coordonner tout ça. Une autre action possible serait une harmonisation des taxes sur les carburants et le gaz en Europe, avec une certaine modulation possible tenant compte des capacités financières dans chaque pays (il n'est pas aberrant que les carburants soient plus taxés en France et en Allemagne qu'en Bulgarie ou en Roumanie).
a écrit le 01/12/2018 à 15:29 :
... les vrais casseurs, ceux-là mêmes qui sont les premiers responsables de la casse sociale, ceux-là même qui ne parviennent pas à sortir la france du moyen-âge dans lequel elle s'embourbe depuis des décennies, ceux-là mêmes qui ne parviennent pas à faire de la france un pays civilisé en termes d'éducation, de politique énergétique, de soins de santé, de transports..., bref, si les vrais casseurs se situaient plutôt du côté de matignon et de l'élysée ?
a écrit le 01/12/2018 à 15:29 :
... les vrais casseurs, ceux-là mêmes qui sont les premiers responsables de la casse sociale, ceux-là même qui ne parviennent pas à sortir la france du moyen-âge dans lequel elle s'embourbe depuis des décennies, ceux-là mêmes qui ne parviennent pas à faire de la france un pays civilisé en termes d'éducation, de politique énergétique, de soins de santé, de transports..., bref, si les vrais casseurs se situaient plutôt du côté de matignon et de l'élysée ?
a écrit le 01/12/2018 à 15:08 :
La pérennité de quelques milliers de zadistes en jaune WC n'est due qu'au soutien des médias qui ont besoin d'images chocs pour leur business.
Les chaines d'information ont un os a ronger, ils le feront jusqu’à saturation des consommateurs, ensuite ils jetteront les GJ dans les oubliettes médiatiques et passeront a autre chose.
a écrit le 01/12/2018 à 15:05 :
Les gilets jaunes sont avant tout la manifestation du ras le bol de la classe moyenne du privé face à la toute puissance de l'état et de la fonction publique en générale.
A la différence de cette dernière , elle n'existe pas dans les organes de pouvoir du pays notamment le CAC 40 , les partis politiques ou les médias et ne bénéficient d'aucune aide de l'état providence ...
Même si ces gens simples ne sont pas "l'élite" , ils se rendent bien compte que quelque chose ne tourne pas rond dans le pays malgré l'enfumage systématique des médias "mainstream" sur le modèle français que tout le monde nous envierait ...
Ils se disent aussi que la surtaxation dont is sont victimes a peut-être un rapport avec l'absence de réforme de fond de la fonction publique depuis 40 ans et les transferts inter-classes en résultant (merci l'ENA et les grands corps de fonctionnaires qui noyautent un système sclérosé) .
Ces français "normaux" qui ne se réclament, ni des minorités religieuses, sexuelles ou ethniques ni d'une pseudo intelligentsia parisienne dénoncent avant tout L'ABSENCE DE DEMOCRATIE DIRECTE à la différence du MODELE SUISSE dont on ferait bien de S'INSPIRER ... , un "modèle de démocratie" qui entrainerait, à coup de REFERENDUM ,à une prise de contrôle des enjeux majeurs de société par le peuple et pour son intérêt propre et non celui de quelques lobbyes bien implémentées .
C'est dans ce sens un "vrai mouvement révolutionnaire non politisé" comme certains syndicats qui essayent maintenant de récupérer le mouvement ou encore , certains partis politiques qui ont déja exercé et démontré leur incompétence crasse...
a écrit le 01/12/2018 à 14:39 :
Les Français sont dignes. Ils ne crient pas du pain, mais la cause de tout cela c'est bien la chéreté des produits alimentaires ainsi que l'augmentation systématique de tous les services et l'énergie. Le gouvernement devrait dès à présent enlever les taxes sur tous les produits alimentaires le plus tôt possible, les fruits de saison ne sont plus abordables pour beaucoup de familles. Annuler tous les taxes prévues et les augmentations .En ce qui me concerne je ne fais aucun compliment à tous ces représentants politiques et syndicaux ils ne sont pas concernés semble-t-il par les privations!!!
Réponse de le 01/12/2018 à 15:15 :
Oui enfin, les produits alimentaires sont très peu taxés, même le passage de 5,5% à 0% de la taxe qui les frappe ne rendrait pas les fruits et légumes de saison beaucoup plus abordables, d'autant que par ailleurs les prix n'assurent souvent pas un revenu correct aux producteurs. On sait bien que le principal problème en France est le coût du logement.
Réponse de le 01/12/2018 à 18:02 :
oui vrai, mais la grande distribution pourrait être solidaires et réduire ses marges , je suis les prix et actuellement ts les prix bas flambent;.L'Etat pourrait payer la farine et imposer le prix de la baguette plus bas. Nous avons le mérite de proposer de petites solutions contrairement à notre classe politique qui depuis 15 jours tournent en rond.

Il vaut mieux allumer une chandelle que de rester dans l'obscurité
Réponse de le 01/12/2018 à 18:56 :
Votre réponse
a écrit le 01/12/2018 à 14:33 :
Ce qu oublie - sciemment ou pas- les gilets jaunes :
100000 -200000 personnes ne représentent pas 67 millions d habitants , ensuite qu on en est la par les inerties -incuries-lachetes des 3 derniers presidents- gouvernements .
Au lieu de préparer l avenir et les mentalités au changement , ils ont infantilisés et provoqués les fractures au sein de la population
Macron recupere- même s il est maladroit- une situation qu’il n a pas créé . L impreparation des esprits au changement ( dont ne veulent pas les gilets jaunes)
Par contre Macron à la responsabilité d outils d accompagnement pour les plus modestes ( filiales automobile électrique infrastructure adaptée défiscalisation de l achat et c...)
Quand j entends que les gilets jaunes veulent faire la peau à l état qui les «  ponctionne » ils oublient un peu vite que ce est cet état qu garantie leur retraite, leur santé etc... sans impôts et taxes rien de tous cela .
À suivre
Réponse de le 01/12/2018 à 15:22 :
Macron n'a nullement inventé la filière voiture électrique ni les aides dont elle bénéficie (Estrosi était encore ministre de l'industrie quand le proto de la Zoé a été présenté par Renault). Il est par ailleurs coupable, pour embarquer Hulot et s'attirer les bonnes grâces d'un électorat écolo quasi inexistant d'avoir accéléré la hausse de la taxe carbone prévue dans la loi de 2015 et d'un certain nombre d'autres fautes, comme l'abandon injustifiable et sans solution alternative de NDDL.
a écrit le 01/12/2018 à 14:32 :
Castaner me fait rire.... il y a 5000 policiers et 5000 manifestants donc 1 policier par manifestant et sois disant 150 casseurs il etait donc facile de neutraliser LES CASSEURS mais c'est voulu de pourrir la situation on nous prend pour des imbéciles, tant que macron campera sur sa position c'est qu'il est hors du peuple il nous a bien possédé il est hors de question de revoter pour la republique en marche
Réponse de le 01/12/2018 à 15:24 :
Castaner est effectivement un ministre de l'intérieur catastrophique.
a écrit le 01/12/2018 à 14:21 :
L'inexistence de porte parole prouve que l'on ne recherche pas la négociation mais la capitulation d'un pouvoir qui n'est pas issue de la souveraineté populaire mais aux ordres de l'organisation extra territoriale de Bruxelles!
a écrit le 01/12/2018 à 14:03 :
Ce soir, ils vont nous dire qu'ils remettent ça samedi prochain, remarquez ils auraient tort de se gêner puisse qu'on les laisse faire.
a écrit le 01/12/2018 à 13:40 :
Ce mouvement ne rassemble pas suffisamment de manifestants alors le seul moyen d'occuper le devant de la scène et particulièrement le direct des chaînes d'information est de casser de détruire. Imaginons quelques milliers de personnes qui déambulent pacifiquement sur une avenue, ce serait totalement ridicule.
Réponse de le 01/12/2018 à 13:53 :
200 % d'accord . Arretez donc de faire vos unes sur ces trublions car il y a bien plus important de par le monde pour notre futur , notre santé et notre pouivoir d'achat . Ce serai bien aussi que les ch..ttes TV que sont C+ , BFM et LCI arretent de leur donner image et parole en continu de 0800 à 2200 . Depuis quand 100 ou 300 000 ^personnes représentent l'opinion de 67 millions ?? Heureux de payer plus d'impots car plus j'en paye , plus il m'en reste après .
Réponse de le 01/12/2018 à 14:34 :
Superbe raisonnement, seulement lorsque je regarde ce que mon employeur paie en prélèvements divers et que j'y ajoute mes impôts, je dépasse allègrement les 50% de ce que je suis supposé avoir produit. Si on tient en plus compte de la TVA et des divers autres impôts il ne me reste guère plus que 30%. Sans même tenir compte de la progressivité de l'impôt qui rend totalement marginaux les gains supplémentaires. Au vu du résultat dans le pays, c'est extrêmement motivant. Ce pays part en vrille et l'écrasement n'est pas loin.
Réponse de le 01/12/2018 à 15:10 :
Parce que vous pensez sérieusement que ces casseurs sont concernés par les impôts sur le revenu et les prélèvements de charges sociales, vous voulez sans doute plaisanter.
Réponse de le 01/12/2018 à 15:30 :
Le mouvement des gilets jaunes étant soutenu par plus de 80% de la population, il y aurait certainement plus de manifestants sans ces incidents et s'ils étaient certains de pouvoir manifester en sécurité comme lors des manifestations contre le terrorisme islamiste. On peut aussi penser que l'exécutif cherche à jouer de ces incidents...
Réponse de le 01/12/2018 à 16:37 :
'Parce que vous pensez sérieusement que ces casseurs sont concernés par les impôts sur le revenu et les prélèvements de charges sociales' Non, mais ils bénéficient de mes impôts et cette attitude de l'état de taxer toujours les mêmes conduit à un agacement certain de ma part. Par ailleurs les gilets jaunes ne sont pas tous des casseurs et ont certainement des vraies difficultés à finir leur fin de mois. Ne pas mélanger. Le ras le bol du pays est réel, et si vous aimez vous faire tondre comme un mouton, pas moi. On commence à raser les os....(du dit mouton)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :