Emmanuel Macron reconfine le territoire et ferme les écoles pour trois semaines

Le chef de l'État a appelé à « la mobilisation de chacun » durant avril face à l'épidémie du Covid-19, en étendant les restrictions en vigueur depuis la mi-mars à l'ensemble de la métropole. Les établissements scolaires vont fermer pendant trois semaines et les trois zones de vacances de printemps sont unifiées. L'ensemble des dispositifs d'aides aux entreprises est prolongé. En jeu, l'exécutif doit fixer le calendrier de la reprise économique, à laquelle est invariablement liée celui de la mise à disposition des vaccins à tous les Français. Le point sur les annonces de ce confinement strict.

6 mn

Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. (Crédits : POOL)

De tous les scénarios possibles pour tenter de reprendre le contrôle sur la propagation du Covid-19, le gouvernement les aura finalement tous retenus. Après le confinement dur en 2020, un « confinement adapté pour la seconde vague », puis le confinement territorialisé début 2021, la France va finalement repasser, plus d'un an après l'éclatement de la crise, en confinement strict, pour au moins trois semaines. Emmanuel Macron a annoncé lors d'une allocution ce mercredi 31 mars cette généralisation du dispositif du confinement, déjà en place dans une vingtaine de départements, à tout le territoire, et ce, dès ce samedi soir et pour quatre semaines. Conséquence de ce durcissement de la stratégie pour freiner la propagation des variants du virus, dès lundi, les crèches, collèges, lycées français vont fermer pendant trois semaines.

De même, des milliers de commerces, selon la liste des « essentiels » du gouvernement, vont devoir rester portes closes. Enfin, parmi ces mesures qui concerne l'Hexagone, mais pas les territoires d'outre-mer, le couvre-feu de 19 heures est généralisé à tous les départements, tout comme l'interdiction de se déplacer à plus de 10 kilomètres. Des choix que le président de la République justifie en raison d'une épidémie « plus étendue qu'au printemps dernier et plus dangereuse qu'à l'automne », avec « 44% des patients en réanimation qui ont moins de 65 ans. »

« Les cours se feront à la maison dès la semaine prochaine », a confirmé le chef de l'État depuis l'Élysée à 20 heures, à l'heure des JT. Et de préciser une « adaptation du calendrier scolaire » : « à partir du 12 avril, la France sera placée en vacances de printemps. La rentrée aura lieu le 26 avril et, le 3 mai, collégiens et lycéens pourront retrouver physiquement leurs écoles. »

Face à un niveau d'acceptation très faible des restrictions au sein de la population, le gouvernement crée néanmoins une parenthèse de liberté : les déplacements entre les régions vont être autorisés durant le week-end de Pâques.

Autre perspective positive donnée en direct, certains lieux culturels et des terrasses pourront réouvrir à partir de la mi-mai.

En attendant, les vacances scolaires de printemps se dérouleront sur tout le territoire du 12 au 26 avril. « Je sais que cette réorganisation implique de changements profonds pour les parents d'élèves et pour les familles, mais c'est la solution la plus adaptée pour freiner le virus, tout en préservant l'éducation et donc l'avenir de nos enfants », a plaidé le chef de l'Etat.

Egalement rejetée par les Français, l'attestation de déplacement qui ne sera pas généralisée mais « les contrôles seront renforcés », a précisé Emmanuel Macron. « Nous faisons le choix de la confiance », a-t-il insisté tout en rappelant la stratégie du « tester, alerter, protéger, et le couvre-feu ».

La prolongation de tous les dispositifs d'aides

Du côté des entreprises, l'ensemble des dispositifs d'aide aux salariés et aux entreprises actuellement en vigueur seront prolongés dans le contexte du durcissement des restrictions.

« Comme depuis un an, l'accompagnement économique et social sera au rendez-vous, les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel, et pour les salariés et les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises, tous les dispositifs actuellement en vigueur seront prolongés », a détaillé le président.

« Nous avons bien fait »

Sous le feu des critiques sur le choix de l'exécutif de ne pas avoir opté, dès le mois de janvier, pour un confinement strict, Emmanuel Macron a répondu lors de cette intervention : « nous avons bien fait. »

De même, tandis que les services de réanimation sont déjà en situation de saturation, le chef de l'État l'assure : « Nous avons conservé la maîtrise de la situation dans l'hôpital ». Et d'annoncer également « des renforts supplémentaires » dans les hôpitaux.

Au 26 mars, plus de 5.000 patients sont en réanimation. Près de neuf lits de réanimation sur 10 (6.833 sur 7.665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés, selon le ministère de la Santé qui précisait que « la montée en charge des capacités se poursuit dans toutes les régions ».

Le Premier ministre Jean Castex prononcera aussi jeudi une déclaration, qui sera suivie d'un débat et d'un vote devant les deux chambres du Parlement « sur l'évolution de la situation sanitaire ».

> Dossier : la course aux vaccins

La vaccination contrainte à l'accélération pour réouvrir

La vaccination sera élargie à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans le 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai, a annoncé Emmanuel Macron.

Les personnes de moins de 50 ans suivront mi-juin et « d'ici à la fin de l'été, tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés », a-t-il ajouté.

Reste que la France est encore largement dépendante des livraisons de vaccins de l'étranger et de la logistique de suivi qu'elle a promis de mettre en place au travers notamment des « vaccinodromes ». Déjà, elle accusait d'un retard comparé à ses voisins européens.

Lire aussi : COVID-19 en 24H: vaccinodromes, Borne hospitalisée, dispute Poutine-Breton...

De son côté, l'UE a reçu 107 millions de doses de vaccins anti-Covid sur l'ensemble du premier trimestre, avait indiqué mercredi la Commission européenne, rappelant s'attendre aussi à « une accélération » ces prochaines semaines.

A la fin de la semaine (au 4 avril), les Vingt-Sept auront reçu au total 107 millions de doses dont 29,8 millions de la part d'AstraZeneca, 67,2 millions de BioNTech-Pfizer et 9,8 millions de Moderna, a détaillé une porte-parole de l'exécutif européen lors d'une conférence de presse.

Alors qu'AstraZeneca avait initialement promis 120 millions de doses aux Vingt-Sept au premier trimestre, il avait finalement indiqué ne pouvoir en fournir que 30 millions.

La France peut compter néanmoins sur l'arrivée du quatrième vaccin, celui de Johnson & Johnson, dont environ 8 millions de doses seront livrées d'ici à fin juin, dont 500.000 doses en avril, a indiqué le ministère de la Santé.

Jusqu'à présent, « 8,5 millions » de premières doses, a annoncé Emmanuel Macron mercredi (et 2,8 millions de secondes), ont été injectées en France. « Nous tiendrons nos objectifs de 10 millions de vaccinés dès la mi-avril, 20 millions à la mi-mai et 30 millions en juin, et tous les adultes qui le souhaitent d'ici à la fin de l'été », avait réaffirmé Gabriel Attal.

Lire aussi : Tensions sur les vaccins: l'Union européenne prête à mettre sa menace de blocage à exécution

 (Avec AFP)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 46
à écrit le 01/04/2021 à 13:40
Signaler
C'est ce qu'ils réussissent le mieux. Du temps des pays frères, les gens étaient heureux du confinement et très protégés par le mur antifasciste.

à écrit le 01/04/2021 à 13:23
Signaler
Vu dans l'agenda présidentiel pour demain : "Déplacement à Saint-Egrève". Je suis loin d'être un cador en géographie, mais à vu de nez, la région Auvergne-Rhône-Alpes est à plus de 10km de l'Elysée. Nous apprécierons grandement que nos forces de l'or...

à écrit le 01/04/2021 à 13:08
Signaler
En fait on ne devrait pas nommer l'executif tel quel, mais plutot l'executeur, ce serait plus approprie.

à écrit le 01/04/2021 à 12:03
Signaler
Il ne faut surtout pas oublier que les mesures décidées par Emmanuel Macron se situent un an seulement avant la prochaine élection présidentielle et que celui-ci, qui est jeune et en bonne santé, se verrait bien garder son poste 5 ans de plus, d’auta...

le 01/04/2021 à 18:40
Signaler
On se donne alors rendez-vous à la fin de l'été, début de l'automne ? Vous n'avez pas vu arrivé la première vague ni la seconde, encore moins la troisième et donc non plus la quatrième. Commence à faire beaucoup.... Me semble donc qu'à la lectur...

à écrit le 01/04/2021 à 9:53
Signaler
Depuis un an ils n'ont rien fait, pire les pandémies virales sont une réelles menaces ignorées. La ministre de la santé de la dernière pandémie, chahutée pour sa prévoyance sur des vaccins est hospitalisée à la pandémie suivante, souhaitons lui un ra...

à écrit le 01/04/2021 à 9:49
Signaler
Pendant ce temps : Un nouveau nom pour un nouveau départ ? Le vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, pris dans la tourmente ces dernières semaines, a décidé de changer de nom, d’étiquetage et d’emballage, rapporte The Brussels Time...

à écrit le 01/04/2021 à 9:44
Signaler
Il ne fallait pas céder aux mandarins, les vaccins arrivent et fermer les petites boutiques ne changera rien. Encore 11 milliards (Bercy) de dettes en plus, et de la souffrance pour les personnes coincées dans les ville.

à écrit le 01/04/2021 à 8:47
Signaler
Les 10 kilomètres sont une avancée réelle, permettant ainsi de se déplacer seulement avec une carte d'identité à savoir on utilise enfin des outils qui ont fait leurs preuves plutôt que d'improviser des attestations bidons.

à écrit le 01/04/2021 à 8:24
Signaler
Pour les 10.000 lits de réa ça aurai du être fait depuis longtemps ,ça aurai évité bien des problème. Veran va avoir du mal a expliquer pourquoi il ne l'a pas fait avant.

le 01/04/2021 à 10:14
Signaler
@le lapin a écrit le 01/04/2021 à 8:24 On peut toujours augmenter le nombre de lits mais il faut trouver le personnel et c'est l'un des points critiques. La réa, c'est un métier. Cordialement

le 01/04/2021 à 10:47
Signaler
Un infirmier reste un infirmier. Les actes purement réa peuvent être laissés a ceux formés effectivement. Et comme on déprogramme dans les autres services... Ou alors vous insinuiez que notre Juju aurai lancé des paroles en l'air?

le 01/04/2021 à 14:19
Signaler
@le lapin le 01/04/2021 à 10:47 J'ai écrit "personnel", je n'ai pas évoqué le terme "infirmier". Je n'invente rien, ce sont les directeurs de hôpitaux de AP qui le disent. Cordialement

le 01/04/2021 à 17:10
Signaler
lesquels alors, les jardiniers, les comptables les techniciens de surface, les agents de maintenance les drh pour gérer tout ça? Bien que lapin et non poisson je suis tout ouïe

à écrit le 01/04/2021 à 7:58
Signaler
On appréciera notre super start-upper épidémiologiste de génie. AUCUN progrès depuis 1 an ! Perso je me serai fait viré 3 fois par mon patron qui juge au mérite lui.... Une démission collective du gouvernement serait un minimum. Les énarques europ...

à écrit le 01/04/2021 à 7:51
Signaler
Pour la fermeture des écoles ,c'est assez raisonnable. Toujours cette idéologie de la fermeture des magasins. Indemnisations et chômage partiel, ouille. Globalement son mandat aura été un désastre et la facture va être salée. Va pas faire bon gagner ...

le 01/04/2021 à 8:39
Signaler
Perso, je pense que la fermeture des écoles est ce qu'il y a de pire. Bien sûr; ce sont les classes les plus défavorisées qui verront leurs enfants les plus pénalisés (rupture très nette de l'ascenseur social). Dans mon milieu où personne n'a moins q...

à écrit le 01/04/2021 à 7:46
Signaler
Je n'aimerais pas être à la place du gouvernement quand on voit les cas sociaux que nous sommes, à lire les commentaires... Je suggèrerais à la tribune d'arrêter la possibilité de commenter les articles, c'est comme si ça s'auto-entretenait... Alle...

le 01/04/2021 à 8:45
Signaler
"montrons que nous sommes civilisés" "Montrons que nous sommes obéissants" aurait été plus honnête de la part du gars qui fait un commentaire pour critiquer les commentaires. Si nous avions une classe dirigeante sereine et politiquement puiss...

le 01/04/2021 à 17:25
Signaler
Depuis 53 ans soit mai 68 : il est interdit d'interdire .

à écrit le 01/04/2021 à 7:37
Signaler
les anglais ont gagne en changeants de stratégie mais en france le président garde une équipe qui perd un 1er ministre nomme pour sortir du 1er confinement et sa réussite est deux confinement de plus. une preuve de plus des énarque qui détruise le ...

à écrit le 01/04/2021 à 3:44
Signaler
La réforme de l’état s’impose au plus vite, le ministère de la santé et les ARS ont gagné, maintenant il va falloir payer les pots cassés, Les ARS Ont freinés la coopération avec le secteur des cliniques privées, elles ont continué de réduire le nom...

à écrit le 01/04/2021 à 3:22
Signaler
La democrature prend l'eau de toute part.

à écrit le 01/04/2021 à 0:11
Signaler
Article un: Il est institué un tribunal spécial en France pour juger du désastre du COVID. Le tribunal comptera un juge et vingt-quatre jurés. Article deux: Seront jugé: Le président, premier ministre, ministre de la Santé et directeurs du ministèr...

à écrit le 01/04/2021 à 0:03
Signaler
Et aucune opposition ne se manifeste contre lui dans la sphère politique : tous acceptent les mesures liberticides, les brimades infantilisantes comme les attestations, l'inaction depuis plus d'un an sur le nombre de lits en réanimation (et là on vie...

le 01/04/2021 à 6:34
Signaler
Encore un effort, il faut les virer, donc jouer contre eux, et quand les autres seront élus, tenir le cap.

à écrit le 31/03/2021 à 23:55
Signaler
Astrazeneca a encore tué une femme de 38 ans aujourd'hui par thrombose. Les autres vaccins ont aussi leur cortège de victimes. Mais c'est pas grave, Macron persiste, il faut vacciner puisque le ration est "favorable".

le 01/04/2021 à 10:04
Signaler
Un nouveau cas : Un homme de 63 ans est décédé le 17 mars à l’hôpital de l’Annecy, succombant à de multiples thromboses aux organes vitaux 10 jours après la première injection d’AstraZeneca, relate Le Dauphiné libéré. La vaccination a eu lieu au c...

le 01/04/2021 à 17:29
Signaler
2 morts , et combien de millions de vaccinés protégés du virus en Europe grace à ce vaccin . Soyez réalistes , ça changera .

à écrit le 31/03/2021 à 23:25
Signaler
Les hôpitaux de ma région capitale sont sur saturés ? Je prends des "mesures renforcés " à l'autre bout du pays. Mes "mesures renforcés " dans ma région capitale sur saturent mes hôpitaux ? J'y vois des résultats en progrès et surtout on ne change...

à écrit le 31/03/2021 à 23:25
Signaler
Qui veut attendre 2022 pour ce débarrasser de ça ?

à écrit le 31/03/2021 à 23:00
Signaler
Le plus sage : ( et mettre d’accord tout le monde ) Est de suspendre tous les vaccins ARN et OGM et autoriser que «  les vaccins traditionnels «  avec le virus «  non actif «  = TUE , pour vacciner la population ( franchement c’est plus sage ) la v...

à écrit le 31/03/2021 à 22:51
Signaler
Macron est descendu du vélo et se regarde pédaler.. Dans le monde entier alerte générale : la pandémie repart dans les pays vaccinés avec les nouveaux variants. Il faut se tourner vers un traitement qui brise les mutations comme l’ivermectine ou l’hy...

à écrit le 31/03/2021 à 22:39
Signaler
En gros les profs ont gagné encore beaucoup de vacances payées. Certainement, pour remerciement des bons résultats obtenus par leur élèves aux test TIMMSS (résultats fin 2020). ..

à écrit le 31/03/2021 à 22:28
Signaler
Les "blouses blanches" ont encore gagné, la dictature médicale a toujours de bon jour devant elle. Pour mémoire, peu d' "hospitaliers " se sont fait vacciner, car beaucoup ont juger que c'était inutile ..

le 01/04/2021 à 5:13
Signaler
@ Cheng. "Que c'etait inutile" vous pouvez ajouter, dangereux. Il desormais prouve que les actuels produits injectes ne stoppent en rien les variants, voire qu'ils les agravent. Cordialement.

à écrit le 31/03/2021 à 22:17
Signaler
Le jour même où la Justice belge vient de prononcer une sentence à l'encontre des mesures liberticides du gouvernement et de l'état belge: il faut le faire! Les mesures prises sont non seulement liberticides, mais surtout n'auront pas les effets espé...

le 01/04/2021 à 1:51
Signaler
On s'en tape de la Belgique. Notre maître c'est l'Allemagne.

le 01/04/2021 à 16:37
Signaler
@BH a écrit le 31/03/2021 à 22:17 Le Juge Belge a condamné a une amende € 5 000 par jour de retard, après 30 jours .... Qui reçoit le 'amende ? Cordialement

à écrit le 31/03/2021 à 21:45
Signaler
Avec Macron c' est stop and Go et sans espoir ni rémission face au refus de TRAITER.. Et ailleurs?.. Voyons chez le ..précurseur vaccinal et ça swingue. Dans un communiqué paru le 30 mars 2021, le Dr Hervé Seligmann et l’ingénieur Haim Ya...

à écrit le 31/03/2021 à 21:43
Signaler
La France a perdu donc, Encore une guerre perdue ! C’est quand la dernière fois que la France a gagné la guerre ? Sans les américains ou les russes je veux dire ? Macron a rendez vous avec Covid en forêt de Compiègne la semaine prochaine pour sign...

à écrit le 31/03/2021 à 21:19
Signaler
Faut se méfier d'un chef qui commence son mandat par limoger un Général d'Armée.

à écrit le 31/03/2021 à 21:19
Signaler
Et voilà on est reparti pour un tour. Plus aucune liberté, on est obligé de rester chez soi. Cela sent le brûlé pour Macron et ses sbires pour les présidentielles.

le 31/03/2021 à 22:53
Signaler
C'est pas un confinement, à Paris et région parisienne plus de la moitié des gens ne portent ni masque ni ne respectent rien, ceci en pleine journée. Le soir venu la proportion passe à 95%. Les "forces de l'ordre " sont d'une discrétion extraordina...

à écrit le 31/03/2021 à 21:13
Signaler
Ouf! Il sauve l'essentiel...et surtout il renvoie les "confineurs" à leurs chères études. Sera ce enfin la "trêve des confineurs"?

à écrit le 31/03/2021 à 21:12
Signaler
Ouf! Il sauve l'essentiel...et surtout il renvoie les "confineurs" à leurs chères études. Sera ce enfin la "trêve des confineurs"?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.