Le Rhône, l'Aube et la Nièvre rejoignent la liste des départements confinés

L'Aube, la Nièvre et le Rhône sont soumis à leur tour à des mesures renforcées dès vendredi et pour quatre semaines. Ils rejoignent la liste des 16 départements ayant déjà mis en place ces mesures.

5 mn

Le taux d'incidence dans le Rhône, et notamment à Lyon, approche la barre des 400, à 383 pour 100.000 habitants, selon Santé Publique France.
Le taux d'incidence dans le Rhône, et notamment à Lyon, approche la barre des 400, à 383 pour 100.000 habitants, selon Santé Publique France. (Crédits : Robert Pratta)

[Article publié le 24.03.2021 à 16:46, mis à jour le 25.03.2021 (confirmation du renforcement des mesures) à 18:11]

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi que l'Aube, la Nièvre et le Rhône étaient à leur tour soumis à des mesures sanitaires renforcées, alors que la hausse des contaminations au coronavirus s'accompagne d'une augmentation inquiétante des hospitalisations.

S'exprimant lors d'une conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire, il a indiqué que les nouvelles restrictions entreraient en vigueur ce vendredi pour une durée de quatre semaines.

"Des concertations auront lieu cet après-midi" pour faire passer ces départements sous régime renforcé, avait annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi à l'issue du conseil des ministres, tenu dans la foulée d'un nouveau conseil de défense sanitaire.

Lire aussi : Covid-19: 16 départements confinés pour un mois dont ceux de l'Ile-de-France

Le taux d'incidence dans le Rhône, et notamment à Lyon, approche la barre des 400, à 383 pour 100.000 habitants, et atteint 329 dans la Nièvre et 445 dans l'Aube, selon Santé Publique France.

"Je parlais devant vous il y a deux semaines de gros temps à venir; nous y sommes", a-t-il constaté. "La situation épidémique est mauvaise et il nous faut agir, aller plus loin, là où le virus circule le plus, là où la dynamique générale est la plus forte, là où l'hôpital et le plus éprouvé".

Le gouvernement reste fidèle à sa stratégie de territorialisation et de riposte graduée à l'épidémie. Et ce nouveau tour de vis était attendu, Emmanuel Macron ayant souligné mardi que "si d'autres territoires" connaissaient la même dégradation de leurs indicateurs, il faudrait "sans doute l'entendre".

Mais épidémiologistes et médecins réclament un confinement strict dans les zones où l'épidémie flambe. Ainsi en Île-de-France, où le directeur de l'AP-HP Martin Hirsch a constaté dans un courriel à ses équipes mercredi matin que tant en termes d'hospitalisations conventionnelles que de réanimations, les services n'ont "pas connu un nombre d'entrées aussi haut en 24 heures depuis la première vague" de mars 2020.

"Si ces mesures sont pleinement appliquées, elles auront un effet sur l'incidence dans notre pays" du virus et sur le niveau d'occupation des places en réanimation, a défendu Gabriel Attal.

Comme Emmanuel Macron la veille, il a aussi insisté sur la nécessité de recourir, pour les entreprises qui le peuvent, au maximum au télétravail, et a de nouveau promis contrôles et sanctions accrus.

Le Premier ministre Jean Castex "cherche toujours à éviter un troisième confinement", confie à l'AFP une source gouvernementale, alors qu'en Allemagne, la chancelière Angela Merkel, très critiquée pour avoir voulu une mise sous cloche du pays tout entier pour le week-end de Pâques, a dû rétropédaler.

Le ministre de la Santé Olivier Véran doit lui être interrogé mercredi après-midi sur cette stratégie lors d'un débat à l'Assemblée nationale sur "le suivi de la crise sanitaire".

 "On va dans le mur"

 Face à la saturation des services hospitaliers, une partie du monde médical gronde.

"On marche sur la tête avec des mesures qui sont complètement déconnectées de la réalité", a estimé sur Cnews le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris, dénonçant la fermeture de l'activité opératoire pour soigner des patients atteints du Covid.

En Île-de-France, le semi-confinement est une mesure "hors-temps". "Je ne vois pas comment ça peut freiner... On va dans le mur", a-t-il estimé, appelant l'exécutif à "ne pas perdre le lien avec le terrain, et se méfier aussi de l'opinion publique".

Le nombre de malades du Covid soignés en réanimation augmente régulièrement ces derniers jours, de 4.400 dimanche à 4.634 mardi, pour se rapprocher du pic de la 2e vague de l'automne (4.900 le 16 novembre).

Depuis samedi, dans 16 départements, dont toute la région parisienne, les Hauts-de-France, une partie de la Normandie et les Alpes-Maritimes, de nouveaux commerces ont fermé, les déplacements sont limités à 10 km, sauf motif dérogatoire, et le gouvernement a renforcé ses appels au télétravail et à ne pas inviter d'amis chez soi.

En Martinique, où l'épidémie repart, la préfecture a annoncé un couvre-feu à compter de vendredi de 22H00 à 06H00, pour trois semaines.

Comme ailleurs en Europe, l'exécutif compte sur la vaccination qu'Emmanuel Macron a promis mardi d'accélérer et d'élargir aux 70-75 ans sans comorbidités dès samedi et à partir de mi ou fin avril aux enseignants.

Gérald Darmanin a d'ailleurs annoncé mercredi l'ouverture de 38 vaccinodromes gérés par 25.000 sapeurs-pompiers formés à la vaccination et 2.500 en charge de la logistique.

Lire aussi : COVID-19 en 24H : vacciner "matin, midi et soir", hôpitaux en surchauffe, stades réquisitionnés...

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, près de 6,6 millions de personnes ont reçu une première dose, dont 2,5 millions ont été vaccinées avec deux.

Gabriel Attal a au passage qualifié mercredi les retards de livraison du vaccin AstraZeneca de "situation totalement inacceptable", alors que l'Union européenne compte durcir son contrôle des exportations de vaccins produits dans l'Union européenne pour "garantir" les approvisionnements des membres de l'UE.

"Moins de baratin"

L'opposition, elle, focalise toujours ses critiques sur des mesures jugées tardives et brouillonnes, avec l'épisode des attestations ratées le week-end dernier, et la lenteur de la vaccination sur fond d'approvisionnement ralenti et de polémique sur AstraZeneca.

Lire aussi : Vaccination: sous pression, l'UE va durcir les exportations, la France toujours à la traîne

"Pourquoi est-ce que le freinage intervient maintenant au mois de mars, alors qu'il aurait dû intervenir au mois de janvier", avec le "risque" désormais de devoir "trier les malades", a interrogé le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur Sud Radio.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 26/03/2021 à 10:49
Signaler
Visionner le Dteur Kron sur Sud Radio que je relayais hier, après les tests PCR bidons à forts PCR qui servent à générer des cas voilà les faux chiffres dans les réas qui servent d' arguments aux confinements : "Dr Bernard Kron - "Les chiffres qu'o...

à écrit le 26/03/2021 à 10:31
Signaler
Merkel veut classer la France en pays à risques Covid!.. "Il faut se rendre à l'évidence : Merkel prend plaisir à infliger à Macron une humiliation, une trahison ou une rebuffade à chaque occasion, tous les 2 ou 3 jours. Il est clair que Mac...

le 27/03/2021 à 14:11
Signaler
Macron sort des yeux de beaucoup de Français aussi...

à écrit le 25/03/2021 à 21:54
Signaler
Cedric O a voulu nommer son application " stop covid" à "stop tous anti-covid". Alors que pour connaitre le succès, il suffisait de nommer son application "stop macron"..

le 25/03/2021 à 22:14
Signaler
Oui mais pas que, Stop UE, FREXIT et tout s' arrête du scénario..

à écrit le 25/03/2021 à 20:58
Signaler
Pour stopper Covid, il faut d' abord stopper les tests PCR bidons.. 8 mois plus tard, le Lancet confirme ce qu' écrit le Dteur ElBaze depuis Juillet 2020 : Les tests P C R ne servent à rien en dépistage DE MASSE car ils détectent surtout des anci...

le 26/03/2021 à 8:46
Signaler
Ok, mais alors si selon vous le nombre de tests positifs est un leurre, comment expliquez-vous l'augmentation extrêmement rapide du nombre de cas graves de personnes en détresse respiratoire aiguë ? Tous ces gens simuleraient donc ?

le 26/03/2021 à 10:27
Signaler
@Polaris vous connaissez le nombre précis alors que le gvt à changé commodément les règles d' admission aux réas pour gonfler les chiffres en jouant comme d' hab sur la peur pour justifier de mesures de confinements? Le docteur Kron ...

à écrit le 25/03/2021 à 18:24
Signaler
Ö Charles, Ö Charles

à écrit le 25/03/2021 à 14:00
Signaler
peu importe la decision prise ,nous c'est a la fin que les comptes serons retenue toutes ces mesures maintenant rentre dans une boite a non oublie des mensonges au chantage des menaces au déclassement de médicaments de l'intimidation a l'autosati...

à écrit le 25/03/2021 à 10:50
Signaler
Ne vous inquiétez pas bientôt ce sera toute la France qui sera confinée. Soyez un peu patient.

à écrit le 24/03/2021 à 23:49
Signaler
Ces mikeys nous gonflent . Le premier de cordée se fait plumer 18 millions en prêtant avec garantie de l'état via la banque britanique greensill . Ils sont nuls !

à écrit le 24/03/2021 à 21:33
Signaler
2,5 millions en plus de 3 mois on eu les 2 doses, pour les 65 millions faudra donc 25 mois pour vacciner tout mes français... Mais heureusement "on accelere"... je sais pas trop comment nos politiciens si déconnectés de la réalité et qui vivent que d...

à écrit le 24/03/2021 à 21:20
Signaler
Sur ce coup là on peut renvoyer la presse et le gouvernement dos à dos. La presse pour commencer n'a pas hésité à réclamer un confinement en janvier, qui on s'en rend compte maintenant aurait un confinement au mauvais moment. Le gouvernement de son c...

le 25/03/2021 à 23:31
Signaler
Les hôpitaux débordés en il de France et vous vous appropriez cette fumisterie? Le chirurgien B Kron démolit la propagande politico-médiatique sur la saturation des réas. Source relayée par le Dteur Nicole Delepine sur so Twitter : "Il faut ...

à écrit le 24/03/2021 à 20:15
Signaler
Je voudrais savoir quand nous aurons le feu vert pour le vaccin les personnes de 65ans

le 24/03/2021 à 21:34
Signaler
Au rythme ou ca va et en prenant en compte les "accelerations" pas avant mai 2022...

à écrit le 24/03/2021 à 19:58
Signaler
"Moins de baratin" Oui c'est une bonne idée mais pour vous tous svp, merci.

le 26/03/2021 à 8:48
Signaler
"TOUS" svp, merci ;-) ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.