En 2015, un tiers des grandes villes ont augmenté leurs impôts locaux

 |   |  402  mots
D'après une étude du Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales, Toulouse est la ville où la pression fiscale des impôts locaux sur le contribuable est la plus importante.
D'après une étude du Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales, Toulouse est la ville où la pression fiscale des impôts locaux sur le contribuable est la plus importante. (Crédits : reuters.com)
En 2015, après trois années de "pause fiscale", les impôts locaux sont repartis à la hausse de 1,8%, d'après une étude sur la fiscalité 2015 des grandes collectivités locales.

L'information est révélée ce samedi par Le Figaro alors qu'une grande mobilisation des maires est organisée dans toute la France pour dénoncer la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. Selon une étude de l'Observatoire du Forum de gestion des villes et des collectivités, un tiers des grandes villes françaises ont augmenté leurs impôts en 2015, en moyenne de 1,8%.

37% des villes et groupements de plus de 100.000 habitants (au nombre de 41) ont augmenté les taxes sur les ménages (taxe d'habitation et taxe foncière) en 2015, une première depuis trois ans, détaille cette étude.

Une hausse modérée par rapport à 2009

Le Forum juge toutefois la hausse de cette année "modérée". En 2009, année de la dernière augmentation des taxes locales sur les ménages, ces dernières avaient bondi de 5,1%, rappelle ainsi l'étude.

"Cette hausse est certes supérieure à ce que les élus avaient envie de faire. Mais elle est très inférieure à ce qu'elle sera l'an prochain où l'on connaîtra un phénomène de rattrapage par rapport au cycle électoral habituel", explique au Figaro Olivier Régis, président du Forum.

Car si 2015 est une année électorale (départementales et régionales), traditionnellement peu sujette à des hausses d'impôts importantes impopulaires, il n'y aura aucune élection en 2016.

Toulouse en tête pour la taxe d'habitation

Dans le détail, en ce qui concerne la taxe d'habitation, la plus forte hausse est enregistrée à Toulouse (+11,5%, soit 112 euros en plus par contribuable), devant Lyon (+4,2%), Bordeaux (+3,7%) et Marseille (+3,3%).

Lille reste toutefois la grande ville où cette taxe est la plus forte (avec un taux de 45,65%), devant Marseille (41,9%) et Nîmes (40,1%).

Pour rappel, la taxe d'habitation est calculée à partir de la valeur locative théorique nette du logement.

Lille pour la taxe foncière

Quant à la taxe foncière, c'est à Lille qu'elle a le plus augmenté en 2015 (+23,3%), devant Toulouse (+13,3%) et Strasbourg (+6%).

Au palmarès des villes où cette taxe est la plus importante, Grenoble se situe à la première place, devant Angers et Caen.

"Toutes les couleurs politiques ont participé à cette inflation, même si la droite est davantage représentée dans le haut du classement", note toutefois Le Figaro.

 (Avec AFP)

POUR ALLER PLUS LOIN :

L'étude complète du Forum pour la gestion des villes et des collectivités locales, septembre 2015

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 11:14 :
Au lieu de se regrouper pour faire des économies, 36 000 communes en France 5 000 en Allemagne, qui paye pour tout ça ? Il y a plusieurs milliards d'économies a faire mais la droite a voté contre le regroupement des communes !
a écrit le 20/09/2015 à 19:10 :
il n'y a pas une bonne gestion à gauche ou à droite mais une bonne gestion tout court , maintenant il devient difficile de justifier les hausses considérables d'impôts auprès des français qui voient leurs revenus bloqués ou presque ce qui n'est pas le cas de nos élus
a écrit le 20/09/2015 à 13:06 :
La France de demain : des "villes intelligentes" qui augmenteront sans cesse leur impôts locaux. Bravo, les sages compétents de Hollandie !
Réponse de le 21/09/2015 à 11:08 :
Faux archi faux ce sont les villes de droite qui augmentent le plus les impôts locaux ! Levallois ville la plus endetté de France ville de droite depuis 40 ans, oui je sais c'est dur a avaler pour une personne qui vote a droite !
a écrit le 20/09/2015 à 13:01 :
On s'en souviendra aux prochaines élections.
Réponse de le 21/09/2015 à 19:26 :
Et vous voterez pour qui? De droite ou de gauche c'est du pareil au même...
a écrit le 20/09/2015 à 11:48 :
Après les réfugiés politiques... on va vers les réfugiés de la fiscalité !
a écrit le 20/09/2015 à 10:40 :
Si j'ai bien compris, des hausses de taxes modérés avant élection et on avisera ra après.
Réponse de le 20/09/2015 à 14:23 :
Ne me dites pas que vous venez de le découvrir???
a écrit le 20/09/2015 à 9:09 :
Que veut dire un pourcentage d'augmentation, si on ne connaît pas le chiffre sur lequel il s'applique ?
10 % à Neuilly n'a peut-être la même signification que 10 % à Nîmes.
Il est quand même très étonnant qu'aucun politique ne remette en cause ^le calcul de ces impôts locaux qui sont les plus injustes.
Que vous ayez des revenus de 2000 € par mois ou 10000 € par mois vous paierez pour un même logement le même impôt.
A même revenu, vous allez payer beaucoup moins si vous logez dans un 50 m² que dans un 100 m².
Ne parlons pas des écarts entre Neuilly, Paris ou des villes de provinces.
Réponse de le 21/09/2015 à 4:01 :
Non pas du tout vous pouvez payer plus pour un 50 m2 que pour un 100 m2
cela dépend de la valeur qui lui a été attribué
Réponse de le 21/09/2015 à 4:27 :
amusant ce sont les maires qui approuvent les taux pour les communes! mais avec la crise de l'immobilier les prix ont chûté et les appréciations de nos biens ne correspondent plus donc à la valeur qui leur est attribué donc nous sommes bel et bien floués
a écrit le 19/09/2015 à 22:47 :
La plupart de ces villes sont pourtant tenues par la droite. Comme quoi avoir un maire UMP n'est pas une garantie contre les hausses d'impôts...
Réponse de le 20/09/2015 à 11:18 :
Tout comem celles tenues par le PS ou FN ou autres modem udi Pcf etc..
Ils n'ont pas le choix que d'augmenter vu que l'état se désengage des régions et départements.. moins de subventions de l'Etat = plus d’impôts au final que ce soit en fonciers ou en locaux...
Réponse de le 21/09/2015 à 11:05 :
Non, c'est la gestion du Maire qui compte. Économe ou dépensier voire très ambitieux/mégalo, argent mis de côté pour le futur ("coussin"), ou emprunts toxiques, les charges ne sont pas les mêmes. Certaines villes n'ont pas changé les impôts depuis plus de dix ans, mais dépenser sans compter c'est plus facile (le levier est l'impôt local) que de chercher à optimiser, ne pas dépenser trop.
(un nouvel appel d'offre a permis de diviser par deux le prix (habituel) du feu d'artifice de Grenoble)
a écrit le 19/09/2015 à 20:59 :
Tous ces gens qui piquent de l'argent dans les ressources des français. Ils ont pas honte ?
Les volés eux savent que si il n'y a pas de sous on dépense pas.
a écrit le 19/09/2015 à 17:30 :
Il est étonnant que les républicains N'appliquent pas dans les communes dont ils ont la gestion les règles qu'ils exigent de l'Etat : baisse des impôts et baisse des dépenses ! On peut donc les féliciter pour leur belle leçon de démagogie professionnelle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :