Et Macron plia face à Castex et à l'APHP sur le « reconfinement »

POLITISCOPE. En décidant un troisième reconfinement, même "light", le docteur Castex assume l'échec du "pari perdu" du président qui s'était rebellé en janvier contre une telle issue. Un an tout juste après le confinement 1, beaucoup plus strict, la pression est maximale sur Emmanuel Macron dont le destin est soumis aux caprices du "maître du temps", le virus.
Marc Endeweld
(Crédits : POOL New)

Et voilà le retour des attestations de déplacement (archaïsme qui fait certes la joie de policiers tatillons) pour près d'une vingtaine de millions de Français. L'Ile-de-France, les Hauts-de-France, et certains départements de la Normandie, ainsi que le département des Alpes-Maritimes, vont finalement revivre un troisième confinement « pendant un mois », comme l'a prescrit à la télévision jeudi soir le docteur Castex.

Le « pari » d'Emmanuel Macron que décrivaient avec ravissement les commentateurs il y a encore mois est manifestement perdu. Ce jeudi soir, Jean Castex avait le plus grand mal à expliquer pourquoi le choix de ne pas confiner fin janvier - une décision toute présidentielle - avait été une bonne décision, tout en expliquant qu'il était aujourd'hui urgent de reconfiner. Mais, attention, il s'agit de reconfiner d'une manière « territorialisé » prévient le Premier ministre, qui rappelle que le gouvernement a « appris » depuis un an au sujet de la covid-19.

Nous voilà rassurés. Ces déclarations du 18 mars - tout juste un an après le reconfinement national du printemps 2020 - laisse un goût amer pour les Français qui se sont globalement pliés aux multiples contraintes sanitaires, alors qu'une minorité d'entre-eux continue d'organiser des fêtes entre amis (sans être sanctionnés), ou même de profiter de passe-droits, notamment dans les couloirs des pouvoirs, qu'ils soient politiques, économiques ou médiatiques. Le Canard Enchaîné dévoilait ainsi il y a quelques jours comment des journalistes de la chaîne BFMTV et des médecins de l'APHP avaient l'habitude de déjeuner ensemble dans un restaurant clandestin...

Depuis une semaine, la pression portée sur l'Elysée était maximale. « Si on ferme, on perd », commentait d'ailleurs, mi-fataliste, mi-cynique, un conseiller du président quelques jours avant les annonces Castex, laissant entendre que la décision de reconfiner la région capitale (30 % du PIB français et de la croissance...) aurait forcément des conséquences sur le scrutin présidentiel de 2022. Au château justement, Emmanuel Macron, qui avait annoncé être « en guerre » il y a tout juste un an, et qui avait annoncé aux Français il y a à peine quinze jours qu'il fallait encore tenir « quatre à six semaines », est apparu ces derniers temps particulièrement seul. Tel un général sans armées. Au point de reconnaître lundi, lors d'un déplacement : « Le maître du temps, c'est le virus, malheureusement ». Les Français étaient donc de nouveau suspendus aux décisions de l'Elysée. Quelques heures avant les annonces primo-ministérielles, ils avaient droit à la météo du confinement via les chaînes d'info. On avait alors BFMTV qui militait pour un confinement dur 7/7, sur CNEWS, c'était forcément la chienlit, et LCI optait pour des mesures adaptées pour le coeur économique de la France, quant à France Info... la chaîne publique ne faisait pas semblant de rien savoir...

Mais c'est dans les coulisses du pouvoir que la tension fut à son comble durant cette semaine si cruciale pour le futur immédiat de millions de Français, et pour l'avenir politique et économique du pays. Au coeur même de l'Etat, on assista en réalité à un combat homérique entre le président, désireux de sortir par le haut, et particulièrement soucieux des difficultés économiques, sociales et psychologiques de millions de Français, et un front pro-confinement, inflexible, constitué de Jean Castex, Olivier Véran, le ministre de la Santé, Jérôme Salomon, le patron de la Direction Générale de la Santé, et Martin Hirsch, tout puissant patron de l'APHP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris).

Au coeur des débats : l'analyse des derniers chiffres de l'épidémie. Car ces derniers présentent de nouvelles particularités, notamment en Ile-de-France : baisse de la mortalité, hausse régulière des contaminations mais sans explosion, mais avec des réanimations saturés assurent alors l'APHP et les médecins qui se succèdent sur les plateaux télés. Cet état de fait serait dû à des « variants » du virus plus virulents.

Pourtant, là aussi, les chiffres disponibles dans les tableaux de bord de l'Agence Régionale de Santé Ile-de-France interrogent : l'évolution des âges concernés par les réanimations est resté stable (en dehors des plus de 75 ans qui baissent car ils commencent manifestement à bénéficier des effets vaccination), et surtout, on ne constate pas d'explosion des appels à SOS Médecins, ou d'augmentation significative des interventions SMUR. « Tout cela nous enseigne une chose : contrairement aux discours alarmistes de ces derniers jours, il n'y a pas d'explosion de la circulation du virus telle qu'on la craignait ces derniers mois avec l'arrivée de nouveaux variants », témoigne un médecin de l'APHP sous le sceau de l'anonymat. Est-ce à dire que la décision de reconfinement en Ile-de-France n'a été prise qu'en considérant les difficultés de file active des services des réanimations ?

Rappelons au passage que cette sous capacité hospitalière est le résultat de près de quinze ans de politique hospitalière indexée principalement sur des critères de rentabilité. C'est justement Jean Castex entre 2005 et 2006, alors grand directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, qui avait introduit cette notion de rentabilité en mettant en place le plan hôpital 2007 et la tarification à l'activité... Ce retour par le passé est pourtant rarement évoqué, y compris par les opposants politiques au gouvernement. On en paye pourtant tous le prix aujourd'hui, et au premier chef, l'économie française.

Le président Macron, sous la pression des médecins et de l'administration de Santé, a donc finalement décidé de nouvelles restrictions aux libertés publiques. Et s'il y a bien une chose qu'Emmanuel Macron déteste, c'est d'être forcé à prendre une décision. De fait, lors des derniers conseils de défense sanitaires, l'ambiance était pesante et glaciale, le président se plaignant régulièrement de ne pas disposer de suffisamment de chiffres précis, notamment sur le nombre de lits finalement ouverts depuis un an, comme le gouvernement s'y était engagé. Devant ses subordonnés, le président s'étonna aussi que l'Ile-de-France se retrouve à être la région la moins vaccinée, malgré son caractère stratégique pour un pays aussi centralisé que la France.

Au delà de ces considérations, c'est en tout cas l'échec total des politiques de prévention en France. Le fameux triptyque « tester/tracer/isoler » n'est toujours pas opérant. Heureusement, l'arrivée massive dans les tous prochains jours d'auto tests va peut être remédier à la situation. Parmi les proches du président, on ne cache plus une certaine amertume : « des têtes vont tomber », espérait encore l'un d'eux quelques heures avant le reconfinement, visant explicitement « les technocrates de la santé ». À ce jeu des responsabilités, pourtant, le président ne sait pas encore s'il en sortira indemne politiquement malgré son irresponsabilité juridique garantie par la Constitution. Car ce troisième reconfinement, à Paris et dans sa région, risque de nouveau de fragiliser tout un tissu économique, déjà grandement fragilisé depuis un an de crise mondiale. Sans parler des conséquences sociales, et psychologiques dans les prochains mois...

Comme un pied de nez aux mandarins qui ne semblent n'avoir en en tête  que la solution du reconfinement, le professeur de droit public Paul Cassia publiait une tribune dans Le Monde contre de telles restrictions publiques. Le juriste s'en prenait à « des mesures de type moyenâgeux (...) instaurées dans la précipitation par imitation du précédent chinois », et qui devraient « en temps de paix être totalement bannies de notre ordre juridique, qui ne les connaissait pas avant mars 2020, tant elles sont attentatoires à la dignité de la personne humaine en raison des trop nombreuses privations ou restrictions de libertés du quotidien qu'elles véhiculent, sans par ailleurs aucune certitude documentée quant à leur efficacité sanitaire. » De quoi créer encore de belles prises de bec sur les plateaux télé...

Marc Endeweld

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 27/03/2021 à 12:31
Signaler
La grande cabale est bien présente, les gilets jaunes doivent être de retour au plus vite et participons tous à la vrai révolte et non celle de la grippe COVid

à écrit le 22/03/2021 à 10:26
Signaler
Je vois pas où est le problème. Macron a eu raison en janvier et février de tenir tête aux "enfermistes", car l'épidémie était à un plateau. Confiner n'aurait servi à rien pour endiguer la vague qui arrive, et qui est principalement saisonnière (prin...

le 22/03/2021 à 10:41
Signaler
Votre plateau et son pari ont coûté 15 000 morts... Superbe réussite. Autant que la grippe saisonnière annuellement.

le 22/03/2021 à 16:07
Signaler
Jorge, J'avoue ne pas comprendre votre exigence pour que l'Etat confine les gens. Sauf erreur de ma part, vous comme moi sommes majeurs et informés des risques encourus : chacun prend ses responsabilités et assume ! Si vous estimez enco...

à écrit le 22/03/2021 à 5:30
Signaler
Quelle jubilation de ne plus vivre en France. Un pt a la ramasse, une immigration incontrolable, de la violence de partout, une administration d'un temps revolu, une police aux ordres dont on ne sait qui, des confinements inutiles et tres couteux, d...

à écrit le 21/03/2021 à 20:07
Signaler
Le professeur Toussaint dit ses 4 vérités sur LCI: «On voit qu'on n'en serait absolument pas là si les 12.000 lits qui avaient été promis le 27 août 2020 avaient été mis en place». En ABSURDISTAN, le gouvernement et ses experts nous disent : " On ...

à écrit le 21/03/2021 à 12:12
Signaler
Macron ne "plie" pas et n'a aucune quelconque empathie ou réserve, comme les médias, et malheureusement La Tribune compris, veulent nous le faire croire. Il peut éventuellement juste avoir la trouille pour lui-même ("qu'ils viennent me chercher"). Il...

à écrit le 21/03/2021 à 10:21
Signaler
La sensibilité des tests PCR pose question, un cas vécu: Vous êtes dans la force de l'age et vous avez un Covid qui se déroule sans mal, et bien au bout de trois semaines alors que vous avez fait une bouffe avec des petits vieux sans contamination, v...

à écrit le 21/03/2021 à 10:13
Signaler
France Soir commet là un très bel article, "Résistance ! Contre la corruption, le mensonge et la trahison" Ce Système vicié qu’il faut abattre. Une classe dirigeante dévoyée et pervertie, ivre de morgue, méprisant le peuple et retournée non...

à écrit le 21/03/2021 à 8:39
Signaler
Pendant ce temps : Des manifestations ont rassemblé ce samedi des milliers de personnes en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Bulgarie ou encore en Autriche pour dénoncer la "dictature" des restrictions sanitaires contre la pandémie. Des...

à écrit le 21/03/2021 à 1:37
Signaler
Bande de guignols. Esperons que les francais auront plus de cerveau en 22 ?

le 22/03/2021 à 2:25
Signaler
qui sont les vrais guignols sinon les ponctionnaires de l'hopital qui ne veulent soigner personne !!! ces bandits de l'hopital qui ne sont toujours pas assez gavés et qui veulent le fric des vaccins !!!! combien de plaintes déposées contre ces ban...

à écrit le 20/03/2021 à 21:22
Signaler
"face à Castex et à l'APHP sur le « reconfinement »" Souvenir : C’est Castex qui était par exemple l’un des fervents promoteurs de la tarification à l’acte et de la restructuration du système hospitalier entre 2005 et 2007 quand il était direct...

à écrit le 20/03/2021 à 13:05
Signaler
Quand le généralissime de la guerre virale plie, c'est le signal de la débacle. Macron chef de l'Etat est-il prêt à signer un traité de paix avec les hôpitaux et le corps médical et à investir dans les moyens d'une médecine autonome sans bureaucratie...

à écrit le 20/03/2021 à 11:27
Signaler
Un président d'opérette, voilà ce que nous avons élu en 2017. Aucune proactivité, aucune concertation avec les scientifiques (qui eux demandaient un confinement strict en février déjà, avec les vacances l'impact aurait été minimal), des décisions pri...

le 22/03/2021 à 2:30
Signaler
oui, d'accord avec vous, quel est cet Etat de ponctionnaires tous plus bandits les uns que les autres, qui ne font que créer chomeurs et pauvreté. Ces bandits de l'hopital qui ne soignent que leur porte monnaie mais pas les malades !!!!!!!!!!!!

à écrit le 20/03/2021 à 9:06
Signaler
Je comprends mieux le discours des médecins a la TV : Les laboratoires pharmaceutiques seraient très très généreux avec nos chers médecins ! Entre janvier 2012 et juin 2014, ils auraient ainsi versé par moins de 236 millions d'euros en cadeaux e...

à écrit le 20/03/2021 à 9:00
Signaler
Souvenir récent : "L’attestation « officielle » n’avait donc aucun caractère obligatoire", résume Marie-Christine de Montecler dans un article publié sur le site d'actualité juridique Dalloz . Dans une décision du 22 décembre 2020, le Conseil d’É...

à écrit le 20/03/2021 à 8:39
Signaler
le precedent gouvernement étais si nul que son chef n'a pas eu le courage de demander au peuple de revoter pour lui et bien celui ci lui resemble de plus en plus dans sa nullité dans ses mensonges perpétuel dans son autosatisfaction surtout et l...

à écrit le 20/03/2021 à 8:39
Signaler
Un détail qui a son importance mais dont on ne parle pas c’est que la promenade sans limitation de durée dans un rayon de 10 kms autour de son domicile devra être faite seul(e) et non pas avec des amis, la seule compagnie autorisée semblant être cell...

le 20/03/2021 à 10:30
Signaler
Auto-autorisation de circulation... On est en France, attention purée de pois ( fonctionnarisation socialisante ) on s'accroche: ... "..Dans ces départements, les déplacements ne sont autorisés qu'au sein du département ou dans un périmètre défin...

à écrit le 20/03/2021 à 5:34
Signaler
La promesse d’août 2020 du ministre de la santé médecin hospitalier de profession c’était 12000 lits de réanimation, rien n’a été fait . On casse l’économie du pays en fermant les commerces, des millions de personnes sur le carreau , une dette abyssi...

le 21/03/2021 à 11:06
Signaler
Pour former une infirmière faut 3 ans d'études, comment voulez vous ouvrir des lits en 6 mois si on a pas de soignants autour?

à écrit le 19/03/2021 à 21:21
Signaler
Notre bon vieux Docteur Mabuse rejoue la politique du chaud-froid, du chat qui torture gentiment la souris. C'est un jeu sans fin qui a montré son inefficacité mais dont le but est d'arriver à l'élection de 2022 (sauf entourloupe de Macron) sans q...

le 21/03/2021 à 11:09
Signaler
D'où la lenteur aux vaccins et les couvre feu ou confinements qui se suivent, en faisant ça y a pas de grèves ni gilets jaunes. Mais bon une question reste toujours sans réponse, où son et que font les syndicats pour ls salariés dans ce moment où ils...

à écrit le 19/03/2021 à 19:19
Signaler
Confinement mon amour... Alors que le gouvernement français achève de se ridiculiser avec un 3ème confinement qui ne pourrait pas porter ce nom, Catherine Avice psychanalyste, signe dans France Soir un article révélant le processus adopté par les ...

à écrit le 19/03/2021 à 19:17
Signaler
Le Porte-parole du gouvernement justifie les évacuations sanitaires COVID19 depuis l'Île-de-France : « Chaque lit compte » « En même temps », le gouvernement continue à supprimer les lits d'hôpitaux, notamment en Île-de-France Comment certains pe...

le 20/03/2021 à 6:31
Signaler
Mr Asselineau, nous n'avons pas besoin de lits supplémentaires, nous avons juste besoin de médecins qui soignent or ils en sont incapables !!!!

le 21/03/2021 à 11:11
Signaler
Pire vu que les lits libre a Angers, Bordeaux... seront pris, dans 15 jours ces régions seront confinées aussi a cause de ces fichu Parigaux,... et ce phénomène va même être amplifié par le vidage de Paris fait vendredi...

à écrit le 19/03/2021 à 15:35
Signaler
Pourquoi toujours critiquer? Joutraux , Hebdos, Mensuels Radios et Chaînes TV même combat :démolir. Les individus ont le choix : pandemie ou vie avec vaccins et mesures. Y a t il un candidat pour remplacer Macron jusqu'aux Présidentielles prochai...

le 21/03/2021 à 11:14
Signaler
Oui moi et les 65 millions de Français qui appartiennent pas a cette technocratie déconnectée des Français. Ce serait difficile et même impossible de faire pire. Quand on voit que LaREM se prend le choux pour une simple attestation qui devrait même p...

à écrit le 19/03/2021 à 13:54
Signaler
"C'est terminé maintenant les gogos qui savent tout sur tout et le déballent partout !" Jean Castex dans son discours d'investiture de premier ministre. Ah bon !? ^^

à écrit le 19/03/2021 à 13:37
Signaler
Manipulez médiatiquement un virus semble plus aisé qu'un conflit social, on fait dire tout, et son contraire, aux données récoltés!

à écrit le 19/03/2021 à 13:35
Signaler
Le Président a dit, nous sommes en guerre, ce qui sous entend qu'en période de guerre, on fait de la médecine de guerre. Tout le monde est au front. Chacun a sa place et on "tractionne " tous dans le même sens. Assez de jérémiades. Insupportable to...

à écrit le 19/03/2021 à 13:17
Signaler
Quelle pagaille dans ces cranes d'oeufs d'Enarque... et l'APHP .... les barons avec secretaires, assistantes, tres hauts salaires qui expliquent que les modestes doivent s'enfermer. Virons tout le monde tres rapidement. Que tout le monde ecrivent à s...

à écrit le 19/03/2021 à 13:05
Signaler
seulement Ile de France et Haut de France sont concernées !

le 21/03/2021 à 11:18
Signaler
Ben non, tout le monde est concerné, si vous prenez la route et que malheureusement vous passez par une route qui a seulement quelques kilomètre dans une de ces région, vous devez avoir une attestation au risque de prendre un PV a un péage d’autorout...

à écrit le 19/03/2021 à 11:39
Signaler
On voit à quel point cette société qui n'accepte plus la mort peut dériver vers quelque chose qui n'est plus vivable ! Et il semble impossible de les arrêter ! Que se passera t il si les vaccins ne sont pas efficaces contre un variant ? On va vivre ...

le 19/03/2021 à 12:00
Signaler
Totalement d'accord avec vous. Pour moi, une seule solution : sanctionner ce gouvernement dans les urnes. Votez massivement contre ce gouvernement.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.