La souveraineté, nouveau mantra d'Emmanuel Macron ?

POLITISCOPE. Le président de la "startup nation" a redécouvert à l'exercice du pouvoir ses racines "chevénementistes". Derrière cet apparent tournant souverainiste pour défendre le made in France, se masque peut-etre aussi une réelle impuissance à enrayer le déclin du pays.
Marc Endeweld

5 mn

(Crédits : Reuters)

Depuis maintenant bientôt un an, le président Macron multiplie les discours évoquant la « souveraineté ». Dès le début de la pandémie, il expliquait ainsi avoir l'ambition de « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. » Quelques mois plus tôt, dans The Economist, il avait exhorté ses partenaires européens à assurer « l'autonomie stratégique » de l'Europe. Puis, au coeur de l'été, alors que les Français reprenaient quelques forces entre deux vagues épidémiques, Emmanuel Macron est revenu sur le sujet, en affirmant : « Nous devons relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires. La souveraineté sanitaire et industrielle sera l'un des piliers du plan de relance ». Un discours que ne renierait pas un certain Arnaud Montebourg, ancien ministre du « redressement productif » de François Hollande.

Qu'est-il arrivé au président de la « start up nation » et de la « disruption » de 2017 ? Certains commentateurs y voient une nouvelle lubie pour rassurer les Français. À la rentrée de septembre, le président persiste et signe pourtant, et pas n'importe où, devant les acteurs de la « French Tech », en plaidant pour une « souveraineté numérique européenne ». Changement de décor en décembre, dans une usine Framatome au Creusot, mais le discours reste le même : « Le nucléaire restera la pierre angulaire de notre autonomie stratégique », affirme-t-il alors, en annonçant le lancement d'un nouveau projet de porte avions nucléaire pour 2038. Bref, on est bien loin des sommets « Choose France » censés séduire les investisseurs étrangers à coups de célébrations de « l'attractivité française » retrouvée.

Conversion sincère ou stratégie politique

Si certains commentateurs louent ce tournant macronien, d'autres rappellent qu'Emmanuel Macron a commencé son cheminement politique au Mouvement des Citoyens (MDC) de Jean-Pierre Chevènement, il y a une vingtaine d'années, et que cette célébration de la souveraineté n'est donc qu'un juste retour aux sources. D'autres encore ne croient pas en une conversation sincère du président de la République, ou déplorent que ses discours ne soient pas réellement accompagnés d'une stratégie lisible.

C'est le cas du député LR Olivier Marleix, qui avait présidé dès 2017 une commission d'enquête parlementaire sur les décisions de l'Etat en matière de politique industrielle, et qui a publié il y a quelques jours un réquisitoire contre la politique économique d'Emmanuel Macron (Les liquidateurs, Robert Laffont, 19 euros) : « Dans la France d'Emmanuel Macron, la politique industrielle est faite par les banques d'affaires - plus par l'Etat ; au service de la rentabilité du capital à l'évidence, beaucoup moins au service des salariés ou dans l'intérêt industriel du pays », fustige le parlementaire de droite.

Bien sûr, Marleix ne jette pas uniquement la pierre à Emmanuel Macron. Le député fait ainsi remontrer cette perte de souveraineté industrielle à une quarantaine d'années, fustigeant au passage la « doxa » qui avait cours « dans la France des années 1990 » : « nous devions devenir une "économie de services". Je me souviens d'un dîner avec un collaborateur de Dominique Strauss-Kahn alors ministre de l'Economie livrant une analyse ne souffrant aucune espèce de contradiction : "L'industrie, c'est fini, la mondialisation appelle la spécialisation des économies, nous devons devenir une économie de services, comme l'ont fait les Anglais avec la finance ». Et Marleix d'expliquer : « Derrière ce choix, il y avait une forme de mépris de classe : l'idée que l'économie des services offre un partage de la valeur qui profite plus à l'intelligence qu'à la main, l'idée qu'il vaut mieux être publicitaire parisien qu'ouvrier mosellan. »

Dans son ouvrage, le député Marleix n'oublie pas d'analyser longuement les fragilités de l'économie française, et notamment le fait qu'elle soit particulièrement exposée aux fonds d'investissement étrangers : « Ce diagnostic d'un manque de fonds propres disponibles pour l'investissement est archiconnu mais n'a pas entraîné de changement radical. La réponse par "l'attractivité" recherchée auprès d'investisseurs étrangers, qui est l'alpha et l'oméga de la politique d'Emmanuel Macron, si elle facilite une augmentation de capital a un moment donné, entraîne aussi une perte de contrôle à terme. »

Souveraineté ou attractivité, il va falloir choisir

Justement, Emmanuel Macron, et son « en même temps », ne cesse de jongler ces derniers mois entre les problématiques de souveraineté et d'attractivité. Une attitude pas forcément du goût des investisseurs. Un haut cadre d'une grande boite de la tech américaine nous faisait ainsi part il y a quelques jours de sa lassitude devant « l'activisme » d'Emmanuel Macron et de son gouvernement contre les GAFA : « Son discours sur la souveraineté est vide. Il est mis à toutes les sauces, faute de mieux, comme pour mieux oublier que la France est vraiment à poil sur certains sujets. Résultat, il nous fait un grand numéro de charme, et de l'autre, il nous tape sur la gueule. Cela ressemble de plus en plus à un comportement de marchand de tapis. Car, à la fin de son numéro, il vous demande toujours de signer un chèque, sans que la confiance soit établie. C'est un souci, on assiste à une perte de crédibilité de la parole de la France pour les investisseurs étrangers ». Peut-être, mais pour un responsable politique, de surcroît pour un président, la priorité d'aujourd'hui est de retrouver une crédibilité vis-à-vis des Français.

Marc Endeweld

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 14/02/2021 à 14:06
Signaler
Après avoir vendu Alstom ? Mais qui les croit encore ces girouettes ?

le 16/02/2021 à 13:18
Signaler
Tout à fait d'accord ! Il n'y a qu'à constater la gestion de la covid... Lorsqu'il n'y aura plus suffisamment de richesses ( entreprises ) en France, cela sera la descente aux enfers ! Plus de salaires pour les fonctionnaires et les retraites...etc....

à écrit le 14/02/2021 à 8:40
Signaler
Ils sont vraiment prêts à tout nos politiques. Faut qu'on leur demande de danser des claquettes avec une plume dans le derrière, pour qu'on puisse choisir le meilleur la prochaine fois

à écrit le 13/02/2021 à 22:10
Signaler
Je peux me tromper, mais il semble y avoir une singularité française. Alors que les français se battent pour survivre, à cause du covid, à cause de revenus insuffisants ou indignes pour la majorité d'entre eux, ils doivent se battre aussi contre un ...

le 13/02/2021 à 22:56
Signaler
Pourquoi croyez vous que Macron a été mis à la tête de l' Etat par les sélectionneurs euro-mondialistes et le Bielderberg (lui même le dit!)? "Tout candidat qui se déclare pour le maintien dans l’UE, dans l’euro, dans l’OTAN et dans Sc...

à écrit le 13/02/2021 à 20:21
Signaler
La souveraineté ? Celle qu'il ne manifeste pas dans les négociations avec l'Allemagne sur l'avion de combat du futur ou le nouveau char de combat ?

le 14/02/2021 à 9:19
Signaler
D'accord à 100% avec Britannicus; cet individu est le bradeur de l'économie française.

à écrit le 13/02/2021 à 18:47
Signaler
C'est un objectif louable et raisonnable, mais il ne faut pas rêver, il ne sera fait au mieux que ce qui peut se faire. Mais si on ne veut pas devenir chinois et hériter leur système politique, il est temps de réagir. C'est bien une des seules chos...

à écrit le 13/02/2021 à 15:37
Signaler
Et si Maurice Allais avait vu juste.. "..La crise réside dans la mondialisation... Ouvrir les frontières qu'avec les pays socialement comparables... Politiques libérales pour produire de la richesse puis capter l'argent illégitimement produit pour le...

à écrit le 13/02/2021 à 13:40
Signaler
Ou est la souveraineté quand on importe des cadres de dictatures "amis" pour les infiltrer dans nos institutions sous couvert de "diversité" ? Après la collaboration de l'état avec le 3ème Reich, il s'est rapidement soumis aux USA, sans doute par peu...

à écrit le 13/02/2021 à 13:39
Signaler
La souveraineté sanitaire avec Macron comme souverain, on ne nous la refera pas. On connait déjà. Vente des masques interdits dans les pharmacies. Hydrochloroquine interdit en France Tests non disponible Vaccins, ceux disponibles n'ont pas fai...

le 15/02/2021 à 4:12
Signaler
@ demain la France. Il faudra songer au moment de liberer, a nettoyer toutes les administrations noyautees par les enarques aux postes cle. De pendre aux reverberes les traitres a la nation en commencant par son chef. Les revolutions ne sont pa...

à écrit le 13/02/2021 à 13:22
Signaler
Qu'il commence par arrêter de lécher le c** de Merkel. La souveraineté ??: - relance et reindistrialisation par l'industrie de défense - aide pour produire localement - investissement dans la recherche dans tous les domaines d'avenir - sortir de ...

à écrit le 13/02/2021 à 12:07
Signaler
Tant qu'il ne comprendra pas que le souverain c'est le peuple, il parlera a tort et a travers!

à écrit le 13/02/2021 à 11:45
Signaler
Avant de parler de garder la souveraineté, interrogez vous sur le pourquoi avoir vendu cette souveraineté (SNCF, EDF, GDF, France Telecom...) Tout ça seulement pour quelques millions et combler un micro trou sur le moment qui devait être compenser lo...

le 13/02/2021 à 18:30
Signaler
Qui regrette le monopole de France Telecom et de ses tarifs dégueulasse ? A part ceux qui y travaillaient car ils ne payaient pas le téléphone ou l'internet ...

à écrit le 13/02/2021 à 11:36
Signaler
Pourquoi ne pas déjà passer sous Linux ou autres logiciels libres l'ensemble des administrations publiques ? A cause des lobbys ? La gendarmerie l'a fait et ça semble bien fonctionner. Cela ferait beaucoup, beaucoup, d'économies et assurerait une cer...

à écrit le 13/02/2021 à 11:08
Signaler
Il ne s'agit pas de relocaliser mais de développer nos start-up avec l'aide de capitaux français en permettant la création (enfin) de fonds de pension. Nos entreprises manquent de capitaux, ces fonds permettraient de les financer et de sécuriser leur...

le 13/02/2021 à 12:12
Signaler
On souhaite du progrès, non pas de l'innovation parasite!

le 13/02/2021 à 18:31
Signaler
Oui la France est un enfer administratif, il faut beaucoup plus de libertés !

le 13/02/2021 à 21:51
Signaler
Réponse à Passalto : en fait, je viens de comprendre : vous êtes un macroniste de la première heure qui tente de justifier les errements de votre gourou 😁

à écrit le 13/02/2021 à 10:56
Signaler
La souveraineté, nouveau mantra d'Emmanuel Macron ? Macron n'a qu'un mantra dans la plus grande constance, les blasblas mensonges bonimenteurs

le 13/02/2021 à 11:42
Signaler
Il espère seulement atteindre le second tour en 2022...

à écrit le 13/02/2021 à 9:42
Signaler
Startup nation! c'est insultant...non? Malgré que je ne soit pas abonné à la tribune, que pourtant je visite tous les jours, je me permets une demande auprès des rédacteurs. S'il vous plait Mesdames, Messieurs, n'utilisez plus le qualificatif de star...

le 13/02/2021 à 22:17
Signaler
Oui! Mais c'était le tps béni de la France industrielle des 30 Glorieuses avec ses niveaux de croissance à 5 ou 6% l'an, qui embauchait à tour de bras des ouvriers et employés pour les nvelles usines à produit de gde consommation ( le way of life U...

à écrit le 13/02/2021 à 9:32
Signaler
Pour être un dirigeant souverain il ne faut personne au dessus de soi sinon on reste un serviteur des riches qui parle souveraineté.

à écrit le 13/02/2021 à 9:24
Signaler
" Le président de la "startup nation" a redécouvert à l'exercice du pouvoir ses racines "chevénementistes" .....et c'est bien ce qu'on lui reproche ! La présidence d'une nation n'est pas un champ d'expériences , la découverte la méthode des és...

le 13/02/2021 à 9:41
Signaler
Avant toute chose Macron a découvert les GOPE ou feuille de route de l' UE et voilà pourquoi il n' avait pas de programme! Aujourd' hui nous en sommes à FREXIT ou avoir le, les mêmes jusqu' au gvt mondial.

à écrit le 13/02/2021 à 8:17
Signaler
De la pure com politique. Jupiter 1er continue à casser le système social et politique, à bafouer la démocratie (le Parlement ne sert plus à rien, la démocratie representative est morte sans aucune consultation des français), à vendre les bijoux de ...

le 13/02/2021 à 9:46
Signaler
Bien vu, tout doit disparaitre et toutes les ressources du pays doivent être pillées avec le mondialiste Macron qui a été mis là pour siphonner les richesses françaises au profit des américains.

le 13/02/2021 à 10:28
Signaler
Même doté des meilleures intentions patriotiques, un dirigeant qui reste dans l'UE et l' euro est très vite OBLIGÉ DE SE PLIER aux GOPE, aux traités et aux règles des 26 autres États. Il n' a pas d' autre choix.

à écrit le 13/02/2021 à 8:17
Signaler
Pendant ce temps : Voilà une mesure qui passe mal, et encore moins dans un contexte de crise. Un projet d'ordonnance du ministère de la Justice, qui ferait passer le paiement des salaires après celui des administrateurs et mandataires judiciaires ...

à écrit le 13/02/2021 à 7:56
Signaler
L’électoralisme pousse vraiment le personnel politique à se renier. Ça fait 20 ans que Macron aurait pu le montrer, non? Ce n’ai pas cela qui l’a amené à l’Elysée, mais la trahison de la France au profit de quelque banques d’affaires.

à écrit le 13/02/2021 à 6:33
Signaler
la souveraineté linguistique ça lui écorcherait la gueule? Brizitte, au secours

à écrit le 13/02/2021 à 0:16
Signaler
Ce déclin malheureusement ne date pas d'hier !! L' énarque qui nous gouverne, avec tte la clique de ses prédécesseurs devraient le savoir !! Ce déclin s'est construit patiemment mais sûrement avec un pays qui n'a cessé de vivre au dessus de ses moy...

le 13/02/2021 à 3:45
Signaler
@Fred06. Il existe encore des gens qui ont de la memoire. Un grand bravo a vous. Mais le constat reste amer. Le pays France n'est plus rien, ou si peut. Ce pseudo president vend ce qu'il reste sans etats d'ame. L'avenir est a l'Asie, l'ardoise i...

le 13/02/2021 à 13:14
Signaler
Bravo de rappeler la triste histoire du déclin couvert sous les grands discours généreux et hypocrites

à écrit le 13/02/2021 à 0:02
Signaler
Macron souverainiste qui prend ses ordres aux GOPE de Bruxelles, j' ai failli faire sous moi ! C' est bien là sa dernière marotte électorale ou nous allons encore subir d' autres divagations ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.