Face à la grippe, la France est-elle impuissante ?

Le gouvernement s'émeut de la propagation de la grippe et des menaces en termes de santé publique. Comment en est-on arrivé là ?
Fabien Piliu

5 mn

 Nous sommes en train de passer le pic de l'épidémie. Elle va se poursuivre quelques semaines encore. La saturation des services d'urgence n'existe pas aujourd'hui , a expliqué Marisol Touraine, la ministre de la Santé
" Nous sommes en train de passer le pic de l'épidémie. Elle va se poursuivre quelques semaines encore. La saturation des services d'urgence n'existe pas aujourd'hui ", a expliqué Marisol Touraine, la ministre de la Santé (Crédits : CHARLES PLATIAU)

L'épidémie de grippe frappe les Français, affaiblie les plus fragiles et bouleverse la médecine de ville comme les services des urgences des hôpitaux.

Entre le 4 et le 10 janvier 2017, l'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (IRSAN) estime que la grippe a touché 305 680 nouvelles personnes en France métropolitaine.

"Nous sommes en train de passer le pic de l'épidémie. Elle va se poursuivre quelques semaines encore. La saturation des services d'urgence n'existe pas aujourd'hui", a expliqué Marisol Touraine, la ministre de la Santé ce vendredi, précisant qu'il "n'y a pas de difficultés pour accueillir les personnes". Jeudi, 142 hôpitaux français sur 850 étaient déclarés "établissements de santé en tension".

Des propos qui prolongent ceux qu'elle tint jeudi, après que la ministre a été convoquée le matin par François Hollande, le président de la République, accompagné de Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP. "Débordé ça serait s'il y avait des patients auxquels on disait: "désolé, il y a pas de place pour vous, vous ne pouvez pas être pris en charge (...)": ce n'est pas ce qui arrive", avait déclaré celui-ci.

La FHF avance plusieurs explications

Certes, la propagation du virus est plus précoce que d'habitude. Selon l'IRSAN, qui a comparé les données hebdomadaires recueillies depuis trois ans, le nombre de cas pour 100.000 habitants s'élève à 460,93 actuellement alors qu'il n'était que de 101,39 à la même date en 2015 et de 229,24 en 2014. Est-ce une raison suffisante pour expliquer la congestion des urgences et l'essoufflement de la médecine de ville que semblent vouloir relativiser le gouvernement ?

La Fédération hospitalière de France (FHF) tire déjà plusieurs enseignements de la crise sanitaire actuelle. Premier point, la FHF dénonce le manque d'anticipation des pouvoirs publics. "Il aura malheureusement fallu attendre cette semaine pour que le gouvernement prenne conscience de l'ampleur de la situation. La tenue de réunions plus en amont, associant l'ensemble des acteurs du système de santé, quels que soient leur statut (publics ou privé), de l'amont et de l'aval, aurait sans nul doute permis de mobiliser plus efficacement les énergies et d'améliorer la coordination entre les uns et les autres", explique la Fédération dans un communiqué.

Moins de lits ?

Celle-ci pointe également les limites de la politique de suppression de lits et d'économies au rabot observées ces dernières années. "Les hôpitaux publics ont été contraints de réduire massivement leurs lits dans un mouvement souvent non accompagné de réorganisations territoriales. Rappelons que l'objectif cible du plan triennal était de 16. 000 lits supprimés", indique la FHF. Un propos relayé par Patrick Pelloux, le président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF), et Philippe Juvin, le chef des urgences de l'Hôpital Georges-Pompidou et député européen (LR) qui ont également critiqué mercredi la politique de fermetures de lits menée selon eux ces dernières années, estimant que cette situation avait pu aggraver la difficulté des hôpitaux à faire face à l'actuelle épidémie de grippe.

Ces arguments ne tiennent pas selon le ministère de la Santé qui recense 2.450 lits de médecine et 2.830 lits de soins de suite et de réadaptation supplémentaires depuis 2012.

Qui pour vacciner les Français ?

LA FHF estime également que "l'épidémie de grippe met en lumière l'insuffisante couverture vaccinale de la population mais aussi des professionnels de santé". "Cela rend indispensable des mesures fortes en faveur d'une politique de prévention qui associe tous les acteurs et au premier rang desquels les pharmaciens dont le rôle doit davantage être reconnu", poursuit la Fédération.

Sur ce sujet, il faudra que les professionnels de santé se mettent d'accord. Dans le cadre du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2017, des députés ont voté une expérimentation permettant aux pharmaciens de vacciner contre la grippe dans es officines où ont été achetés les vaccins. Mais les médecins et les infirmiers se sont opposés farouchement à cette mesure, pour des motifs différents.

"Est-ce que la solution réside dans la multiplication des lieux de vaccination ? Certainement pas ! Rappelons que les infirmières procèdent déjà à des vaccinations et que cela n'a pas fait augmenter le taux de couverture vaccinale. C'est en développant la prévention et les missions de santé publique du médecin traitant (...) qu'on parviendra à améliorer la couverture vaccinale. Il faut recentrer la vaccination sur le médecin traitant via des consultations dédiées à la prévention à des âges ciblés", avait alors expliqué la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) le premier syndicat de médecins libéraux.

MG France ne fut pas en reste.  "L'expérimentation envisagée suppose la formation initiale des pharmaciens, la maîtrise des antécédents, notamment vaccinaux du patient, la transmission au médecin traitant d'informations sur la date, le lot et le type de vaccin utilisé, la surveillance et la prise en charge des éventuels effets post-vaccinaux", précisait le syndicat. Même les infirmiers s'y opposent. "L'amendement voté par la commission des Affaires sociales marque un début de démantèlement des compétences propres aux infirmiers" avait déclaré la Fédération nationale des infirmiers (FNI) à l'AFP.

A toutes choses...

La crise actuelle a un intérêt : elle permet de remettre les choses à leur juste place. Ainsi, on peut en conclure que la prévention, via la vaccination est d'abord un marché, pas une mesure d'intérêt public.

Fabien Piliu

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 15/01/2017 à 1:04
Signaler
Mais que fait donc le gouvernement. Cette antienne agité le public qui n'applique les mesures que de manière égocentrique. Les exemples abondent.

à écrit le 15/01/2017 à 1:04
Signaler
Mais que fait donc le gouvernement. Cette antienne agité le public qui n'applique les mesures que de manière égocentrique. Les exemples abondent.

à écrit le 14/01/2017 à 20:30
Signaler
C'est l'objectif caché. Ainsi, les caisses de retraite feront des économies.

à écrit le 14/01/2017 à 18:55
Signaler
Voici le quotidien dans les hôpitaux, en particulier à Sallanches en Haute Savoie, pays du très bavard Laurent Wauquiez ex Ministre de Fillon Sarkozy et du trouble Bernard Accoyer, ex Président de l'Assemblée nationale sous Fillon Sarkozy devenu adjo...

le 15/01/2017 à 3:26
Signaler
" FILLON PROMET DE NE PLUS PAYER LES SOINS " Déclarez-vous ! Alors vos preuves très claires et irréfutables SVP ?

à écrit le 14/01/2017 à 17:37
Signaler
Non non non la France n'est pas impuissante face à la grippe : c'est même le seul sujet ou elle pourrait briller, Ha Ha Ha ! A voir la tête de la ministre de la santé, moi, en tant que virus, je m'enfuis et je demande l'asile politique en Russie ! ...

le 15/01/2017 à 3:00
Signaler
Son problème : ses yeux, c'est pour çà qu'elle doit se faire Greffer des Yeux, et ALORS elle sera 1er Ministre de son collègue, d'il y a peu, Président Macron. Mitttterrrand s'était fait limer les dents de devant : trop ironiques d'apparence, ET IL ...

à écrit le 14/01/2017 à 14:26
Signaler
M.Touraine se satisfait d'avoir augmenté le budget santé de 2 % . Bravo ! Oui mais ce budget augmente en réalité de 4 % par an, donc il manque encore 2 % pour assurer les soins nécessaires. Raboter ce budget a des conséquences visibles en cas de cri...

le 15/01/2017 à 12:54
Signaler
Touraine est d'abord une MILITANTE GAUCHISTE, et 2èmement, Sinistre de la " santé ", pour honneurs ! et paie. Jean-Yves Le Drian EST MINISTRE DE LA DEFENSE ( et bien loin derrière, très anecdoctiquement, militant ps)

à écrit le 14/01/2017 à 13:20
Signaler
Si l'on ne peut soigner une pandemie grippale comme celle que l'on connait pendant cette hiver 2017 comment pourrait soigner autre chose ? La medecine française que l'on decrit comme la meilleure au monde serait-elle en fait un ersatz de solution med...

le 15/01/2017 à 3:19
Signaler
Je ne vaccine en rien, et ne donne pas de sang, A CAUSE DES AIGUILLES. Je me suis meme échappé de l'hopital, et ne me soigne que moi-meme. J'achète médicaments en dollars, sur internet : inde ou Amériques. JE NE COUTE DONC RIEN DU TOUT A LA SECU, ma...

le 15/01/2017 à 3:27
Signaler
Je ne vaccine en rien, et ne donne pas de sang, A CAUSE DES AIGUILLES. Je me suis meme échappé de l'hopital, et ne me soigne que moi-meme. J'achète médicaments en dollars, sur internet : inde ou Amériques. JE NE COUTE DONC RIEN DU TOUT A LA SECU, ma...

le 15/01/2017 à 12:44
Signaler
D'accord avec vous, d'autant qu'en ce moment, la désinfection des blouses blanches et des mains, n'est pas une priorité. Chambre seule, quel atteinte SCANDALEUSE à l'intimité ! au repos, ces chambres à deux lits, vous et une inconnue. Supporter une c...

le 15/01/2017 à 12:45
Signaler
D'accord avec vous, d'autant qu'en ce moment, la désinfection des blouses blanches et des mains, n'est pas une priorité. Chambre seule, quel atteinte SCANDALEUSE à l'intimité ! au repos, ces chambres à deux lits, vous et une inconnue. Supporter une c...

le 15/01/2017 à 17:53
Signaler
Vous avez raison, leur nourriture des hôpitaux publics C EST UN IGNOBLE MEPRIS D ETAT. Pour le prix de ce " forfait hospitalier " Bon repas savoureux, et sain, dans Restaurant ordinaire. Moi aussi leur plateau je REFUSE : puant et repoussant et sans...

à écrit le 14/01/2017 à 13:00
Signaler
On n'aurait pas vendu des vaccins "périmés" ou de mauvaise qualité ? Bizarrement, cet axe n'est pas analysé... et de la part de groupes pharma, cela ne m'étonnerait guère.

à écrit le 14/01/2017 à 12:39
Signaler
Comme très souvent, des responsables extérieurs (en particulier les politiques publiques) sont cherchés afin de ne pas admettre sa propre responsabilité. Oui ça coûte cher de soigner, et ça semble de moins en moins justifié quand on sait qu'ils aurai...

à écrit le 13/01/2017 à 19:55
Signaler
J'habite le fin fond de la campagne Normande , et nous quand on a la grippe et bien on ne va pas à l' hôpital à 3/4 d' heure du domicile...comment faisaient nos grands parents ? très peu de moyen de transport .Pour moi il serait intéressent de traite...

à écrit le 13/01/2017 à 18:53
Signaler
Alors que la ministre paradait les mois derniers devant les cameras pour annoncer dixit « En 2017, le trou de la “Sécu” aura disparu » , histoire de préparer l’après F. Hollande, la grippe elle ne disparaissait pas. Mais pourquoi diable ne pas avoir ...

le 13/01/2017 à 19:26
Signaler
Pourquoi toujours cet excès de vaccination? Si ces vaccins sont certes indispensable pour nos vieux (et nous quand on le sera) quel intérêt avons nous de tous vouloir ce vacciner? Croyez vous vraiment que la grippe disparaitrait? Moi je ne pense pas ...

à écrit le 13/01/2017 à 16:41
Signaler
Choquée : j'ai été aux URGENCES pour ne pas attendre. Mon nez coule, je me mouche vert : C EST UNE URGENCE, je dors moins bien, et c'est insoutenable aussi le jour. Ils m'ont envoyé paitre aux URGENCES, meme avec ma carte vitale. Cà va changer MON PR...

le 15/01/2017 à 2:52
Signaler
J'ai donc été au DOCTEUR. Il m'a reçu 25mn, IL M A DONNE des antibiotiques, et comme d'habitute sur l'ORDRE ONNANCE, il a ordonné au pharmacien l'interdiction de génériques. J'ai DROIT au vrai, et au meilleur. D'abord c'est la Sécu, C EST GRATUIT, j'...

à écrit le 13/01/2017 à 16:12
Signaler
si la grippe etait une preoccupation pour eux, ils auraient deja vote une loi qui interdit la grippe!!! a chaque contrariete, ils votent une loi car ils sont contre s'ils n'ont rien vote, c'est que la grippe, ils sont pour, ca reduit les inegalites...

à écrit le 13/01/2017 à 16:07
Signaler
Normal , ça fait des mois que ce gouvernement ne bosse plus sauf pour recaser ses " amis ".Donc la vaccination anti-grippe , bof .....

le 15/01/2017 à 2:32
Signaler
Hollande-Caseneuve, vient d'imposer à la Cancérologie, un Dir de cab de Touraine, qui est totalement Ignorant en Santé à 16000 eur par mois, alors que le plus haut salaire de cet institut d'excellence, est de 5277eur. Idem chaque semaine depuis juin,...

à écrit le 13/01/2017 à 13:40
Signaler
De toute façon l'hôpital actuel est en sous capacité, "ça coûte trop cher". Et puis de toute façon les médecins sont trop payés les infirmières foutent rien à part des RTT. Les seuls qui bossent sont les administratifs directeurs avec primes de...

le 13/01/2017 à 15:20
Signaler
La France est encore en surcapacité de lits par rapport à d'autres Pays comparables comme la Suéde ou l'Allemagne. En plus, rien n'empêche les hôpitaux de mettre en place des plans de Secours pour faire face à des augmentations exceptionnelles d'hosp...

le 14/01/2017 à 19:07
Signaler
Vous dites n'importe quoi Ozarme, des lits sont deja ouverts "d'urgence" mais encore faut-il pouvoir trouver du personnel qualifié rapidement, les pôles de remplacement étant petit à petit dégonflé en effectif quand ce n'est pas carrément fermés, ont...

le 15/01/2017 à 2:40
Signaler
Cour des Comptes : " Hôpitaux publics 1 Administratif pour 1 soignant(e ) " C EST UNIQUE AU MONDE. les copains et copines d'abord, partout où l'on peut inventer de l'administratif Doré. INDEBOULONNABLES CEUX LA CELLES LA.

à écrit le 13/01/2017 à 12:27
Signaler
La France est le pays au monde le moins soumis au catastrophes naturelles et le plus avantagé par son climat tempéré idéal pour la vie de tous. Que l'on se noie dans un verre d'eau est normal quand on bénéficie des meilleurs avantages naturelles sur...

à écrit le 13/01/2017 à 12:08
Signaler
Merci pour cet article. "Ainsi, on peut en conclure que la prévention, via la vaccination est d'abord un marché, pas une mesure d'intérêt public" Hé oui tant que nous placerons notre santé entre les mains de gens qui pensent d'abord à leurs in...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.