Fiscalité : la mairie de Paris veut taxer davantage les très aisés

La mairie de Paris appelle à réformer la fiscalité des collectivités locales qu'elle juge « à bout de souffle ». Elle préconise pour cela de taxer davantage les logements et bureaux vacants mais aussi les contribuables et les touristes les plus aisés. Des mesures applicables à la capitale mais aussi dans le reste de la France.
le déplafonnement de la majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires en zone tendue.
le déplafonnement de la majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires en zone tendue. (Crédits : Shutterstock)

C'est un appel au changement. « Le système actuel de fiscalité des collectivités locales est à bout de souffle et nécessite d'être urgemment réformé », considèrent Nicolas Bonnet-Oulaldj, chef des élus communistes parisiens, et Paul Simondon, adjoint PS aux finances de la maire Anne Hidalgo, dans leurs propositions.

Dans un rapport publié mardi 6 septembre, ils listent une série de préconisations à mettre en place. Dans le lot, trois sont incitatives pour le logement : le lancement d'une taxe additionnelle sur les bureaux vacants, la multiplication « au moins par quatre » de la taxe sur les logements vacants ou le déplafonnement de la majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires en zone tendue.

D'autres visent les contribuables et touristes les plus aisés. À savoir le déplafonnement de la taxe de séjour sur les palaces et les hôtels de luxe, et l'instauration d'une progressivité pour les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), versés à chaque transaction immobilière, « par un taux plus élevé pour les biens de luxe ».

La municipalité appelle également à une « réflexion nationale afin de mieux taxer les bénéfices des multinationales installées à Paris » et de « faire davantage contribuer l'économie numérique et le commerce de livraison », à travers la création d'une taxe sur les flottes de livraison ou les produits livrés.

Des mesures duplicables

Nicolas Bonnet-Oulaldj justifie ce rapport par le fait que la ville de Paris a connu un « impact de la crise amplifié ». La municipalité évalue à 1,2 milliard d'euros le coût pour elle de la crise sanitaire, entre les pertes de recettes et les dépenses supplémentaires. Il existe aussi selon lui une « spécificité parisienne sur les taxes de séjour et les résidences secondaires ».

Pour autant, ces mesures ne sont pas spécifiques à la capitale. Pour Paul Simondon, ces « outils de fiscalité incitative » peuvent « être partagés très largement par les élus » de tous bords, y compris par des maires de droite « dans des villes où la situation du logement est très tendue ».

L'adjoint aux finances considère par ailleurs que certaines mesures présentées sont « applicables dès 2023 » si une majorité parlementaire se dégage sur le sujet. « Les DMTO, la taxe de séjour, ça ne coûte rien à l'État, ni aux classes populaires », défend Nicolas Bonnet-Oulaldj pour qui il s'agit de mesures de « justice sociale ».

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 07/09/2022 à 13:22
Signaler
Une ville ruinée par les socialo écolos au pouvoir de Paris. Le préfet doit mettre cette ville sous tutelle au plus vite!

à écrit le 07/09/2022 à 11:55
Signaler
Taxer, taxer, le leitmotiv socialiste qui décidément ne comprend rien à l'économie... Faire des réformes avec l'argent des autres, privilégier le pompage de ceux qui travaillent aux profit de l'assistanat , mais qui peut continuer a voter cette Mair...

le 07/09/2022 à 13:15
Signaler
la maire de paris ne veut plus de francais dans sa ville qui vas pouvoir supporter les contraintes impose pas de vieille voiture pas de stationnement et des taxes et des pv des transport en commun proche du chaos avec des horaires jamais respecte...

à écrit le 07/09/2022 à 10:51
Signaler
La mairie de Paris dépensant plus qu’elle ne gagne est financièrement aux abois et cherche donc tous les moyens pour se redonner un peu d’air !! Et l’arme absolue des socialistes et de leurs alliés, c’est la taxe…… dont les effets pervers et contre p...

à écrit le 07/09/2022 à 10:09
Signaler
Les très zézés, vu les prix dans la capitale, ce sont tous les habitants de Paris, non ? Mr Z a dit que posséder un 100m2 à Paris ça n'est pas être riche, comme quoi tout est relatif. Il faut transformer les hôtels de luxe (hôtels particuliers ?) en...

à écrit le 07/09/2022 à 9:54
Signaler
pourquoi taxer toujours plus et ne pas faire tout simplement des économies ? les JO 2024 commencent à inquieter les élus parisiens on peut s'interroger sur la pertinence de leur maintien

à écrit le 07/09/2022 à 9:53
Signaler
pourquoi taxer toujours plus et ne pas faire tout simplement des économies ? les JO 2024 commencent à inquieter les élus parisiens on peut s'interroger sur la pertinence de leur maintien

à écrit le 07/09/2022 à 9:52
Signaler
Pourquoi ne pas s'attaquer à la gabegie ? exemple : les chantiers dans la ville qui commencent et n'en finissent plus depuis plus de 10 ans...

à écrit le 07/09/2022 à 9:52
Signaler
Pourquoi ne pas s'attaquer à la gabegie ? exemple : les chantiers dans la ville qui commencent et n'en finissent plus depuis plus de 10 ans...

à écrit le 07/09/2022 à 9:12
Signaler
Traduction : on n'a plus de sous, on veut en prendre plus aux riches. Vous noterez qu'à aucun moment ils ne proposent de taxer moins les pauvres, juste taxer plus les riches

à écrit le 07/09/2022 à 8:36
Signaler
Une bonne initiative, taxe qui pourrait être suspendue si les locaux sont loués à des prix raisonnables. La finance ne l'est pas elle raisonnable.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.