Fiscalité : Macron dans les pas de Sarkozy ?

 |   |  540  mots
Les réformes fiscales prévues par le gouvernement risquent de profiter surtout aux plus aisés, selon l'OFCE. Ce qui pourrait rappeler les réformes lancées par Nicolas Sarkozy dès le début de son quinquennat, en 2007.
Les réformes fiscales prévues par le gouvernement risquent de profiter surtout aux plus aisés, selon l'OFCE. Ce qui pourrait rappeler les réformes lancées par Nicolas Sarkozy dès le début de son quinquennat, en 2007. (Crédits : Reuters)
Selon l'OFCE, les réformes fiscales que le gouvernement entend mettre en place profitent surtout aux plus aisés. Comme en 2007.

Le détail des réformes fiscales est encore un peu imprécis, mais le cap est fixé, les objectifs déterminés. Ce que l'on sait ? Les contours de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), de la prime d'activité, des heures supplémentaires, de la taxe d'habitation, de certains minima sociaux seront modifiés. Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) verra le jour.

Selon une étude réalisée par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et publiée mercredi, on commence même à en estimer les effets redistributifs sur les ménages, tous les ménages, des plus modestes aux plus aisés.

Les effets redistributifs bénéficieront surtout aux plus aisés

Bien sûr, les économistes de l'Observatoire rattaché à Sciences Po prennent quelques précautions.

"L'analyse des effets redistributifs reste donc limitée, à la fois par le champ des mesures évaluées, par son caractère statique, par la nature des canaux pris en compte et par l'indicateur servant d'étalon aux inégalités. Elle donne cependant une image pertinente à court terme, permet une appréciation assez robuste des coûts associés aux mesures et est largement utilisée par l'administration économique pour l'évaluation tout comme pour le réglage paramétrique des mesures de politique économique touchant les ménages", expliquent-ils.

Néanmoins, ils semblent être assurés d'une chose : les effets redistributifs des réformes prévues bénéficieront surtout aux plus aisés. Ainsi, selon leurs calculs, 46% du gain fiscal issu de ces mesures bénéficiera au dernier décile, c'est-à-dire aux 10% des ménages les plus aisés, dont le nombre est estimé à 280.000 ménages.

Quand l'Histoire bégaie

Dans ce contexte, on peut se risquer à faire une analogie avec les réformes fiscales lancées par Nicolas Sarkozy dès le début de son quinquennat, en 2007. Dans le cadre de la loi Travail, emploi et pouvoir d'achat -dite TEPA-, qui comprenait également des mesures portant sur les heures supplémentaires (exonérations de cotisations et défiscalisation), un certain nombre de mesures concernait les classes moyennes et supérieures. C'était notamment le cas du bouclier fiscal à 50%, un dispositif élaboré pour vider de sa substance l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sans prendre le risque politique de le supprimer. C'était aussi le cas de l'allègement massif des droits de succession et de donation. Taillé sur-mesure pour les ménages les plus aisés, ce dispositif leur permettait de transmettre à chacun de leurs enfants et de leurs petits-enfants 150.000 euros tous les six ans en franchise d'impôt.

A l'époque, ces mesures avaient fait bondir l'opposition socialiste qui, revenue au pouvoir en 2012, pris alors le soin, d'une part, de supprimer ce qu'il restait de la loi TEPA - un certain nombre de mesures, dont le bouclier fiscal, avaient déjà été supprimées en raison de leur coût pour les finances publiques mises à mal par la crise de 2008-2009 - et, d'autre part, de mettre en place quelques "mesures punitives" contre les plus riches. La taxe à 75% sur les plus hauts revenus en fut le plus fort symbole. La fiscalité, comme l'Histoire, est un éternel recommencement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/07/2017 à 14:15 :
Sarkozy a augmenté les impôts de 70 milliards, Hollande de 75 milliards (le conseiller économie était Macron).
On est arrivé à l'époque du "raz le bol" fiscal.
Macron, président, commence par augmenter la fiscalité et reporte les baisses, si elles ont lieu, à plus tard.
Les dépenses publiques sont à 57 % du PIB. RECORD
a écrit le 14/07/2017 à 11:16 :
Difficile de ne pas voir de nombreuses similitudes entre les deux personnages même si sarkozy était certainement bien moins docile, pour le reste nos politiciens n'étant plus que des serviteurs des riches ce n'est pas étonnant. Tout le monde s'en doutait, si macron est passé c'était juste pour éviter fillon et le pen.

La fabrique à opinion mène aux présidents des riches.

"Après nous il n'y aura plus que des comptables." Mitterrand à Chirac.
a écrit le 14/07/2017 à 7:58 :
En matière de fiscalité les Français sont entièrement nuls. Il faut faire la différence entre les prélèvements sur la production à la charge des entreprises et ceux sur la consommation à la charge des ménages; et faire la différence entre l'ensemble de la consommation (TVA) ou des éléments de cette consommation, les revenus (CSG) ou la consommation d'énergie. Tout ça est expliqué dans l'étude de COE-REXECODE. Il faut taxer l'énergie comme le propose la note n°6 du CAE. Qui est capable de le comprendre ou de nous l'expliquer. C'est urgent!
a écrit le 13/07/2017 à 20:54 :
Que voulez-vous qu' il fasse sinon signer les Gope des commissaires ayatollahs, véritables thaumaturges européïstes, à la marotte obsessionnelle et comme ses deux illustres prédécesseurs ..?

https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 13/07/2017 à 19:14 :
Reste la catégorie de contribuables intermédiaires, ceux qui gagnent trop pour recevoir des aides et pas assez pour profiter de la défiscalisation via les 449 niches fiscales. Les fameuses classes moyennes qui vont encore payer. Les 20 % qui ne profiteront pas de l'exonération de la TH. Les retraités avec la CSG (qui touchera aussi les cadres , les fonctionnaires et les artisans). Toute une population mise à contribution depuis 20 ans.
47% des français assujettis à l'IR. Macron va faire un cadeau fiscal aux actionnaires du CAC 40, cadeau pour 1 % de la population(3 milliards d'euros) alors que dans le même temps , un retraité avec une pension de 1200 e va payer une CSG de 244, 80 euros en plus par an ;Indécent non ?
a écrit le 13/07/2017 à 17:39 :
Une diminution des impôts ne peut profiter qu'à ceux qui en paie. C'est une évidence.La moitié des ménages n'en paie pas. Ils sont donc déjà avantagés et ne peuvent prétendre à plus.
a écrit le 13/07/2017 à 17:36 :
Bonjour, votre sujet est très intéressant et à vrai dire un rassurant pour le contribuable "assidu" que je suis. C'est bien la première fois que qu'un média annonce un allègement de la pression fiscale sur les ménages de la classe moyenne supérieure dont j'essaie de faire partie, en dépit d'un ascenceur social qui ne fonctionne que du 3ème sous sol à au 2ème étage. Etant fonctionnaire, comme mon épouse qui sera bientôt retraitée, notre patrimoine est exclusivement constitué de biens immobiliers, je tente depuis des semaines d'entrevoir ce que sera notre futur régime fiscal, et je n'ai franchement pas l'impression que nous irons avec MACRON vers des jours meilleurs, bien au contraire !! La baisse de la CSG risque de ne pas nous concerner, la retraite de mon épouse pourrait bien être amoindrie, et le nouvel ISF nous taxera au moins autant que l'ancien si ce n'est davantage (honteux rentiers que nous sommes). Alors j'apprécie vos efforts nous assurer de la bienveillance du nouveau président à l'égard des grands contributeurs de la nation, mais vous me permettrez de m'en tenir aux chiffres : Je m'engage ici à vous informer dès le premier euro que ce nouveau gouvernement décidera de m'épargner. D'ici là, votre essai sur l'éternel recommencement des mesures en faveur des riches m'apparaît pour le moins orienté, voire démagogique. Cordialement
Réponse de le 14/07/2017 à 9:04 :
" La baisse de la CSG ... " !?! ... vous avez bien lu ?
Réponse de le 14/07/2017 à 10:39 :
@vache a lait : Rappellons que les riches retraités , plus de 1200 e /mois seront pènalisés de 2.70 % ( 1,70 csg + inflation 1 % depuis le premier janvier) ..Mr Macron est champion toute catègorie des niches fiscales !! Ceux qui payent et ceux qui ne payent pas .
Autre exemple la taxe habitation : La belle idée de dire que c est une taxe injuste puisque très differente d une commune â l autre mais quelle idée de creer ù nouvelle niche fiscale en exonerant 80 % des foyers ?! Autre exemple L ISF : je ne savais pas qu il existait des rentiers , ceux qui possèdent de l immobilier , et ceux qui qui possèdent des actions ne sont pas rentiers .La vraie réforme de L ISF aurait éte dans un premier temps de le rendre juste en supprimant la niche fiscale qui consiste à ne pas se marier .
a écrit le 13/07/2017 à 16:13 :
Nemo auditur turpitdinem propriatem allegans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :