Française des jeux : hausse de 5,3% des mises au premier semestre, porté par le Mondial

 |   |  406  mots
Pendant le semestre, les mises des joueurs ont atteint 7,9 milliards d'euros, contre 7,5 milliards un an plus tôt.
Pendant le semestre, les mises des joueurs ont atteint 7,9 milliards d'euros, contre 7,5 milliards un an plus tôt. (Crédits : Heinz-Peter Bader)
La Française des jeux a annoncé ce jeudi une hausse de 5,3% des mises au premier semestre, à 7,9 milliards d'euros, grâce au succès des paris sportifs liés à la Coupe du Monde de football.

La FDJ, détenue à 72% par l'Etat, publie pour la première fois des éléments financiers sur les six premiers mois de son exercice, en vue de l'ouverture de son capital dont le principe a été acté en juin par le gouvernement dans la loi Pacte, en cours d'examen au Parlement.

Une hausse des mises semestrielles évaluées à 6,3 milliards d'euros

Pendant ce semestre, les mises des joueurs ont atteint 7,9 milliards d'euros, contre 7,5 milliards un an plus tôt, selon un communiqué.

"On enregistre une très bonne performance sur ce premier semestre, au cours duquel nous avons énormément investi sur les paris sportifs et l'événement Coupe du Monde pour avoir une offre attractive, dans un contexte de développement du marché et de forte concurrence dans ce secteur", a résumé à l'AFP Stéphane Pallez, la PDG du groupe.

La Loterie, activité centrale du groupe coiffant les jeux de tirage et de grattage, a vu ses mises semestrielles totaliser 6,3 milliards d'euros, contre 6,2 milliards un an plus tôt. Les paris sportifs ont représenté quant à eux 1,6 milliard d'euros, bondissant de 25% sur un an.

Pour la seule Coupe du Monde (14 juin-15 juillet), la FdJ a enregistré 333 millions d'euros de paris, "un record absolu, bien au-dessus de notre prévision initiale de 200 millions d'euros. Pour la seule finale (France-Croatie, qui a sacré les Bleus dimanche, ndlr), nous avons généré 32 millions d'euros de mises", souligne Mme Pallez.

Une nette augmentation des mises numérisées

Le semestre enregistre également une nette croissance des mises numérisées (soit les paris effectués en ligne, mais aussi ceux faits par le biais d'un service numérique dans un point de vente physique), qui s'élèvent à 1,2 milliard d'euros, contre 0,8 milliard un an plus tôt.

"C'est un indicateur de transformation stratégique très important. Notre objectif à horizon 2020 est d'avoir 20% de mises numérisées, et aujourd'hui nous en sommes à 15%", relève la PDG.

Pour l'année 2017, la Française des jeux - qui détient le monopole en France sur les jeux de tirage et de grattage - avait fait état de résultats record, avec 15,14 milliards d'euros de mises et un résultat net de 181 millions d'euros.

L'Etat empoche chaque année plus de trois milliards d'euros prélevés sur les mises des 26 millions de joueurs, une manne qui sera maintenue même après la privatisation de la FDJ.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2018 à 10:15 :
Ce chiffre n'est que le reflet de la paupérisation du pays et du manque d'espoir dans l'avenir. Alors les gens se réfugient dans l'irrationnel !
a écrit le 19/07/2018 à 16:59 :
Cadeau du mac à ses employeurs pour les remercier de ce super job !

Génial !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :