Gabriel Attal : "Le plan de relance sera accompagné d'un volet simplification"

Dans un entretien exclusif, le porte-parole du gouvernement fait le service après-vente du plan de relance massif annoncé jeudi. Face aux critiques de ceux qui, parmi les syndicats, les écologistes et la gauche, auraient voulu un autre plan, plus vert et plus social, il défend le choix de soutenir la production au nom de l'emploi. L'objectif est qu'au moins 30% des fonds soient utilisés fin 2021, pour engranger des résultats visibles pour les Français, à qui des comptes seront rendus sur ces 100 milliards d'euros.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. (Crédits : Tristan Reynaud)

LA TRIBUNE - Le plan de relance de 100 milliards sera-t-il suffisant pour répondre à la crise économique et sanitaire ?

GABRIEL ATTAL - L'avenir nous le dira. Ce plan de relance est, tout de même, en pourcentage du PIB, le plus important présenté en Europe, et il est 4 fois supérieur à celui élaboré après la crise financière de 2008. Au-delà du débat sur le montant, le point le plus important à mes yeux, c'est l'investissement rapide et massif des crédits pour des secteurs stratégiques, prioritaires, qui ne peuvent plus attendre. Encore la semaine dernière, j'ai appris que des projets financés avec le plan de relance de 2008 ne sortaient de terre que maintenant... Avec France Relance ce ne sera pas le cas : c'est la relance ici et maintenant !

Concrètement, comment allez-vous vous assurer du bon pilotage du plan ?

Les crédits sont précisément répartis par secteurs et politiques publiques. L'innovation majeure est qu'il ne s'agit pas d'augmenter le budget de chacun des ministères concernés, mais d'avoir une ligne France Relance dédiée dans le projet de loi de finances (PLF) 2021. Chaque ministère devra veiller à ce que les crédits soient bien consommés avant fin 2022 et, si ce n'est pas le cas, ils seront dédiés à un autre programme qui, lui, avance. Nous devons aux Français d'être efficaces. C'est dans cet impératif d'efficacité que chaque mois, se tiendra un comité de suivi sous l'autorité du Premier ministre. Notre objectif est très ambitieux : nous estimons qu'à fin 2021, au moins 30% des fonds seront utilisés.

Comment allez-vous vous assurer que ces fonds ne se perdent pas dans les sables bureaucratiques, entre la décision de l'administration centrale et leur déclinaison opérationnelle sur le terrain ?

C'est un enjeu de management public très fort. Lors du Conseil des ministres d'hier, le Président de la République a exigé qu'un responsable France Relance soit désigné dans chaque ministère pour rendre compte de l'exécution du plan. L'animation territoriale se fera, elle, à partir des préfectures, avec des sous-préfets France Relance, déjà identifiés au niveau local. Ils seront les ambassadeurs des services de État et devront mobiliser les filières économiques locales. Le plan sera accompagné d'un volet simplification qui sera annoncé prochainement.

Hier, j'étais dans le Loiret dans un EHPAD rénové. Quand j'ai demandé de quand datait le chantier, on m'a répondu qu'il avait été lancé il y a... quinze ans ! Ce n'est plus possible. Pendant le confinement, nous avons montré collectivement que nous étions capables de surmonter des obstacles que l'on jugeait indépassables. Le déploiement de l'activité partielle s'est fait ainsi en quelques jours. Nous comptons capitaliser sur cette mobilisation pour faire sauter durablement des verrous administratifs.

Les collectivités misent beaucoup sur la contractualisation avec l'État pour déployer le plan de relance. Une première réunion avec les régions est prévue la semaine prochaine. Quel est l'agenda ?

Il ne s'agit pas de construire de nouveaux contrats de plan État-régions (CPER), mais de contractualiser autour de projets concrets d'investissements et des montants précis pour lesquels nous pourrons mesurer les résultats très vite. Les Français doivent voir des résultats près de chez eux, dans leur quotidien, le plus tôt possible.

Justement, de quelle nature seront les indicateurs annoncés par Jean Castex ? L'observatoire de rénovation des bâtiments annoncé en 2018 par Nicolas Hulot se fait désespérément attendre...

Nous envisageons, tout d'abord, de publier les taux de décaissement des fonds de chaque ministère, dans une volonté de rendre cela beaucoup plus lisible pour le grand public que les simples annexes du projet de loi de finances 2020. Ce sera également l'occasion de faire aboutir de nouveaux outils, comme cet observatoire de rénovation des bâtiments que vous évoquez.

Les Ministres rendront quant à eux régulièrement compte aux Français des mesures décidées, en ligne avec le comité de pilotage mensuel dirigé par le Premier ministre. Enfin, le Parlement va jouer son rôle avec des auditions publiques. Je pense au « Printemps de l'Evaluation » lancé en 2018 par le président de l'Assemblée nationale, dont ce pourrait être une mission.

N'y-a-t-il pas le risque que « l'État profond » décrié par le président Macron lui-même reprenne le dessus sur ces bonnes volontés ? Ne serait-ce que l'accès à la prime pour la rénovation est d'une complexité inouïe. Comme l'avait dénoncé Emmanuel Macron, c'est à croire que l'administration ne joue pas le jeu...

Une certaine administration peut avoir tendance à parier sur le non-recours aux aides, en jouant sur la complexité. Sous le quinquennat de François Hollande, j'ai le souvenir de réunions interministérielles à Matignon où des cabinets projetaient des taux de non-recours sur des budgets votés par le Parlement... C'est cette culture qu'il faut changer.

De fait, l'objectif des 500.000 rénovations annuelles affirmé depuis le Grenelle de l'Environnement de 2007 n'a jamais été atteint...

Le Président de la République est déterminé à ce qu'on en finisse avec ces pratiques. L'accès à Ma Prime Rénov' sera simplifié afin que tous les ménages puissent y recourir. Des annonces auront lieu en octobre autour des barèmes des aides, des nouvelles règles fiscales et des bonus pour les passoires thermiques. C'est, en outre, un enjeu de réorganisation de la filière afin de créer les emplois prévus.

Dans l'opposition, beaucoup regrettent le manque de mesures de justice sociale. Que leur répondez-vous ?

Il faut cesser d'opposer les entreprises et les Français. J'ai l'impression que cet antagonisme a volé en éclat avec la crise sanitaire. Les Français ont surtout peur de perdre leur emploi. Ils ont bien vu que l'État soutient massivement les entreprises avec pour objectif de protéger l'emploi et donc les Français. Le « quoi qu'il en coûte » pour reprendre l'expression du Président de la République.

Les syndicats et la gauche vous reprochent de ne pas soutenir la demande et de tout concentrer sur les entreprises...

Ce n'est pas vrai. Quand nous augmentons l'allocation de rentrée scolaire de 100 euros, quand nous passons les repas des restaurants universitaires à 1 euro pour les boursiers, ce sont des mesures de soutien aux plus modestes, et c'est du pouvoir d'achat en plus. Les mesures de soutien à la demande dans le secteur automobile, notamment les 200 000 primes exceptionnelles écoulées en deux mois, sont également un très bel exemple de réussite !

Il y a aussi un débat sur l'absence de contreparties sociales et environnementales aux subventions accordées aux entreprises...

Nous investissons 30 milliards d'euros dans la transition écologique. Si vous aviez posé la question aux écologistes il y a un an, je pense qu'ils ne l'auraient même pas cru. Cela correspond à des demandes portées depuis des décennies.

Pour répondre à votre question, je vous citerais - avec un brin d'humour - Lénine : « La confiance n'exclut pas le contrôle ». Si nous voulons que le pays reparte rapidement, nous ne pouvons pas remettre des barrières et des lourdeurs administratives - la conditionnalité des aides ce serait du contrôle permanent, mais rassurez-vous, il y a aura un suivi. Nous attendons en retour que les entreprises fassent preuve de responsabilité, sociale et environnementale, car c'est aussi une attente de la société. Je rappelle que dans certains cas, comme pour le transport aérien ou l'automobile, des engagements écologiques forts ont été demandés et obtenus de la part des industriels du secteur.

7,3 milliards sont par exemple consacrés à l'hydrogène vert, mais aujourd'hui, cette énergie reste majoritairement « grise » c'est-à-dire produite à partir d'énergies fossiles...

Au contraire ! L'objectif de notre stratégie est de nous concentrer sur la production d'hydrogène à partir de l'électrolyse de l'eau qui permettra de produire de l'hydrogène propre sans énergie fossile. Nous n'allons donc pas investir dans une activité polluante et allons au contraire décarboner notre industrie.

Le plan de relance traduit-il un changement de cap sur la souveraineté et les relocalisations industrielles ?

Clairement oui. La crise a été un révélateur de nos propres faiblesses, à l'image de la pénurie de masques ou de certains principes actifs. Le Président de la République assume l'idée que c'est aussi une opportunité pour retrouver de la souveraineté et renforcer l'indépendance sanitaire, alimentaire ou encore numérique du pays. Le plan de relance comprend de nombreuses actions qui visent à faire de la France un pays industriel fort : baisse des impôts de productions, appels à projets pour soutenir la relocalisation dans des secteurs stratégiques, soutien à la R&D dans des secteurs d'avenir.

L'Union européenne met 40 des 100 milliards d'euros. Que demande-t-elle en échange ? Cela peut-il être l'occasion de développer des projets transnationaux ?

La seule condition fixée, c'est, dans le cadre du Green Deal, de consacrer le tiers du plan de relance à la transition écologique. Pour le reste, nous n'avons pas le sentiment que des verrous européens nous empêcheront de recevoir les fonds rapidement. Nous pouvons en outre accroître les coopérations industrielles enclenchées avant la crise, par exemple avec l'Allemagne dans les batteries électriques.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 07/09/2020 à 9:52
Signaler
Bras croisés, qu'est-ce que le gouvernement attend pour faire, au lieu de tenir discours sans consistence : j'accélère les dépenses d'un côté et je freine la production de l'autre. Repos!

à écrit le 06/09/2020 à 19:53
Signaler
En fait, c'est la continuité des grands axes de la politique ultra libérale prôné par macron. La il ne s'agit plus simplement d'un non dit économique, pour mieux se sortir des choix économiques erratiques et totalement idéologique. Soit on compre...

à écrit le 06/09/2020 à 19:06
Signaler
Beaucoup de changement de titres mais malheureusement toujours pas de changement de pitres. Demain peut être...

à écrit le 06/09/2020 à 9:44
Signaler
Résorber le chômage certes , c’est quoi la dette de la France cette année, il paraît que la France est le pays le plus endetté d’Europe !?

à écrit le 05/09/2020 à 17:41
Signaler
la région parisienne souffre d'un afflux de population -souvent non désirée - alors qu'elle manque de logements pour répondre correctement aux besoins exprimés . en Picardie on dispose de territoires occupés à cultiver de la betterave à grands renfor...

le 06/09/2020 à 11:23
Signaler
Les classes aisées souhaitent vivre dans des quartiers populaires parce qu'il y a de la vie excitant la spéculation immobilière qui finira par mettre à la porte cette vie, et les classes populaires souhaitent vivre dans les quartiers aisés comme ils...

à écrit le 05/09/2020 à 15:05
Signaler
La décadence nous gagne... les barbares sont aux portes!

à écrit le 05/09/2020 à 11:30
Signaler
Truisme présenté sur un ton doctoral.

à écrit le 05/09/2020 à 11:18
Signaler
Pour créer de la richesse en France et de l'emploi, il faut miser tout d'abord sur le numérique, pour dématérialiser une partie de l'économie et faire émerger des concurrents européens, ce que réalise très bien la Chine. Ce discours d'une com d'un au...

à écrit le 05/09/2020 à 10:06
Signaler
qui veut trop prouver ne prouve rien ! l échec se dévoile chaque jour nos maçons sont au pied d un mur... une bureaucratie sans cap ne sert a rien

à écrit le 05/09/2020 à 10:04
Signaler
En fin de compte, on ne verra "l'efficacité" que par la somme dépensée... non par le résultat sur le terrain... où, il y aura toujours une excuse, et... en général pour dire que les français n'ont pas "joué le jeu"!

à écrit le 05/09/2020 à 9:49
Signaler
Voilà une pensée forte et vide comme les aime le clown du château. Deux bons points, au moins.

à écrit le 05/09/2020 à 9:06
Signaler
donner une paye a des gens qui ne travaillent pas ou presque, ca existe deja, ca s'appelle fonctionnariat donner des sommes a des gens qui ne travaillent pas du tout, c'est de l'assistanat ils veulent relancer la consommation, en interdisant aux ge...

le 08/09/2020 à 8:05
Signaler
Ah ah ah !!! Mais que faites vous encore en France ? Partez aux USA, avec de telles mentalité et etroitesse de vue, c'est votre patrie de cœur. Ils vous accueilleront à bras ouverts... les bienfaits du modèle américain éclatent aux yeux du monde en c...

à écrit le 05/09/2020 à 9:01
Signaler
Gabrielle attal est sur tous les plateaux de TV . présente bien Parle bien. un pur produit de l ENA. Un discours affute a la langue de bois... nous mettons tout en œuvre, efficace avec des résultats rapide... des pourcentage que personne ne comprend ...

à écrit le 05/09/2020 à 8:37
Signaler
30% avant fin 2021, autant dire que ce plan c est juste payer les gens a rien faire, qui connaît les projets, sais que le temps pour innover et développer des produits est incompressible de l argent ou du nombre de bonhomme, sauf a faire les 3*8....

à écrit le 04/09/2020 à 22:23
Signaler
Le gouvernement français ne peut plus avoir de politique économique ! Macron est un homme sans pouvoir ! Il faut RELANCER la machine économique, et ça, on ne peut pas le faire avec les règles européennes ! Et LE problème des gilets jaunes c'est qu'il...

à écrit le 04/09/2020 à 22:20
Signaler
Quand on y connaît rien on n’y connaît rien et, plutôt que de dire comme le font, selon un sondage Odoxa, 70% des Français, soit théoriquement 35 millions de Français adultes, que le Premier ministre Jean Castex a présenté un « bon plan de relance » ...

à écrit le 04/09/2020 à 22:18
Signaler
Gabriel Attal : "La relance a un impératif d'efficacité, pour des résultats rapides" ... Mr Attal doit être en trans après avoir défoncé une telle porte ouverte ;

le 08/09/2020 à 8:07
Signaler
En transe, je sais pas, mais gai, ou réjouis, certainement ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.