"Gilets jaunes" : le mouvement s'est essoufflé pour l'"acte V"

 |   |  898  mots
Des gilets jaunes à Paris, ce samedi.
Des "gilets jaunes" à Paris, ce samedi. (Crédits : Reuters)
Ce samedi, la mobilisation des "gilets jaunes" a été bien moindre que les semaines précédentes.

Une mobilisation en net recul, quelques tensions mais pas de casse: le mouvement des "gilets jaunes" s'est essoufflé samedi à Paris et en régions, contrastant avec les violents heurts des semaines précédentes pour réclamer à Emmanuel Macron plus de pouvoir d'achat. Cette nouvelle journée de manifestation nationale avait valeur de test pour l'exécutif après les annonces d'Emmanuel Macron visant à mettre fin à une crise sociale inédite née sur les réseaux sociaux pour crier un "ras-le-bol" fiscal et économique. L'"acte V" "est un peu un échec, mais c'est à cause de l'État qui nous empêche de manifester correctement", estimait Lucie, une aide ménagère de 35 ans venue de Melun à Paris. Au contraire, Laurent, qui travaille dans l'informatique et souhaite "faire évoluer la politique et la représentativité du citoyen", "ne vit pas cette journée comme un échec parce qu'on est soutenus". "Partout où on va il y a des klaxons", argumente-t-il.

A partir de 17h, la police s'est employée à disperser les manifestants encore rassemblés sur les Champs-Elysées. Dans l'après-midi, de petites échauffourées y ont opposé "gilets jaunes" et forces de l'ordre, sans le déferlement de casse et de violence survenu la semaine dernière dans les rues adjacentes. Peu avant 15h, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 33.500 manifestants dans toute la France à la mi-journée, deux fois moins que les 77.000 recensés samedi dernier à la même heure. Seules 2.200 étaient recensées à Paris, contre 10.000 il y a une semaine. Selon une source policière, la capitale a connu un pic de 4.000 manifestants à midi.

A Nantes, quelque 1.200 personnes, selon la police, ont aussi manifesté sous une certaine tension alimentée par des salves régulières de grenades lacrymogènes. A Besançon ou Nancy, des échauffourées ont eu lieu, comme en fin de cortège à Saint-Etienne. La mobilisation était aussi en retrait dans plusieurs villes comme à Rennes, Caen, Strasbourg ou Toulouse, stable mais faible à Lyon. A Bordeaux, où de violents débordements s'étaient produits samedi dernier, 4.500 "gilets jaunes" défilaient, un chiffre quasi-similaire à la semaine dernière.

Emplettes de Noël

Autre chiffre révélateur: à 18h, il y avait eu à Paris 168 interpellations dont 112 gardes à vue, bien en-deçà des chiffres record de la semaine dernière. Les manifestants étaient nombreux à réclamer l'organisation d'un "RIC", un référendum d'initiative citoyenne, ou la démission d'Emmanuel Macron. "On est là aujourd'hui car on n'a pas envie d'être les prochains SDF que l'on voit trop nombreux à Paris", a témoigné Julie, 31 ans, conductrice d'engin, venue de l'Aisne pour manifester pour son troisième samedi consécutif.

Ailleurs dans Paris, comme sur les places de la Bastille ou de la République, si des banques et magasins ont recouvert leur façades de contreplaqué de crainte de nouvelles dégradations, ils sont malgré tout restés ouverts. Aux abords des grands magasins parisiens, en pleine activité à l'approche de Noël, les badauds se croisaient avec des sacs de courses, loin de l'impression d'état de siège les semaines précédentes.

Le président de la Confédération des commerçants de France a estimé samedi que le mouvement représentait "une véritable catastrophe" pour les petits commerces, avec une baisse du chiffre d'affaires comprise entre "40% et 70% selon les corporations". Les accès aux institutions (Palais de l'Élysée, Hôtel Matignon, Assemblée nationale, ministère de l'Intérieur, etc.) restaient protégés. Mais la Tour Eiffel et plusieurs musées fermés samedi dernier étaient ouverts.

"Champions du clavier"

"Quand on voit le 'blablatage' sur Facebook des champions du clavier et quand on voit concrètement combien de personnes il y a dans la rue, je vous le dis honnêtement, je n'ai qu'une envie, c'est de poser le gilet", résumait à Lyon Stella, employée de bureau de 44 ans. Des accès routiers étaient perturbés, tels l'A7 (Vaucluse) mais aussi l'A62 (Toulouse-Bordeaux), A61 (Carcassonne) et l'A64 (Toulouse-Tarbes). L'A6 a été coupée dans les deux sens à la limite entre Saône-et-Loire et Rhône, par le préfet, par précaution.

Les annonces d'Emmanuel Macron lundi, dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, visaient à répondre aux revendications immédiates des "gilets jaunes" réclamant moins de taxes et plus de pouvoir d'achat. Elles ont été diversement accueillies. "Les annonces de Macron sont un premier recul, ça montre qu'on peut le faire reculer, il faut continuer tous les moyens de pression", estimait à Lille Jacques Caudron, un enseignant à la retraite âgé de 66 ans.

Ce ne "sont pas des réponses qui réduisent les inégalités sociales, et le fond de l'affaire c'est quand même ça : l'augmentation des inégalités et le fait qu'on fait payer aux pauvres les allègements d'impôt des plus riches", renchérissait Claire Bornais, enseignante. Au total, 8.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale, 69.000 sur tout le territoire, appuyés à Paris par 14 véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). En fin de journée, et sous une pluie battante à Paris, à un gilet jaune venu de Maubeuge en voiture: "Vous reviendrez samedi prochain ?" "Non, on est déjà venu quatre fois, c'est bon là."

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2018 à 8:39 :
Nôtre Roi Soleil peut dire un grand merci à Chérif Chekatt.
À se demander si Chérif Chekatt n'a pas été provoqué intentionnellement?
En tout cas il est arrivé à point pour aider à détourner l'attention des manifestations des "gilets jaunes"
a écrit le 19/12/2018 à 2:31 :
Je suis la pour manifeste je partirez part la force dès CRS ?
a écrit le 17/12/2018 à 10:31 :
le pouvoir se permet tous ils ose tous, ,:mais la triste realite c est que leurs pouvoir est limite par l economie:: aujourdhui la dette augmente ,le chomage vas s agravez, et les loies que macron vote pour contente le capitalisme qui la mi aux pouvoir ne suffiras pas,?, , ils en veulent toujours plus, LA SOLUTION ET DANS LES CAHIERS DE DOLEANCES DES GILET JAUNES/ CAR DESORME ?LA REVOLTE GRONDE DANS LES CAMPAGNE ET LES BANLIEUX? ARES LES FETES /SUIVENT CE QUE FERAS LE GOUVERNEMENT LE MOUVEMENT PEUT REPARTIR ET DEVENIR PLUS VIOLENT ENCORE CERTAIN DEPUTES ON EUX PEUR CAR ILS SAVENT TOUT DE EUX ? ET CERTAINE CHAINES MEDIATIQUE DEVREZ AVOIR PEUR AUSSI CAR LEUR MISSION ET DE DIRE LA VERITE ET NON PAS DE MANIPULEZ???
a écrit le 17/12/2018 à 10:14 :
Les gilets jaune ont prouvé qu'ils pouvaient faire plier l'état sans perte de journée de travail. Ils ont obtenu un résultats en un temps très court et à moindre coût. C'est une bonne leçon donnée aux corps intermédiaires inefficaces. L'Europe ne doit pas se croire à l'abris, car le même mouvement au niveau européen aurait des répercussions mondiale. Il serait risqué que le gouvernement crie victoire car l'essoufflement des gilets jaune n'est qu'un reflux tout à fait normal, comme dans toutes les tempêtes.
a écrit le 17/12/2018 à 9:39 :
Ce gros bullshit y avait bien plus de monde que ca.
L'appareil policier a bloque bon nombre de manifestants pour les empecher de monter Paris. Ainsi ils peuvent annoncer des chiffres plus faibles.
Le pouvoir tenter d'enfumer le peuple en disant que la mobilisation faiblit, c'est un vaste mensonge.
Les videos des GJ remontees du terrain le prouve.
a écrit le 17/12/2018 à 8:57 :
Pendant ce temps :

Le plafonnement des indemnités prud’homales jugé contraire au droit international
Instauré en 2017 par les ordonnances Macron, ce dispositif, qui s’applique à un salarié qui aurait été licencié de manière infondée, serait contraire à la convention de l’Organisation internationale du travail.Le débat sur la réforme du code du travail, qui fit rage en 2017, vient de rebondir devant le conseil de prud’hommes de Troyes. Dans cinq litiges, cette juridiction vient de juger contraire aux engagements internationaux de la France une des mesures les plus importantes adoptées l’an passé : le plafonnement des dommages-intérêts qu’un tribunal accorde à un salarié victime d’un licenciement « sans cause réelle et sérieuse ».Une disposition très controversée à laquelle Emmanuel Macron tient beaucoup : il l’avait inscrite dans son programme de campagne après avoir – vainement – tenté de la mettre en place quand il était ministre de l’économie, sous le quinquennat de François Hollande.Les jugements rendus jeudi 13 décembre constituent une première.
a écrit le 17/12/2018 à 8:56 :
Reste que rien n'est resolu ,,,,,,??on augmente le deficit On ne touche pas aux privileges ANCIENS PRESIDENTS ministres agences d'etat , elus ,sous prefectures,secu des mines sans cotisants mais 5000 agentsNiches fiscales etc
a écrit le 17/12/2018 à 8:53 :
Après les appels innombrable du gouvernement à ne pas manifester pour ménager les forces de l'ordre, voilà qu'une fois entendu, on s'empresse partout à déclarer que le "mouvement s'est fortement essoufflé".
Quel culot !
a écrit le 17/12/2018 à 5:10 :
Il fait juste beaucoup plus froid, c' est ce qu' attendais Macron malheureusement pour lui ces derniers weekend ont été assez acceptables contrairement à maintenant qu' on approche du 0°
a écrit le 16/12/2018 à 22:20 :
Pour éviter l’essoufflement, ils devraient s'arrêter de fumer. Et de boire. En plus, ils rééquilibreraient leurs budgets. Et la plupart devrait annuler leurs sports d'hiver ( je ne blague pas, dans un reportage de tf1, une gilet jaune était triste de quitter son rond point car elle partait en vacances...)
a écrit le 16/12/2018 à 19:54 :
MACRON Y-A PAS LE COMPTE
CA VA REPRENDRE ...
a écrit le 16/12/2018 à 18:48 :
MOI CE QUI ME POSSE QUESTION AUJOUDHUI ET QU ILS Y A DES HOMMES PAYEZ 1500 EUROS PARS MOIS QUI CASSE PAR LAVIOLENCE UN MOUVEMENT DE REVOLTE DE SIMPE GENS QUI COMME EUX SE BATTENT POUR DE MEILLIEUR CONDITIONS DE VIE. MOI JE DIT HONTE A CES HOMMES MEME S IL SORTIRONT L ECUSE D ETRE PAYEZ POUR CELA? JE N AIMERAIS PAS ETRE A LEURS PLACE CAR S IL ONT VUE LES IMAGES DES VISAGES QU ILS ONT DETRUIT MOI A LEURS PLACE JE N OSERAIS PLUS ME REGARDEZ DANS UNS GLACE. ET QUE DIRE DE CATANER ANCIEN SOCIALISTE? /LAMENTABLE /POUR LE SOCIALISME COMME IMAGE DE MARQUE DU SOCIALISME???
Réponse de le 17/12/2018 à 7:12 :
@verite: Avons-nous trace, dans l'histoire de France, d'un "progrès" qui ait eu pour origine un mouvement pacifique; la démocratie fonctionne mal, en France; nos députés ont toujours cru qu'ils étaient au service du Président de la République... et ils sont grassement payés pour cela; leur unique ambition est ensuite de devenir ministre et de prendre leur retraite au Sénat (qui reste, pourtant le seul élément qui freine, pour notre plus grand bien, les ardeurs
Réponse de le 17/12/2018 à 7:14 :
@verite: Avons-nous trace, dans l'histoire de France, d'un "progrès" qui ait eu pour origine un mouvement pacifique; la démocratie fonctionne mal, en France; nos députés ont toujours cru qu'ils étaient au service du Président de la République... et ils sont grassement payés pour cela; leur unique ambition est ensuite de devenir ministre et de prendre leur retraite au Sénat (qui reste, pourtant le seul élément qui freine, pour notre plus grand bien, les ardeurs du pouvoir exécutif, même au temps de De Gaulle).
a écrit le 16/12/2018 à 18:40 :
Ils et Elles s'Amusent en gilet, avant le Proche et irréversible naufrage de ' La France " où toutes et tous perdront, et y compris le peu, :

es h et f de l'Ombre, actionnent les ficelles de ces Marionnettes : Mélenchon-Martinez-P.C.F-L.CR-Besancenot-Poutou-Arthaud/Laguiller se préparent : le chaos les conduira évidemment à leurs fins, POUR EUX la " Nomenklatura " de leur proche Régime de Ténèbres Séculaire, A EUX, et d'évidence non pour les manifestants d'aujourd'hui.

Hollande stimulait malsainement en vue d'avril 2022. Aurait-il, à présent compris que toutes les prochaines " parodies d'élections " seront sur le modèle Vénézuelien.
a écrit le 16/12/2018 à 17:42 :
Les gilets jaunes ont déjà plus obtenu par leur mouvement que la CGT et Melenchon en 10 ans d'actions.
Il faut savoir apprécier et arrêter, car maintenant ça devient du grand n'importe quoi et ça discrédite complètement le mouvement. Les extrémistes se pressent pour récupérer le mouvement. Dupont Aignan et Melechon essayent de ratisser...mais c'est LePen qui va décrocher la timbale aux européennes.
Réponse de le 17/12/2018 à 8:58 :
Alternativement, demandez vous à quoi sert Mélenchon et les syndicats.
Les syndicats sont notoirement pro-européen
Et Mélenchon nous promets un défaite en rase campagne avec son Plan A/Plan B.
a écrit le 16/12/2018 à 17:38 :
Il sera difficile d'imposer une taxe supplémentaire pour remplacer les cotisations de Sécurité Sociale! Et, on regardera a deux fois avant d'accepter que l'on touche a la Constitution!
Réponse de le 17/12/2018 à 9:00 :
Combien de fois la constitution a été modifié depuis Maastricht déjà ??
a écrit le 16/12/2018 à 17:18 :
Un film récent n'est pratiquement pas diffusé. Quiz ! ... Zou, je vous donne un indice, la première lettre est "I" à votre avis pourquoi ? Ce n'est pas un hasard. Indice avec un acteur français qui à eu un oscar. J'ai posé la question à plusieurs actifs économiques de ce secteur.
a écrit le 16/12/2018 à 17:14 :
Continuez avec autant d'assurance, vous ne récolterez QUE Faillites Généralisées et Misère pour tous Garantie. Les capitaux auront déguerpi. France de 2019 jusqu'à perpet = Vénézuela, MAIS Sans les plus grosses réserves pétrolières, non exploitées, identifiées au monde. Les retraités et fonctios ne seront pas épargnés par la cessation de paiement générale. Le monde AVANCE. La France va etre vite démolie, et la reconstruction sera impossible. Violences partout, pauvreté, exils massifs à pieds, voilà le proche avenir
Réponse de le 17/12/2018 à 0:13 :
La responsabilité en incombe à cette pseudo elite des fils de, la generation qui crame tout ce qu'ont construit leurs pères.
Le probleme est celui là, la france des fils de qui ne créent rien mais jouent en bourse.
a écrit le 16/12/2018 à 16:47 :
Ne pas confondre s’essouffler et reprendre son souffle. Les gilets jaunes sont en train de créer la démocratie des rond-points. Les maires ont la réponse la plus intelligente avec la démocratie des communes. Tandis que Macron pose des roses blanches dans la plus grande solitude.
Réponse de le 16/12/2018 à 17:31 :
... Prudence, les roses ça pique.
a écrit le 16/12/2018 à 16:11 :
C'est marrant il n'y a plus de sondages qui sont publiés, cela voudrait-il dire que l'opinion s'est retournée et qu'on veuille le cacher ? En attendant le RN se frotte les mains. Pas grave, les GJ occuperont les ronds-point en demandant la destitution de M. Le Pen qui ne fera certainement pas dans la dentelle !
Réponse de le 16/12/2018 à 17:42 :
À tort ou raison. Politiques et syndicats, n'ont pas leur place. Crier victoire est une vaste erreur de nos gouvernants. Je ne suis pas manifestant, mais vu les gilets jaunes sur les tableaux de bord à la campagne. La colère silencieuse est là. Le divorce entre le peuple et les "élites" semble abyssale. Voir des images de femmes déguisées en Marianne, est assez surprenant. Prudence.
Réponse de le 16/12/2018 à 17:49 :
recherche : Désolé, aucun cinéma autour de Loire-Atlantique (44) ne projette ce film.
Voir tous les cinémas diffusant ce film "I feel good "

Pourquoi donc ? Ce n'est pas un hasard. À votre avis pourquoi ?
a écrit le 16/12/2018 à 14:23 :
A part Fonctios et Retraités, sur rond points et manifs, Toutes et Tous vont y perdre.
Les 10 à 15 Milliards concédés par Le Chef de L'Etat, sont en dégats de recettes Sociales Fiscales ( T.V.A et I.S notamment ) et de perte d'attractivité de La France, et de licenciements économiques et cout social 10 à 30 fois les mesures, en ce 15/12 avant nouvelles multiplications : faillites généralisées.

2019 est plombé. L'investissement est gelé durablement ménages-tpe-pme. Mais c'est leur but, le chaos pour La dictature Mélenchon-Martinez.

Ils exigent les exigences Mélenchon-Martinez-P.C.F, Exigences qu'il n'auront pas avec eux (inflation en milliers de% : monnaies de singe, ils seront comme au Vénézuela tous milliardaires avec une monnaie qui ne vaudra plus rien, des capitaux qui auront déguerpi.

Démission du Président, ou référendum pré-dictature : seules conditions.
Sans commentaire :.....
Réponse de le 16/12/2018 à 18:47 :
Des certitudes , j'en ai pas. Mais il est probable que les lignes bouges, en bien en mal, je ne sais pas non plus. Une chose me semble sure ... le coup de tonnerre aura lieu. Syndicats et politiques seront hors jeux.... vaste programme. Nous avons un regard national, mais ailleurs c'est idem. C'est "la fête des gilets jaune".... pas de la musique, Attention ! Réduire les dépenses publiques .... urgence absolue/immédiate !
a écrit le 16/12/2018 à 12:07 :
Seul un électro-choc fera avancer la France : ça passe par un vote démocratique.cet fois il faut tous voter la bonne personne.
Réponse de le 16/12/2018 à 13:56 :
Un autre candidat des GOPE qui amènera la même politique d' austérité, celle de Bruxelles ou le candidat du Frexit ? That is the question ..
a écrit le 16/12/2018 à 12:07 :
A l'évidence, l'arrogance de macron et l'incompétence du gouvernement Philippe vont nous mener à une reprise du foyer de la misère dès le printemps ;

les gilets jaunes et les syndicats peuvent se mettre d'accord pour bloquer tous les ronds points stratégiques autour de Paris et des grandes villes avec des blocages mobiles, agiles, tous les matins entre 6h00 et 10 heures du matin, puis tous les soirs entre 16h00 et 20h00

Macron et Philippe connaitrons ce qu'est un pays en révolte

les rues et les avenues de Paris appartiennent à tous les Français,

les pratiques de Macron Philippe et Castaner sont scandaleuses pour empêcher les regroupements
Réponse de le 16/12/2018 à 12:30 :
La responsabilité collective est de favoriser l’apaisement sociale qui n’est pas de la soumission mais du bon sens collectif et «  responsable « 

Le changement est un vote démocratique sans violence.
a écrit le 16/12/2018 à 11:59 :
A Macron de jouer, et il n'a pas intérêt à se tromper de diagnostic.
a écrit le 16/12/2018 à 11:50 :
une pose pour bien terminer l année ! les financiers ont gagné. la justice nest pas une priorité d état.
a écrit le 16/12/2018 à 11:50 :
une pose pour bien terminer l année ! les financiers ont gagnés. la justice nest pas une priorité d état.
a écrit le 16/12/2018 à 11:25 :
La déroute est totale pour l'État, les politiques et syndicats , au bord du précipice. Il est urgent d'en prendre compte . Les dégâts économiques sont importants. "Le gouvernement français envisage de mettre les entreprises à contribution".Sic!
a écrit le 16/12/2018 à 11:07 :
Je crains que ce soit beaucoup profond que ça. Ce n'est pas une victoire de l'État, sur le long terme. Le Macronéteau a ses limites. La démocratie va inéluctablement changer. Pour le bien ou le pire, je ne sais pas.
a écrit le 16/12/2018 à 10:14 :
Pour rappel l' état à bloqué:
— RER
Gare
— accès aux champs Élysées
— péages

Donc à mon avis oui blocages mais moins de monde à cause des températures froides et pluviales.
Comment l' état va t-il faire en printemps ou en été ....?
a écrit le 16/12/2018 à 9:45 :
Chaque opinion se défend, il est grand temps de s'inscrire sur les listes électorales pour les élections européennes de mai 2019.
a écrit le 16/12/2018 à 9:37 :
Pendant ce temps :

La polémique est étouffée avant même d’avoir pu naître. Normalement, les rémunérations du président de la République, du Premier ministre et des ministres auraient dû grimper mécaniquement de 0,4% au 1er janvier 2019. Pas énorme, mais suffisant pour susciter la controverse en pleine grogne sur le pouvoir d’achat… Finalement, ces hausses n’auront pas lieu. Contacté, l’Élysée a fait savoir qu’il serait fait en sorte que cette rémunération reste stable, par le biais d’une décision écrite du directeur de cabinet d’Emmanuel Macron au service comptable. Matignon a aussi précisé qu’il ne serait procédé à aucune augmentation pour les membres du gouvernement.

L’an prochain, la rémunération d’Emmanuel Macron restera donc fixée à 15.140 euros brut mensuel, comme aujourd’hui. Avec la hausse, elle serait passée à 15.204 euros au 1er janvier. Le Premier ministre Edouard Philippe bénéficie d’une rémunération identique. Les ministres, de leur côté, touchent 10.094 euros brut par mois, selon nos calculs. La revalorisation aurait porté ce montant à 10.136 euros. Précisons que les membres de l’exécutif n’étaient en rien responsables de cette revalorisation programmée. Celle-ci était liée à la façon même dont sont calculées ces rémunérations. Elles sont en effet calées sur les traitements bruts des fonctionnaires dits “hors échelle”, le plus haut échelon de rémunération des fonctionnaires. Or, les grilles indiciaires de ces agents vont être revalorisées de 0,3 à 0,6% au 1er janvier. Cette hausse est liée au protocole “parcours professionnels, carrières et rémunérations”, une vaste refonte des grilles indiciaires des fonctionnaires, s’étalant de 2017 à 2021, visant à améliorer les perspectives de carrière de ces derniers.
A noter que l’ensemble des fonctionnaires profitera aussi de revalorisations au 1er janvier prochain, en raison de ce protocole. Les modalités complexes de cette réforme rendent difficile l’évaluation précise de l’ampleur de ces augmentations en 2019. Trop faible pour certains, trop élevée pour d’autres, la rémunération du président de la République fait depuis longtemps l’objet de débats. A son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy l’avait augmentée de 172%, afin de l’aligner sur celle du Premier ministre. Son successeur François Hollande l’avait, lui, abaissée de 30%. Emmanuel Macron n’a pas touché à ces modalités depuis.
Réponse de le 16/12/2018 à 17:32 :
Le mécontentement dans les hautes spères vont s'exprimer dés janvier, si il y a pas augmentation, il y aura du paiement en nature sachant qu'il ne sont là que pour peu de temps! La piscine, la moquette, la vaiselle, les voyages vont revenir sur la table!
a écrit le 16/12/2018 à 9:24 :
Heureusement, mais sur le moyen terme ,ce n'est même pas évident …. d'autant que les partis classique PS/LR, qui vivaient de leurs collusion visible et invisible depuis 40 ans ,sont en fin de cycle voir en phase de collapse , 30 ans après la chute du mur de Berlin est-ce un boomerang facétieux de l'histoire ….?
a écrit le 16/12/2018 à 8:32 :
Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit ,mais dėsavantageux à ceux qui la disent, parce qu’il se font haïr .

Cette pensée de PASCAL correspond exactement à ce qui se passe avec les gilets jaunes
a écrit le 16/12/2018 à 8:21 :
avec 100 euros maintenant taisez vous les gueux, allez vous endetter dans les hyper pour noël. feignasses retournez bosser fissa avec votre CDD à temps partiel à 600 euros par mois. si la populace ne trime pas il suffit de la jeter comme ford licencie 800 esclaves d'un simple claquement de doigts
a écrit le 16/12/2018 à 7:42 :
Il s'agissait bien dun mauvais vaudeville avec lever et baisser de rideau en V actes comme disent les médias. Sans leader, sans vision ni stratégie, les gilets jaunes ne pouvait être qu' une révolte autophage destinée à s' immoler sur le bûcher de ses excès de violence. Reste à tristement biberonner le diesel!
a écrit le 16/12/2018 à 7:37 :
Personne ne comprend plus leurs revendications baroques.Allez ,on passe a autre chose,on se retrousse les manches et on se remet au boulot pour rattraper le retard.
a écrit le 16/12/2018 à 5:45 :
Nôtre Roi Soleil peut dire un grand merci à Chérif Chekatt.
À se demander si Chérif Chekatt n'a pas été provoqué intentionnellement?
En tout cas il est arrivé à point pour aider à détourner l'attention des manifestations des "gilets jaunes"
a écrit le 15/12/2018 à 23:57 :
Il n'empêche que rien ne sera plus jamais comme avant car les gilets jaunes ont réussi à faire bouger les lignes et cet uniforme se retrouvera dans les prochaines manifestations .Enfin de là à les faire défiler sur les champs le14 juillet 2019...Entre la police et la pénitentiaire... ?
a écrit le 15/12/2018 à 23:43 :
Les sans dents ont eu leur quart d'heure de gloire, il est temps de rentrer chez soi pour écouter Johnny et admirer les exploits de MBapé.
a écrit le 15/12/2018 à 23:40 :
Il peut y avoir une pause,mais ça reprendra en Janvier, si le gouvernement ne fait pas des vraies concessions. Et il faut que les médias et Darmarin arrêtent d'essayer de faire peur avec la limite de 3% du déficit public imposée par Maastricht.C'est un mouvement complètement inédit qui vient d'en bas et de la France profonde. Il faut que les CSP+ le comprennent.
a écrit le 15/12/2018 à 23:35 :
Delete the elite !
Personne n'est indispensable, il en repoussera une autre plus ancrée dans le peuple.
a écrit le 15/12/2018 à 21:51 :
T'inquiète le bourgeois, on reviens en 2019, préparez vos mouchoirs!
a écrit le 15/12/2018 à 21:32 :
Le mouvement ne s'essouffle pas et ne s'essoufflera pas. A dire n'importe quoi, vous allez juste amplifier le phénomène. Nous n'avons rien à perdre.
a écrit le 15/12/2018 à 19:45 :
LeS gilets jaunes c est la fins 7 morts pour riant des mensonges de monsieur macron Le non respect des revalorisations des retraites des minimas sociaux l aah et des rentes de victimes at mp riant ? Des nouvelles élections présidentielles en 2019
a écrit le 15/12/2018 à 19:04 :
Bon débarras : il y a eu assez de violence, de casse et de chômage en résultant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :