"Acte V" : mobilisation plus faible et dans le calme des "gilets jaunes"

 |   |  1023  mots
Encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur, quelques milliers de manifestants ont été recensés à Paris en fin de matinée.
Encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur, "quelques milliers de manifestants" ont été recensés à Paris en fin de matinée. (Crédits : Reuters)
L'acte V des "gilets jaunes" se déroulait samedi à Paris dans le calme et avec une mobilisation en baisse, contrastant avec l'extrême tension des semaines précédentes pour réclamer plus de pouvoir d'achat.

Moins d'interpellations, pas de heurts. L'acte V des "gilets jaunes" se déroulait samedi à Paris dans le calme et avec une mobilisation en baisse, contrastant avec l'extrême tension des semaines précédentes pour réclamer plus de pouvoir d'achat. C'est "une mobilisation plus faible" , en déduisant "une mobilisation des casseurs plus faibles" en fin de matinée, a déclaré la porte-parole de la préfecture de police de Paris Johanna Primevert sur BFMTV. Moins de 3.000 manifestants étaient recensés à Paris par les autorités vers 14h. En région, la mobilisation était aussi en baisse. Cette nouvelle journée de manifestation nationale a valeur de test pour l'exécutif après les annonces d'Emmanuel Macron visant à mettre fin à une crise sociale inédite.

"Nous sommes remplis de colère. Nous sommes épuisés par une pression fiscale colossale", a lancé Priscillia Ludosky, figure à l'origine du mouvement, devant un millier de "gilets jaunes" réunis pour un "sit-in" devant l'Opéra Garnier, à la mi-journée. Une minute de silence a été observée devant l'Opéra pour les victimes parmi les "gilets jaunes" depuis le début de leur mouvement le 17 novembre (sept morts et des centaines de blessés) et pour les victimes de l'attentat de Strasbourg qui a fait mardi quatre morts et 12 blessés.

Auparavant, encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur similaire à samedi dernier, quelques centaines de "gilets jaunes" avaient descendu les Champs-Elysées sans heurt. En région, la participation était en retrait, notamment à Rennes, Caen ou Lyon, avec les classiques barrage filtrants, "péages gratuits" et opérations escargot comme à Lorient. A Bordeaux, où de violents débordements s'étaient produits samedi dernier, quelque 300 personnes se sont rassemblées dans le calme avant de se disperser 30 minutes plus tard.

"Pas envie d'être les prochains SDF"

Vers 13h30, il y avait eu à Paris 92 interpellations et 53 gardes à vue, bien loin des 581 interpellés et 423 gardés à vue de samedi dernier. Sur les Champs-Elysées, lieu d'intenses affrontements les samedis passés, la tension était descendue d'un cran. Après avoir arpenté l'avenue, les "gilets jaunes" ont essaimé dans les quartiers aux alentours, sous haute surveillance policière mais sans heurts. Après une brève réouverture partielle à la circulation, les Champs-Elysées ont été réinvestis dans le calme par de petits groupes de "gilets jaunes". A quelques encablures, devant l'Opéra Garnier, un peu moins d'un millier de manifestants se sont rassemblés, également dans le calme, pour un "sitting" où ils ont observé une minute de silence pour les blessés depuis le début de leur mouvement le 17 novembre (six morts et des centaines de blessés).

"Emmanuel Macron, tête de con, on vient te chercher chez toi", "Emmanuel Macron ferme ta gueule, Édouard Philippe ferme ta gueule, lalala et Castaner ferme ta gueule lalala", pouvait-on notamment entendre dans la foule, tandis qu'une brigade équeste de la police était positionnée aux abords. "Le mouvement est unitaire, c'est un grand brassage démocratique", jugeait Tony, 40 ans, réalisateur de documentaires qui participe à sa première manifestation "gilets jaunes". "On est là aujourd'hui car on n'a pas envie d'être les prochains SDF que l'on voit trop nombreux à Paris", témoignait de son côté Julie, 31 ans, conductrice d'engin, venue de l'Aisne pour manifester pour son troisième samedi consécutif. Ailleurs dans Paris, comme sur les places de la Bastille ou de la République, si des banques et magasins ont recouvert leur façades de contreplaqué de crainte de nouvelles dégradations, ils ont malgré tout ouvert leurs portes.

"Ca m'étonnerait qu'on ferme"

"Mon patron m'a dit 'on ouvre', donc on ouvre", résume Laurent, serveur au Café des Phares, place de la Bastille. Samedi dernier, le café avait tiré le rideau. Et si la tension devait monter dans la journée? "On verra bien, mais ça m'étonnerait qu'on ferme aujourd'hui." En région, la mobilisation se poursuivait sur les ronds points, avec des barrage filtrants, "péage gratuit" et des opérations escargot comme à Lorient. L'A7 (Vaucluse) mais aussi l'A62 (Toulouse-Bordeaux), A61 (Carcassonne) et l'A64 (Toulouse-Tarbes) étaient perturbés. L'A6 a été coupée dans les deux sens à la limite entre la Saône-et-Loire et le Rhône par le préfet par précaution face à la mobilisation attendue de "gilets jaunes". Dans la capitale, les accès aux institutions (Palais de l'Elysée, Hôtel Matignon, Assemblée nationale, ministère de l'Intérieur, etc.) restaient protégés. Mais signe que la tension est retombée, la Tour Eiffel et plusieurs musées fermés samedi dernier sont désormais ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.

A Bordeaux, l'office de tourisme a en revanche annulé toutes ses visites guidées prévues samedi après-midi. De nombreux services et établissements culturels publics garderont leurs portes closes. Les annonces d'Emmanuel Macron lundi, dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, ont été diversement reçues par des Français, réclamant moins de taxes et plus de pouvoir d'achat. "100 euros de plus pour les smicards c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes", a regretté samedi à Paris Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester d'Amiens. Après l'attentat jihadiste de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appels, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, à ne pas manifester ont aussi été rejetés par une partie des "gilets jaunes", n'y voyant aucun rapport.

Si les modérés, représentés par le collectif des "gilets jaunes libres" ont appelé à une "trêve" et estimé que "le temps du dialogue est venu", d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques. Au total, 8.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale, 69.000 sur tout le territoire, appuyés à Paris par 14 véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). Les 1e et 8 décembre, 136.000 personnes avaient manifesté dans toute la France.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2018 à 0:17 :
Il faut dire que l'acte IV finissait avec des gilets jaunes devant marrons derrières.
a écrit le 15/12/2018 à 18:19 :
Le malaise social en Europe est du à la politque monétaire du l'UE intrumentalisée par les Allemands pour maintenir un Euro fort qui leur permet d'asphyxier ses partenaires Européens qui peine à être compétitifs sur les marchés et ceci s'observe de puis les années 2000. Notre pays s'enlyse dans des plan sociaux mais ne peut éviter la pauvreté de s'installer dans les couches populaires . Politique de Bruxelles pour être compétitif appauvrir une plus grande partie de population. Nous voyons la limite de l'acceptation de ces règles qui délite la solidité sociale ne notre pays .
Réponse de le 17/12/2018 à 2:44 :
ce n'est pas un euro fort qui pose problème ce sont les charges pour gaver les ponctionnaires qui tuent les entreprises et les personnes
a écrit le 15/12/2018 à 18:17 :
Quand je regarde la photo, on voie du monde sur la moitie de la longueur des Champs Elysée, soit entre 500 et 800 mètre.

"Moins de 3.000 manifestants " voudrait dire qu'ils sont entre 4 et 6 sur toute la largeur, chaque mètre.
Désolé mais la photo dit complètement autre chose !
a écrit le 15/12/2018 à 17:30 :
Il faut savoir reconnaître la lucidité d'analyse de la Tribune qui se tenant aux événements à refuser d'hystériser la jacquerie des gilets jaunes comme tant d'autres de leurs confrères. Ce mouvement animé en son commencement par des motifs louables a 0vite dégénéré suite à son incohérence et les manipulations politiciennes. Il s'est autodétruit dans une violence intolérable en démocratie.
Réponse de le 15/12/2018 à 18:22 :
Je ne hierarchise pas les violences, la vengeance est le nécessaire préalable au redressement.
Réponse de le 17/12/2018 à 2:47 :
la France n'a de démocratie que le nom. SI il n'y a pas de violences on dit qu'il n'y a aucune revendication. La violence ne peut qu'exister car la pauvreté augmente jour après jour !!!!! vivre avec 800 € par moi pour de nombreux retraités c'est juste impossible !!!! pour ceux qui se gavent sur les impôts; ils veulent que cela dure bien évidemment !!
a écrit le 15/12/2018 à 16:11 :
Constat personnel .. que l'on soit de droite ou gauche peu importe. Notre monde politique est hors jeu, y compris Mélenchon et consorts des syndicats. J'ignore comment ce truc va ce finir. Le changement démocratique n'est plus un choix, mais la seule issue selon moi. Référendum ... pourquoi pas, suivant des conditions louables. Les suisses ne seront plus les seuls, c'était en théorie prévus en Europe , je ne vois rien venir?
a écrit le 15/12/2018 à 14:56 :
Le fait d'appeler travail ce que font les ahnouna, arthur et une infirmière ou un urgentiste, un ouvrier dans une usine bruyante, c'est du fake langage !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :