La nomination de Borne à l'Écologie inquiète Greenpeace, mais aussi toute l'opposition

 |   |  830  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Greenpeace se fait du souci pour tout à la fois le devenir de la transition agro-écologique, de la nouvelle PAC, pour la lutte contre la pollution de l'air, et le parc nucléaire à bout de souffle ou encore la rénovation thermique des logements... De son côté, la CGT fustige la nomination d'une personnalité "qui préfère la route au rail"...

La présidence française a indiqué mardi 16 juillet en fin de soirée qu'Élisabeth Borne, actuelle ministre des Transports, était nommée ministre de la Transition écologique en remplacement de François de Rugy.

Greenpeace s'est inquiété mercredi du "déclassement" du ministère de la Transition écologique, la nouvelle ministre Elisabeth Borne n'ayant pas le titre de ministre d'État de ses prédécesseurs, François de Rugy et Nicolas Hulot.

"Nous nous étonnons du 'déclassement' de ce ministère qui n'a plus rang d'État", fait savoir Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France, dans un communiqué.

L'ONG doute que l'écologie soit la toute première priorité du président

"Même si cette charge était avant tout symbolique, c'est un signal préoccupant", estime-t-il, alors que de nombreux dossiers attendent Elisabeth Borne:

"La transition agro-écologique et la nouvelle PAC, la lutte contre la pollution de l'air, la transition énergétique avec un parc nucléaire à bout de souffle ou la rénovation thermique des logements, sans parler du CETA qui sacrifie le climat au bénéfice de certains lobbys économiques".

Pour le directeur général de l'ONG, "peu importe qui va endosser le rôle de ministre de la transition écologique, si le président de la République et le Premier ministre n'en font pas leur première priorité". Il appelle le gouvernement à accorder "une vraie priorité à la crise climatique et environnementale, notamment à travers ses arbitrages financiers".

Borne opposée aux taxes sur les carburants maritimes

Les précédentes prises de parole de la ministre ne donnent pas vraiment de gages en ce sens quand elle explique qu'on ne pourra pas taxer les carburants maritimes (dont on commence à mesurer l'ampleur de la toxicité).

Ainsi, le 18 mars 2019, elle expliquait sur RMC :

"Si on met une taxe sur les carburants maritimes, les bateaux iront prendre leur carburant ailleurs"

Interrogée sur France 2 le 9 novembre 2018, en pleine crise des "Gilets jaunes", à propos des carburants sur France 2 par Caroline Roux, celle-ci, au détour de l'interview, demande à la ministre :

"France Nature Environnement explique qu'un cargo émet autant de particules fines qu'un million de voitures, que les carburants maritimes sont 3.000 fois supérieurs en soufre que les carburants routiers, pourtant le transport maritime ne paye pas la TICPE. Est-ce que là-dessus il faut ajuster ? Ça les met en colère des automobilistes, quand ils voient ces chiffres-là."

La ministre du Transports de répondre:

"Alors, évidemment, tous les secteurs du transport doivent s'engager dans la transition écologique. Il y a un accord pour lequel la France s'est beaucoup battue, pour que le secteur du transport maritime réduise ses émissions, et évidemment on va, moi je vais m'assurer que c'est bien le cas, que ces mesures se mettent en oeuvre, et que également...."

Caroline Roux, de résumer:

"Pas question de les taxer, c'est ça que vous dites."

Multiples inquiétudes sur l'avenir du rail face à la route

Mais l'inquiétude semble gagner toute l'opposition. Ainsi, mardi soir, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est dit inquiet  de la nomination de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, à la Transition énergétique, en remplacement de François de Rugy, démissionnaire.

"Quand on devient ministre de l'Environnement et qu'on préfère la route au fer, il y a de quoi être inquiet", a-t-il déclaré à CNews, en faisant notamment allusion à la réforme de la SNCF menée par Elisabeth Borne.

Le cégétiste ajoutait, accusant la ministre de favoriser la route ou chemin de fer :

"Il y a besoin que, là aussi, entre les discours et les actes, on soit cohérent. Et Mme Borne, le gouvernement et le président de la République ont fait le choix à plusieurs reprises de la route par rapport au fer."

Manon Aubry, de la France Insoumise, ironise sur Twitter tôt ce mercredi matin :

"Bilan d'#ElisabethBorne aux transports : privatisation de la SNCF, abandon des petites lignes du quotidien, mort du fret ferroviaire, poursuite des grands projets autoroutiers inutiles et polluants. Le CV idéal pour devenir Ministre de l'écologie ! "

Sur la Matinale de LCI, Louis Aliot (Rassemblement National, ex-FN) y allait de sa salve:

"Le train Perpignan-Rungis va probablement être arrêté à cause de l'État et de la SNCF. 100 camions par jour vont devoir le remplacer... Elisabeth Borne a fait preuve sur ce dossier de sa totale incompétence !"

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2019 à 11:49 :
La France émet toujours presque 2 fois moins de CO2 par habitant que l'Allemagne.

En 2018, selon le bilan BP Review, la France a émis 302,7 millions de tonnes de CO2 du fait de la consommation d'énergie.

Si la France émettait autant de CO2 par habitant que l'Allemagne, en 2018, la France aurait émis 579,7 millions de tonnes de CO2. Soit presque le double.
a écrit le 18/07/2019 à 10:16 :
Que Greenpeace s’occupe de l’Amerique Trumpiste et ça sera déjà bien pour cette ONG Anglo-saxonne, qui ne cherche qu’à faire des coups de com.......
a écrit le 18/07/2019 à 9:11 :
après l'essoreuse et l'aspirateur à pognon ,sabotage à tous les étages, le rail, la route, le boulot…. ah il est beau l'avenir que nous préparons pour notre descendance
a écrit le 18/07/2019 à 9:01 :
Pas d’inquiétude, tout a été fait! Il n'y a plus rien a faire... que la com. : pourquoi prendre un nouveau ministre "spécialisé" qui risquerait nous mettre des "bâtons dans les roues"!
a écrit le 18/07/2019 à 8:42 :
Je me pose une petite question:
- remplacer mon collègue dans son travail et faire le miens n'est pas possible car je n'ai pas le temps de pouvoir faire correctement les deux donc soit je fait le miens et au mieux commence celui de mon collègue, soit le contraire ou soit par obligation je fais mal les deux (et ils seront a refaire)
- La la ministre continue son premier travail et cumule un second...

D'où ma première question: Les ministres sont ils si inutile qu'ils peuvent sans problème faire plusieurs emplois? Et bien évidement la seconde question, le cumule est interdit, combien a elle été augmentée pour faire les deux bouleaux et là étrangement le cumule ne semble pas déranger la macronie ou a elle toujours le même salaire?
a écrit le 18/07/2019 à 8:15 :
Greenpeace qui a appelé à voter Macron pour "sauver la démocratie".

C'est bien les gars mais vous devriez vraiment essayer le lithium hein...
a écrit le 18/07/2019 à 7:56 :
la politique totalitaire est rejetée par 85% .
a écrit le 18/07/2019 à 4:06 :
L'ecologie est une pompe a fric. Rien de moins: Francais a vos porte-feuilles.
a écrit le 18/07/2019 à 2:45 :
Apparemment bruno_bd@ est content du fait que Borne soit une climatosceptique.
a écrit le 17/07/2019 à 20:19 :
Que Borne inquiète Greenpeace est plutôt de bon auguret sur la politique qu'elle mènera.
a écrit le 17/07/2019 à 16:29 :
Je ne vois pas trop le changement par rapport à De Rugy.Celui-ci ne faisait rien pour l'écologie.La nouvelle ministre ne fera rien non plus,mais les choses seront plus claires.Borne n'ayant pas d'étiquette pro-écologie.En plus,la ministre a déclaré clairement qu'elle voulait continuer à subventionner le kerosène d'avion et des bateaux de la marine marchande.Elle est aussi partisane de la fermeture des petites lignes de chemin de fer.Le gouvernement Philippe-Macron fait tomber les masques,ils sont contre l'écologie,pour la pollution et pour l'aggravation du réchauffement climatique.Tout cela,au nom de la bonne marche des affaires ,avec au passage des chantages à l'emploi.On va droit dans le mur!.
a écrit le 17/07/2019 à 15:50 :
Gros regret (même si le fait de l'avoir simplement annexé au ministère des transports est un petit pas dans la bonne direction) : que ce ministère n'ait pas purement et simplement disparu.
a écrit le 17/07/2019 à 14:15 :
Personne au Ministère de l'écologie, même le plus volontaire, ne pourra changer le cours des choses en matière de transition écologique. Il y a trop d'enjeux économiques et personne n'est prêt à les sacrifier. Je le répète, la solution est individuelle, il appartient à chacun d'évaluer les différents potentiels de nuisance et d'agir en conséquence. Il faut aussi bien imaginer que toute action qui vise à réduire les impacts écologiques aura un retentissement sur l'activité industrielle, agricole, les services.
Mais il faut savoir ce que l'on veut.
Quelques pistes que je suis à la lettre, pas de déplacement en avion, minimiser les déplacements en voiture, bannir les produits de l'agroalimentaire, aliments ultra transformés, sodas, pas de restauration rapide, réparer plutôt que remplacer, acheter chez des producteurs /transformateurs locaux ( viande, principalement, les légumes =jardin ou bio), pas de tabac...mais du vin acheté directement chez des producteurs que je suis depuis quelques décennies. Mais encore ? Chauffage par pompe à chaleur depuis 35 ans, Eau chaude solaire, pas de piscine, climatisation au minimum...et viré Facebook !
Donc paré pour affronter en toute sérénité les décennies à venir.
Réponse de le 18/07/2019 à 11:27 :
Et vous oubliez la principale mesure : Faire un enfant en moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :