Inflation : 80% des entreprises n'ont pas entendu parler du guichet d'aide pour le gaz et l'électricité

Bercy a récemment annoncé l'ouverture d'un guichet d'aide «simple, rapide et ciblé» pour la prise en charge d'une partie des factures d'électricité. Problème, seuls 20% des dirigeants ont eu écho de ce dispositif, selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs, réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI.
Grégoire Normand
La hausse des prix de l'électricité a déjà eu des répercussions importantes dans le secteur de l'industrie.
La hausse des prix de l'électricité a déjà eu des répercussions importantes dans le secteur de l'industrie. (Crédits : Reuters)

La guerre en Ukraine continue de donner des sueurs froides aux entreprises et aux ménages partout en Europe. Neuf mois, jour pour pour jour, après l'éclatement du conflit aux portes de l'Europe, la perspective d'une pacification à l'approche de l'hiver semble s'éloigner. L'armée russe continue de frapper durement le territoire ukrainien déjà dévasté par cette bataille à rallonge. Le prolongement de la crise énergétique pourrait plonger l'économie européenne dans une récession.

Lire aussiBCE : une récession dans la zone euro « n'est pas une fatalité »

En France, les indicateurs passent au rouge les uns après les autres. Après avoir atteint un pic à 6,2% au mois d'octobre, l'inflation pourrait encore grimper en plein cœur de l'hiver. Dans ce contexte troublé, le gouvernement a mis en œuvre tout un arsenal de mesures et d'aides pour soutenir les entreprises en proie à de fortes difficultés pour contrer l'envolée des prix.

Lire aussiGuichet énergie: les aides aux entreprises seront versées dans « 15 jours à 3 semaines » promet Le Maire

Dernièrement, Bercy a annoncé l'ouverture d'un guichet d'aide pour les factures de gaz et d'électricité avec des critères spécifiques pour pouvoir en bénéficier. Le problème est qu'une grande partie des PME et des TPE tricolores pourraient passer à côté de ces dispositifs. Interrogés dans le cadre de la grande consultation des entrepreneurs (GCE) réalisé par OpinionWay pour CCI France et La Tribune, seuls 22% des dirigeants affirment qu'ils en ont entendu parler. À l'opposé, une vaste majorité n'a pas eu écho de ces outils. Sur les 22%, seuls 11% sont éligibles et 10% ne peuvent pas y prétendre. Ce qui signifie que la réforme du bouclier tarifaire aura sans doute des répercussions néfastes si les entreprises passent à côté de ce guichet.

Lire aussiÉnergie : le prolongement du bouclier tarifaire limitera à 15% la hausse du gaz et de l'électricité cet hiver

Seules 20% des entreprises ont entendu parler de « l'amortisseur d'électricité »

Le guichet d'aides n'est pas le seul dispositif inconnu des directions. L'amortisseur d'électricité récemment annoncé ou encore la baisse de la fiscalité sur l'électricité sont également passés sous les radars d'une grande proportion d'entreprises (+ de 75%).

A l'inverse du guichet, l'amortisseur d'électricité sera automatique. « L'État prendra en charge une partie de votre facture d'électricité et ce montant sera déduit et affiché directement sur votre facture », a expliqué récemment le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Lire aussiAides aux entreprises : Bercy prévoit un « amortisseur d'électricité» pour 2023

Le bouclier tarifaire pour les TPE n'est connu que par 42% des dirigeants interrogés et seulement 3% d'entre eux savent qu'ils y sont éligibles.

Enfin, 54% ont entendu parler du maintien des tarifs régulés de l'électricité.

A ce stade, la hausse des tarifs de l'électricité ne représentent pas encore une source de préoccupation majeure. En effet, 61% des patrons estiment qu'ils ne se sentent pas concernés par une menace de faillite liée à l'envolée des prix de l'électricité. Parmi ceux qui se sentent menacés, le seuil fatidique serait une hausse des tarifs de 133% d'une période donnée à une autre.

Paradoxalement, le moral des patrons se redresse

Après une remontée jusqu'en juin, le moral des dirigeants n'a cessé de se dégrader. Mais paradoxalement, l'indicateur qui mesure la confiance à l'égard de l'économie et l'appréciation de la situation actuelle a gagné 10 points entre octobre et novembre pour s'établir à 74 points. Il restera néanmoins très loin de sa moyenne de long terme (100) et de son pic de novembre 2021 à 103. Le niveau de confiance est plus élevée dans les établissements de plus de 0 à 9 salariés (74 points) que dans les autres (64 points).

De moins en moins de dirigeants sont inquiets sur les conséquences de l'inflation sur la viabilité de leur entreprises (-15 points par rapport à octobre, à 39%). En outre, une plus faible proportion affirme être moins attentive aux cotisations et aux charges (-6 points par rapport à octobre ; 74%). En revanche, un plus grand pourcentage d'entreprises affirment avoir des difficultés pour être payées à l'heure (+3% par rapport à octobre, 26%). L'allongement des délais de paiement pourrait constituer une menace supplémentaire dans les mois à venir.

___

(*)Étude réalisée auprès d'un échantillon de 609 dirigeants d'entreprises. L'échantillon a été interrogé par téléphone du 7 au 15 novembre. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 29/11/2022 à 14:41
Signaler
Faux et archivage . Toutes sociétés doit avoir un expert comptable qui lui est au courant de tout ce qu'une entreprise peut bénéficier comme aide. Dire je ne savais pas est hypocrite.

à écrit le 28/11/2022 à 18:05
Signaler
ce que dit article, c'est que les entreprises ne font pas l'effort de s'informer et démarcher. ils attendent que les aides soient servies sur un plateau. les entreprises sont les assistés.

le 28/11/2022 à 21:39
Signaler
Les entreprises n ont pas que ça a faire que d aller fouiner dans l usine a gaz que sont en train de monter les LREM Vous peux etre que vous n avez que ça a faire

à écrit le 28/11/2022 à 17:04
Signaler
C'est fou tout ces dispositifs foireux que l'on met en place pour éviter de remettre en cause le principe des 'fournisseurs' alternatifs et de l'arenh.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.