Guichet énergie : les aides aux entreprises seront versées dans « 15 jours à 3 semaines » promet Le Maire

L'État a lancé ce week-end un guichet pour aider les entreprises à régler leurs factures d'énergie. Le ministre de l'Économie a reprécisé que toutes les structures « quelle que soit leur taille » sont éligibles. Bruno Le Maire a par ailleurs indiqué que les premiers versements devraient intervenir « dans quinze jours à trois semaines ».
« Qu’on soit une PME, une ETI ou une grande entreprise, on peut toucher de 4 à 150 millions d'euros », a déclaré Bruno Le Maire.
« Qu’on soit une PME, une ETI ou une grande entreprise, on peut toucher de 4 à 150 millions d'euros », a déclaré Bruno Le Maire. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Deux jours après sa mise en place, le ministre de l'Économie est revenu sur le nouveau guichet d'aide destiné à aider les entreprises à régler leurs factures d'énergie. « Je veux lever un certain nombre d'inquiétudes : toutes les entreprises sont éligibles à ce guichet ouvert samedi, quelle que soit leur taille. Qu'on soit une PME, une ETI ou une grande entreprise, on peut toucher de 4 à 150 millions d'euros », a déclaré Bruno Le Maire sur la radio Franceinfo ce lundi 21 novembre.

« Ce guichet est simple - toute la complexité sera traitée par l'État - il est massif et il sera rapide. Les versements interviendront dans quinze jours à trois semaines pour les entreprises », a indiqué le ministre de l'Économie.

Lire aussiLa crise de l'énergie pèse sur l'investissement des entreprises

Deux conditions pour en bénéficier

Bruno Le Maire en a profité pour rappeler les deux critères d'éligibilité à ce guichet d'aides. Il faut en premier lieu que la facture d'énergie des entreprises (gaz, électricité mais aussi chaleur et froid) ait progressé de plus de 50% entre 2021 et 2022. « C'est le cas de quasiment toutes les entreprises quand on voit aujourd'hui le coût de l'énergie », a-t-il assuré.

Ensuite, la facture d'énergie acquittée par l'entreprise sur la période pour laquelle elle introduit sa demande doit représenter au moins 3% du chiffre d'affaires enregistré à la même période en 2021. Étant donné que le guichet ouvert ce samedi permet aux entreprises de faire des demandes d'aide pour les mois de septembre et octobre 2022, seront éligibles celles dont la facture énergétique de ces deux mois est supérieure à 3% de leur chiffre d'affaires enregistré en septembre-octobre 2021. Les demandes pour la période suivante, soit novembre et décembre 2022, seront ouvertes début 2023.

Lire aussiAgroalimentaire : assommés par les prix de l'énergie, agriculteurs et industriels appellent l'Etat au secours

Pour demander des aides, l'entreprise doit fournir : ses factures d'énergie pour septembre et/ou octobre 2022 et factures 202, les coordonnées bancaires de l'entreprise (RIB), le fichier de calcul de l'aide mis à leur disposition sur le site des impôts, et une déclaration sur l'honneur attestant que l'entreprise remplit les conditions et l'exactitude des informations déclarées.

Le gouvernement avait annoncé le 27 octobre de nouvelles aides pour soutenir les entreprises face à l'explosion de leurs factures d'énergie, avec une enveloppe totale d'environ 10 milliards d'euros. Parmi les autres dispositifs : l' « amortisseur électricité » qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023. Il vise à ce que l'État prenne en charge une partie de la facture 2023 des petites et très petites entreprises, mais aussi des collectivités territoriales, hôpitaux, universités et associations, qui n'ont pas accès au bouclier tarifaire. Ce dispositif ne « nécessitera aucun dossier », avait précisé le gouvernement.

Lire aussiAu moment où les prix de l'énergie flambent, comment éviter l'usine à gaz des plans d'aide ?

Prix de l'énergie: l'État accorde un prêt de 15 millions d'euros à Duralex

L'État va accorder un prêt de 15 millions d'euros à la verrerie Duralex, asphyxiée par l'explosion des prix de l'énergie a annoncé ce lundi le ministre de l'Industrie Roland Lescure sur Europe 1. L'entreprise avait annoncé dès septembre qu'elle allait devoir mettre son four en veille durant minimum quatre mois à partir de novembre dans son usine historique, située à la Chapelle-Saint-Mesmin dans le Loiret, et placer l'ensemble de ses salariés en chômage partiel pour économiser de l'énergie et préserver ses finances.

« Duralex a dû fermer son activité pour l'hiver, ils continuent à vendre des verres car ils ont des stocks, mais du fait de la hausse des coûts de l'énergie ils ferment leur four. Ces 15 millions vont leur permettre littéralement de passer l'hiver. Ce choc énergétique c'est vraiment un coup de frein dans une entreprise qui était en train de se redresser, on souhaite accompagner ce redressement », a déclaré Roland Lescure.

La célèbre verrerie avait été rachetée in extremis en janvier 2021, après avoir été placée en redressement judiciaire quelques mois auparavant, par International Cookware (Pyrex), devenu la Maison Française du Verre en début d'année. Créée en 1945 par Saint-Gobain, la verrerie de la banlieue d'Orléans emploie 250 salariés et a réalisé en 2021 un chiffre d'affaires de 23,4 millions d'euros.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 22/11/2022 à 13:13
Signaler
pour quell raison l'etat francais est ségrégationniste voir raciste envers ces personnes age qui sous pretexte de leur age non pas le droit de faire des travaux subventioné cela veux dire que nous n'avons plus le doit de proteger la nature

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.