JO Paris 2024 : tension maximale avant l'oral de Lausanne !

 |   |  785  mots
 Nous sommes évidemment très heureux que le rapport de la Commission d'évaluation du CIO souligne que Paris serait une excellente ville hôte pour les Jeux de 2024, déjà prête à partager une incroyable célébration du sport et de l'Olympisme, qui laisserait un héritage fort et durable aux populations , a déclaré Tony Estanguet, le co-président du comité d'organisation de Paris 2024 après la publication du rapport de la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO).
" Nous sommes évidemment très heureux que le rapport de la Commission d'évaluation du CIO souligne que Paris serait une excellente ville hôte pour les Jeux de 2024, déjà prête à partager une incroyable célébration du sport et de l'Olympisme, qui laisserait un héritage fort et durable aux populations ", a déclaré Tony Estanguet, le co-président du comité d'organisation de Paris 2024 après la publication du rapport de la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO). (Crédits : DR)
Mardi, le comité de candidature de Paris et celui de Los Angeles passeront un avant-dernier oral devant le Comité international olympique (CIO). Les deux dossiers ont reçu les éloges de la part de la commission d'évaluation du CIO. Paris a-t-il réellement une longueur d'avance ?

Jeudi, la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) a publié son rapport sur le projet Paris 2024, quelques semaines après avoir testé in situ la candidature parisienne. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Paris a séduit.

" Paris a tout ce qu'il faut pour organiser des Jeux remarquables. Outre la passion pour le sport, et les sports olympiques en particulier, qui anime tout le pays, Paris s'appuie sur un mouvement sportif profondément enraciné, une grande expérience en matière d'organisation de compétitions dans tous les sports olympiques et des décennies d'expérience en tant que destination touristique parmi les plus prisées du monde", explique le CIO.

Dans le domaine du financement, Paris a également rassuré. "Les modèles de financement et de gouvernance proposés sont solides et parfaitement conformes à la manière dont le sport est organisé dans le pays, notamment la structure qui engage la pleine et entière participation des pouvoirs publics à tous les niveaux. La responsabilité de la réalisation du projet et de son héritage serait partagée entre le comité d'organisation local, une autorité en charge de la livraison des Jeux, et une entité chargée de l'héritage", indique le rapport qui conclut ainsi :

"Paris offrirait un cadre époustouflant aux Jeux olympiques et paralympiques."

Satisfaction à Paris

Bien logiquement, au sein de la candidature parisienne, ce satisfecit a été très bien accueilli. "Nous sommes évidemment très heureux que le rapport de la Commission d'évaluation du CIO souligne que Paris serait une excellente ville hôte pour les Jeux de 2024, déjà prête à partager une incroyable célébration du sport et de l'Olympisme, qui laisserait un héritage fort et durable aux populations. La compacité de notre concept au cœur de Paris, qui intègre les plus beaux sites de la capitale et propose un parcours de célébration jamais imaginé dans l'histoire des Jeux sur les berges de Seine, a marqué les esprits. Tout comme l'héritage que nous avons déjà mis en place, notamment en direction des plus jeunes, grâce aux programmes éducatifs qui nous ont permis de sensibiliser plus de deux millions d'enfants en 2017. Le CIO souligne que notre projet est pensé par et pour les athlètes, ce qui garantit une expérience incroyable des Jeux à l'ensemble de ses acteurs : les athlètes, les spectateurs, les médias... Nous sommes convaincus de proposer le meilleur projet pour 2024", a déclaré Tony  Estanguet.

Les deux villes au coude-à-coude

En compétition avec Los Angeles, Paris aurait donc une longueur d'avance sur sa rivale ? La prudence reste de mise, d'autant plus que la commission d'évaluation du CIO a également tressé des louanges à Los Angeles...

Les deux villes sont donc au coude-à-coude ? A priori, Paris est bien placée pour remporter la mise pour 2024, en raison notamment de la qualité des infrastructures de transport et de la compacité du projet. A priori, toujours, Paris organiserait les jeux en 2024 et Los Angeles serait en charge de ceux de 2028, puisque le principe d'une double attribution est désormais acté.

En saluant la qualité du dossier californien, on peut penser que le CIO adresse un signe d'encouragement à la mégapole américaine, en espérant qu'elle ne se retire pas de la course pour 2028. Ces dernières semaines, dans quelques messages contradictoires, le comité de candidature de Los Angeles a laissé entendre qu'il se satisferait d'obtenir les JO en 2028. Mais le risque d'un abandon existe. Il faut donc ménager les susceptibilités.

Rester concentré

Ce point est important. Après les échecs financiers des derniers jeux, le CIO peine à trouver des villes "prestigieuses" capables d'organiser cet événement tout en bénéficiant du soutien populaire.

Dans ce contexte, l'oral programmé mardi à Lausanne, où siège le CIO, sera-t-il une simple formalité pour le comité de candidature de Paris ? Pas vraiment. Lundi, Emmanuel Macron, le président de la République lui-même fera le déplacement dans le canton de Vaud pour rencontrer Thomas Bach, le président du CIO, et assurer une nouvelle fois de l'engagement de l'Etat français dans ce projet.

Au sein de l'équipe coprésidée par Tony Estanguet et Bernard Lapasset, la tension est maximale. Ne pas se relâcher est le mot d'ordre. Pour deux raisons. La première, Paris a retenu les leçons du passé. Donnée favorite pour organiser les JO de 2012, elle s'est fait dépasser dans la dernière ligne droite par Londres, lors du dernier oral organisé en 2005 à Singapour. La seconde : terminer second d'une compétition ne sera jamais un objectif pour les Américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2017 à 18:08 :
le CIO n'a pas vraiment le choix avec une telle carence de candidatures ; paris ne bénéficie pas de soutien populaire mais de celui des élus en mal de notoriété et d'affairistes en mal d'argent ; à la veille d'une augmentation de 1,7% de la CSG la victoire de paris serait une très mauvaise nouvelle pour le contribuable
a écrit le 09/07/2017 à 12:09 :
Pourquoi la ville de Paris n'organise t- elle pas un questionnaire sur la question ?
On se targue en France d'etre un pays democratique.
Ce serait un test ideal. Mais doux reveur que je suis, jamais l'orgueilleuse mairesse ne consentira a cela.
C'est moi la chefesse, pas de debat.
Si j'etais parigot, j'organiserai une manif sur le sujet.
a écrit le 09/07/2017 à 8:31 :
"Maid for sharing", c'est ce qu'avait cru comprendre DSK.
a écrit le 09/07/2017 à 8:24 :
Pourvu que Paris n'obtienne jamais les JO. Cette ville a bien d'autres problèmes à résoudre, et les contribuables n'en peuvent plus de financer les mégalomanies de quelques-uns
a écrit le 08/07/2017 à 16:23 :
NON Merci !On a pas les moyens !!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/07/2017 à 15:26 :
On n'en veut pas de leur JO... c'est une histoire de bobos parisiens! Regardez Rio, Athènes etc... Que des surcoûts et des infrastructures qui ne servent à rien ! Laissez-les a losangeles !! Ou sinon faites un référendum et on verra !!
Réponse de le 09/07/2017 à 8:34 :
De bobos parisiens mais pas que... c'est aussi une histoire de bétonneurs gourmands.
a écrit le 08/07/2017 à 15:19 :
"qui laisserait un héritage fort et durable aux populations" ! Sûr et certain que les populations dont les taxes et impôts vont s'envoler en auront un souvenir impérissable :-)
a écrit le 08/07/2017 à 11:32 :
Tu m'étonnes que le modèle de financement est solide vu qu'il est basé sur l'imposition des citoyens qui rejetteraient les JO si on utilisait le financement participatif. Paris ni en 2024, ni en 2028, ni jamais tant que les JO seront politisés et une histoire de fric.
Réponse de le 09/07/2017 à 8:39 :
On ne m'a pas demandé mon avis; en même temps, c'est le principe du mandat représentatif, où on demande aux électeurs de donner leur avis sur ceux qui ne leur demanderont pas leur avis... on dirait du Devos.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :