Judiciaire : aucun renvoi pour le procès des Balkany

 |   |  792  mots
(Crédits : Reuters)
Le maire Les Républicains (LR) de Levallois-Perret (92) Patrick Balkany et son épouse Isabelle, rattrapés par la justice après y avoir longtemps échappé, sont les prévenus vedettes d’un double procès qui a débuté aujourd'hui lundi à Paris.

Le procès pour fraude fiscale et blanchiment de Patrick et Isabelle Balkany, qui s'est ouvert lundi à Paris, se poursuivra bien mardi : le tribunal a rejeté les demandes de renvoi des avocats du maire LR de Levallois-Perret et de son épouse, toujours hospitalisée après avoir ingéré des médicaments début mai.

Une tentative de suicide pour rien ?

Aux yeux des juges, l'absence d'Isabelle Balkany, 71 ans, n'empêche pas la tenue du procès car elle a "accepté d'être représentée par ses conseils".

Dans la foulée, la défense de Patrick Balkany a ouvert un nouveau front en demandant au président du tribunal correctionnel de se déporter - de se faire remplacer - en raison de sa manière de juger une affaire distincte de fraude fiscale impliquant un élu. Le magistrat ayant refusé, la défense entend déposer une requête en récusation, qui n'entrave toutefois pas la poursuite des débats.

Isabelle Balkany, première adjointe de Levallois, "a fait une tentative de suicide il y a quelques jours", "elle a craqué, comme on dit", avait déclaré son avocat Pierre-Olivier Sur en demandant le report du procès en début d'audience.

"Pour le moment dans une clinique psychiatrique", "elle est incapable de marcher seule" et "d'un point de vue psychologique, elle est très mal", a-t-il ajouté. Dans une lettre lue à l'audience, sa cliente évoque "le choc émotionnel provoqué par une médiatisation outrancière et dévoyée" de l'affaire.

En l'absence de son épouse mais aussi des quatre autres prévenus, dont leur fils Alexandre, Patrick Balkany, 70 ans, était assis seul au premier rang d'une salle comble. L'élu, en costume bleu marine, était arrivé sans mot dire, escorté par ses avocats dans le crépitement des flashs. Ses défenseurs avaient également plaidé pour le renvoi de ce procès prévu pour six semaines.

"C'est pas un chien, Patrick Balkany. Il a trouvé sa femme, il la pensait morte. (...) C'est difficile, même pour Balkany", avait souligné son conseil Eric Dupond-Moretti. "Elle sans lui, lui sans elle, cela n'a pas de sens".

La défense avait également critiqué, en vain, le calendrier de l'audience, qui prévoit de juger la fraude fiscale avant le blanchiment.

Les avocats de Patrick Balkany viennent par ailleurs de demander à la cour d'appel le dépaysement de l'affaire, au motif qu'un des responsables des associations anticorruption Anticor et Sherpa était magistrat au TGI de Paris. Ces deux associations ont finalement renoncé à être partie civile au procès.

Un "blanchiment à grande échelle"

Les Balkany encourent jusqu'à dix ans de prison et des peines d'inéligibilité.

Au terme d'une enquête ouverte en 2013, ils sont accusés de "blanchiment à grande échelle" entre 2007 et 2014: d'avoir dissimulé au fisc des revenus et un patrimoine "occultes" à hauteur "au minimum" de 13 millions d'euros, en particulier deux somptueuses demeures cachées derrière d'exotiques montages financiers.

Isabelle Balkany a finalement reconnu la propriété de la villa Pamplemousse, à Saint-Martin.

Le couple a en revanche constamment nié être propriétaire de la villa Dar Gyucy de Marrakech, où ils ont maintes fois séjourné. Celle-ci est détenue depuis 2010 par une SCI marocaine propriété d'une société panaméenne au nom de Jean-Pierre Aubry, l'homme de confiance de Patrick Balkany à Levallois, lui aussi prévenu, tout comme l'avocat Arnaud Claude.

Mais aux yeux des juges, ils sont les "seuls bénéficiaires" du riad, où des peignoirs brodés aux initiales "PB" ont été retrouvés. Leur fils Alexandre est jugé pour avoir souscrit deux baux de location fictifs, permettant à ses parents d'affirmer qu'ils ne possédaient pas la villa.

Les enquêteurs ont établi que le prix de vente officiel du riad, 2,75 millions d'euros, avait été payé par l'homme d'affaires saoudien Mohamed Al Jaber au moment où celui-ci négociait un super-projet immobilier à Levallois. Ce qui vaut au promoteur et à Patrick Balkany d'être poursuivis pour corruption.

Les investigations étaient remontées bien au-delà de la période 2007-2014 qu'elles ciblent, sans pouvoir retracer l'origine de tous les fonds.

Les juges estiment que Patrick Balkany a été "à la tête d'un véritable réseau de sociétés offshore" mis en place dès la fin des années 1980, quand son ancien compère Didier Schuller déposait en Suisse des fonds occultes du BTP destinés à financer le RPR.

En 2016, le baron de la droite avait fini par admettre avoir détenu des avoirs non-déclarés en Suisse, un héritage selon lui.

L'enquête a aussi mis au jour les fortes sommes en liquide utilisées par le couple, notamment plus de 87.000 euros payés dans une agence de voyages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2019 à 12:10 :
Balkany tapis j espère qu ils vont payées un maxi les voleur au pagne
a écrit le 14/05/2019 à 12:59 :
Il y a bien trop longtemps que les Balkany auraient dû être jugés, condamnés à rendre le "pognon" et interdits d'exercer un mandat électif. Ces gens sont des sangsues, des opportunistes, des nuisibles qui salissent la République, détruisent la politique, parce qu'ils veulent briller, alors qu'ils n'ont aucun talent si ce n'est celui d'escrocs sans foi, ni loi, ni respect pour rien, sauf pour leur "gueule".
a écrit le 14/05/2019 à 10:01 :
N'étant pas électeur à Levallois, je me garderai d'un avis sur la gestion de la ville. Même si le fonctionnement de la justice en France est un peu ... bizarre, la justice ne poursuit pas; elle juge; que la récusation possible du président de la cour ne suspende pas l'audience me surprend toutefois, et, vu les circonstances, la poursuite de l'audience me parait saugrenue sinon inhumaine.
a écrit le 14/05/2019 à 9:22 :
Il a choisi le mauvais cheval pour défendre ses magouilles, Acquitador est devenu Perpetrador ces derniers temps ....!
a écrit le 14/05/2019 à 8:29 :
Ils auront un cout élevé en frais d'avocat et une sentence symbolique avec sursis.
a écrit le 13/05/2019 à 19:58 :
Il est manifestement préférable moralement de ruiner ses administrés, sa commune et de se faire financer par l'Etat au nom de la "politique de la ville", plutôt que d'enrichir sa commune, de faire le bonheur de ses administrés au quotidien et d'être peut-être trop malin ... Et en même temps, les gens qui le peuvent ou qui ont le choix préfèrent vivre à Levallois-Perret plutôt que dans une commune de Seine-Saint-Denis. Cherchez l'erreur...
Réponse de le 14/05/2019 à 6:37 :
Les habitants de cette cite, devront regler les deficits. Les leviers de coercission sont nombreux et le fisc ne va pas prendre des gants.
Balkany's corp, c'est du passe, enfin.
Réponse de le 14/05/2019 à 18:22 :
Je propose qu'on envoie la facture réelle des agissements des "peut être trop malins" qui ont "enrichi la commune " aux administrés pour confirmer leur "bonheur (...) au quotidien".
a écrit le 13/05/2019 à 18:59 :
Ils devraient être réélu très facilement aux prochaines municipales de Levallois Perret.
Réponse de le 14/05/2019 à 11:20 :
Encore faudrait-il qu'ils puissent s'y présenter. Et là c'est pas gagné...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :