L'apprentissage repart à la hausse en 2015

 |   |  272  mots
Le gouvernement tente, depuis mi-2014, de relancer l'apprentissage, avec un nouveau régime d'aides aux entreprises.
Le gouvernement tente, depuis mi-2014, de relancer l'apprentissage, avec un nouveau régime d'aides aux entreprises. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
L'administration a recensé 280.052 nouveaux apprentis en France, en 2015, soit 2,1% de plus qu'en 2014, faisant grimper le nombre total de personnes en apprentissage à 402.900. L'objectif des 500.000 en 2017 semble toutefois inatteignable.

En nette perte de vitesse depuis 2013, l'apprentissage a retrouvé quelques couleurs en 2015, enregistrant une hausse de 2,1% des nouveaux contrats, selon des données provisoires mises en ligne jeudi par le ministère du Travail. L'an dernier, tous secteurs confondus, l'administration a enregistré 280.052 entrées en apprentissage en France entière, soit 5.861 de plus qu'en 2014, selon la Dares, service des statistiques du ministère.

Dans le détail, 269.083 jeunes sont entrés dans le dispositif dans le privé (soit une hausse de 1,4%) et 10.969 dans le public (+2.2%). Ces chiffres montrent que "la politique menée par le gouvernement est efficace", estime-t-on dans l'entourage de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui "espère que l'apprentissage continuera sur cette dynamique". Mais la hausse de 2015 ne compense pas les baisses de 2013 (-8%) et de 2014 (-3%).

402.900 apprentis au total fin 2015

Grâce à la hausse des nouveaux contrats, le nombre total d'apprentis a lui aussi, légèrement augmenté. Pour la seule métropole, l'administration recensait 402.900 apprentis fin 2015, contre 400.900 fin 2014. Mais l'objectif du gouvernement - 500.000 apprentis en 2017 - semble hors d'atteinte.

Le gouvernement tente, depuis mi-2014, de relancer l'apprentissage, avec un nouveau régime d'aides aux entreprises. La dernière est entrée en vigueur en juin. Pour toute embauche d'un apprenti mineur, les entreprises de moins de 11 salariés bénéficient, la première année, d'une aide forfaitaire de 4.400 euros, correspondant au salaire minimum de l'apprenti et aux cotisations sociales. L'administration a déjà attribué "62.000 aides TPE-Jeunes apprentis", sur un objectif de 80.000, indique-t-on au cabinet de Myriam El Khomri.

    Lire aussi >> L'Allemagne, un modèle pour relancer l'apprentissage en France ?

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2016 à 16:13 :
L'argent de l’apprentissage, à qui profite il réellement ?

Voilà qui pourrait vous faire une excellente enquête avec énormes surprises à la clé, garanties sur factures...
a écrit le 05/02/2016 à 12:10 :
enfin une bonne nouvelle, mais insuffisant quand même, effort à poursuivre !
a écrit le 05/02/2016 à 11:23 :
Il serait intéressant de connaitre les chiffres dans le détail car ce n'est pas la même chose que d'être apprenti au CFA de l'Essec par choix qu'en apprentissage à 17 ans par défaut en menuiserie ou mécanique auto .
Les taux d'obtention d'un diplôme ne sont hélas pas les mêmes .
Un artisan carrossier m'expliquait que sur la douzaine d'apprentis formés aucun n'avait poursuivis dans la profession ce qui ne les empéchaient pas de revenir le voir régulièrement preuve qu'il ne leur avait pas laissé de mauvais souvenir .
a écrit le 05/02/2016 à 9:19 :
ca serait interessant de commenter dans le detail si vous avez des chiffres plus precis que la propagande
toutes les entreprises que je connais ne veulent pas d'apprentis, qui ont ' juste le droit de regarder' ( interdit de tenir un tournevis, de monter sur un escabeau, etc...)
Réponse de le 05/02/2016 à 9:40 :
tu parles du UK, là.
d'ou leur incapacité à construire plus de 140 000 logements (contre 350 000 en France).
Réponse de le 05/02/2016 à 10:17 :
:

De trop nombreuses personnes ignorent à dessein ou non la formation dispensée en entreprise artisanale , commerciale et surtout mésestiment le travail réalisé dans les CFA(centre de formation d'apprentis )et autres organismes de formation tels les MFR etc...
Professeur retraité d'un CFAI, j'ai souhaité réparer cet ostracisme .J'ai fait éditer en ligne ( www.edilivre.com ou www.amazon.fr ) un ouvrage autobiographique intitulé / PROF EN CFAI :memoire d'un marginal de l'éducation.
auteur JACQUES LOUBET .
C'est une premiére en france . L'ouvrage est un témoignage de mon parcours professionnel atypique au moment des cours professionnels artisanaux itinérants (avant 1977) et après dés la création d'un grand centre de formation d'apprentis .
Mon dessein est de contribuer à faire connaitre cette formation professionnelle initiale avec en particulier la connaissance des publics (professeurs , éducateurs etc...) à travers des moments précis. l'ensemble de l'ouvrage n'est pas exhaustif.
Je mets en avant le travail réalisé, j'évoque le système de formation, j'effectue des comparaisons avec la formation sous statut scolaire des LP (lycées professionnels ) ,les 2 formations concourant aux mémes objectifs éducatifs de la nation. je pointe du doigt les différents statuts, les moments de travail mais aussi de confrontation.
Sans être polémique, j'évoque brièvement le fait syndical , ses problèmes épineux , ses difficultés.
Au moment ou tout gouvernement semble trouver quelques vertus à cette formation( par ailleurs perfectible) et souhaite augmenter le nombre de jeunes en alternance ,cet ouvrage peut aider modestement à la compréhension et à la sensibilisation de la problématique ;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :