L'OCDE met à bas quelques idées reçues sur le système de santé français

Dans son "Panorama de la santé 2015", l'organisation internationale dresse un tableau plutôt satisfaisant du système de santé français.
Fabien Piliu

4 mn

En moyenne, les Français consultent 6,4 fois par an leurs médecins, soit moins que la moyenne des pays de l'OCDE
En moyenne, les Français consultent 6,4 fois par an leurs médecins, soit moins que la moyenne des pays de l'OCDE (Crédits : Décideurs en région)

"Très bon" ! En deux mots, voici comment le Panorama de la santé 2015 de l'OCDE juge le système de santé français. Bien sûr, de "larges marges de progrès" sont possibles, notamment concernant la consommation de tabac et d'alcool.

Bien sûr, des solutions doivent être trouvées pour parvenir à équilibrer les comptes du régime général de la Sécurité sociale et notamment de sa branche maladie qui devrait afficher un déficit de 6,5 milliards d'euros selon les prévisions du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2016. Néanmoins, le système de santé tricolore reçoit de la part de l'organisation internationale plus d'éloges que de critiques, compte tenu de l'état de santé de la population française. Une population qui vit longtemps, plus longtemps que dans les 33 autres pays membres de l'OCDE. L'espérance de vie s'y élève en effet à 82,3 ans en moyenne, contre 80,5 ans en moyenne dans les autres pays.

Espérance de vie : un écart persistant entre les hommes et les femmes

Avec cette espérance de vie, la France se classe au cinquième rang. L'OCDE relève que des écarts importants persistent entre hommes et femmes. L'espérance de vie des premiers atteint 79 ans, ce qui classe la France à la 15ème place mondiale en matière de longévité. Celle des secondes atteint 85,6 ans, ce qui hisse la France sur la troisième marche du podium.

On l'a vu, le système de santé affiche des comptes dans le rouge. Il est en déficit chronique depuis 2001. Toujours selon le PLFSS, il devrait être bénéficiaire en 2019, en dépit d'un déficit persistant de la branche maladie, estimé à 300 millions d'euros cette année-là. A signaler, il suffirait que les taxes sur le tabac soient fléchées vers cette branche pour qu'elle soit instantanément dans le vert financièrement. Cette idée fait son chemin mais elle est pour l'instant exclue par l'exécutif.

La France n'a pas à rougir en matière de dépenses de santé

Toujours est-il que le coût pour les finances publiques est relativisé par l'OCDE. En effet, la France se classe au 6ème rang pour les dépenses de santé en pourcentage de PIB. En 2013, ces dépenses représentaient 10,9% du PIB contre 8,9% pour la moyenne des pays de l'OCDE.Certes, ce sont les contribuables qui financent le trou de la Sécu, selon le principe des vases communiquant. Néanmoins, tel qu'il fonctionne actuellement, le système de santé français est peu onéreux pour les patients. En effet, la part allouée par les patients français aux dépenses médicales représente 1,4% de la consommation totale des ménages ; soit un niveau deux fois moins élevé que la moyenne des pays de l'OCDE (2,8%).

Quant aux dépenses de santé restant à la charge des patients en France, elles sont les plus faibles des pays de l'OCDE. En 2013, elles représentaient environ 7% des dépenses totales de santé contre 20% en moyenne dans les pays de l'OCDE, notamment "grâce à la sécurité sociale" et aux "dispositifs de couvertures complémentaires".

Reste que 23% des Français qui ont des revenus en dessous de la moyenne déclarent avoir des besoins de santé non satisfaits en raison du coût. Un pourcentage qui s'élève à 29% aux Pays-Bas et culmine à 49% aux Etats-Unis. Il ne s'élève qu'à 5% au Royaume-Uni ; 11% en Suède, 16% en Norvège et 21% en Allemagne notamment.

Les Français ne sont pas gourmands en consultation

Pour ceux qui ont les moyens d'aller voir un médecin, les Français sont-ils de plus gros consommateurs de consultations ? Loin de là. En moyenne, les Français consultent 6,4 fois par an leurs médecins, soit un tout petit moins que la moyenne (6,5) fois par an), loin derrière la Corée (14,6 fois par an) et le Japon (12,9 fois par an).

Les Français seraient les premiers consommateurs d'anti-dépresseurs au monde. C'est faux. Ils se classent au douzième rang. Les plus gros consommateurs sont les citoyens du Portugal, de l'Australie et enfin de l'Islande.

En revanche, la France se situe à la 3ème position des pays les plus consommateurs d'antibiotiques. Si la part des médicaments génériques a progressé, il reste cependant faible par rapport à la plupart des pays de l'OCDE. En 2013, ils représentent 30% du marché pharmaceutique alors que la moyenne est de 48%. Quant à la durée moyenne de séjour à l'hôpital, elle s'élevait en 2013 à 10 jours, soit deux jours de plus que la moyenne des pays de l'OCDE. Un exemple : la durée d'hospitalisation après un accouchement normal est en moyenne de 4 jours en France, contre trois jours en moyenne dans les autres pays.

Fabien Piliu

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 18/02/2016 à 20:20
Signaler
il serait plus intéressant de comparer "l'espérance de vie en bonne santé" que "l'espérance de vie" qui ne rime à rien s'il y a un acharnement thérapeutique dans un pays et pas dans un autre, non?

à écrit le 06/11/2015 à 15:22
Signaler
On est très bien soigné en France quand on y est soigné. Les déserts médicaux n'existe pas dans notre pays et l'accès aux soins y est d'une facilité... Allez faire un tour à Châteaudun, par exemple, et essayez d'obtenir un rendez vous chez un médeci...

le 07/11/2015 à 0:04
Signaler
Et alors ? C'est normal !! Demande toi surtout pourquoi personne ne veut s'installer dans les petits bleds ???!!!

à écrit le 05/11/2015 à 13:19
Signaler
Autrement dit l’espérance de vie du système de santé français baisse contrairement à celles de ses assurés :-) !

à écrit le 05/11/2015 à 9:08
Signaler
Clairement ce gouvernement, comme les précédents en fait le moins possible contre l'alcool et le tabac. Pourquoi ?

à écrit le 04/11/2015 à 18:38
Signaler
Cet article est clairement tendancieux : on connait le biais socialo des journalistes de La Tribune La comparaison de la France avec la moyenne de l'OCDE ne veut pas dire grand chose dans la mesure ou il s'agit d'un groupe de pays très disparate qui...

le 05/11/2015 à 0:46
Signaler
C'est marrant de critiquer le "biais" des journalistes alors que le votre est tellement visible.

le 05/11/2015 à 1:52
Signaler
Clair que vous devez quitter la France de toute urgence. Y'a pas à hésiter, là.

le 05/11/2015 à 5:13
Signaler
Vous avez raison si j'avais le choix je le ferai sans hésiter . La France est une machine a taxer et réglementer tout ce qui bouge , un paradis socialiste en somme!! Même les migrants ne veulent pas s'y établir, c'est dire

le 05/11/2015 à 6:31
Signaler
@ ams mon job me permet de voyager dans une bonne partie du monde y compris dans l'Union. Juste un petit commentaire sur nos amis allemands, je suis frappé de ce besoin pour certains praticiens voisins de vouloir presque systématiquement faire valide...

le 06/11/2015 à 18:14
Signaler
Proposer des indicateurs, c'est bien, encore faut-il citer des sources . D'après l'OCDE , les dépenses totales de santé sont identiques en France et en Allemagne (en % PIB) et ça ne colle pas avec vos indicateurs. Par ailleurs la comparaison avec ...

à écrit le 04/11/2015 à 16:58
Signaler
-C'est scandaleux que les taxes tabac ne soient pas intégralement flèchées vers la S.S -Il est à craindre que tiers payant imposé aux médecins, fassent doubler les consultations, de surcroit avec de moins en moins de médecins. - Sans les 35h de Jos...

le 05/11/2015 à 1:53
Signaler
Sauf que c'est pas pour ça qu'on va voter pour ta marine.

à écrit le 04/11/2015 à 16:54
Signaler
L'écart du nombre de visites chez le médecin entre occident et orient s'explique car là bas la médecine est préventive, alors que chez nous on attend d'avoir d'abord un problème avant d'aller chez le médecin( et d'ailleurs l'allongement des délais d'...

le 05/11/2015 à 2:03
Signaler
Peut-être pas tout à fait. Il faut comprendre que la France a longtemps eu les trois piliers : Maire, Instit, curé. Le curé et l'Instit ont été détruit. Et le Maire a maintenant autant de boulot que le médecin car il touche plus par les labos que de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.