La baisse des exportations plombe le commerce extérieur français

 |   |  519  mots
Le déficit s'est établi à 6,01 milliards d'euros en mai, atteignant son montant le
plus élevé depuis février 2017. Le déficit du mois d'avril a été revu à 5,21
milliards d'euros après 4,95 milliards en première estimation.
Le déficit s'est établi à 6,01 milliards d'euros en mai, atteignant son montant le plus élevé depuis février 2017. Le déficit du mois d'avril a été revu à 5,21 milliards d'euros après 4,95 milliards en première estimation. (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
Le déficit commercial de la France s'est sensiblement creusé en mai, notamment sous l'effet du reflux des ventes aéronautiques après leur pic en avril, selon les derniers chiffres des douanes.

Le commerce extérieur français continue de connaître de sérieuses difficultés. Selon les derniers chiffres des douanes publiés ce vendredi 6 juillet, le déficit commercial s'est largement creusé au mois de mai pour s'établir à 6 milliards d'euros. Ces mauvaises performances interviennent dans un contexte de ralentissement économique au cours du premier semestre. Sur l'ensemble de l'année, les économistes de l'Insee et de la Banque de France ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance à 1,7% et 1,8% contre 2,3% pour 2017, qui reste une année exceptionnelle pour l'économie tricolore.

Lire aussi : Croissance : le coup de frein se confirme pour la France

Chute des exportations

Au mois de mai dernier, les exportations ont clairement reculé (-2% contre +2,9% en avril) alors que les importations se sont stabilisées (-0,1% après 2,8%). Le déficit cumulé sur les douze derniers mois s'élève à 61,6 milliards d'euros contre 63,1 milliards pour l'année 2017. Sur les cinq premiers mois de l'année, le déficit cumulé - en données corrigées de variations saisonnières et des jours ouvrés - atteint 27,1 milliards d'euros contre 29,2 milliards un an plus tôt.

Par secteur, les services de l'administration expliquent que les ventes relatives à l'industrie aéronautique ont clairement ralenti après avoir connu un pic au mois d'avril.

"En mai, les livraisons d'Airbus atteignent 1,6 milliard d'euros pour 22 appareils (dont aucun A380), contre 2,6 milliards d'euros en avril pour 26 appareils (dont trois A380)."

Pour les produits issus de l'industrie automobile, la balance commerciale se détériore également avec un reflux des ventes et une progression des achats. Enfin, en ce qui concerne les équipements électroniques, informatiques et électriques, et les machines industrielles, la détérioration du déficit s'explique principalement par une hausse des achats "car les ventes se maintiennent globalement à un haut niveau." À l'opposé, la balance commerciale s'est améliorée pour les produits énergétiques.

Repli des échanges avec le Proche et le Moyen-Orient

Par zone géographique, le solde avec le Proche et le Moyen-Orient s'est fortement replié en mai après un pic en avril. "Cette dégradation de la balance commerciale s'explique principalement par le contrecoup des très fortes livraisons aéronautiques vers le Qatar" indique le communiqué des douanes. Une dégradation du déficit est également visible avec l'Asie "sous l'effet conjugué de la baisse des exportations, après le rebond marqué d'avril, et d'une hausse des importations." Le service des douanes note une contraction des ventes aéronautiques à destination de la Chine, du Vietnam, de Singapour et de la Corée du Sud. Enfin, le solde avec l'Union européenne s'est amélioré en mai. La France importe moins de produits issus des pays membres de l'UE.

Pour le gouvernement qui veut favoriser les exportations des entreprises françaises, ces derniers chiffres représentent encore un mauvais signal. Même si la conjoncture a été très favorable en 2017 avec une croissance très favorable, le déficit commercial s'est encore creusé de 25% ces deux dernières années, au point de peser sur le PIB d'environ 0,6 point par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2018 à 17:17 :
La presse italienne, aujourd'hui, salue les exploits des exportations qui augmentent d'année en année et une balance commerciale excédentaire de plus de 61 milliards d'euros. Cela fait plaisir surtout pour un pays dont il est de bon ton, ici, de parler en mal. Même l'ambassade de France reconnait de tels exploits quand elle affirme "En 2017 les exportations italiennes ont augmenté de 7,4% par rapport à 2016 pour un total de 81 milliards d’euros, hors énergie. Les premiers partenaires économiques pour les exportations italiennes ont été la Chine, la Russie et l’Espagne (Ambassade de France)"
a écrit le 10/07/2018 à 16:45 :
Il ne faut pas s'inquiéter : grâce au latin au collège, à la semaine de 4 jours au primaire (le seul pays au monde à être à 4 jours, voir le rapport de la fondation Robert Schumann), aux 2 langues vivantes dès la cinquième (alors que les élèves savent à peine comprendre le français, et que nous sommes nuls rien qu'en anglais), grâce à la limitation des indemnités en cas de licenciement abusif, grâce à la baisse de l'impôts sur la fortune, grâce à la hausse de la CSG sur les retraites,La République de la Médiocrité vous promet qu'on va bientôt fabriquer des tas d'ordinateurs qui vont relever notre commerce extérieur...
a écrit le 10/07/2018 à 16:39 :
Il ne faut pas s'inquiéter : grâce au latin au collège, à la semaine de 4 jours au primaire (le seul pays au monde à être à 4 jours, voir le rapport de la fondation Robert Schumann), aux 2 langues vivantes dès la cinquième (alors que les élèves savent à peine comprendre le français, et que nous sommes nuls rien qu'en anglais), grâce à la limitation des indemnités en cas de licenciement abusif, grâce à la baisse de l'impôts sur la fortune, grâce à la hausse de la CSG sur les retraites,La République de la Médiocrité vous promet qu'on va bientôt fabriquer des tas d'ordinateurs qui vont relever notre commerce extérieur...
a écrit le 09/07/2018 à 14:00 :
Trop bavard notre président, pas assez bon vendeur, trop orgueilleux ça ne marche jamais ça dans les affaires.
a écrit le 08/07/2018 à 5:41 :
La situation du commerce extérieur de la France s'écroule depuis le début des années 2000 (rappel : entrée en vigueur de l'euro 01/01/2002).
Les politiques menées sur les thèmes du développement de notre industrie, le soutien à l'exportation et la réduction de l'importation sont totalement déficientes ; en fait, on peut se poser la question : a-t-on traité (sérieusement) ces sujets ? NON !

Lorsque l'on analyse la courbe du taux de couverture annuel de la France (rapport exportations/importations), nous nous apercevons que la situation est véritablement CATASTROPHIQUE sur la période 2005-2017, au regard par ex. des périodes 1980-1990 et 1992-2002.
Source : lekiosque.finances.gouv.fr (rubrique synthèse & indicateurs/synthèse annuelle)
a écrit le 07/07/2018 à 15:46 :
Nos PME ne sont pas assez nombreuse et n'exportent que peu. De plus, les banques ne jouent pas le role qu'elles doivraient pourtant jouer pour les aider.
Réponse de le 10/07/2018 à 16:51 :
Je pensais pourtant qu'avec l'effet MACRON, notre commerce extérieur allait exploser....En fait, c'est tout bonnement parce que le code du travail est trop restrictif dans les pays où on veut s'implanter, qu'on ne peut exporter.

Nous sommes quasiment absent des marchés américains, chinois, japonais, sud-Coréen, indiens...
Réponse de le 10/07/2018 à 16:51 :
Je pensais pourtant qu'avec l'effet MACRON, notre commerce extérieur allait exploser....En fait, c'est tout bonnement parce que le code du travail est trop restrictif dans les pays où on veut s'implanter, qu'on ne peut exporter.

Nous sommes quasiment absent des marchés américains, chinois, japonais, sud-Coréen, indiens...
a écrit le 07/07/2018 à 12:33 :
Quelqu’un connaît il ce moteur de recherche : www.tenderspage.com ?
Nous l’utilisons pour trouver des marchés à l’export.
Réponse de le 08/07/2018 à 13:31 :
Oui nous l’utilisons pour trouver des marchés à l’export et en France. Seulement l’information ne fait pas tout si il n’y a pas une volonté dans l’entreprise de croître.
Réponse de le 08/07/2018 à 14:59 :
C’est un outil intéressant quand on exporte.
a écrit le 07/07/2018 à 11:27 :
Il suffit d'introduire une taxe spécifique destinée aux entreprises n'exportant pas.Les autres entreprises verront leur fiscalité inchangée.La fiscalité incitative est souvent la meilleure recette
Réponse de le 07/07/2018 à 17:47 :
Quelle brillante idée... si ce n'était pas un canular, on dirait presque une vraie idée de politocard... Inventons donc une TVA a 33% pour tous les artisans, les entrepreneurs locaux, les commerces de proximité. Ca va vachement arranger l'activité, qui n'est déjà que trop faiblement plombée par les charges sociales alimentant ces mêmes politocard :-)
Réponse de le 07/07/2018 à 18:51 :
Vous plaisantez bien, mais en effet vous avez tout compris de la mentalité néfaste des socialistes.
a écrit le 07/07/2018 à 11:02 :
Une vraie question: qu'a-t-on à exporter que ne fassent pas les autres, souvent aussi bien et moins cher ?
a écrit le 07/07/2018 à 9:35 :
L'importance des entreprises d'Etat n'a fait que se renforcer. Elles représentent aujourd'hui près de 40 % des principaux actifs industriels et 80% dans les industries stratégiques. Pourquoi cette formule économique est-elle gagnante en Chine et perdante en France?
Réponse de le 07/07/2018 à 18:27 :
Ils sont menés au riz et à la baguette !
a écrit le 07/07/2018 à 9:31 :
Notre déficit correspond , comme depuis des décennies, a nos importation de carburants fossiles... Pendant ce temps, la transition énergétique consiste a taper sur la gueule du nucléaire (et souvent a juste titre) pour le remplacer par le l'importation de photovoltaïque et d'éoliennes (dont j'adore le concept par ailleurs...)... Conclusion : la seule partie de notre mix énergétique non déficitaire est en voie de transition vers de l’importation de matériel made in ailleurs... Dans le même temps, pas touche aux importations de pétrole et de gaz... Alloooooo ? il y un pilote dans l'avion ??? :-)
Réponse de le 08/07/2018 à 11:24 :
@ Transitinsite : la politique du "tout nucléaire" bien inscrite dans les documents officiels des années 70 a nui aux autres technologies renouvelables pour lesquelles nous avions une certaine avance dans les années 80, et les aventures d'Areva et d'EDF (en Argentine etc) on grandement affaibli le secteur nucléaire qui passe progressivement sous main chinoise et ne vend plus guère. Il nous reste pour autant beaucoup d'opportunités dans les renouvelables et leur intégration, de même en stockage etc Le nucléaire génération 3 et 3+ ne sera plus un marché important pour nous, sinon des sous activités. Il y a donc lieu de diversifier plus dans les renouvelables et l'efficacité énergétique tout comme le stockage, qui ont encore plein d'intégrations et technologies possibles pas toujours réalisées ailleurs. C'est en outre notre avenir énergétique et les prix et emplois qui en dépendent.
a écrit le 07/07/2018 à 9:14 :
inclure les ventes aéronautiques fausse totalement le tableau

il ne faut pas oublier qu´airbus est un consortium européen. une partie des avions est construite en france soit, mais la france ne détient qu´une toute petite partie des actions. donc ne recoit qu´une toute petite partie du montant des ventes.

les journalistes et politiciens francais oublient toujours ce petit détail en faisant croire que tout le montant des ventes revient à la France.... ce qui n´est absolument pas le cas.

la situation est bien plus grave qu´elle n´apparait car hormis ces ventes aéronautiques les véritables exportations de sociétés francaise ne font que décroitre.

quand aux importations, après les hausses quaisment tous les mois plus les nouveaux impots et taxes font que les importations décroissent. ce n´est du en aucun cas à la croissance des produits fabriqués en france prenant la place des importations mais le déclin irrémediable
a écrit le 07/07/2018 à 5:16 :
Et les français qui, dégoutté par la Taxe d'habitation punitive pour résidence secondaire, vont acheter leur résidence secondaire en Croatie, à un cinquième du prix qu'elle coûterait en France, sont légions. Un résident secondaire ne coûte rien à la commune mais donne du travail à pas mal de gens du pays. Qu'on le lui dise !
a écrit le 07/07/2018 à 1:55 :
L’Alsace c’est la France ?

Depuis des décennies cette région a un excédent de sa balance commerciale vis à vis de l’international.
https://www.marque.alsace/les-entreprises-installees-en-alsace-remportent-130-millions-deuros-01627

Ils travaillent ensembles : entreprises, CCI, région etc. Pourquoi ne pas copier ces schémas d’exportation dans nos autres régions ?
Réponse de le 07/07/2018 à 12:28 :
+1000
Réponse de le 07/07/2018 à 18:29 :
C'est culturel, ils sont quasiment allemands !
La france est mediterranéenne
a écrit le 06/07/2018 à 22:09 :
Agriculture, le secteur point fort historique de la France est sacrifiée, martyrisée, annihilée par le gouvernement actuel. point barre, fermez le banc.
Réponse de le 07/07/2018 à 1:55 :
l'agriculture est sacrifiée par le coût insupportable de la ponction publique qui en plus n'apporte rien !!! dans certains régions, un agriculteur supporte 4 ponctionnaires !!!
Réponse de le 07/07/2018 à 8:14 :
Sans les aides de Bruxelles on n'avait plus des acricultures en France. Comme le secteur de peche, ils sont depasses par le concurrence plus visionaires. Un gros tracteur seul ne porte rien.
a écrit le 06/07/2018 à 19:30 :
Année après année, président après président, les chiffres sont les mêmes. Après avoir bien augmenté les taxes sur les carburants, instauré le 80/km,on se demande comment la France protégée par l EU et l'euro ferait si nous étions hors Europe comme certains le souhaitent. Après plus de douze mois au pouvoir quelles mesures va dans le sens de plus de compétitivité pour la France ? En côté Europe, macron ne propose rien, nous faisons du surplace. Les autrichiens et italiens ont raison, la France donne des leçons mais..

Pour contrer l'immigration non voulue il faut que l yeux soit ferme et refuse les migrants économiques. Tout migrant n'ayant pas le statut de réfugié doit être remis à jour son pays d'origine. Il suffit de prendre les empreintes des demandeurs et si lors du traitement de leur dossier il quitte l'état delivreur, oust, out.
Réponse de le 07/07/2018 à 2:04 :
Mon propos EST scandaleux: l'immigration est une solution à notre problème de coût, à condition de refuser aux immigrants le bénéfice de la générosité de notre code du travail, autrement dit de rétablir l'esclavage (Napoléon Ier l'a bien fait!). A noter que la SNCF l'a déjà fait puisque elle fait l'objet de poursuites judiciaires.
a écrit le 06/07/2018 à 19:11 :
E Macron devient le Président de tous les "records" (en guillemets) !
Champion d'Europe des prélèvements obligatoires : ~47%
Champion d'Europe du déficit budgétaire : -2,6%/PIB (moyenne Europe 0,9%)
Champion d'Europe du taux d'imposition des entreprises : 62,2% selon cabinet PwC
Champion d'Europe d'augmentation de la dette publique en% + en valeur : +65,9 mds d'€
Champion d'Europe de la + faible baisse du chômage : -2%
Champion d'Europe de la dépense publique :~56%/PIB ; +2,2% des dépenses de fonctionnement ... etc...
Heureusement pour E. Macron que les éditorialistes des grands médias cachent ces "records" aux Français.
Réponse de le 07/07/2018 à 1:57 :
non Kim, les médias sont totalement copains avec les ponctionnaires qui ne servent à rien, c'est différent !!!!
a écrit le 06/07/2018 à 18:30 :
La baisse des exportations plombe le commerce extérieur français

La compétitivité est plombée par la productivité plombée elle même pour tous les 5 millions de professionnels de la route qui perdent 12 % de productivité en passant de 90 à 80 kms

le gouvernement Philippe MACRON et les godillots LREM LR UDI PS plombent la France.

La Plombagine AIGUE EST PROMISE ENVUE
a écrit le 06/07/2018 à 17:11 :
On croyait que le phénix rothschildien allait faire des miracles, avec sa micro-tech, ses barbichus branchés, et ses bonnes femmes hystéro-revanchardes, on allait voir ce qu'on allait voir, c'était pas vrai ?
Réponse de le 07/07/2018 à 4:51 :
Les apparences ne trompent pas longtemps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :