Le pire déficit commercial depuis 2011

Le déficit commercial s'est encore creusé de 29% entre 2016 et 2017 pour la France. Cette mauvaise performance vient confirmer la baisse du poids de l'hexagone dans le commerce mondial depuis plusieurs années.
Grégoire Normand
En janvier 2017, le déficit commercial avait plongé à 7,9 milliards d'euros, du jamais vu pour le pays, en raison de faibles ventes d'Airbus.
En janvier 2017, le déficit commercial avait plongé à 7,9 milliards d'euros, du jamais vu pour le pays, en raison de faibles ventes d'Airbus. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)

Le commerce extérieur reste un point noir de l'économie française. Selon les dernières données diffusées par le service des douanes ce mercredi 7 février, le déficit commercial français s'est nettement creusé en 2017, pour atteindre 62,3 milliards d'euros, contre 48,3 milliards d'euros un an auparavant. C'est la plus forte dégradation depuis 2011. La France n'a pas connu d'excédent commercial depuis 2003.

Hausse de la facture énergétique

La principale raison évoquée dans le communiqué est que ce creusement repose en grande partie sur l'augmentation de la facture énergétique, en lien avec la remontée des cours du pétrole. Le solde énergétique est passé de -31,5 milliards en 2016 à -39,0 milliards en 2017. Outre la hausse de la facture énergétique, le déficit des produits manufacturés a atteint un nouveau record à 40,6 milliards en 2017 contre 35,3 milliards d'euros en 2016.

"Cette dégradation s'explique notamment par une nette reprise des achats de biens intermédiaires, en lien avec l'accélération de l'activité économique. Le déficit manufacturier se creuse nettement plus en France que dans les pays voisins."

Avec la confirmation de la reprise en 2017, les chefs d'entreprise français ont d'avantage acheté de fournitures à l'étranger pour assurer leur production.

> Lire aussi : En 2017, la croissance française a décollé pour atteindre 1,9%

Dynamisme des échanges commerciaux

L'année 2017 a été marquée par un dynamisme des échanges commerciaux. "À l'instar du commerce mondial qui s'accroît de l'ordre de 10 % en valeur en 2017 après un recul de 4 % en 2016, les échanges de la France repartent également à la hausse." Du côté des exportations, l'administration a enregistré une hausse l'année dernière (+4,5%) après un léger recul en 2016 (-0,6%). Exceptées les livraisons des produits aéronautiques qui ont fléchi "du fait des difficultés dans le domaine de la fabrication coordonnée", les exportations des autres produits ont plutôt bien progressé. "Les plus dynamiques sont celles des biens intermédiaires, des véhicules et des produits agroalimentaires."

Du côté des importations, la dynamique a été "vigoureuse" en 2017 (+6,8%, après +0,1% en 2016). Les approvisionnements en hydrocarbures naturels et pétrole raffiné ont rebondi "du fait essentiellement de la hausse des prix, les quantités progressant faiblement". Avec l'accélération de la production industrielle, les importations de biens manufacturés ont augmenté.

Vifs échanges avec l'Union européenne

Les pays de l'Union européenne restent des partenaires commerciaux privilégiés pour la France. Les ventes vers l'UE ont progressé de 3,4% en 2017 contre 0,3% en 2016. Les ventes s'effectuent principalement avec les pays limitrophes tels que l'Italie, l'Espagne ou la Belgique, qui figurent parmi les principaux clients de la France. Cette dynamique est particulièrement portée par les ventes de véhicules. Les exportations de produits chimiques et métallurgiques soutenues par la hausse des prix, se redressent nettement vers l'Europe "qui est de loin le premier débouché". En revanche, les échanges avec l'Allemagne sont clairement en défaveur de la France.

"Tandis que les exportations progressent vers la plupart des pays européens, elles se replient nettement avec l'Allemagne, du fait de l'effondrement des livraisons d'avions en cours de finalisation dans le cadre de la fabrication coordonnée. Hors aéronautique, les ventes augmentent également vers l'Allemagne (automobile, chimie et métallurgie), dans le sillage des autres pays de l'UE."

Les entreprises françaises ont retrouvé des débouchés en Asie. D'après les données des douanes, les exportations vers l'Asie ont rebondi de 14,1% en 2017 contre -1,3% en 2016. Ce rebond s'explique par un dynamisme des livraisons aéronautiques, surtout en Chine, en Inde et en Corée du Sud.

Montée des économies émergentes

La baisse de la part de la France dans le commerce mondial est régulièrement évoquée par les économistes. Pour les experts de l'Insee, "la première cause du recul des positions françaises est la part croissante des économies émergentes, notamment de la Chine, dans les exportations mondiales. L'essor des économies émergentes dans le commerce mondial a affecté tous les pays avancés, mais la France a perdu plus de parts de marché que ses principaux partenaires de la zone euro."

De son côté, l'institut COE-rexecode rappelait dans une étude récente que la compétitivité hors-prix est également un autre facteur à prendre en compte pour comprendre la perte de vitesse de la France dans les échanges mondiaux. D'après une enquête menée par l'organisme sur la perception de 500 importateurs européens sur des produits français, il apparaît que "la qualité des biens d'équipement et des biens intermédiaires français est jugée moyenne, voire médiocre, par rapport au prix de vente."

Enfin, même si les chefs d'entreprise dans l'industrie ont retrouvé des couleurs, le secteur industriel reste particulièrement morose au regard de son poids décroissant dans l'économie française.

Le gouvernement doit annoncer le 23 février son plan pour dynamiser le commerce extérieur tricolore. Parmi les mesures envisagées, le regroupement des acteurs de l'exportation, l'agence publique Business France et les Chambres de commerce et d'industrie, au sein de guichets uniques placés sous l'autorité des régions en France.

> Lire aussi : Compétitivité : la France perd encore des parts de marché

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 09/02/2018 à 8:31
Signaler
Et si on arrêtait d‘importer des produits qu‘on peut trouver à côté ou chez nous ? Un exemple ? Maintenant Vente Privée participe à la balance commerciale négative en important des articles de cuisine du Canada alors que nous en avons bien assez e...

à écrit le 08/02/2018 à 18:30
Signaler
L'appartenance de la France a l'UE continue de plonger notre pays dans le chômage et dans une crise économique qui ne peut qu'empirer. L' UPR vous fait une ordonnance, le FREXIT est URGENT, très urgent.. Vous aviez parait-il le choix entre l...

à écrit le 08/02/2018 à 11:49
Signaler
Tout le monde connait la problématique française, nous sommes trop spécialisés dans le produit moyen de gamme et avec peu de technologique, concurrencé par les pays a bas prix contrairement à l'Allemagne spécialisé dans le haut de gamme pour faire la...

le 08/02/2018 à 13:03
Signaler
Pourquoi diable VW connait-il une jolie "traversée du désir" en Allemagne et est clouée au pilori français si les produits sont aussi bons que cela ..? "Toutes les marques ou presque profitent de cette embellie, notamment les trois...

à écrit le 08/02/2018 à 10:34
Signaler
Certes un gros déficit mais une broutille par rapport à ceux du Royaume-uni et des USA (dont on nous vante ici les économies à longueur de temps). Pourquoi ne pas dire aussi qu'en 2017, la France n'aura jamais autant exporté et reste le 6 ème exporta...

à écrit le 08/02/2018 à 10:30
Signaler
Ce système est à bout de souffle et pendant ce temps nos autorités démolissent les frontières au lieu de mettre des régulations intelligentes fondées sur la fiscalité, le social et l'environnemental.

à écrit le 08/02/2018 à 10:15
Signaler
Presque chaque fois que je veux acheter un produit, il vient de l'étranger . Non produit en France, même pour des objets basiques

à écrit le 08/02/2018 à 9:19
Signaler
Parler encore de la Chine comme économie émergente est un peu exagéré, ça fait longtemps qu'elle a émerge l'économie chinoise, c'est juste que c'est une dictature, certes, mais qui arrange bien les affaires des propriétaires des outils de production ...

à écrit le 08/02/2018 à 0:25
Signaler
Ah tiens donc ? À occuper des armées de cadres barbus en costume slim bleu pétrole chargé de mettre la pression à des exécutants les yeux rivés sur la pendule, on ne serait pas compétitifs ?? Laissons l’euro faible ou fort aux économistes en mal de ...

à écrit le 07/02/2018 à 23:56
Signaler
L' euro est trop fort pour la France, c' est d' uen facilité et d 'un a priori incontestable, la France n' est pas et ne sera JAMAIS compétitive dans l' UE et le solde de la balance commerciale va continuer de se dégrader après...

à écrit le 07/02/2018 à 20:25
Signaler
C'est un peu court de dire c'est la faute à Macron, à Hollande, à Sarkozy, à Tartempion... Oui, un peu. Mais il ne faut pas dédouaner le consommateur. Beaucoup de gens économisent trois francs six sous sur la nourriture et les vêtements de leurs enf...

le 08/02/2018 à 10:36
Signaler
Un kiwi à €1.00/1.50??? Vous les acheter chez qui ? A la biocoop c'est 3.99 le kilo pour du kiwi made in France. Mais il faut tout de même reconnaître que les kiwi nz sont meilleurs.

à écrit le 07/02/2018 à 19:29
Signaler
Le programme de Fillon était mieux ciblé que le programme de Macron :augmenter la TVA sur les achats (hors produits de première nécessité )pour faire diminuer les importations notamment les grosses berlines allemandes , iPhones etc. Macron a préféré ...

le 07/02/2018 à 20:11
Signaler
Complètement absurde. Rien de plus simple aujourd'hui que d'acheter jouets, vêtements, électronique, équipement de la maison directement en Asie sans payer aucune TVA ni de droits de douane. A tel point que c'en est invraisemblable. Augmenter la TVA ...

le 07/02/2018 à 20:13
Signaler
Votre commentaire est très juste... sans parti pris politique aucun.

à écrit le 07/02/2018 à 17:35
Signaler
Il faut appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique. Qui est capable de proposer cette solution? et de la comprendre.

à écrit le 07/02/2018 à 15:57
Signaler
C'est le déficit le plus élevé depuis 2012 (67,5 Md€) et non pas depuis 2011 (74,5 Md€).

à écrit le 07/02/2018 à 15:46
Signaler
Voyons pourquoi la France ne vend pas??? DÉLOCALISATIONS? Quand on produit dix voitures en France, les mêmes groupes en produisent 5 à 6 fois plus ailleurs....Quand on matraque le consommateur avec des taxes "dé-bi-les" ou des malus auto, eh bien o...

le 07/02/2018 à 20:20
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec vous... mais qui veux être lucide dans un pays où une bonne partie de la population consomme quotidiennement des antidépresseurs, des anxiolytiques, des calmants et des somnifères, et j'en passe de meilleurs... il fa...

à écrit le 07/02/2018 à 15:09
Signaler
Les français moyens sont encore trop riches....en baissant les salaires et/ou en augmentant les taxes ils ne pourront plus consommer les produits fabriqués en Chine et ailleurs ....la balance du commerce exterieur se rééquilibrera naturellement....😁 ...

à écrit le 07/02/2018 à 14:57
Signaler
le déficit d aujourd'hui les chômeurs de demain

à écrit le 07/02/2018 à 13:40
Signaler
Un japonais achète japonais, un allemand achète allemand; en fait le français achètera à n'importe qui sans comprendre que cela coule son modèle social, les emplois et l'avenir des jeunes. L'argent c'est comme le sang dans vos veines, quand un pays e...

le 07/02/2018 à 15:37
Signaler
Le consommateur n'est pas responsable quand un employeur délocalise son poste pour des salaires inférieurs, ou emploi de la main d'oeuvre étrangère sur des postes en France (merci la directive Bolkestein). Tout est fait pour effacer la France au béné...

le 07/02/2018 à 19:31
Signaler
Tout à fait d accord avec Xavier Marc. Pour avoir vécu 6 mois en Allemagne, j ai pu constaté que les Allemands n achetaient que allemand, et avient une conscience économique aigu.

le 07/02/2018 à 20:31
Signaler
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Les Français ont une passion démesurée pour ce qu'ils ont dans leur poche et ça dans une ''vision'' très à court terme, sans aucune espèce de réflexion qui pourrait dépasser leur quotidien d'après-guerre. ...

à écrit le 07/02/2018 à 13:27
Signaler
Et l'érosion des marchés n'est pas finie... parce que les produits français sont beaucoup trop chers pour ce qu'ils sont. La France va continuer d'écouler ses produits de moyen de gamme dans les marchés émergents... parce dans les autres marchés, le ...

le 07/02/2018 à 15:08
Signaler
Heu, vous essayiez de nous dire quelque choses ..? Le marché allemand en hausse de 11,6% en janvier malgré le recul de 17,6% du Diesel Toujours soutenu par les aides des constructeurs, le marché automobile allemand augmente de 11,6%, avec ...

le 07/02/2018 à 15:38
Signaler
Évidemment que les produits allemands sont largement plus compétitifs ! La preuve en est que la « guerre commerciale » qu’entreprend Trump vise la Chine, l’Allemagne, le Canada et le Mexique... des pays avec qui les USA ont un réel déficit commerc...

le 07/02/2018 à 15:45
Signaler
@ Heureux Français Les produits Français sont des produits de milieu de gamme à un prix 20% trop cher... surtout les voitures. Avec peu d’innovation, peu de fiabilité, une motorisation déficiente et un assemblage plus que douteux pour le prix, le...

le 07/02/2018 à 19:50
Signaler
@Etchemin 15.45 Vous avez du mal lire un texte relativement court.. Les allemands achètent encore davantage d' automobiles françaises que de marques nationales en janvier comme en décembre, c ' est pourtant facile, une p...

le 07/02/2018 à 23:06
Signaler
@ Heureux Français Êtes-vous de ceux qui inventer des statistiques pour en faire de fausses informations ? Ne soyez pas de mauvaise foie pour mieux paraître, ce n’est que trop Français que de vouloir être ce que vous ne pourriez. Soyez consista...

à écrit le 07/02/2018 à 13:13
Signaler
J' aurais personnellement hésité à utiliser le mot constat mais puisque Castaner a lancé les dés, additionnons les numéros.. Le constat est en effet sans appel avec un mois de janvier ébouriffant. 400 licenciements chez Sanofi, 900 licenciements che...

à écrit le 07/02/2018 à 12:28
Signaler
he ben au moins vous savez pourquoi les impots ecolo et securite routiere pleuvent! rien a voir avec l'ecologie, faut remplir les caisses et dissuader les gens d'acheter a l'exterieur ce qui va plomber le deficit............ il faut dire qu'avec ho...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.