La consommation des ménages sauvée par les dépenses en énergie

 |   |  389  mots
Les chiffres des deux derniers mois marquent un net ralentissement par rapport au début d'année vigoureux de la consommation des ménages en biens, qui représente un peu moins de 50% de leur consommation totale.
Les chiffres des deux derniers mois marquent un net ralentissement par rapport au début d'année vigoureux de la consommation des ménages en biens, qui représente un peu moins de 50% de leur consommation totale. (Crédits : © Hannibal Hanschke / Reuters)
Les dépenses en énergie se sont redressées de 0,3% en mai après deux mois de nette baisse. Cette hausse permet un léger rebond de la consommation des ménages, après une stagnation en avril, selon l'Insee.

La consommation des ménages français en biens a progressé de 0,1% en mai grâce à un léger rebond des dépenses en énergie qui a permis de compenser un recul des achats de textile et habillement, selon les données publiées mardi 30 juin par l'Institut national de la statistique et des études économiques. Les 16 économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,1% des dépenses de consommation le mois dernier.

Dans le détail, les dépenses en énergie se sont redressées de 0,3% après deux mois de nette baisse, un rebond porté "par la hausse des dépenses en électricité alors que les dépenses en produits pétroliers se replient (-0,3 %)".

A contrario, les achats en textile et habillement se sont repliées de 0,3% après leur hausse de 1,5% un mois plus tôt. Les achats de biens fabriqués sont restés quasi stables (+0,1%) et ceux de biens durables ont augmenté de 0,2%. Les achats d'automobile (+0,2%) ont enregistré un troisième mois consécutif de hausse pour s'établir, en volume, à un plus haut depuis août 2012, alors que la consommation en produits alimentaires est restée stable.

Net ralentissement depuis le printemps

L'Insee a révisé dans le même temps l'évolution du mois d'avril à 0,0% contre +0,1% annoncé précédemment.

Les chiffres des deux derniers mois marquent un net ralentissement par rapport au début d'année vigoureux de la consommation des ménages en biens, qui représente un peu moins de 50% de leur consommation totale.

Nouvelle contraction des prix à la production

Dans le même temps, les prix à la production de l'industrie sur le marché français se sont contractés de 0,5% en mai après une autre baisse de 0,4% en avril. Sur un an, ils accusent un repli de 1,7%.

Ce sont les industries extractives, l'énergie et l'eau (-3,7% après -2,9% en avril) qui ont grevé les prix en mai, "principalement du fait du recul des prix du marché de gros de l'électricité", précise l'Insee dans un communiqué.

Les prix des produits industriels destinés aux marchés extérieurs ont diminué également de 0,5% le mois dernier, après une hausse de 0,3% en avril, et les prix d'importation des produits industriels ont augmenté de 0,4%, après +0,6% un mois plus tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2015 à 9:13 :
Cet article illustre les limites de l'appréciation de la situation éco en fonction de la consommation des ménages et du PIB. Si le prix de l'énergie augmente c'est peut être bon pour le CA d'EDF mais pas pour le pouvoir d'achat des ménages qui est lui au contraire
a écrit le 30/06/2015 à 18:13 :
La photo de l'article est explicite .... les dames ont des kilos d'watts dans leurs sacs ..... et au passage les prix de l'électricité ont augmentés ! On nous prend pour des c....
a écrit le 30/06/2015 à 15:07 :
A partir de maintenant, pour participer au sauvetage économique de la France, je vais laisser en permanence couler l'eau chaude de mon robinet.
a écrit le 30/06/2015 à 14:02 :
Cette soi-disant augmentation de consommation énergétique ne serait-elle pas la traduction de la compensation due au sous-coût d'énergie facturé par EDF à ses clients durant la période mi-2012 à mi-2013, qu'EDF a commencé à récupérer à partir de ce mois d'avril ?
Donc en fait, il n'y aurait pas de sur-consommation d'énergie mais rattrapage de tarification.
Vous me dîtes si j'ai tort.
Réponse de le 30/06/2015 à 15:56 :
bien vu !! avec un petit reliquat en juin pour les clients ayant changé de fournisseur qui n'ont peu être taxés d'office par prélèvement ...
Réponse de le 30/06/2015 à 18:11 :
on n'a pas consommé plus , on a juste payé plus.
cet article est juste aberrant, si on doublait le prix de l'énergie grâce à la fameuse transition énergétique , on pourrait peut-être créer de la croissance ??? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :