La France (encore) numéro un des dépenses sociales selon l'OCDE

Les dépenses sociales - qui recouvrent notamment les retraites, les prestations dans la santé ou encore les allocations chômage par exemple - se sont élevées à 31,2% du produit intérieur brut (PIB) en France en 2018. Le pays reste ainsi le plus généreux en la matière, selon les données publiées ce mercredi 23 janvier par l'OCDE.

3 mn

Santé, retraite, chômage: sur ce graphique, on voit que la France n'est jamais la première en termes de dépenses sociales, mais que sa place de champion lui vient de sa régularité à figurer dans le Top 5 des pays de l'OCDE. (Voir dans notre article l'infographie dans son intégralité, agrandissable plein écran.)
Santé, retraite, chômage: sur ce graphique, on voit que la France n'est jamais la première en termes de dépenses sociales, mais que sa place de "champion" lui vient de sa régularité à figurer dans le Top 5 des pays de l'OCDE. (Voir dans notre article l'infographie dans son intégralité, agrandissable plein écran.) (Crédits : Statista*)

Les dépenses sociales publiques restent à des niveaux relativement élevés dans l'OCDE malgré le reflux à l'oeuvre depuis la période post-crise financière, et c'est en France que leur poids est le plus élevé, selon des données publiées ce mercredi 23 janvier. Retraites, santé, famille, emploi : les dépenses sociales publiques ont représenté l'an dernier 31,2% du produit intérieur brut (PIB) de la France.

Comme en 2016 et en 2014, la France arrive nettement en tête du classement établi par l'Organisation pour le développement et la coopération économiques, devançant sur le podium la Belgique (28,9% du PIB) et la Finlande (28,7%).

Même si cette proportion est en recul par rapport au niveau record de 32% atteint en 2015 et 2016, elle reste largement supérieure à la moyenne des 36 pays membres de l'OCDE, qui était de 20,1% l'an dernier.

--

Dépenses sociales, OCDE

--

À l'autre bout de l'échelle, la Corée (11,1%), le Chili (10,9%) et le Mexique (7,5%) ferment la marche.

Troisième pour les retraites

La France se distingue en matière de santé publique, à laquelle elle « consacre la plus importante part de PIB » selon les données les plus récentes (8,8% en 2015, juste devant les Etats-Unis et l'Allemagne).

Elle n'est toutefois pas la plus dépensière dans toutes les catégories. Pour les pensions de retraite et de réversion, principal poste de dépense publique dans la plupart des pays riches, elle arrive ainsi en troisième position (13,9% du PIB en 2015, derrière la Grèce et l'Italie). Elle se classe même septième pour les « aides au revenu à la population d'âge actif » (5,4% du PIB en 2015), qui regroupent les allocations chômage, les prestations familiales et celles liées à l'incapacité (invalidité, maladie, accidents du travail).

Même en incluant les dépenses sociales privées, qu'elles soient "volontaires" ou "obligatoires", et la fiscalité propre à chaque pays, « la France garde la première place du classement des dépenses sociales des pays de l'OCDE », avec un total correspondant à 31,7% de son PIB, devant les États-Unis (30%) et la Belgique (26,7%).

--

Statista, dépenses sociales, part du PIB, France, OCDE

[Les dépenses sociales dans les pays de l'OCDE selon les trois principales catégories : santé, retraite, chômage. Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir plein écran.  Crédit : Statista*]

____

(*) Un graphique de notre partenaire Statista.

____

(avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 26/01/2019 à 15:28
Signaler
Pour les US, les dépenses de santé c'est plutôt 16% du PIB, avec une espérance de vie en baisse. Ce n'est pas le modèle souhaité par les français

à écrit le 25/01/2019 à 14:20
Signaler
Les dépenses sociales doivent être prélevées sur l'ensemble du PIB et pas seulement sur les salaires. En particulier pour les retraites. Pourquoi sommes nous les seuls à ne pas le comprendre??

à écrit le 24/01/2019 à 19:55
Signaler
Ces pourcentages ne veulent rien dire, si les entreprises qui le peuvent, et il y en a beaucoup, donnaient de bons salaires, le smic ne devant jamais servir de référence, on n'aurait jamais ces pourcentages forcément, beaucoup de métiers correspondan...

à écrit le 24/01/2019 à 16:05
Signaler
Arrétez de publier des Falke. On essaye, en vous lisant de faire croire que c'est le gouverment par des prélèment sur le PIB, qui paye les retraites et les prestations sociales. C'est archi-faux. Les retraites ont été créées par le paiement de cotisa...

le 24/01/2019 à 19:31
Signaler
en effet, il me semble que vous ayez raison; mais je crois avoir entendu quelque part que ces recettes comparées à l'ensemble des versements payés aux retraités laissent apparaître un important déficit.

à écrit le 24/01/2019 à 12:11
Signaler
Savez-vous que notre politique économique et sociale est décidée par Bruxelles, et que les élections en France ne peuvent plus la modifier ? L’article 121 du TFUE donne le pouvoir au Conseil de l’Union européenne, sur proposition exclusive de la Com...

le 24/01/2019 à 17:59
Signaler
Guignol, il y a la France dans le conseil de l'uNion Européenne, et oui, nos économies doivent converger. Destruction du modèle sociale sous l'influence de l'UE ? Ah bon, et c'est aussi l'UE qui a détruit le modèle sociale soviétique, brésilien et U...

à écrit le 24/01/2019 à 10:50
Signaler
On ne peut se fier à rien dans ce genre de déclaration manipulées par les élus pour en arriver que le petit peuple soit la mesure d'ajustement de leurs erreurs économiques qui nous plombent depuis plus de dix ans . Quand on parle des recettes retrait...

le 24/01/2019 à 11:10
Signaler
......on oublie aussi toutes les professions qui reçoivent des pensions en tapant dans les recettes du régime général : cheminots, agriculteurs, etc... Il faudrait peut être que ces populations cotisent plus !!! Il faudrait aussi que le coût de fonc...

à écrit le 24/01/2019 à 10:15
Signaler
'''''Les dépenses sociales - qui recouvrent notamment les retraites, les prestations dans la santé ou encore les allocations chômage par exemple - se sont élevées à 31,2% du produit intérieur brut (PIB) en France en 2018. Le pays reste ainsi le plus ...

le 24/01/2019 à 10:37
Signaler
Mais les dépenses de l'Etat sont tout à fait dans la norme, voire dans la moyenne basse. Si on veut des économies sur la dépense publique, ce ne peut être que sur les dépenses sociales... ou alors on ferme le débat sur les dépenses publiques et le...

le 24/01/2019 à 10:48
Signaler
@ sez: vous avez raison. Les pensions de retraite entre autres, (comme les prestations chômage et santé) viennent de cotisations des individus et entreprises. Elles ne sont en aucun cas des dépenses sociales de l'état, qui ne devrait pas s'en mêler (...

à écrit le 24/01/2019 à 10:15
Signaler
Cette générosité est financée par une sur-fiscalisation des classes moyennes et supérieures qui paient des impôts et des cotisations élevés. Je me marre quand les gilets jaunes se plaignent que les "riches" ne paient pas assez.

à écrit le 24/01/2019 à 9:30
Signaler
Ceci est une bonne nouvelle ! Mais il y a encore des efforts à faire : cf révolte des Gilets Faunes, et encore de la misère dans la rue (mais moins qu'aux USA par exemple). Le discours qui consiste à dire que la France doit à tout prix se réformer n'...

à écrit le 24/01/2019 à 9:16
Signaler
Le préfet sans affectation est content de toucher son gros salaire à rien faire et les actionnaires milliardaires sont très contents que l'état les subventionnent massivement en effet. Merci pour les dépenses "sociales" hein !

à écrit le 24/01/2019 à 9:09
Signaler
Pendant ce temps : Le Canard enchaîné assure que le président de la MACIF a fait passer son salaire annuel de 160.000 à 260.000 euros lors d'un conseil d'administration. Une information publiée dans l'édition du palmipède du mercredi 23 janvier. ...

le 24/01/2019 à 12:06
Signaler
@lachose: Si l'on considère qu'un patron se paye cher mais ne coûte pas cher, cette augmentation substantielle est certainement justifiée aux yeux des administrateurs; l'aurait-elle été dans le cas du président de l'assemblée nationale?

à écrit le 24/01/2019 à 7:54
Signaler
Le problème des retraites serait réglé si on appliquait la note n°6 du CAE. Mais qui le comprendra??

à écrit le 23/01/2019 à 22:36
Signaler
La prime smartphone de sept, payée par la C.A.F ( C.S.G ) inventée par Jospain-Aubry, que personne ne revendiquait, est-elle légitime De meme que la prime de Noel ( pourtant 70% d'athés scandalisés par les crèches ) Prime payée par la C.S.G En...

le 24/01/2019 à 6:26
Signaler
"La prime smartphone de sept, payée par la C.A.F ( C.S.G )" J'imagine que vous parlez de la prime de rentrée. Elle me scandalise tout autant. La solution est de fusionner prime de rentrée, allocs et quotient familial en un crédit d'impôt unique par e...

le 24/01/2019 à 15:22
Signaler
J'ai 7200 eur/mois, ma copine quasi-rien : elle a l'alloc logement. Tout baigne. Nous sommes ensemble depuis 12 ans et demi. Je la paie, moi, la C.SG ! presque égale à un smic : juste retour.

à écrit le 23/01/2019 à 22:32
Signaler
C’est quand même mieux de dépenser pour vivre sainement et longtemps que pour s’acheter de grosses voitures allemandes qui polluent ou pour aller se dorer la pilule dans des îles soit disant paradisiaques mais où on n’arrive pas à traiter les déchets...

le 24/01/2019 à 8:38
Signaler
Vivre à crédit pour entretenir ce système ne traduit pas un haut niveau decivilisation juste un clientelisme qui nous fait foncer dans le mur.

le 24/01/2019 à 8:38
Signaler
Vivre à crédit pour entretenir ce système ne traduit pas un haut niveau decivilisation juste un clientelisme qui nous fait foncer dans le mur.

à écrit le 23/01/2019 à 20:07
Signaler
IL FAUT REGARDEZ L ARBRE DES CAUSSES ? POUQUOI A T ON INVENTE CES CAISSES DITE SOCIALE DEPUIS LEURS CREATION / DEJA L IDEE ETAIS DE NE PAS PENALSEZTROP LE PATRONNA? MACRON N A RIEN INVENTE IL DETRUIT CE QUE LA GAUCHE AVEC LE PATRONNA DE L EPOQUE,A...

le 24/01/2019 à 9:38
Signaler
Merci verite de cette leçon de sagesse populaire! On voit qu'elle vous a coûté beaucoup d'effort. Elle plaide indiscutablement pour un renforcement des dépenses sociales, noramment dans l'enseignement. Si vous parlez comme vous écrivez, vous pourri...

à écrit le 23/01/2019 à 18:31
Signaler
Moi j'aime la France telle qu'elle est. Lorsque vous avez un lymphome, par exemple, avec mise en cause possible de polluants, et bien la sécu débourse quelque 400 000 euros pour vous sauver la vie. Aux USA, les frais de santé sont la première cause d...

à écrit le 23/01/2019 à 18:23
Signaler
Ce qui choque le lecteur, c'est le mot "(encore)" ressentit comme péjoratif. Ce ne serait pas bien! Un solde positif de la balance commercial, c'est bien, même si ça pollue, même si c'est au prix de la misère d'une partie de la population. L'idéolog...

à écrit le 23/01/2019 à 17:48
Signaler
Que pense un gilet jaune: probablement pas assez. Il veut du 100%.

à écrit le 23/01/2019 à 17:28
Signaler
Je ne peux pas admettre que les retraites soient comptées dans les dépenses sociales, comme vous l'écrivez, et comme on l'entend à longueur de temps à la radio et télévision. Il s'agit en réalité d'un salaire différé : on rend aux retraités l'argent ...

le 23/01/2019 à 20:54
Signaler
Les retraites en France, du fait du régime de répartition, ne sont pas un salaire différé mais une pyramide de Ponzi. Il n'est viable que s'il est équilibré en permanence, c'est à dire qu'on n'en tolère aucun déficit (donc ajustement immédiat des par...

le 23/01/2019 à 23:59
Signaler
Pas faux ! On finit par penser que la retraite est une maladie...

à écrit le 23/01/2019 à 17:27
Signaler
Un truc qu'on ne dit jamais : regardez bien le classement et les noms des pays. Vaut-il mieux être avec les Scandinaves, l'Allemagne et l'Autriche ou de l'autre côté avec le Chili et le Mexique ? Ce serait bien que ce la soit relevé...

à écrit le 23/01/2019 à 17:10
Signaler
oouuaaaiiisss!!! J'aimerais savoir combien nous coûte, en points de PIB, notre organisation politique (parlement, ministres et leurs cabinets, présidence) hors les fonctionnaires, bien sûr?

le 23/01/2019 à 18:34
Signaler
excellente remarque (et question) , j'ajouterais juste les retraites et avantages divers des ex élus : présidents, premiers ministres et parlementaires

le 23/01/2019 à 21:00
Signaler
Ca n'a rien de bien secret : moins de 0,05% du PIB. Autrement dit, supprimer la moitié des parlementaires, des ministres et de leur cabinet et mettre tout ce monde au SMIC ne changerait pas d'un iota les données de l'équation du financement de la pro...

le 24/01/2019 à 6:38
Signaler
@bruno_bd: Très juste, mais si l'on rapporte au budget de l'Etat, grosso modo le dixième du PIB, cela commence à chiffrer; il faudrait rajouter les pensions versées au personnel politique, et cela devient sans doute de moins en moins négligeable; mai...

le 24/01/2019 à 8:57
Signaler
Cher Bruno_D: Au delà du cout de nos représentants (environ 1 milliard de frais de fonctionnement entre l'AN, le Senat et le CESE) la question concerne plutôt leurs compétences à décider au profit de l'intérêt général, de la France et de la bonne ges...

à écrit le 23/01/2019 à 16:35
Signaler
L'idéal selon certains "penseurs" serait de supprimer tout le social. C'est vrai qu'il n'y a pas suffisamment de pauvres sur la planète.

le 23/01/2019 à 21:03
Signaler
il y a sans doute des choses à remettre en cause dans le social. Par exemple fusionner quotient familial et allocations familiales pour les remplacer par un crédit d'impôt unique. Par exemple du côté du financement du logement qui en entretient surto...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.