La France est-elle au bord de la révolution ?

 |   |  1178  mots
 La France a perdu la bataille de l'automatisation. La bataille du numérique est en cours. Rien ne permet d'indiquer que nous la remporterons ou que la France y jouera un premier rôle , a déclaré Emmanuel Macron
" La France a perdu la bataille de l'automatisation. La bataille du numérique est en cours. Rien ne permet d'indiquer que nous la remporterons ou que la France y jouera un premier rôle ", a déclaré Emmanuel Macron (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Ce lundi, lors du lancement de son initiative #noé (pour "Nouvelles opportunités économiques"), le ministre de l'Economie donnait la parole à des chercheurs, des économistes, des financiers et, surtout, des chefs d'entreprise, afin de dégager avec eux les moyens de s'emparer des transformations technologiques en cours. Créer des fonds de pension "à la française" pour orienter l'épargne des ménages vers les entreprises est une idée qui devrait être retenue.

En 1789, les Français ont fait la révolution ? Tous les livres d'histoire, tous les frontons d'édifices publics nous le rappellent. Pour saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies, notamment dans le domaine du numérique et de la santé, les Français sauront-ils à nouveau inverser le cours des choses ? C'est en filigrane ce que souhaite Emmanuel Macron.

Lundi 9 novembre, lors du lancement du programme des "Nouvelles opportunités économiques" (l'acronyme Noé, chargé de sens, aussitôt décliné en #noé sur Twitter), que l'on qualifie d'ores et déjà de loi Macron 2, le ministre de l'Economie déclarait:

"Il faut changer notre façon de produire, d'entreprendre, d'innover."

C'est haut et fort ce que ses participants - parmi lesquels des économistes, des juristes, des dirigeants de startups - ont clamé, l'objectif étant d'engager le redressement de l'économie française, de préparer son avenir tout en luttant contre le chômage.

L'économie française est dans l'impasse

Au regard des performances actuelles de l'économie française, dont le PIB devrait progresser de 1% cette année et de 1,5% l'année prochaine, et du niveau actuel du nombre de chômeurs - près de 6 millions de personnes sont inscrites au Pôle emploi - lancer ce chantier ne paraît pas incongru...

Quelles seront les mesures que devraient contenir la loi Macron 2 ? Concrètement, il s'agit d'abord de faciliter le développement des startups françaises, d'aider les entreprises françaises à s'adapter davantage à Internet et ses nouveaux usages.

La loi Macron 2 veut également réformer le statut des travailleurs indépendants, tout comme les qualifications requises pour exercer telle ou telle activité.

A Bercy, où l'on s'inquiète des dégâts que les prochaines vagues du numérique pourrait provoquer dans l'emploi non qualifié - que les exonérations de charges décidées par le gouvernement encourage -, on s'interroge sur la pertinence de rendre obligatoires certaines qualifications pour des centaines d'activités.

Et le ministère de l'Économie de multiplier les exemples : "Celui qui répare un moteur de voiture, on comprend qu'il doive être qualifié, mais celui qui lave les voitures? Celui qui perce des murs porteurs contre celui qui repeint les volets ; celui qui utilise des produits toxiques de coloration des cheveux contre celui qui tresse des nattes..."

La formation professionnelle est également dans le viseur, l'idée étant de permettre aux travailleurs des filières les moins dynamiques de se former aux nouveaux métiers créés par la révolution numérique.

Un gros travail de conviction

Si la loi Macron 1 a fait hurler certaines catégories de professionnels libéraux, notamment les notaires et les greffiers, le nouveau millésime semble présenter un potentiel explosif encore plus important. En effet, pour intégrer les changements que les nouvelles technologies imposent, le ministre devra compter sur la coopération des autres ministères.

Comment imaginer lancer cette révolution sans la pleine coopération du ministère du Travail ? Réformer, développer le télétravail, l'auto-entrepreneuriat, le travail indépendant, repenser le temps de travail, les temps de repos, tout cela ne sera pas de la seule responsabilité de Bercy. On comprend pourquoi Emmanuel Macron avait tenté, sans succès, de rapatrier cet été le ministère du Travail à Bercy.

Des fonds de pension "à la française"

Le ministère de l'Economie et le ministère des Finances seront également mis à contribution pour repenser la chaîne de financement des entreprises.

"La France présente une structure de financement qui fait la part belle au financement bancaire intermédié, alors qu'une économie d'innovation, avec des investissements à la fois plus lourds, plus rapides, plus immatériels, plus risqués, nécessite d'abord et avant tout des financements en fonds propres. C'est pourquoi nous devons améliorer leur capacité à financer les investissements et leur changement d'échelle qui leur permettront d'acquérir une taille internationale", explique Bercy.

Selon le ministère, cette chaîne de financement expliquerait en partie pourquoi la France ne figure qu'en 5e position en Europe dans le classement du nombre de "licornes" - c'est-à-dire les startups valorisées plus de 1 milliard d'euros -, derrière le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Suède et les Pays-Bas.

Faut-il permettre le développement de fonds de pension ? Emmanuel Macron y est favorable.

" Il faut ramener le capital, qui est celui de nos épargnants, vers le financement de l'économie réelle. Il faut développer une forme de fonds de pension à la française et adapter notre cadre fiscal », a-t-il déclaré lors des échanges avec la salle.

Casser les habitudes

Au sein même de l'appareil d'Etat, il faudra trouver les mots pour changer les pratiques, les habitudes.

" La France possède encore un cadre de régulation souvent peu favorable au développement de nouveaux modèles d'affaires. Par exemple, les procédures de validation des essais cliniques, dans le secteur de la santé, sont beaucoup plus longues en France qu'à l'étranger. L'objectif est de moderniser les outils de régulation et de lever les barrières qui empêchent les acteurs « traditionnels » de se positionner favorablement face à l'émergence de nouveaux acteurs", explique le ministère.

Il faudra aussi convaincre les acteurs en place, notamment les fédérations professionnelles et les syndicats professionnels. Quand on voit les remous provoqués par la loi Macron 1, les polémiques musclées entre les taxis et les VTC, les hôteliers et les particuliers qui louent leur logement sur Airbnb.

   | Lire aussi: "Il faut qu'Uber puisse payer des impôts en France"

Ce n'est pas tout. Emmanuel Macron devra également demander aux entreprises de faire leur aggiornamento dans le domaine du management. Comment ? Il s'agirait de lutter contre le présentéisme et sa conséquence la plus fréquente, le "bore-out", qui frappe ceux qui s'ennuient sur le lieu de travail.

Il faudrait également leur demander de repenser le lien de subordination qui lie les dirigeants d'entreprises et leurs salariés. Qu'en pensent les partenaires sociaux et en particulier le patronat ?

Un projet de loi sera présenté en janvier

Pour convaincre, quels sont les atouts en poche du ministre de l'Economie ? Ils sont bien maigres. Pour l'instant, il évoque surtout les bénéfices à attendre d'une telle révolution en termes de créations de richesses. Mais il pointe aussi les conséquences d'une éventuelle inertie.

"La France a perdu la bataille de l'automatisation. La bataille du numérique est en cours. Rien ne permet d'indiquer que nous la remporterons ou que la France y jouera un premier rôle", a-t-il déclaré.

Est-ce assez convaincant ? On le saura bientôt. Un projet de loi, intitulé Noé, sera présenté en janvier en conseil des ministres après la présentation d'une série de propositions mi-décembre et un mois après le texte sur le numérique orienté vers la gestion des données personnelles porté par Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2016 à 14:48 :
nous devons recommencez de zéro et supprimant définitivement la classe politique de notre système . le problème viens bien d'un bug du système et c'est la classe politique le problème puisqu'elle est corrompu par les lobi et la haute finance et elle en profite grassement . aller on recommence tout à zero et refait tout cela bien mieux . la prison ou quitter le territoire pour toutes la classe politique actuel qui c'est engraissé sur notre dos , droite , gauche etc ! on supprimer et réabsorbe tout les comptes bancaire , on vas jusqu'a aller les rechercher de force en suisse en chine et au usa par pression ! et on reconstruit la france avec un quelque-chose de différent de leurs 6éme république Alias nouvel-ordre Mondial on vas construire une 7éme république pensé et imagé avec le génie du meilleur de notre imagination ! le travail vas repartir de Zero avec plus d'entre aide et au passage y a de forte chance pour que l'on puissent changer l'avenir de notre planète au niveau écologique et que nous puissions étre sur mars en 2020 et résoudre 90% de nos problèmes tout cela en enlevant 80% des pouvoirs à 1000 personnes en france ! voila un bon objectif qui ne peu que nous donner du positif !
a écrit le 20/11/2015 à 17:41 :
Pour redresser la France, il faut raisonner mondialisation. Pour réussir, il faut déposer des brevets sur le plan international. Réunir les compétences nécessaires, investir sur les idées. Les français regorge d'idées qui s'évaporent. Je suggère qu'un organisme d'état prenne en charge les dépôts de brevets. Ce faisant, les royalties à venir, permettrait le remboursement des frais engagés, avec un bonus au profit de l'état de x% l'an à définir pour favoriser le processus.

Monsieur Macron peut être porteur de cette idée.

Merci pout la France et les français/
a écrit le 16/11/2015 à 1:08 :
je suis indépendant et commerçant il serait grand temps de prendre des décisions pour sauver nos PME et nos valeurs de savoir faire , arrêtons de défendre l’intérêt de ces grandes multi ,national qui rapporte rien à l'état ou si à nos chers politiciens
a écrit le 15/11/2015 à 19:16 :
quand on fait quelques choses qui marche comme auto entrepreneur,le gouvernement trouve qu'une chose ,taxé,réduire le bien fait ,réduire les avantages,conclusion
on ne fait plus rien,comment un ministre peut changer ça?????
une grosse majorité des français voudraient faire quelques choses,mais a quoi bon
car le gouvernement ne cherche que de l'argent, des taxes,des impôts
conclusion,on va a l'étranger,pour les ingénieurs c'est Amérique
et les français moyens c'est l Asie il se trouve beaucoup de pays ou on peut gagner de l'argent mais ce n'est pas le cas de la france
a écrit le 15/11/2015 à 14:06 :
Ces idées sont sans doute intéressantes mais je doute fort qu'elles soient de nature à faire fondre le chômage français comme neige au soleil :
- La plupart des nouvelles opportunités concernent des activités requérant un haut niveau de qualification. Or, l'essentiel du chômage concerne des personnes peu qualifiées, ou pas qualifiées du tout.
- En effet les causes essentielles sont, d'une part, la fin de la croissance, due à l'achèvement, pour l'essentiel, des infrastructures nationales et de l'équipement des foyers solvables, aggravées par la faible natalité et le vieillissement corrélatif de ces foyers; d'autre part, la délocalisation dans des pays à bas salaires de ce qui restait après fin de la croissance d'emplois peu ou pas qualifiés.
- Dans ces conditions les "nouvelles opportunités" bénéficieront peu aux victimes du chômage de masse.
- Par ailleurs la déréglementation envisagée des professions réglementées équivaudrait en fait à diluer le chômage : en effet si n'importe qui peut s'improviser taxi, hôtelier ou notaire par exemple, cela apportera certes quelques sous à ces professionnels improvisés, mais en retirera autant aux "vrais" professionnels ainsi lésés, qui ne roulaient pas nécessairement sur l'or. Au point, parfois voire souvent, de ruiner la viabilité de leur activité, de les obliger à fermer boutique et à aller s'inscrire au chômage...
- Ces notions de professions réglementées, d'emplois réservés, ne sont pas absurdes. Elles sont tout un art de vivre, elles résultent de l'expérience accumulée au cours des siècles. Elles sont, à tout le moins, ce que les révolutionnaires eux-mêmes ont reconnu comme nécessaire de maintenir après l'abolition des corporations d'ancien régime. Il faut y regarder à deux ou trois fois avant de prétendre balayer tout cela.
a écrit le 14/11/2015 à 18:26 :
Titre d'article idiot...!!!
a écrit le 14/11/2015 à 11:42 :
je termine mes propos suite à un bug......Messieurs les dirigeants et plus particulièrement Mr Macron, la solution n'est pas dans la libéralisation à l'américaine à outrance mais dans l'augmentation des salaires, la baisse des impôts, une répartition plus juste, des coefficients de vente raisonnables, bref une 6e république avec remise à plat de tout le système! le peuple se meurent comme en 1789....Voyez nos pauvres retraités dans la misère et ses jeunes sans emploi!
a écrit le 14/11/2015 à 11:23 :
La révolution? ça fait 10 ans que j'en parle......je ne regarde même plus les infos politiques tellement les énarques sont pitoyables! Avant 2002 je vivais correctement!après le passage aux 35heures, blocage des salaires pendant 7ans, l'Euro et j'en passe s'en est suivi la dégringolade....Dans cette course à l'industrialisation bon marché, on en a oublié l'harmonisation sociale et économique!
1E aujourd'hui c'est 1francs d'hier n'en déplaise à ces économistes et notre quotidien coute 30% minimum en plus....Alors pour des hauts salaires cela ne fait pas de grandes différences.....Mais pour nous ?
Il est surtout grand temps de revoir la répartition des salaires plafond....Et Monsieur les dirigeants
a écrit le 13/11/2015 à 23:36 :
avec des nuls aux gouvernement je pense que c est possible
a écrit le 13/11/2015 à 10:00 :
Il est temps de réagir !
Nos pépites industrielles ou autres sont rachetées par les entreprises étrangères dès qu’elles atteignent un certain niveau de développement, et le capital de nos très grandes entreprises a été peu à peu phagocyté par les fonds de pension anglo-américains et maintenant les fonds chinois sans aucune réaction de nos gouvernants.
Elles aussi sont maintenant en train de changer de main à grande vitesse (après Pechiney, Arcelor, Solvay, Lafarge, SFR, Alstom – en attendant peut-être Areva, PSA, Renault …).
Deux solutions possibles : la réorientation massive de l'épargne vers nos entreprises, ou la nationalisation, et la création d'un grand pole publique de l'industrie pour réindustrialiser le pays.
Mais pour cela, il faut sortir de l'UE.
Réponse de le 13/11/2015 à 18:42 :
Analyse incorrecte. Si certaines entreprises sont vendues à des gens très riches (américains, chinois, russes etc), c'est parce que leurs propriétaires préfèrent l'argent à la gestion d'entreprise, car personne, non personne , ne les oblige à vendre. Alors faut arrêter de parler de "phagocytage" alors que c'est la soif de pognon qui est derrière ça. Quant à la réorientation de l'épargne, vous allez faire comment ? Obliger les gens ? Et la nationalisation avec quel argent ? Déjà que l'état est ruiné. Et pourquoi pas le communisme pendant qu'on y est, nationaliser c'est bien le communisme qui demande ça...
a écrit le 12/11/2015 à 21:42 :
La France serait au bord de la révolution, c’est pour faire quoi ? On entend dire qu’il y aurait un souci de droits, faut-il demander aux barreaux quelle est la définition de droits fondamentaux, existe-t-il des violations de faux droits ? N’est-il pas étrange de trouver des diplômés en formation bidon après des études alors qu’on pourrait imaginer des investissements. Des boomers ont-il bénéficié d’entente sur les prix des logements sans correspondance avec un travail au détriment des jeunes actifs? Une société à beaucoup de chômage ne devrait-elle se remettre en cause ? Ne devrait-on éviter les confusions langagières par exemple entre les libertés et la liberté. En Europe par exemple considère-t-on la RDA comme étant une démocratie alors qu’on aurait un parti unique ? Toutes les aides ne produiraient d’effets, on pourrait imaginer de les rembourser alors que certains seraient considérés comme trop gros et pourraient faire faillite, mais pas d’autres entreprises… L’Etat fait-il ses meilleurs efforts pour la croissance et l’emploi ? Si le terme boomer est associé au terme con, n’est-ce pas une absurdité, l’être humain ne doit-il pas être considéré comme un être humain et pas une chose, on parle de promotions placards, il existerait des logements insalubres voire petit en colocation, il y aurait du mal logement ? N’avons-nous pas quelques petits abus administratifs à indemniser ? L’Etat pourrait désigner pour traitre certains citoyens qu’ils feraient maltraiter sans aucune forme de procès ou d’indemnisation, n’est-ce pas une situation de péril pour les simples citoyens, on aurait plusieurs niveaux de diplomatie ?
a écrit le 12/11/2015 à 17:47 :
Une grande partie des problèmes de l'èconomie en FRance viennent des difficultés de fiancement, mais pas seulement. Exemple. J'ai il y a 35 ans inventé un sistème de charpente traditionnelle bois en kit. J'ai fait ma demande de marque "CHARPENKIT". Cela a été refusé car kit n'est pas français. Vous voyez la c........ d'ici. J'ai abandonné, (car on ne peux pas vendre un produit spécifique sans marque). bien que j'ai été primé à Habitat 88. J'ai pris ma valise et suis parti.......
a écrit le 11/11/2015 à 19:14 :
M Macron vient de la banque. Et pas n'importe laquelle. Avant, il est passé par le moule de l'ENA qui n'a rien de "révolutionnaire". Nourri au néolibéralisme, comme tous ses condisciples, il ne voit la politique que dirigée par l'économie. Adieu donc tout ce côté humain qui était à la base du CNR, à qui l'on doit notamment le système de protection sociale basée sur la répartition, c'est à dire la solidarité. La cotisation à un fonds de pension, avec tous les aléas financiers, est un acte individuel qui isole l'individu, tout comme la réforme du code du travail, dont rêve en secret les gens comme lui. Le fond de leur pensée, qu'ils taisent encore, est de transformer les salariés en auto-entrepreneurs, comme dans les pays anglo-saxons, Aux USA comme en Angleterre, on approche déjà les 30% d'AE ...
Réponse de le 12/11/2015 à 6:06 :
On a fait 50 ans de modèle franco français, et ça ne marche pas...Il est temps de copier le modèle américain, qui ne marche pas non plus...mais au moins on aura tout essayé, à part le communisme et le fascisme.
a écrit le 11/11/2015 à 17:00 :
Si on prend en ligne de compte que des salariés sont poussés au suicide, par exemple dans l’aérien avec des victimes nombreuses, n’existe-t-il pas un système plus ou moins dévoyé avec des personnels maltraités. En France on aurait un taux de suicide double de nos voisins, existe-t-il une logique d’oppression dans la société ? L’Europe n’a-t-elle pas aucun résultat en matière d’emplois et de sécurisation de l’existence, les autres pays publient des taux de chômage beaucoup plus faible… ne devrait-on revoir un régime peu performant en croissance et en emplois.
a écrit le 11/11/2015 à 14:20 :
Malheureusement, en France, il y a trop de fonctionnaires, d'où notre déficit public. Vous voulez les chiffres ? Norvège-Danemark-Suède 30% des travailleurs sont des fonctionnaires. France-Hongrie-Finlande 22% . Canada-Belgique-Irlande 17%.USA-Italie-Espagne 15%. Allemagne-Suisse-Pologne 10%. Japon-Corée 7%. La France a un des plus hauts taux de fonctionnaires au monde. Seuls les pays scandinaves nous dépassent, mais chez eux, ça a l'air de beaucoup mieux fonctionner.
a écrit le 11/11/2015 à 11:47 :
La révolution salvatrice attendue et nécessaire pour bouleverser le rata quotidien et le ratata quinquennal , va se faire dans les Urnes .
a écrit le 10/11/2015 à 18:46 :
Nos politiciens, étant sous la coupe de la haute fonction publique - et en étant issus - alimentent la bureaucratie. Nos 5,5 millions de fonctionnaires sont à nourrir tous les jours. Qu'ils soient productifs pour le pays ou que pour eux- mêmes, comme le dit clairement un rapport de l'OCDE au printemps de cette année, ils alimentent leur propre besoin de normes décalées et étouffantes pour le pays, et l'emploi. Tout ceci est à contre sens pour le peuple. Les 6,5 millions de chercheurs d'emplois sont le résultat de notre très chère bureaucratie à la mode soviétique. L'état bloque tout. Initiatives, volonté de travailler, ressources des entreprises et des clients.... Pourvu que ça dure !!!!
a écrit le 10/11/2015 à 17:04 :
La France et en révolution oui Hollande Valls et macrôn ça est de la magouilles ils sont incapable ils respectons pas leur partis ils sons pas pour les ouvriers ils sons contres ils profite des petits pour en richires mes grands
a écrit le 10/11/2015 à 17:02 :
il faut surtout changer ce Macron, ce petit banquier qui se réclame de gauche mais qui sert la soupe au patrons et a l'ultra libéralisme
a écrit le 10/11/2015 à 14:41 :
Personne ne peut être étonné de constater que le gouvernaillon Valls Macron propose de créer les conditions du droit de cuissage et de lechage de troud du ... pour obtenir de bonnes notes?

le jour même ou ce gouvernement fantasque PROVOCATEUR méprisant fait la chasse au harcèlement dans les transports publics ;

Chacun comprends pourquoi les électeurs du Peuple de France va voter FN, condition inévitable pour se débarrasser des piètres politocards UMP PS UDI
a écrit le 10/11/2015 à 14:31 :
à côté de la plaque comme d'hab, les bobos UMPS (dont Macron) vivent sur leur nuage. La révolution va bientôt commencer dans les urnes.
a écrit le 10/11/2015 à 14:24 :
C'est nouveau, Hollande veut se prendre pour Napoléon et faire la révolution??? Cela promet....
Réponse de le 13/11/2015 à 8:39 :
mais Hollande est loin d'être à la hauteur de Napoléon
a écrit le 10/11/2015 à 14:06 :
Ce sont des pyramides de Ponzi ? Oui ou non ?
- retraite par répartition
- assurance vie
- l'euro
Celui qui sait y répondre est fort. Mais avec une démonstration et des explications... Questions difficiles.
a écrit le 10/11/2015 à 13:47 :
"au bord de la révolution ? " oui mais pas celle de 1789 ....j'opterai plutôt pour une comparaison avec la révolution industrielle qui a vu apparaître le monde ouvrier, les syndicats , les corporations etc...aujourd'hui la révolution digitale pourrait bien bouleverser le monde du travail et nos façons de vivre .A nous et plus particulièrement aux jeunes générations de nous inventer un avenir !!!
a écrit le 10/11/2015 à 13:37 :
La bobosphère socialiste a embauché un troubadour chargé d'incanter le peuple pour lui annoncer une prochaine révolution. Mais de quelle révolution s'agit il ?? A mon avis la révolution la plus probable va avoir lieu dans la rue et celle là, pas besoin de l'annoncer.!!
a écrit le 10/11/2015 à 11:10 :
Créer des fonds de pension à la française ? Mais depuis 40 ans les mêmes nous répètent que la coûteuse politique d'immigration de masse est la solution pour assurer la pérennité de notre système de retraite par répartition. Savent-ils que les ressources des Français ne sont pas illimitées ?
Réponse de le 10/11/2015 à 19:26 :
Certes les ressources des français ne sont pas illimitées, mais l'argent qui dort sur les comptes en banque est impressionnant et ne sert souvent à rien à l'épargnant (je travaille dans une banque je sais de quoi je parle). Il y a trop d'épargne de précaution en France. Il ne faudra pas s'étonner qu'on se fasse bouffer par les google, apple, facebook, et amazon. Les Français ne soutiennent pas ceux qui prennent des risques. Ils préfèrent avoir de l'argent qui dort, mais après ils viennent pleurer car on n'a plus aucun leadership sur le plan mondial. Il ne faut pas s'étonner ! Donc Merci Macron, quelque part sa proposition va dans le bon sens... Les vieux modèles ont vécu. J'ai 26 ans, et ça m'attire 100 fois plus de créer ma startup, que de compter sur une future retraite. Malheureusement, créer une startup en France ? (LOL). Et si l'immigration peut aider, elle est la bienvenue.
a écrit le 10/11/2015 à 11:07 :
Révolution? Quelle révolution? La révolution économico financière de Macron va faire "pschitt" et dans un sens c'est heureux si on se réfère à ce que la dérégulation financière, la mondialisation à marche forcée à produit. De la pauvreté, de la misère, des inégalités...et des ultra-riches.
Maintenant si on parle de "LA" Révolution, nous en sommes bien loin, le tiers des Français qui espèrent une Révolution sont au FN, dont les objectifs sont le Pouvoir et surtout pas la Révolution. C'est sur ce "détail" que les électeurs du FN se font "couillonner".
Réponse de le 10/11/2015 à 18:55 :
Parfaitement en phase avec vous !
a écrit le 10/11/2015 à 10:54 :
En ce qui concerne les métiers du bâtiment, une dérégulation complète ne va pas améliorer la qualité des constructions. Beaucoup de savoir faire ont déjà été perdu et les nouvelles technologies et produits qui sont censées les remplacer s'apparentent plutôt à du bricolage et ne tiennent pas leurs promesses dans le temps.
La preuve, c'est que nombre de (soi-disant) "artisans" "auto-entrepreneurs" (déclarés ou pas) s'approvisionnent dans des magasins de bricolage...Il n'y a qu'à se poster devant une de ces enseignes et compter le nombre de camionnettes qui défilent...Edifiant. Malfaçons, matériels de piètre qualité et travail au noir au programme.
Réponse de le 13/11/2015 à 18:21 :
c est pas un auto entrepreneur ou un uberisé seul qui va réaliser des travaux de gros œuvre. La plupart des gens si ils doivent faire leur toit, leur electricité ou leur plomberie vont prendre une entreprise avec les assurances qui vont bien. Vos exemples ne sont pas bons. Pour le black ça pourra pas en faire plus que maintenant au contraire. Comme dirait l'autre, quand on veut tuer son chien on dit qu il a la rage: ça devrait être la devise de la France en ce moment.
Je vous invite à comparer des prix de matériaux courants à Casto vs Point P ou la Plateforme et vous aurez compris.
C'est incompréhensible les prix des gens dans le bâtiment, ils sont en crise et quand vous faites des devis c'est une fortune. On est nombreux autour de moi à se démerder tout seul du coup et on est nombreux à connaître quelqu un pouvant nous prêtait une camionette.
a écrit le 10/11/2015 à 10:39 :
ENFIN il dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas TROP DE PONCTIONNAIRES.....
Réponse de le 10/11/2015 à 11:12 :
Trop de fonctionnaire ? Où ça, dans les hôpitaux, la police, l'armée ? Que ne commence-t-il pas lui-même par démissionner de la fonction publique ?
Réponse de le 10/11/2015 à 17:14 :
Un peu de réalisme et d'analyse .
"Trop de fonctionnaire" expression typique de l'aigri, jaloux et revanchard qui lorgne l'assiette du voisin avec convoitise persuadé que l'herbe est plus verte dans la fonction publique mais qui n'a pas tenté de présenter les concours pour l'intégrer ou qui les a présenté et s'est fait bouler.
Qu'il se rassure nous sommes tous peu ou proue logés à la même enseigne, hormis nos classes dirigeantes, qui devraient être nos véritables cibles, tant elles nous montent les uns contre les autres et se gavent outrageusement sur notre dos.
a écrit le 10/11/2015 à 10:00 :
Soyons sérieux , la réponse à la question du dernier & est dans cette déclaration d'intention de Macron : Ebaucher les contours d'une loi en ne sachant pas quelles sont les bonnes réformes sur le sujet, SIC...!!! Le charlatanisme est fin et distingué d'un joli et jeune garçon bien élevé et cultivé qui a l'aura d'un élève de banquier d'affaires. Et le culot poli et souriant fait merveille, même pour dénier une réalité bancaire : le financement de l'économie par l'intermédiation bancaire est au contraire de moins en moins vrai depuis 30 ans et le système adopté des désintermédiation et dérèglementation. La titrisation des financements sur le marché au moyen des constellations de fonds , type poupées russes, a permis aux banques "d'externaliser" les risque et de réduire leurs besoins de fonds propres ; la Banque gère des montages qu'elle titrise et vend au marché des fonds telle un courtier qui se commissionne.
Le duo à France 2 entre Macron et Delahousse hier soir était éclairant, montrant un Macron tel que décrit le lendemain à la radio par un Tesson en forme plaisante sinon moqueuse pour des apparences du moment.
a écrit le 10/11/2015 à 8:47 :
La réalité est tout autre , à ce jour, l'état socialiste "casse" l'entreprise individuelle , associé aux banques - Ce ne sont que des mots , des mots ....
a écrit le 10/11/2015 à 8:42 :
Calmos Macron! Faudrait déjà adopter les décrets d'application de la loi Macron I. 80% de la loi n'est toujours pas appliquée!
a écrit le 10/11/2015 à 8:22 :
Macaron c est du Pipo intellectuelle du PS et au cœur à droite ?
a écrit le 10/11/2015 à 8:16 :
il depense beaucoup d'energie pour conter les vision du pdg de Renault
j'aurais aime qui en fasse autant pour Alstom
et areva et qu'il se penche plus sur le cas de air France
a le probleme c'est que pour les entreprise cite ce sont eux qui ont planifie
les emplois a supprime
oui le parti socialiste donne des ordres pour que des Français soit au chomage
Réponse de le 10/11/2015 à 9:17 :
La concurrence est une loi immuable de l'univers. Si tu fais pas le boulot, y en a mille prêts à te remplacer...sauf si t n'as jamais connu la concurrence ??
a écrit le 10/11/2015 à 8:10 :
ou est passe la liberation de l'ecconomie mondial
car les socialistes apres avoir vendu des entreprises strategique
comme Alstom ou areva puis sur le point de vendre air France
a qui ont il fait des promesses pour vendre Renault
car il sagit bien de cela
comment une entreprise francaise qui veut perenise
sont avenir peut etre torpille par les incapables du pouvoir
qui ont prevu de touche des dividendes sur la revente
c'est la seule et unique raison
a écrit le 10/11/2015 à 8:09 :
Le dogmatisme demande des "réformes" quand le pragmatisme demande des "adaptations"! Le dogmatismes est d'ordre dictatorial quand le pragmatismes est d'ordre libéral!
a écrit le 10/11/2015 à 3:39 :
le médiocre macron, me rappelle le médiocre ministre des finances de 2005, celui qui voulait extraire du crédit sur les plus-values, potentielles, immobilières, qui mèneront aux USA à la crise des subprimes,
le médiocre macron, oublie que "hélicoptère ben" a déversé des tombereau de liquidités pour sauver les banques et in-extenso les fonds de gestion par capitalisation, des millions de retraités américains se sont retrouvés une main devant-une main derrière lors de la crise 2009, et il voudrait reproduire cela en France ??
Réponse de le 10/11/2015 à 8:18 :
Contrairement à 1929, la FED a réagit et a sauvé les banques pour éviter un krach mondial. Et tu dis c'est pas bien ? Tu préfèrerais un krach et perdre ton emploi, tes économies, ton niveau de vie etc ?
a écrit le 10/11/2015 à 0:09 :
A Fred :
Si, mais l'occasion est trop belle d'en remettre une couche à ce pouvoir fait de communication totalement hors sol, et tant pis pour Macron qui est peut-être de bonne volonté, mais cela ne suffit pas.
a écrit le 09/11/2015 à 23:31 :
@ BONSOIR : cette idée qu'une révolution pourrait éclater en FRANCE est à craindre incompétence du pouvoir en place (de droite comme de gauche gouvernement SARKOZY/HOLLANDE) Le chômage, l'insécurité la misère explosent tout augmente SAUF LES RETRAITES ET LES SALAIRES !!!! a part de vagues promesses jamais tenues de fausses déclarations le gouvernement est incapable de répondre à l'attente des français. Le comble nous avons cotisé toute notre vie pour la S.S. la mutuelle et nous ne pouvons même plus nous soigner dignement pourquoi . pour entretenir une vague d'envahisseurs qui, soi disant viennent chercher du travail en FRANCE alors que notre pays compte 4 000 000 DE CHOMEURS AU MINIMUM !
a écrit le 09/11/2015 à 23:22 :
La France n''est jamais très loin d'une révolution, ou au moins d'une révolte:
1789,
1830,
1848,
1871 (la commune),
1936,
1968,
sans compter les grandes manifs, les blocus d'autoroutes, les grèves générales...
Que voulez vous, les Français aiment ça. C'est vrai que ça va faire bientôt 50 ans qu'on a eu le dernier grand soir.
a écrit le 09/11/2015 à 22:15 :
Extraordinaire ce ministre ultra protégé par son statut qui parle de nouveaux travailleurs et des soi-disant travailleurs indépendants, indépendants de quoi ? Avec des couvertures sociales riquiquis, des emplois très aléatoires et un avenir incertain. Seul quelques uns de ces entrepreneurs émergeront, les autres seront ce que l'on appelait jadis, des tâcherons.
Le monde change, mais pas dans le bon sens et à force de pressurer la classe intermédiaire, il se pourrait que celle-ci se rebiffe.
Réponse de le 10/11/2015 à 9:01 :
c est sûr que c'est beaucoup mieux d'être au chômage...On vit moins longtemps, on se suicide plus, on est plus malade, ça a l'air génial.
On est condamné en France à avoir 10% de chômeurs, où on s'inspire de nos voisins en mettant ça à notre sauce? GB, Allemagne, Suisse 5% de chômage, pas lu que la classe intermédiaire était au bord de la révolution, mais qu'ils avaient reconduit leurs gouvernements respectifs...
Faut se réveiller ami, on est plus en 1950, on peut le déplorer ensemble mais ça fait pas avancer le problème, le reste du monde nous attend pas plus que nos jeunes générations.
a écrit le 09/11/2015 à 21:40 :
Ce n est pas la France qui est finie , c est le monde tel qu'il est conçu par une élite incompétente et corrompue, paralysée par ses dogmes, incapable de préparer le long terme et n agissant que sous la contrainte des événements quand ça n est pas des catastrophes, ce qui a fait dire à une grande romancière : " Que le monde aille à sa perte, c est la seule solution " . Ces propos sont d une noirceur effrayante, ils contiennent malheureusement une grande part de vérité . Par peur de changer un système qui tôt ou tard s effondrera et que même le Pape condamne , chacun s en accommode par confort intellectuel quand ça n est pas par lâcheté, égoïsme ou bêtise. Alors vos petites polémiques sordides et faussement savantes sont dérisoires face aux vrais enjeux d un monde de moins en moins contrôlable.
a écrit le 09/11/2015 à 20:59 :
Encore une injustice macron veut créé des coiffeurs amateurs , des plombiers notes par leur client qui d'après lui se passerais de diplôme tout sa existe déjà c'est le travail au black des bricoleurs du dimanche quid des charges RSI à 47% des revenus des commerçants et artisans , Macron le fils dattali lui n'a jamais été en concurrence , il n'a jamais été élu nul part , encore un plan com dans une France qui ne trouvent toujours pas son modèle
Réponse de le 10/11/2015 à 8:49 :
mon cher Tony, je suis également artisan et moi je vois enfin de l'espoir. Ces nouveaux plombiers et coiffeurs déjà travailleront plus au black, donc c'est impôt et cotis en plus et des droits pour ses mêmes personnes. Dans un jeu de second tour il est évident que le RSI ne pourra perdurer et qu'on harmonisera en allant vers les mêmes taux que les nouveaux entrants. C'est un autre sujet, mais on peut imaginer pour tous une sorte de régime de l'intermittence qui est à l'équilibre sauf pour la branche chômage.
Je ne crois plus au grand soir des mégas reformes en France. Il faut avancer en enfonçant de multiples petits coins, qui entrainent de nouvelles adaptations. A la fin le tableau n'est plus le même.
Vous allez voir qui va être contre et vous aurez tout compris.
a écrit le 09/11/2015 à 19:34 :
'''''Ils sont aux aboies'''''car c'est bien de cela dont il s'agit !Une politique de l'offre qui est un echec ,des perspectives de croissance peu reluisantes, et Macron qui remet une couche de libéralisme bon teint ,dans la foulée de ce qui a échoué précédemment. Il faut montrer à Bruxelles ,aux marchés qui pretent à la France ?que le gouvernement ne fait pas d'immobilisme ,qu'il reforme ou plutot qu'il veut reformer,d'autant qu'on pressent que la reduction des deficits ne serra pas forcement au niveau attendu par Bruxelles.Les fonds de pensions à la française ,vieux serpent de mer ,en totale opposition avec la retraite par répartition ,clef de voute de notre modele social ,du PS, de la gauche ! Il en existe deja et ils vont comme tout fond de pension bien gérés là ou la rentabilité est la meilleure au regard du risque encouru !Rien de neuf à part peut etre de gros cadeau fiscaux comme par exp le risque pris integralement ou en grosse partie par Berçi........Si il parvient à convaincre l'Elysée et son ministere ,mais ou trouver l'argent pour financer ce risque au bénéfice des fonds de pensions justement !Foutaise !De plus remettre en cause la verticalité du fonctionnement des entreprises est justement ne rien n'y connaitre dans leur fonctionnement .La '''réunionnite ''''maladie qui n'a eu de cesse de se developper dans les boites françaises depuis les années 80 à certes du bon ,mais n'amene rien de nouveau .Ce qu'il faut faire est connu et su de tout le monde dans une entreprise .Les réunions servent à ce que il faut faire croire aux subordonnés que les bonnes idées que la direction ''''viennent d'eux ''''''C'est bien connu ,on rentre dans la salle de réunions avec ses idées et on en ressort avec celle du chef ,mais ....c'est souvent parce que se sont les siennes les meilleures ,il nous en a convaincu mais on ne veut pas se l'avouer!!Tout est dit ,qui ne l'a pas deja vecu dans son experience personnelle.C'est pas pour ça qu'on serra moins cher ou meilleurs que les autres ,ils font comme nous, d'ou égalité .La France n'a pas loupé les trains de la robotisation et de l'automatisation.Les entreprises françaises de l'automobile n'ont strictement rien à envier à leurs homologues étrangeres sur ce point ,le probleme est ailleurs ,sur la réputation du produit ,sa capacité à seduire ,les innovations discretes ext........En fait le probleme actuel en France est un probleme psychologique ,un probleme de confiance .Nous savons tous que beaucoup d'entreprises '''en ont sous le coude '''mais elles ne veulent pas sortir du bois d'autant qu'elles n'ont pas de cadeaux à faire specifiquement à ce gouvernement de gauche .Il serra encore temps de négocier avec le futur gouvernement de droite qui est bien plus consubstantiel avec l'entreprise qu'un gouvernement de gauche à la derive .De plus croire que des patrons vont transformer en tout ou parti les bénéfices de leurs boites en emploies est un leurre .Une entreprise ne fonctionne pas comme ça .'''A travail perene emploie perene '''est le leit motif de tout chef d'entreprise .Le Medef ,simple syndicat d'entreprise n'a aucun moyen d'amener celles çi à embaucher si elles ne veulent pas !De l'illusion qui sent une fin de regne en attendant pour le futur gouvernement des jours meilleurs .........
a écrit le 09/11/2015 à 19:24 :
La première révolution à faire serait d'alléger l'état, de diminuer drastiquement ses frais, ses prébendes, ses élus, ses copinages, ses détournements ( légaux) , ses subventions bidons, etc....
a écrit le 09/11/2015 à 19:19 :
Lorsque 57% du PIB est dévoré par un etat pléthorique et inefficace, on peut se poser des questions sur ces promesses!
a écrit le 09/11/2015 à 19:15 :
Poudre aux yeux avant les élections! Ce gouvernement n'a rien fait et ne fera rien. Macron, avec justesse, parle de modernisation, de révolution, d'état moderne etc... Il fera peut-être même une loi! Loi qui sera barrée au parlement, comme la dernière pour laquelle on nos promettait monts et merveilles..
a écrit le 09/11/2015 à 18:59 :
La France a déjà perdu la bataille économique comme les pays socialistes perdent toujours les batailles économiques. Il faut une révolution sociale structurelle mais son coût politique à court terme serait énorme donc on ne fera rien et ce pays crèvera doucement jusqu'à la faillite de l'état. Alors ce sera terrible. On peut toujours faire de beaux discours volontaristes mais il est trop tard, le socialisme a vaincu et la France en est morte. On verra ce qui reste du "vivre ensemble", des privilèges d'état et de la "république" quand viendra le jour où l'état sera forcé de baisser le rideau. MAMA MIA !!!!!
Réponse de le 09/11/2015 à 21:24 :
vous semblez disposé d une bien piètre culture historique et d'une médiocre économique...Pas loin de chez vous, un peu plus au nord, ce doit être des pays carrément communistes non?
Un pays comme la France et ses 1000ans d'histoire ne "crèvent" pas. Si demain on avait un problème de crédit, on pompera dans le patrimoine massif des Français et au premier chef l'assurance vie. Pouf plus de dettes et on repart sur de nouvelles bases pour la suite de notre Histoire. Ca parait de la blague? demandez vous alors pourquoi on continue de nous prêter à si bon compte...
Je comprends cependant votre peur, notre pays brille malgré les tonnes de boulets qu il se traine et vous vous dites, à la vache ils auraient pas grand chose à changer pour nous damer le pion. Moi je suis optimiste, on n'a que l'embarras du choix pour alléger notre état et ses normes et maintenant on a Macron. Macron 2022, ja er kann.
a écrit le 09/11/2015 à 18:58 :
Ce gars a un sacré courage. S'attaquer a ces sujets tabous en France, il faut en avoir.
Il va avoir tous les extrémistes sur le dos ( FN melanchon, etc.. ) , la droite et la gauche de la gauche.
Bon courage !
a écrit le 09/11/2015 à 18:57 :
Plusieurs mesures simplissime sur

1- un statut unique de l'actif, avec les mêmes droits et devoir, un contrat de travail socle, utilisable tel quel, prévoyant à l'avance les conditions de sa rupture, y compris sur baisse d'activité. ( corolaire fini les ce, CDI, fonctionnaires, indépendants)

2- chaque actif s'assure auprès des assureurs sociaux ( couverture socle des risques sociaux + options de son choix) vers un regime enfin légal ( le meme pour tous comme le défini le droit européen) ou vers un opérateur de son choix. ( corolaire : sécurisation des employeurs + adapté aux parcours divers, multiactivités + possibilité de partager au sein du couple le financement retraite...)

3- liberté totale d'entreprendre , responsable de la santé et securité des clients, salariés et riverains ( adhésion facultative aux ordres corporatistes et chambres consulaires)
a écrit le 09/11/2015 à 18:50 :
N'oublions pas qu'en France, l'impôt sur le revenu est toujours à 75% pour les détenteurs d'un patrimoine important (plafonnement ISF). Ce taux est anachronique et à lui seul envoie un signal sans équivoque...
Réponse de le 11/11/2015 à 21:18 :
@Pat34
"N'oublions pas qu'en France, l'impôt sur le revenu est toujours à 75% pour les détenteurs d'un patrimoine important (plafonnement ISF)".

Au delà du fait qu'il est toujours croustillant de voir des gens qui affirment avoir plein de compétences en économie et plein de bonnes idées pour redresser le pays, mais qui semblent incapables de comprendre ce qu'est une tranche marginale d'imposition (qui ne concerne pas l'intégralité des revenus, puisqu'il faut gagner un million d'euro, ou plus précisément un million d'euros et 1,33 centimes, pour en payer le premier centime), rappelons certains faits :
- En France, pendant les Trente Glorieuses (période de boom économique), la tranche supérieure était de 91%.
- Idem aux USA, 91% jusqu'en 1964, puis descendu sous la barre des 80% dans les années 80 il me semble.

Bien à vous
Réponse de le 26/11/2015 à 22:07 :
Le taux de plafonnement de 75% s'applique bien au PREMIER EURO de revenu, dès lors que le mécanisme du plafonnement est activé. Inutile de gagner des millions !! .Vous confondez l'ancien impôt à 75% de Hollande avec l'impôt à 75% du plafonnement ISF...
Et on n'est plus en 1960...
Réponse de le 26/11/2015 à 22:07 :
Le taux de plafonnement de 75% s'applique bien au PREMIER EURO de revenu, dès lors que le mécanisme du plafonnement est activé. Inutile de gagner des millions !! .Vous confondez l'ancien impôt à 75% de Hollande avec l'impôt à 75% du plafonnement ISF...
Et on n'est plus en 1960...
a écrit le 09/11/2015 à 18:49 :
D'accord avec Macron ,commencer par redéfinir le PIB avant toute chose pour savoir où aller et surtout ne pas épargner une catégorie qui paraîtrait privilégiée aux yeux des autres , faire disparaître toutes ces organisations et institutions qui ne sont là pour recaser quelques amis ( syndicats, conseil économique et social , organismes de formation, 1% construction etc... représentation du personnel etc...) tout autre chose ne serait que du replâtrage ....ou du plâtre sur une jambe de bois .L'immobilisme serait la pire des solution .
a écrit le 09/11/2015 à 18:30 :
Je n'ai jamais compris pourquoi, en France, les fonds de pension n'étaient pas développés. De même que cette "fâcheuse" habitude de faire des heures de présence plus que des heures d'efficacité.

Sinon, les propositions sont plutôt intéressantes.

Reste que la vieille France a encore de beaux jours devant elle.
Réponse de le 09/11/2015 à 19:21 :
L'état s'oppose aux fonds de pension parce qu'il n'a pas la main dessus! C'est aussi simple que cela, et l'on comprend que les syndicats s'y opposent aussi! Ce n'est pas eux qui géreraient ! ( et détourneraient peut-être aussi...)
Réponse de le 09/11/2015 à 19:47 :
Il ne vous a surrement pas échappé que le systeme de retraite en France est un systeme par repartition.Ca signifie tout simplement que tous les mois les prelevements retraites sur la fiche de paye servent à payer directement les retraités comme eux l'ont fait avec les plus anciens .Les USA ont des fonds de pensions par capitalisation,ce qui signifie que tous les mois leurs cotisations sont placés en bourse et servent en grande parti à la spéculation !Beaucoup ne peuvent partir à la retraite à l'age espéré quand la bourse se casse la figure et que leurs économies retraites ont fondues de moitiés voire plus .Il est desolant qu'en 2015 ,il se trouve encore des personnes en France ne sachant pas cela ,c'est surrement pour ça et bien d'autres raisons que notre pays se trouve dans beaucoup de domaines à la traine ..........
Réponse de le 10/11/2015 à 9:44 :
il vous a surement pas échappé que nombreux sont déjà les retraités à se plaindre d'une faible pension. Par contre ce qui vous a échappé c'est que les gens qui ont 30 balais aujourd hui ont une espérance faible de toucher une retraite et nulle qu'elle soit confortable. A paramètre actuelle (ca va pas durer), on cotis comme des dingues et on on doit cotiser 42.5ans. Soit pour un gars qui a fait des études et un peu chomdu quasi 70 balais pour toucher à taux plein...Pour celui qui a pas fait d étude et plus de chomdu, ca va être sympa de monter les parpaings, parait que c'est bon pour éviter l'arthrose d avoir une activité physique. On verra alors quelles seront les pensions des gens qui n'atteindront pas les annuités requises.
Alors, le Français semble plus malin que vous car tous ceux qui peuvent, capitalisent déjà, en immobilier, en assurance vie, en PEA, Perp, PERCO ,PREFON, Madelin etc. Vous ne semblez pas savoir que les assureurs savent parfaitement gérer ces plans long terme (le législateur le sait lui du coup) et on ne met pas les fonds en bourse à 2 ans de la liquidation des droits, votre exemple US est donc bidon.
Le problème macroéconomique, c'est que les deux premiers dispositifs, les plus importants largement, ne financent pas ou(ou très peu) l'économie réelle. L'immobilier c'est improductif et assurance vie bouffée par l'état avec les fonds euro. Alors un fond de pension souverain, pour financer nos PME, ETI et pépites de demain, je dis oui trois fois oui.
C'est le conservatisme de gens comme vous qui nous plombe, ils pensent qu'on est encore dans les 30 Glorieuses et ont peur de tout.
Pour terminer je vous laisse avec un problème mathématique, certes un peu complexe il faut faire appel aux intérêts composés (Google est votre ami). Soit un salaire de 2000€ brut, au taux de cotis d'aujourd hui et de remplacement à la retraite actuel. Toucheriez vous plus à cotis égal dans le système général ou en plaçant votre argent à 2% (loin de la spéculation donc).Le résultat va vous arracher des larmes, désolé.
Je dis oui à la solidarité non à la spoliation.
a écrit le 09/11/2015 à 18:20 :
Le petit macaron devez quitter le gouvernement ils es au PS pour de la frime at ça avanceras pas départ pantin de maçon
Réponse de le 09/11/2015 à 21:07 :
et sinon, l'orthographe ?
a écrit le 09/11/2015 à 18:05 :
La France n'est pas au bord de la révolution, elle est au bord du gouffre. Devenir travailleur indépendant pour engraisser le fisc, non merci. Créer une startup en France est absurde tant que le problème de l'évasion fiscale ne sera pas réglé, auquel cas il est préférable aujourd'hui de la créer en Irlande. L'état met encore la charrue avant les boeufs... Je vois bien le projet de loi Noé se transformer en projet Titanic :)
a écrit le 09/11/2015 à 17:49 :
Bien sur qu'il faudra réguler l'activité des indépendants:n'importe qui se permet de faire n'importe quoi!rendons les stages qualifiants obligatoires pour les indépendants,l'état pouvant prendre a sa charge une partie des frais de formation
Réponse de le 09/11/2015 à 18:50 :
il faut surtout arrêter les frais et supprimer mini 50% d'élus ps et autres .... rendre vote obligatoire avec le reconnaissance du vote blanc ...surtout en dessous de 50% ... rendre l'élection nulle et non avenue !
a écrit le 09/11/2015 à 17:36 :
La France est-elle au bord de la révolution ?... NON .. du chao !
a écrit le 09/11/2015 à 17:17 :
il faut changer notre façon d'être avant tout.
être moins frileux et grincheux, moins nuls en anglais, moins complexés face aux Anglos et aux Germains, savoir se vendre...
nous avons un problème de dégonflement de la bulle immo/construction. d'ou activité moins dynamique (les irlandais sont eux a priori repartis dans une bulle immo, d'ou croissance importante...).
notre déficit baisse lentement mais sûrement (faut pas se laisser emm... ; la France a du subir les subprimes, la crise des PIIGS, la politique non coopérative des teutons...). nous avons de la dette publique, mais c'est notamment parce-que nous avons pas mal investi (bien plus que UK ou Germanie). et nous avons une dette privée limitée. les ménages français sont apparemment les moins fragiles financièrement (http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/11185087/Why-Germanys-households-are-more-fragile-than-you-think.html).
L'Expansion rapportait il y a 3 ans qu'il ressortait d'un concours entre des équipes de différentes nationalités d'IBM que les Français étaient de loin les plus efficaces.
la France domine le classement Deloitte Fast Technology 500 EMEA depuis quelques années.
il y a un sacré potentiel dans ce pays. flûte alors !
Réponse de le 09/11/2015 à 18:19 :
en Allemagne une annonce ' Haus mit viel Potential', ca veut dire ' maison avec enormement de travaux, prevoyez bcp d'argent et de temps'
le potentiel, tt le monde s'en fout!
Réponse de le 09/11/2015 à 18:47 :
@Churchill. L’aéroport de Berlin est en déjà a 5 milliards et il n'est pas près d’être opérationnel après 5 ans de retard et un triplement du budget. A comparer au nouveau ministère des armées a Balard, structure complexe devant résister a des missiles, budget et planning tenu.
Alors stop a l'auto flagellation !
a écrit le 09/11/2015 à 16:50 :
Je ne suis pas sûr d'avoir compris: la Loi Macron 1 portait sur les transports en car, et la Loi Macron 2 sur le lavage des voitures? Mais qui va laver les cars?
a écrit le 09/11/2015 à 16:40 :
C' est plus grave que cela......! la France est au bord de la non-révolution....!
Réponse de le 09/11/2015 à 17:57 :
Vu les radars et autres contrôles dans tous les styles ... autrefois je prenais plaisir à aller au restaurant le wkd, je n'y vais plus gendarmerie et police sont de faction pour le contribuable de base, pour les "méchants" et cartiers sensibles ils ne sont pas là .... normal y' a pas de chiffre d'affaire à réaliser ! La révolution du non, est en marche discrète !
Réponse de le 10/11/2015 à 10:21 :
le "non" d'aujourd hui, c'est pas la révolution, c'est même tout le contraire, c'est le conformisme, du conservatisme et du passéisme. Ce qui nous changerait en France c'est de dire "oui". Pour un FN l'Histoire de France ,ne vous parle pas beaucoup, en même temps je feins la surprise...
a écrit le 09/11/2015 à 16:33 :
Révolution en france ? Mort de rire ! Avec le foot truqué, le mirage de l'euro-million, les télé-débilités et l'exutoire offert par le comptoir du Café du Commerce, les français ne sont pas prêts de faire la révolution. Car pour faire la révolution, il faut oser penser par soi-même et avoir du courage. Pas demain la veille, donc, en france :!
Réponse de le 09/11/2015 à 19:00 :
Sans oublier que les français sont gavés par l'assistanat... Ils ont tous une niches fiscales, une alloc, un petit pavillon, une petites voiture , un emploi aidé ou d'une profession réglementée
a écrit le 09/11/2015 à 16:28 :
Macron 2 c'est le NEP sovietique pour la France. Sortir l'argent des épargnants pour mieux taxer ensuite
a écrit le 09/11/2015 à 16:07 :
Bien sûr. Mais l'état doit donner l’exemple. Supprimer toutes les structures couteuses et inutiles (le sénat en premier). Renouveler une classe politique sclérosée en limitant strictement le nombre de mandats électifs à deux et en interdisant formellement le cumul des mandats. Limiter le nombre de députés à 300 en donnant plus de pouvoir à l'assemblée Nationale qui doit faire preuve d'une totale transparence. Eliminer la moitié des niveaux administratifs (départements, sous-préfectures, cantons..). Diminuer le nombre de fonctionnaires de moitié. Augmenter le niveau d'exigence des élèves en commençant par le primaire. Redonner de l'autorité aux enseignants et imposer un contrôle de niveau a l'entrée des universités. Supprimer le bac et le remplacer par un contrôle continu.
Mieux gérer, mieux former, question de survie pour notre beau pays.
Réponse de le 09/11/2015 à 18:16 :
L'état doit donner l'exemple OUAF il recule sans cesse à tout nivveau, il vote une loi et oups le lendemain quand un groupe (souvent ceux de son quand aboie) c'est la reculade les portiques, la 1/2 par des vieux . cell là ele me reste en travers , un 1er ministre qui appelle à ne pas payer l'impôt et de + qui va vous rembourser . rien n'est prévu budgétairement , c'est encore une histoire à plusieurs centaines de millions cetain parlent d'e remboursement pour des gens qui ont des moyens de payer largement Quand les gens ont le sentiment qu'il n'y a plus d'égalité, peu importe le domaine (santé , éducation impots ) la révolution n'est pas loin
Réponse de le 11/11/2015 à 13:58 :
Réduire le nombre de fonctionnaires par 2 ? Supprimer des niveaux administratifs ? Encore un qui n'a jamais rien étudié d'autre que son petit pécule personnel... Alors je vous donne l'exemple de ce beau pays qu'est la Grande Bretagne, qui a fait cela justement. Au final, non seulement le chômage reste aussi important qu'en France (les syndicats britanniques tirent la sonnette d'alarme, car beaucoup de travailleurs n'y ont pas le droit), de plus depuis 15 ans la productivité horaire du travail chute lourdement, notamment face à la France qui caracole en tête des classements, un peu en dessous et parfois au dessus des USA. Rien de moins. A cela s'ajoute le fait que leur déficit public reste deux fois plus important (environ 6% du PIB anglais) et qu'à cause de la destruction du service de l'éducation, les frais universitaires ont explosé de plus de 800 ou 900% (toujours selon les mêmes syndicats anglais). Il ne faut pas croire, la potion libérale ne fonctionne que pour une petite partie de la population, pas pour tout le monde. Au contraire, la France est peut être à l'aube d'une autre révolution. Peut être que ce sont les pays libéraux dérégulés qui sont dans le faux et qui vont subir des problèmes dans les années qui viennent (croissance anglaise par exemple surtout portée par un endettement massif des ménages britanniques). Tout comme en Allemagne où les faibles investissements posent des soucis, désormais pour la natalité du pays (et donc sa croissance potentielle dans le futur). D'ailleurs, que ce soit le FMI, la banque mondiale, l'Insee, ils prévoient tous une croissance potentielle pour la France deux fois supérieure au RU et à l'Allemagne sur les 50 ou 60 prochaines années. Problèmes de productivité et de dépendance au pétrole/finance d'un côté, vieillissement et manque de consommation intérieure de l'autre, avec dans les deux cas un déficit en infrastructures.

Que l'Etat doive être plus souple, qu'il agisse pour éviter le clientélisme nous sommes tous d'accord. Qu'il y a des réformes dans le mille feuille des territoires oui nous sommes d'accord, que l'on réduise le nombre d'élus et que l'on mutualise les moyens et les actions OUI; mais juste appliquer bêtement du libéralisme à outrance alors que tous les pays qui l'ont fait n'ont pas brillé sur le long terme, non désolé.
a écrit le 09/11/2015 à 15:57 :
C'est bien possible, la situation ressemble à celle qui prévalait en 1787 : Pouvoir hors sol, politiques irresponsables et auto-reproductifs, économie en berne, règlementation castratrice, fiscalité confiscatoire, déséquilibre démographique en cours. Cela ne conduira pas forcément aux mêmes catastrophes, mais rien n'est certain, et c'est toujours lorsque tout le monde pense que cela ne peut plus se produire que précisément cela advient. En effet, en dépit de tous les systèmes de compensation, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.
Réponse de le 09/11/2015 à 16:43 :
On voit que vous n'avez lu que le titre de l'article.
a écrit le 09/11/2015 à 15:55 :
la révolution libérale est en route est Macron est son pilote. Après la déculottée des régionales FH sachant que 2017 est perdu va se lancer dans la fuite en avant libérale pour faire plaisir à L'UE. C.a.d qu'il fera exactement l'inverse de ce sur quoi il a été élu. A l'image de Blair ou de Shroeder il sera le fossoyeur de la gauche. J'aimerai juste savoir ce que viendront nous dire les députés PS!
a écrit le 09/11/2015 à 15:43 :
Les lois Macron sont des agglomérats de toutes petites réformes intelligentes sur la plupart desquelles tout le monde est d'accord. C'est un travail raillé par beaucoup, mais qu'il faut absolument continuer.
Réponse de le 09/11/2015 à 20:48 :
OUI....mais lesquelles?
a écrit le 09/11/2015 à 15:41 :
Il n'y qu'une opportunité a saisir c'est de quitter l'UE, l'euro et l'Otan pour retrouver la France! Tout les réformes que l'on nous impose vienne de là!
Réponse de le 09/11/2015 à 15:55 :
Comme si le repli sur soi était la bonne solution...
Réponse de le 09/11/2015 à 16:03 :
Et aller sur Mars?
Réponse de le 09/11/2015 à 16:14 :
Au contraire on était bien plus ouvert auparavant sur le monde, là on est enfermé sur notre continent! Paralysée, sans réaction, attendant que les autres collaborent, l'UE est un être de mort!
Réponse de le 09/11/2015 à 16:17 :
D'accord avec" Bah", arrêtons la fuite en avant, recentrons nous en prenant des décisions de bon sens, dont nous sommes les seuls maîtres, pour l'intérêt de notre beau pays.
Pour l'instant, nos décisions sont diluées et noyées dans une immense bouillie (UE) et personne ne sait plus où regarder pour retrouver le nord.

Le fait de se recentrer et de rassembler ses esprits peut être une solution dans ce cas.
Réponse de le 09/11/2015 à 18:25 :
je vais vous faire un calcul simple
la france emprunte a 1% a 10 ans grace a la couverture de l'euro, qui est finalement sa derniere couverture de survie
si elle en sortait, tt le monde sait qu'aucun politicien ne faisant aucune reforme, le pays serait en quasi faillite comme en 1982
apres une petite vague d'inflation qui ruinerait tt le monde comme au venezuela , les taux monteraient a 18-20% ce qui ferait 2000milliards de dette /10 ans (oat) =200 milliards * ( 18-1 =17%) = 34 milliards de ressources nouvelles a trouver 'tous les ans', soit 34, 68, 102, etc...
sinon? ben comme le zimbabwe, ou l'argentine ou le venezuela, mais avec les ressources naturelles en moins!!!
laisser moi vous dire qu'il ne faudra pas un an pour avoir une guerre civile!
Réponse de le 09/11/2015 à 18:54 :
Fuir et se replier ne sert a rien. Un jour ou l'autre , la réalité te revient en pleine figure. Des exemple d'isolement, comme la Corée du Nord, nous entraîneraient immédiatement dans une pauvreté sans nom.
Le monde a changé, les 30 glorieuses ne reviendront pas, il faut s'y faire.
a écrit le 09/11/2015 à 15:41 :
Le seul au gouvernement qui a vraiment compris la hauteur des enjeux.Ce type est une pépite,j'espère qu'il ira loin.
Réponse de le 09/11/2015 à 21:55 :
Oui d'accord avec vous, mais quelles sont ses chances de faire vaciller l'édifice politique inculte économiquement. En tout cas de tout cœur avec lui.
a écrit le 09/11/2015 à 15:15 :
" les polémiques musclées entre les taxis et les VTC ou les hôteliers et les particuliers qui louent leur logement sur Airbnb."
Hors sujet !! on retrouve les mêmes polémiques partout dans le monde, même aux US !!!
a écrit le 09/11/2015 à 15:15 :
" les polémiques musclées entre les taxis et les VTC ou les hôteliers et les particuliers qui louent leur logement sur Airbnb."
Hors sujet !! on retrouve les mêmes polémiques partout dans le monde, même aux US !!!
a écrit le 09/11/2015 à 14:58 :
non mais elle est au bord de la guerre...comme beaucoup d'autres autour d'elle, on attrape ca un peu comme une maladie vénérienne ou des morpions, c'est trés difficile de s'en débarasser...
a écrit le 09/11/2015 à 14:48 :
Nous venons de comprendre, en Europe , que le nouveau Paradigme Directeur est la Vitesse. Et Monsieur Macron est l'un des très rares à l'avoir compris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :