La France pourrait ne jamais se reconfiner, selon Olivier Véran

 |  | 787 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
« Si notre action porte ses fruits, aujourd'hui elle porte un certain nombre de fruits, alors nous ferons reculer cette échéance. Viendrons ensuite des jours meilleurs, printaniers », a affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran sur franceinfo, tout en maintenant les prévisions de vaccination.

Attendu avec crainte et souvent rejet par les Français, le troisième confinement pourrait ne pas avoir lieu. Il est possible que la France ne soit "jamais reconfinée" face à l'épidémie due au coronavirus, a déclaré mardi Olivier Véran. Interrogé sur franceinfo, le ministre de la Santé a jugé que la situation sanitaire en France était "la même qu'il y a deux semaines", lorsque le président Emmanuel Macron et le gouvernement ont choisi de ne pas reconfiner le pays mais de se contenter de durcir certaines mesures.

"Si notre action porte ses fruits, aujourd'hui elle porte un certain nombre de fruits, alors nous ferons reculer cette échéance. Viendrons ensuite des jours meilleurs, printaniers, (...) et surtout dans l'intervalle nous vaccinons", a dit Olivier Véran. "Il est évidemment possible qu'on ne soit jamais reconfiné."

Le ministre de la Santé a affirmé qu'entre 3,5 et 4 millions de Français auraient reçu une dose de vaccin contre le COVID-19 d'ici fin février, alors que le précédent objectif se situait dans une fourchette plus large de 2,4 à 4 millions.

> Lire aussi : La course aux vaccins

"Nous serons entre 3,5 et 4 millions de Français qui auront reçu une primo-injection" à la fin du mois, a-t-il dit.

Selon les données publiées lundi soir par le ministère de la Santé, 1,92 million de personnes en France ont désormais reçu une première dose de vaccin et quasiment 300.000 ont reçu le rappel. (Nicolas Delame et Bertrand Boucey, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

La prolongation de l'état d'urgence sanitaire en débat

Sur le plan législatif et juridique, le Parlement s'apprête à donner mardi son feu vert à une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin, mais nombre de parlementaires traînent des pieds, jusque dans la majorité.

Créé en mars 2020 face à l'épidémie, l'état d'urgence sanitaire est la base notamment du couvre-feu national à 18H00. Ce régime "boîte à outils" permet aussi les mesures de restriction ou d'interdiction des déplacements, des rassemblements ou des ouvertures des établissements, sur tout ou partie du territoire, ainsi que possiblement des confinements partiels ou complets de la population.

A rebours d'Olivier Véran, Jean Castex était, lui, beaucoup plus mesuré indiquant que l'exécutif n'hésitera "pas à prendre (ses) responsabilités" en cas de "dégradation forte et rapide" des indicateurs sanitaires, a affirmé le Premier ministre. Notamment face aux variants, "les prorogations successives sont une nécessité, pas un échec, pas un gadget", a insisté le secrétaire d'Etat Adrien Taquet devant les députés.

L'urgence sanitaire a été en vigueur du 23 mars au 10 juillet 2020, puis réinstaurée le 17 octobre dernier. Le Parlement l'a prorogée jusqu'au 16 février, d'où la nécessité de ce nouveau vote.

Tous les groupes politiques de l'Assemblée, hors majorité, ont annoncé un vote contre ce nouvel allongement de trois mois et demi. Du terrain, les parlementaires relayent la lassitude de la population et le ras-le-bol des restaurateurs, stations de ski ou encore des étudiants, voire les menaces de désobéissance.

Au-delà, droite comme gauche dénoncent une "banalisation" de ce régime particulier. "Le gouvernement doit prendre des mesures, bien sûr, mais il ne doit pas nous entraîner dans des tunnels où le Parlement ne peut se réunir et évaluer l'action publique", fait valoir le député LR Philippe Gosselin. Le Sénat dominé par la droite avait donné son accord, en première lecture, pour une prorogation jusqu'au 3 mai... et prévu un vote du Parlement au bout d'un mois en cas de reconfinement, en vain.

A l'unisson des associations de défense des libertés publiques, le communiste Stéphane Peu est "inquiet de l'accoutumance du gouvernement au régime dérogatoire à l'État de droit", dans lequel "la France se sera trouvée le plus clair de son temps depuis 2015" avec alors l'état d'urgence post-attentats.

"Ça fait un an qu'on bride la démocratie. Ce n'est plus possible qu'un seul, Emmanuel Macron, décide pour tout le monde", estime aussi le patron du PS Olivier Faure.

Au sein même de la majorité, quelques nuances se font entendre. Le groupe MoDem réclame "la transparence dans les réponses et les chiffres".

"Nous ne pouvons pas donner tous les trois ou quatre mois de chèque en blanc au gouvernement sans débattre du fond de cette stratégie sanitaire", tonne Olivier Becht, patron du groupe allié Agir, qui ne voit pas la France "traverser toute l'année 2021 uniquement avec des mesures de confinement, de déconfinement, de reconfinement ou de couvre-feu".

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2021 à 15:22 :
Ne jamais dire jamais !
a écrit le 09/02/2021 à 15:15 :
Attendons. Après tant d'annonces contredite par eux même on est plus a une prêt... Personnellement je me pose une petite question, depuis le 7 février les masques en tissus sans normes sont interdit a l'école car soit disant inefficace contre les variants (même si pour moi ceux si n'était pas non plus efficace contre le précédent mais contre nos portillons...) pourtant sur public sénat séance du 9 février nombreux sont nos ministres et sénateur a porter encore ces masques en tissus... Encore un "faites ce que je dis pas ce que je fais"... un peu comme demander a être moins de 6 adultes pour Noël et organiser un repas pour 11 ministres et 1 président qui a du mobiliser des centaines d'adultes en ajoutant les cuisiniers, serveurs, photographes, gardes du corps, chauffeurs...
Vivement mai 2022
a écrit le 09/02/2021 à 14:22 :
faute de mieux pour tenter de faire oublier moulte couacs
a écrit le 09/02/2021 à 13:55 :
Moi y en a plus de sous ... Le confinement à été la connerie de Macron et son conseil de de defense de charlots de la faculté dont Véran est la façade suffisante . Pas certain que le vaccin suffise , mieux vaudrait un médicament efficace . Comme un bon nombre refuse le vaccin surtout que ces vaccins ne sont pas tous aussi efficaces la circulation du virus va persister avec des hauts et des bas un temps indéterminé . La seule solution est de continuer à vivre en restant prudent et protégeant au mieux les plus fragiles sans mesures antidémocratique . Laissez vivre tous les français . Ils sont capables de gérer leurs risques sans les bobos rapaces de la si généreuses médecines des nababs antisociaux
Réponse de le 09/02/2021 à 15:24 :
Le confinement de mai a porte ces fruits. Celui de novembre a servis a rien, il n'était qu'un dodo boulot donc on se le partageait entre maison et travail, école...
Personnellement je pense que les entreprises et nous aussi on aurait largement préféré et plus facilement vécu si des dates de 1 semaine ou deux de confinement dur avaient été décide tout les x semaines. Entre les 2 tout est ouverts ("inutiles" compris), les restaurateurs tourismes... ne se demanderaient pas aujoird'hui si ils devraient pas allez ouvrir un restaurant en Corée du Nord plutôt que de continuer a espérer dans notre pays de liberté...
a écrit le 09/02/2021 à 13:04 :
bien
ils commencent a etre un peu pragmatiques, sont un peu moins dans la doctrine, et se rendent un peu plus compte qu'il va y avoir plein de pbs encore plus grave si la france continue sur cette voie
ils deviendraient presque raisonnable
mieux vaut tard que jamais, meme si la facture va etre tres tres lourde a bcp de niveaux
maintenant on verra le passage de la parole aux actes, ca sera le juge de paix
Réponse de le 09/02/2021 à 15:28 :
"Plus raisonnable"? Vous appelez ces fermetures depuis bientôt 6 mois de commerces tel que les restaurant, bar, discothèque, et maintenant les commerces non indispensable dans les hypermarché avec hypermarché restez ouvert "raisonnable"?
Et bien je sais pas ce qui est raisonnable moi...
a écrit le 09/02/2021 à 12:44 :
Mr CASTEX prouve une fois de plus son irresponsabilité et son incompétence. Se contenter de dire que l'exécutif prendra ses responsabilités, ce n'est pas ce que les français attendent d'un premier Sinistre. A force de trop vouloir crétiniser les français, on s'aperçoit que la contagion s'est avéré plus importante que prévu. Les français attendent de l'exécutif des réponses claires concernant le vaccin, les origines de cette pandémie, etc... Pour le moment, rien de concret. Que des supputations de la part de nos pseudos experts scientifiques qui passent plus de temps dans les médias que dans leur services respectifs. En 1 mot, quand on ne sait pas, on la ferme, ceci étant valable aussi bien pour nos politiques que pour nos scientifiques.
a écrit le 09/02/2021 à 12:09 :
Et oui on a bousillé l'économie de 2020 pour rien. On a flingué l'année scolaire de millions d'enfants pour rien. Par incompétence et pour rassurer les vieux.
a écrit le 09/02/2021 à 12:08 :
Douche ecossaise garantie. C'est ca la micronnie, un coup blanc, un noir etc....et personne ne reagit. Vous serez recon fines, n'en doutez pas.
a écrit le 09/02/2021 à 11:35 :
Moi je suis même pour qu'on annule carrément les deux premiers confinements et qu'on réouvre les ikea qu'on puisse avoir des lits de plus.
a écrit le 09/02/2021 à 11:19 :
Quand on a senti le vent du premier boulet, on se méfie des bordées suivantes. Il faudra sans doute plus qu'un parapluie pour se protéger. Il n'est jamais sans danger de jouer avec la foudre, même pour Jupiter.
a écrit le 09/02/2021 à 10:44 :
Le problème de ces allégations c'est qu'elles ne tiennent que le temps d'être en "responsabilité"!
a écrit le 09/02/2021 à 10:24 :
M Veran devrait regarder de l'autre coté des Alpes. L'italie a reouvert dans pratiquement toute la péninsule les restaurants et bars la journée jusqu'à 18h et voudrait ouvrir aussi le soir à la fin du mois de février. Les fitness rouvrent fin du mois. L'épidémie baisse bien et il n'y a pas la panique de l'Etat sur lesvaccins et les variants. A méditer sur l'incompétence de M Veran.
a écrit le 09/02/2021 à 10:19 :
Oui il vaut mieux cela avant les élections régionales mais ça ne devrait pas suffire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :