"La mère des batailles, c'est la justice fiscale" (Berger)

 |   |  285  mots
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a appelé mercredi le gouvernement à mettre en place "une vaste réforme fiscale" pour répondre à la crise des "gilets jaunes", estimant que "la mère des batailles, c'est la question de la justice fiscale" et qu'il faut "beaucoup plus de solidarité".

Réagissant sur France Inter à l'annonce par le Premier ministre de la prochaine tenue d'assises de la fiscalité, M. Berger a demandé "une vaste réforme fiscale qui fasse peser davantage l'impôt sur le revenu que sur les impôts indirects", car ils "pèsent sur les ménages les plus modestes beaucoup plus que sur les autres".

La question de la justice fiscale

"Dans l'immédiat", il a à nouveau demandé "une tranche d'impôt supplémentaire sur les très hauts revenus", car il faut "beaucoup plus de solidarité de ceux qui gagnent beaucoup". Interrogé sur la possibilité d'instaurer une tranche supérieure taxée à 75% au lieu de 57% actuellement, il a estimé qu'il fallait "discuter, mais ça peut être 60%".

"Il faut également que la transmission de patrimoine soit davantage taxée", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agirait des personnes ayant "beaucoup de patrimoine", car "50% du patrimoine est détenu par 10% de la population".

"La mère des batailles, c'est la question de la justice fiscale", a-t-il insisté.

Estimant par ailleurs qu'il faut "recréer des espaces de discussion et de dialogue", il a invité les "gilets jaunes" à "passer de la colère à l'engagement" en rejoignant "les organisations qui portent des propositions".

Il a appelé à "remettre du processus démocratique", car selon lui, "il y a trois choses qui vont nous péter à la figure: les inégalités sociales (...), la question écologique, environnementale (...) et la question démocratique", car "ce qui est en train de se jouer c'est aussi une forme de délitement démocratique".

"Évidemment il faut manifester de la colère à certains moments, de l'indignation", mais aussi "de la proposition et de l'engagement dans la responsabilité", a-t-il exhorté.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2018 à 9:46 :
C’est surtout de simplification et de plus de lisibilité qu’a besoin la fiscalité en France !!! Et ensuite interdire aux députés de donner cours à leur créativité débridée !!!
Réponse de le 07/12/2018 à 6:32 :
à 46.2% de prélèvements obligatoires il n'y a plus de fiscalité juste. Soit on étouffe les talents et créateurs de richesses en les taxant à outrance soit on écrase les petits revenus qui n'en sortent déjà pas. Il n'y aura pas d'autre moyen que de revenir en arrière sur la dépense publique. Tous les gouvernements le promettent mais aucun ne réussit à le faire.
a écrit le 06/12/2018 à 7:34 :
Cela fait 44 ans que les gouvernements successifs font de la "justice fiscale" et ruine la France et les Français ! La véritable mère des batailles, c'est la "fiscalité efficace" : proportionnalité, taux bas, suppression des niches fiscales, abandon de la progressivité et du mécano interventionniste consistant à créer des taxes puis médiatement des aides pour les compenser. Mais il faudrait licencier trop de fonctionnaires de Bercy, et faire changer de culture les énarques...
a écrit le 05/12/2018 à 18:26 :
Mais pourquoi s acharner sur les revenus du travail qui sont déjà taxés à 60-70% (en prenant en compte les charges salariales et patronales)

Il faudrait au contraire limiter les prélèvements à 30% des salaires pour que le travail paie et soit moins coûteux


Par contre il faut taxer les rentes : l’argent tombe du ciel (ou plutôt imprimer par la bce) qui a fait exploser les prix de l’immobilier et enrichie indûment les propriétaires.
=> le pire c est qu ils paient 0% d’impôt sur les plus values de leur résidence principale MÊME s’ils ne réinvestissent pas cet argent dans une autre résidence principale


Bref plutôt que de s’acharner sur ceux qui bossent taxons plutôt ce qui ne créent pas de valeur et qui profite des taux bas et de la bulle immobilier pour s’enrichir
Réponse de le 05/12/2018 à 21:11 :
Ils ne le feront pas. Vous croyez qu'un président ou un premier ministre travail? Il peuvent donner des avis dans le guide Michelin ils sont tout le temps à l’Étrange. Par contre avec leur payent énorme qui ne le servent à rien vu que ce sont nos impôts qui leur paye tout, vous pensez pas qu'il place leur argent sur un livret A? Il ont des actifs immobilier et des action en bourse... En gros ils défiscalise leur argent et nous fiscalisent nous au maximum!
a écrit le 05/12/2018 à 16:09 :
Ce n'est pas nouveau et la réforme et simplification fiscale étaient, de memoire, dans le programme du PS, ceci dit la hausse de la csg était dans le programme de en marche et sur l'autre bord on avait la hausse de la TVA, ce qui n'est pas mieux côté justice fiscale, mais est plus indolore. L'impôt sur le revenu est plus rationnel, mais a été rendu quasi marginal en raison de toutes les exonérations et autres subtilités. Dont aussi celle des comptes off France dont certains élus usent. Une remise a plat et des réformes justes semblent indispensables, une fois le calme revenu. De toute façon le problème n'est pas celui des taxes depuis longtemps à saturation, mais celui de la réduction des dépenses et là les syndicats pourraient faire preuve de bonne volonté en aidant à engager des réformes structurelles. Vaste chantier.
a écrit le 05/12/2018 à 14:29 :
La première chose à faire à mon avis est de revoir le principe de non affectation des recettes aux dépenses (et de gratuité des services publics) car il n'y a plus consentement à l'impôt. Il faut probablement affecter des redevances (ou à défaut des taxes) explicites à l'unité d'œuvre pour le financement de tous les services publics. Une TVA de base pourrait être affectée au financement de la nouvelle retraite nette d'impôt par exemple (sans doute en complément d'un revenu universel financé par l'impôt direct), la TICPE au financement des routes (avec une contribution au budget de la santé à calculer avec des experts), un tarif à l'année-élève pour l'enseignement, un vrai abonnement pour le remboursement des soins, une TVA sur les produits (au-delà de la retraite) pour la protection des biens, etc...Ensuite il faut une grande lessiveuse à redistribuer entre personnes physiques avec en recettes les impôts directs (IRPP, CSG, cotisations non contributives...) et en dépenses tout ce qu'on donne ou donnera (RSA, AF, prime d'activité, chèque scolaire, chèque santé..). Là ce sera beaucoup plus clair et chaque budget annexe devra être équilibré.
a écrit le 05/12/2018 à 13:43 :
Berger est le type de syndicaliste qui ne sert à rien. Il signe tout ce qui bouge.Il se dit réformateur, oui mais pour les patrons, et détruit les acquis des salariés. il ferait mieux de dégager lui aussi. Ce type est la honte du syndicalisme français. Il préfère les palais que les chaines de montage. Il nous fait vomir rien qu'en l'écoutant parler. Dégage Berger.
a écrit le 05/12/2018 à 12:07 :
L'impôt sur le revenu n'est payé que par 42 % des contribuables et la TH par 20%.
Monsieur Bergé veut donc faire payer l'IR par tous les français? Une solution , fusionner l'IR avec la CSG et rendre ce nouvel impôt progressif mais non confiscatoire.
Un impôt simple qui rendrait obsolète l'impôt à la source qui va tant complexifier la vie des entreprises et celle des français.
La TVA si décriée est un impôt qui touche la consommation. Elle pourrait être augmentée sur les produits importés qui pénalisent notre commerce extérieur , ce qui permettrait aux entreprises françaises de retrouver un peu de compétitivité et alléger la TVA sur les produits de première nécessité.
Réponse de le 05/12/2018 à 14:34 :
Bien voir que si on retire des impôts directs les allocations on a un système algébrique. Ainsi un impôt peut être à somme nulle et dans ce modèle une droite peut être un impôt progressif (il suffit qu'elle commence dans les négatifs).
a écrit le 05/12/2018 à 11:56 :
Pétition : Les Foulards Rouges demandent le rétablissement de l'ordre public et des libertés individuelles : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-d%C3%A9fendons-la-r%C3%A9publique-et-exigeons-le-retour-de-l-%C3%A9tat-de-droit
Réponse de le 05/12/2018 à 12:54 :
Foulard rouge de chez Hermès ?
a écrit le 05/12/2018 à 11:19 :
Modifier les tranches ok MAIS pas à la facon BERGER qui veut deresponsabiliser plus de la moitie de la population qui se moque des impots ils n'en paient pas . Inversement ils faut responsabiliser les riches Un exemple une amende de 135 € represente 11% de leur revenu alors que pour le depute qui a vote la loi cela ne represente que 2% de son revenu donc comme pour le 1 e cas il s'en fout ;
a écrit le 05/12/2018 à 11:17 :
La seule justice c'est de baisser les dépenses publics... Mais évidemment ce n'est pas un suceur de subventions qui va réclamer ça.
a écrit le 05/12/2018 à 10:52 :
Nous sommes déjà englués dans les nouveaux concept d'inégalité, de pouvoir d'achat, et maintenant, c'est nouveau, cela vient de sortir, la justice fiscale.. dans un pays où plus de la moitié des ménages ne paient pas l'impôt sur le revenu.. Vaste réforme fiscale, pourquoi pas, mais surtout revue de la dépense publique qui fait crever ce pays, 1300 milliards d'euros chaque année, 40 000 euros chaque seconde, 1600 euros par français et par mois, ...et que des insatisfaits, sans compter tous ceux qui ne voient pas passer l'argent. Comment voulez-vous que le secteur privé finance de telles gabegies (57% du PIB)!
a écrit le 05/12/2018 à 10:46 :
La CFDT est le syndicat dont les sympathisants ont le plus voté Macron au ...premier tour de la présidentielle. D'après une réalisée pour Liaisons sociales, ils l'ont fait à 48%.
Réponse de le 05/12/2018 à 12:50 :
que la CFDT ne s'est pas montrée d'une virulence extrême pour défendre les droits et acquis des travailleurs face aux réformes macroniennes.

Et cela a beaucoup compté dans le discrédit du syndicat CFDT, pour complaisance, (CGT, Sud, FO pour insuffisance de résultat).

Quand vos organisation syndicales vous lâchent, parfois en rase campagne, que votre député vote comme un zombie, que votre maire ne peut rien faire parce qu'il est plus fauché que vous, il ne vous reste plus que le gilet jaune pour vous faire entendre.

Mr Berger peut discuter écologie et politique pendant des mois avec les importants du gouvernement, aux yeux des gilets jaunes ça n'existe pas.

Les GJ refusent que des "porte parole" négocient quoi que ce soit en leur nom, ce n'est surement pas pour donner mandat à Berger.

En fait la CFDT c'est plus une partie du problème que de la solution.
a écrit le 05/12/2018 à 10:44 :
Comment peut-on encore oser passer dans les journaux des interviews de Bergé ? Son travail a été de s'en prendre à la CGT dans les entreprises, point. Adepte de la loi sur le travail qui casse les droits des salariés, adepte de la retraite par points qui casse la solidarité, etc ... Ce réac est soutenu à fonds par les médias (rachetés par des gens sans scrupules). On lui colle l'étiquette de "réformiste", qui rappelle étrangement l'étiquette "progressiste" de Macron ! Avec des réformistes ou progressistes comme ces deux -là, on voit l'avenir de la France ! Bergé, c'est une façon de diffamer les syndicats ... Résultat : des mouvements prennent le relais via les réseaux sociaux. A force de museler les gens on récolte ce que l'on sème ...
Réponse de le 05/12/2018 à 10:49 :
Ne pas confondre Berger et Bergé: rien à voir!
Réponse de le 05/12/2018 à 11:15 :
La cgt est la principale responsable de notre destruction du secteur productif avec ses grèves à répétition qu ont conduit tous nos gouvernants â reculer devant toutes les réformes que nos voisins ont entrepris
Réponse de le 05/12/2018 à 17:32 :
@jean

"qu ont conduit tous nos gouvernants â reculer devant toutes les réformes que nos voisins ont entrepris"

Ils ont donc bien fait.Sinon, je me méfie de ceux qui évoquent continuellement le bienfait des réformes ce sont ceux qui sont rarement concerné par elles, est -ton cas ?
a écrit le 05/12/2018 à 10:06 :
Je ne comprends pas bien ce qu'il veut dire. Il y a déjà 50% des foyers qui ne payent pas d'impôt sur le revenu. Rajouter des seuils, je veux bien, mais attention, les cadres (entre 3 et 5 KEuros) est la catégorie la plus matraquée, et elle le sera encore plus s'il faut diminuer les impôts indirects payés par tous.
a écrit le 05/12/2018 à 9:24 :
Toujours nostalgiques des régimes confiscatoires dont les résultats e fait de bien être de la population ont toujours été catastrophiques.
a écrit le 05/12/2018 à 8:46 :
Voilà où notre société oligarchique nous a mené, vers des syndicats qui appellent à ne plus manifester.

Je pense que maintenant il est facile de comprendre pourquoi les syndicats français ont aussi peu d'affiliés hein et pourquoi malgré tout ils gardent la même importance au sein de la représentativité, parce qu'ils sont domestiqués.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :