La popularité de Macron chute rapidement, surtout auprès des sympathisants PS

 |   |  327  mots
Emmanuel Macron a lancé début avril son mouvement politique En marche!. Il cultive le mystère sur ses réelles intentions pour l'élection présidentielle de 2017.
Emmanuel Macron a lancé début avril son mouvement politique "En marche!". Il cultive le mystère sur ses réelles intentions pour l'élection présidentielle de 2017. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
57% des sondés jugent le ministre de l'Economie compétent, contre 63% un mois plus tôt. Seuls 36% des sympathisants du PS le voient capable "de sortir le pays de la crise".

La popularité du ministre de l'Economie Emmanuel Macron est en perte de vitesse, confirme un sondage Ifop pour Le Figaro à paraître mercredi 8 juin après "l'affaire du costard" et les révélations de presse sur son patrimoine.

Début juin, 57% des sondés ont jugé le ministre "compétent", contre 63% en avril, et ils ne sont plus que 54% à le juger "sympathique", contre 63% là aussi en avril, d'après cette enquête réalisée en ligne du 3 au 6 juin auprès d'un panel représentatif de 1.005 personnes âgées de 18 ans et plus.

Une série de couacs

Le désaveu est encore plus marqué auprès des sympathisants du PS interrogés: seulement 36% d'entre eux estiment désormais que M. Macron serait "capable de sortir le pays de la crise", contre 59% en juin.

Plusieurs couacs ont émaillé le parcours ascensionnel du jeune ministre. A commencer par un échange houleux avec deux militants hostiles à la loi Travail lors d'un déplacement à Lunel le 27 mai, à qui M. Macron avait rétorqué que "la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler".

Puis il y a eu la révélation par Mediapart et Le Canard Enchaîné que son patrimoine allait être réévalué par le fisc, l'amenant à payer l'ISF avec rétroactivité sur 2013 et 2014.

>>> Pour aller plus loin : Comment Emmanuel Macron a franchi le seuil de l'ISF

La semaine dernière, deux précédents sondages, l'un de TNS-Sofres pour le Figaro Magazine et l'autre d'Elabe pour Radio Classique et Les Echos, avaient également fait état d'une baisse de la cote de popularité de l'ancien protégé de François Hollande.

M. Macron, qui a lancé début avril son mouvement politique "En marche!" et qui cultive le mystère sur ses réelles intentions pour l'élection présidentielle de 2017, a implicitement attribué ces "polémiques" et "attaques injustes" à la menace politique qu'il représenterait à gauche.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2016 à 19:12 :
chute pas grave !!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/06/2016 à 19:02 :
macron est comme Villepin en son temps
un produit comme une lessive
qui voudrais laver plus blanc que les autres
mais apres deux lavages le constat est le produit apporte plus de corosion interne que les autres
a part les medias qui reçoivent la pub pour la marque
les utilisateurs dise niet au produit
quand on se souvient de la garantie de hollande
tout cela est a jeter
a écrit le 08/06/2016 à 17:03 :
Bilan de l'agitation de Macron, qui va se dégonfler vite fait et devenir micron, à part des bus sur les autoroutes ?
a écrit le 08/06/2016 à 14:34 :
Et encore, ce n'est que le début... Personnage un complètement faux qui n'est pas ce qu'il prétend être... plus on dévoilera l'envers du décor, plus il s’effondrera...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :