La surtaxation des CDD décidée par Valls fait hurler le patronat

 |   |  1004  mots
Le Premier ministre Manuel Valls fait hurler les organisations patronales en décidant d'imposer une sur-cotisation assurance chômage aux entreprises qui emploient des CDD courts.
Le Premier ministre Manuel Valls fait hurler les organisations patronales en décidant d'imposer une sur-cotisation assurance chômage aux entreprises qui emploient des CDD courts. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Parmi les mesures destinées à calmer la colère des jeunes sur le projet de loi Travail, Manuel Valls annonce une sur-cotisation patronale d'assurance chômage pour les CDD. La CGPME dénonce "un coup de poignard" et menace de quitter les négociations sur l'assurance chômage.

Un pas en avant, deux pas en arrière, c'est la... valse du Premier ministre sur la loi Travail. Afin de calmer les organisations de jeunes qui continuaient à appeler à défiler contre la loi Travail, le premier ministre à lâché du lest ce lundi 11 avril en présentant tout un catalogue de mesures destinées à aider les jeunes en difficulté et à mieux les insérer sur le marché du travail.

Parmi ces mesures, l'une fait particulièrement réagir les organisations patronales: la surtaxation des contrats à durée déterminée courts. En d'autres termes, Matignon a décidé qu'à l'avenir, les entreprises qui recourent aux CDD courts subiront une sur-cotisation d'assurance chômage.

Le Premier ministre part du constat suivant:

"Aujourd'hui, 87 % des embauches se font en CDD et sur des contrats de plus en plus courts. Ce phénomène touche particulièrement les jeunes. La modulation des contributions patronales à l'assurance chômage constitue un instrument efficace de lutte contre la précarité en renchérissant le coût des contrats courts. C'est pourquoi la loi de sécurisation de l'emploi du 14 juin 2013 en a ouvert la possibilité qui a été expérimentée par la convention d'assurance chômage signée en 2014.

Sans remettre en cause les prérogatives des partenaires sociaux pour définir le barème et le champ d'application de la sur-cotisation, le Gouvernement va rendre obligatoire et non plus optionnelle la modulation. Un amendement en ce sens sera déposé au projet de loi travail. Cette modification exprime clairement la volonté du Gouvernement de lutter contre la précarité et de privilégier l'embauche en CDI, notamment des jeunes".

 Une sur-cotisation partiellement en vigueur depuis 2014

De fait, utilisant "l'option" autorisée par la loi de juin 2013, patronat et syndicats, gestionnaires de l'assurance chômage, ont décidé en 2014 d'introduire une sur-cotisation patronale d'assurance chômage.  Depuis cette année là, la cotisation d'assurance chômage (dont le taux normal est de 4%)  est modulée en fonction du type de contrat de travail et de sa durée. La contribution est ainsi majorée pour les CDD courts de moins de trois mois. La majoration varie entre 0,5 et 3 points selon le type de contrat. Mais des pans entiers des contrats courts sont exonérés de cette majoration, tels les emplois saisonniers et les contrats d'intérim. Résultat, l'Unedic récupère moins de 100 millions d'euros sur un budget annuel de... 35 milliards d'euros.

Cette sur-cotisation "optionnelle" va donc devenir obligatoire... C'est exactement ce que souhaitaient des organisations syndicales comme FO (qui prône un bonus/malus) et la CGT dans le cadre de la renégociation en cours de l'assurance chômage qui doit être conclue pour le 30 juin prochain.

En revanche, c'est peu de dire que dans le camp patronal la mesure est très mal prise. La CGME notamment se montre très virulente:

"Le Premier Ministre n'hésite pas à pénaliser financièrement la majorité des créations d'emplois qui se font aujourd'hui à plus de 80% en CDD. Au lieu de s'interroger sur les raisons qui poussent les employeurs à embaucher en CDD et de regarder comment les inciter à préférer les CDI, le gouvernement choisit la voie de la sanction financière. Les mêmes causes produiront les mêmes effets : la taxation des CDD décidée en 2013 n'a en rien enrayé le phénomène CDD mais a, sans aucun doute, contribué à dégrader plus encore le marché de l'emploi.  En juin 2015, le gouvernement avait pourtant assoupli les conditions de renouvellement de ces CDD qu'il veut aujourd'hui taxer davantage !"

Sans parler du fait que, la semaine dernière encore, la CGPME et les artisans employeurs de l'UPA étaient satisfaits des amendements apportés au projet de loi travail assouplissant les conditions de validité des licenciements économiques dans les PME/TPE. Une semaine après, c'est la soupe à la grimace.

La CGPME est parfaitement dans son rôle en réagissant de la sorte. Mais elle va peut-être un peu vite en besogne. Dans les intentions du Premier ministre, il ne s'agit pas de "taxer" tous les CDD mais plutôt les CDD courts - qui d'ailleurs coûtent très cher à l'assurance chômage. Il reviendra justement aux partenaires sociaux de déterminer les futures règles de sur-taxation. Rien ne les empêche d'épargner les CDD d'une certaine durée.

La CGPME menace de quitter les négociations assurance chômage

Mais la CGPME refuse même le principe d'une telle négociation:

"Quant à imaginer, comme l'entend Matignon, que les partenaires sociaux "définissent  le barème et le champ d'application de cette surcotisation au travers d'une augmentation de la cotisation chômage", la CGPME refuse d'être complice de ce coup de poignard porté dans le dos des entreprises. La Confédération des PME posera donc prochainement à ses instances la question de son départ de la négociation en cours sur l'assurance chômage. Le gouvernement assumera ses décisions. Y compris les plus stupides."

L'organisation patronale menace donc clairement de quitter la table des négociations. Mais attention, pratiquer la politique de la chaise vide n'empêchera en rien les discussions sur l'assurance chômage de continuer. Et, dans le pire des cas, si l'ensemble des organisations patronales décidaient de boycotter la négociation, alors le gouvernement reprendrait la main et appliquerait par décret des mesures temporaires afin que les demandeurs d'emploi continuent d'être indemnisés.

Parmi les autres mesures en faveur des jeunes annoncées par le Premier ministre, on notera que les jeunes d'origine modeste titulaires d'une bourse pourront demander sa prolongation, après avoir obtenu leur diplôme et en attendant de décrocher un emploi -- mais pour quatre mois maximum. Quelque 126.000 jeunes pourraient être concernés, selon le gouvernement. D'autres dispositions concernent l'aide au logement et et la formation. Au total, selon Manuel Valls, ce plan représente un effort financier compris entre "400 millions à 500 millions d'euros" par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2016 à 12:36 :
Tout compte fait, c'est une taxe sur le premier emploi des jeunes. Subvention d'un coté, taxe de l'autre. Cela occupe l'administration et ses 5,5 millions de fonctionnaires.
a écrit le 14/04/2016 à 9:19 :
Pour légiférer utile on pouvait espérer une mise en place du contrat de travail unique propose par notre prix Nobel, il fallait du courage politique et les socialistes n'en ont pas. Parler d'esclavage avec un smic a 1 500€, le plus haut du monde, est le mot le moins approprié pour ce qui est de la France. En revanche on eut se poser cette question pour les pays qui nous livrent des chemises à 4€ sur nos marchés !
a écrit le 14/04/2016 à 9:00 :
Un accès plus facile à l'emploi grâce à plus de souplesse dans le contrat de travail permettait de faire reculer le chômage . Dès lors que la rue gouverne au lieu et place des députés (qui ne sont plus représentatifs des francais comme le prouvent les élections partielles et régionales ), FH déverse des cadeaux aux jeunes futurs chômeurs et bidouille les chiffres du chomage avec 500 000 contrats service civique et 126 000 prorogations de bourses de fin d'étude le temps d'arriver à l'élection présidentielle avec une baisse fictive du chomage conforme à la promesse de nullissime premier, ceci avec que des effets négatifs sur l'économie réelle.Quant à la taxation des CDD, pourquoi maintient il le systéme ruineux d'assurance chômage des intermittents du spectacle...ah oui la culture des voix n'a pas de prix !
a écrit le 13/04/2016 à 9:43 :
dans un meme temps , on nous dit qu'il y a 1,8 million d'emplois non pourvus ...;
vu l'enumeration , il semble assez evident que la majorite sont des emplois temporaires
( entre autre saisonniers ) ...donc manifestement en CDD ;
alors ?
il ne faut pas s'etonner que les metiers du cirque eux aussi se portent mal : pas la peine de se deplacer pour voir le spectacle : on l'a devant les yeux en permanence !
a écrit le 12/04/2016 à 21:14 :
Tout cela pour créer une nouvelle taxe.
a écrit le 12/04/2016 à 19:16 :
Ca du gouverner, on taxe ceux qui ont un emploi ( pas ceux du gouvernement, bien sur ) et on donne un chèque à eux qui se font du flic chaque nuit , sans crainte de nouveaux attentats, et pourtant quelle tentation !, mais ce serait la faute des autres naturellement. Et pourtant le syndicats ne crachent pas sur les CDDs, mais chut il ne faut pas le dire, ça ferait pas bien pour leur popularité
a écrit le 12/04/2016 à 19:02 :
Plus j'y pense au vu de la conduite absurde de cette réforme sur un tel sujet, plus je pense que ce gouvernement n'avait pas du tout l'intention de la faire, mais seulement d'apporter des gages à Bruxelles sur la conduite de réformes "de fond" pour ne pas se faire épingler. Seulement, si c'est malheureusement la raison, le PS a faux sur toute la ligne et devient totalement incrédible à force de volte-face. Et les cocoricos sur la réduction du déficit public devraient être un peu modulés, car si les taux d'intérêt ne remontent seulement que d'un point, vous allez voir le poids des intérêts sur les finances .......... Bon, ils ont toujours fonctionné à crédit sur notre dos, ils ne vont pas changé leur "logiciel" maintenant.
a écrit le 12/04/2016 à 15:34 :
Je pense que ce gouvernement est vraiment à la dérive. Il cède à tout mouvement de rue, notamment à l'UNEF financé en grande partie par les socialistes (et même par certains députés avec leur enveloppe parlementaire qui démontre ainsi le clientélisme à la française qui n'a rien à envier à la Grèce). Et en ne regardant pas la réalité en face, il continue de nous précipiter dans le gouffre du chômage (entre autre). Encore un an à tenir, mais que ça va être long !
a écrit le 12/04/2016 à 15:27 :
c'est aux patrons français de créer le désir pour leurs produits,sinon la demande restera atone.ils doivent monter en gamme et faire plus d'efforts pour etre attractifs,plutot que de se reposer sur leurs lauriers passés.alors il n'y aura plus de débat sur les cdd ,ni sur le montant des taxes a l'embauche.
Réponse de le 12/04/2016 à 16:07 :
Vous devriez devenir chef d entreprise au lieu d être une sangsue de la ripoblique

On pourrait croire que c'est une blague mais non ...
Dit avec l'humour de nos voisins British, c'est d'autant plus savoureux!


DÉCLARATION D'IMPÔTS !

Voici ce qu'a répondu un citoyen britannique sur sa déclaration d'impôts à la question :
Avez-vous des personnes à votre charge ?

Réponse :
- 2,1 millions d'immigrés illégaux,
- 4,4 millions de chômeurs,
- 900 000 criminels répartis dans 85 prisons,
- 650 crétins au parlement + la totalité de la Commission Européenne.

L'administration lui a renvoyé sa déclaration en disant que sa réponse était inacceptable.
Le contribuable ne s'est pas dégonflé, il a répondu par écrit : Pourquoi, j'ai oublié quelqu'un ?
Réponse de le 13/04/2016 à 9:47 :
et bien : allez y !
créer est un droit , aussi en France ; et une enveloppe Soleau pour vous proteger , , celà ne coute que 15 euros .
a écrit le 12/04/2016 à 13:44 :
Ce gouvernement est toujours aussi pathétique. Heureusement qu'il est du côté de la morale... J'ai fui la France il y a 3 ans et je remercie Dieu chaque jour de m'avoir donné cette chance. Ce pays de fonctionnaires, de gauchos archaïques, d'hypocrites, de privilégiés de l'état, d'assistés, de jaloux et j'en passe n'a plus beaucoup de possibilités pour éviter la banqueroute. La manie taxatrice finira par achever la bête. Bravo la gauche! Depuis 1981 vous démolissez ce pays mais bientôt il ne restera plus rien debout pour assouvir votre rage destructrice. Vous aurez un champ de ruine.
Réponse de le 13/04/2016 à 11:37 :
"J'ai fui la France il y a 3 ans et je remercie Dieu chaque jour de m'avoir donné cette chance".

J'espere qu'avant de faire ta prière , tu as remboursé avec effet retroactif tout ce que notre pays t'as donné depuis ta naissance.
a écrit le 12/04/2016 à 13:44 :
Qu'importe, on embauchera encore moins, c'est tout.
Réponse de le 13/04/2016 à 11:40 :
C'est donc du chantage et non une histoire d'activité en berne , merci de l'avoir confirmer .
a écrit le 12/04/2016 à 12:59 :
le socialisme français doit s'arrêter où commence l'argent des autres ;-(
a écrit le 12/04/2016 à 12:21 :
Le conséquence sera une diminution des CDD pour compenser "la taxe" et une augmentation des chômeurs.
a écrit le 12/04/2016 à 9:21 :
Il ne faut pas hurler, mais se réjouir! Avec cette méthode, il torpille totalement les derniers espoirs de tout mou François de voir la courbe du chômdû s’infléchir. On va s'en débarrasser en mai 2017 !
a écrit le 12/04/2016 à 8:45 :
Choc de simplification?... Choc de confiance?... Surtout ce gouvernement a le chic pour tout louper... Je regarde ça d'Irlande où je viens de partir entreprendre et franchement je suis pris d'une envie de rire... C'est pas charitable je sais, et je pense à tous ceux qui ne peuvent pas partir.. Mais là en France vous êtes foutus... Attention, bientôt le choc de violence car les tensions vont grimper avant 2017...
Réponse de le 12/04/2016 à 11:09 :
Chaque pays a ses problèmes. Par exemple l'Allemagne avec sa sous-natalité et ses sous-investissements. L'Irlande ne semble pas en reste.
a écrit le 12/04/2016 à 8:40 :
Aucun fil directeur dans la politique du gouvernement: à l'heure où les caisses sont dans le rouge vif, que la politique de redistribution atteint 30% du PIB, que le chômage est max. dans un contexte pourtant très favorable (dollar élevé, cout de l'énergie etc..), chaque euro devrait être consacré à des projets qui augmentent la productivité du Pays. Las..
a écrit le 12/04/2016 à 8:32 :
Mais où ce gouvernement prend l'argent pour distribuer tous les jours des millions d'euros, sauf aux retraités, services de santés, enseignants...... Il devrait faire de la pédagogie pour l’expliquer.
Réponse de le 12/04/2016 à 13:01 :
Dans vos poches
a écrit le 12/04/2016 à 8:14 :
D'un problème ( le code du travail trop complexe), on passe à des mesurettes coûteuses et inutiles (en quoi des bourses créent-elles des emplois ?) qui ne résoudront en rien le problème du chômage. Ce gouvernement en plein délire mélange tous les problèmes.
a écrit le 12/04/2016 à 7:50 :
Le pouvoir est dans la rue! Les gauchistes ont attaqué le commissariat du 11e et une synagogue. Aucune réaction du gouvernement !
a écrit le 12/04/2016 à 5:16 :
Et pendant que le pays s'écroule, que le chômage augmente, que les français s'effondrent sous les impôts et taxes, le président s'amuse à l'Elysee avec une starlette américaine!
Réponse de le 12/04/2016 à 7:42 :
Et après avoir tout raté, après avoir ruiné le pays, Hollande veut se représenter pour approfondir ! Il avait pourtant juré de ne pas se représenter si le chômage ne baissait pas! Et vous l'avez cru !!!
Réponse de le 12/04/2016 à 11:06 :
@ Alain : N'exagérez pas, le pays était déjà ruiné bien avant que Hollande n'arrive.
Réponse de le 13/04/2016 à 11:43 :
"que les français s'effondrent sous les impôts et taxes"

D'ou la hausse énorme de bons français dans les stations de ski cet hiver,ah,ah
a écrit le 12/04/2016 à 4:30 :
Il fallait s'y attendre: une loi destinée à libérer un peu le travail se termine par de nouveaux carcans et une rage taxatoire. On avait pourtant espéré une prise de conscience, mais non, le socialisme retombe dans ses vieux travers et continue de couler le pays. La remontée de la France n'aura pas lieu.
a écrit le 12/04/2016 à 3:42 :
Je ne comprends pas le souci. Que les entreprises embauchent en cdi au lieu de cdd!
cdd=precarité pour un jeune,et pour un senior: pas d'emprunt pas de logement pas d'avenir, pas de salaire décent. Ce que veut le medef, c'est des esclaves c'est à dire des travailleurs non payés malléables tels des serfs . L'exemple de carlos tavares de psa qui a doublé sa paye après des charrettes massives de licenciement en est l'illustration parfaite

Le patronat râle car le cdd deviendra plus couteux que le cdi empechant l'esclavage
Réponse de le 12/04/2016 à 11:05 :
Le soucis, c'est que par cette mesure le travail en France devient encore moins compétitif par rapport à d'autres pays. Le soucis, c'est que cette mesure va encore favoriser les délocalisations et la non-création d'emplois en France. On nage en effet en plein délire.
Réponse de le 13/04/2016 à 10:51 :
Je partage votre point de vue. Il faut qu'un CDD coute beaucoup plus cher qu'un CDI. C'est de l'économie de l'incitation.
Les CDD coutent beaucoup plus chers à la société que les CDI (assurance chomage, accompagnement, impots, etc.). A un moment ça doit se payer.
Réponse de le 13/04/2016 à 11:46 :
@tom

"c'est que par cette mesure le travail en France devient encore moins compétitif par rapport à d'autres pays"

Et qu'est-ce que tu comptes faire à titre personnel pour améliorer la tienne ?
a écrit le 12/04/2016 à 1:00 :
C'est quoi déjà le dicton ?? Ah oui...
Je me dépêche d'en rire de peur d'avoir à en pleurer !!!
Nos dirigeants ont littéralement pété un cable c'est pas possible...
Stop à la démagogie la France coule petit à petit mon dieu 2017 vite !!!!
Réponse de le 12/04/2016 à 4:49 :
La panique ouvre la porte à toutes les lâchetés
a écrit le 11/04/2016 à 22:32 :
nous avons certes touchés le fond ...alors perdu pour perdu
a écrit le 11/04/2016 à 21:22 :
Il doit bien rigoler le Martinet en voyant la trouille de Valls! Martinet, 27ans, toujours en fac et toujours aucun de diplôme, qui fait trembler un premier ministre aux coups de menton légendaires!! de la trempe d'un Cambadelis qui avait copié la thèse d'un autre pour être, soit-disant, diplômé ! Tout ce beau petit monde se retrouvera au PS !
a écrit le 11/04/2016 à 20:57 :
Comment peut-on croire sérieusement qu'en surtaxant les CDD (contrats qui permettent par exemple de répondre à un surcroit d'activité et qui reste une porte d'entrée dans l'entreprise), on incitera à créer plus d'emploi en CDI...non, non : ça va juste dissuader de créer tout emploi ! LA hausse de la courbe du chômage a de beaux jours devant elle !
a écrit le 11/04/2016 à 20:50 :
Tiens tiens...
Je croyais que Hollande s'était engagé, juré promis craché, que la dernière hausse d'impôt était l'ultime !
Promis : pas de hausse en 2016 !
Bon, allez... sauf les hausses qui avaient été décidées avant...
Ben... même cette promesse là, il ne la tient pas !
Vivement 2017 !
Réponse de le 11/04/2016 à 23:23 :
Hollande tient ses promesses. C'est Valls qui augmente les taxes !
a écrit le 11/04/2016 à 20:40 :
A quoi peut donc bien servir un homme de l'Etat mis à part voler l'argent des autres?
Réponse de le 13/04/2016 à 11:50 :
Et comme "les autres" qui ont de l'argent l'on surement volé à d'autres plus faible qu'eux ....
a écrit le 11/04/2016 à 20:14 :
Plus la promesse faite au président de l'UNEF Monsieur Martinet de lui octroyer un poste de secrétaire d'état.
a écrit le 11/04/2016 à 19:05 :
Ca va faire mal aux emplois nécessairement saisonniers dans l'agriculture et le tourisme.
a écrit le 11/04/2016 à 19:02 :
Au départ la loi sur le travail était destinée à en alléger le coût. A l'arrivée on l'alourdit!! On voit immédiatement la démagogie! Finalement seules les manifestations gouvernent en France: cassez tout, battez_vous contre la police et vous gagnerez tout! Avis aux amateurs! Nous n'avons plus de gouvernement, justes des fantoches qui se gobergent à nos frais.
a écrit le 11/04/2016 à 18:40 :
C'est un mesure à la "munichoise" : vous n'aurez pas plus de CDI et vous aurez moins de CDD ! Au fait, c'est quoi le problème : calmer quelques irréductibles ou faire un petit quelque chose pour l'emploi ?
Réponse de le 11/04/2016 à 19:08 :
On recule sans résistance et on baisse son pantalon: c'est la devise de ce gouvernement d'irresponsables
a écrit le 11/04/2016 à 18:16 :
C'est avec des taxes que l'on va favoriser les embauches?
C'est nouveau.....
a écrit le 11/04/2016 à 18:11 :
Si j'ai bien compris le raisonnement de Valls, pour que les patrons embauchent, il faut surtaxer le travail!
Je ne suis pas un prix Nobel, mais j'avoue ne pas comprendre la pertinence de ce raisonnement! Il me semblait qu'un CDD était mieux que rien du tout... Et que nombre de CDD pouvaient déboucher sur des CDI. Mais je dois me tromper: la taxe est le seul remède que connaisse ce gouvernement !
a écrit le 11/04/2016 à 17:57 :
Franchement , ils sont à la ramasse . Le seul truc qu'ils veulent c'est nous énerver pour faire monter le FN ... On est pas dupe , même en squeezant la droite au 1er tour , on votera plus pour eux ... Ils vont se prendre la gamelle du siècle . Plus qu'un an ...'ça va aller vite ...
a écrit le 11/04/2016 à 17:32 :
hahahahaha
alors celle la elle est bonne! quand j'avais dit que le seul truc qui resterait dans cette loi c'est une surtaxe, on y va!!!!!!!!!!!!
la ou on va rire, c'est quand la proportion de cdd va effectivement drastiquement se reduire / cdi......... car plus personne ne proposera de cdd!!!!
( comme la crise a reduit les inegalites en appauvrissant les riches plus que les pauvres!!!! vive la crise!)
en tout cas, les espagnols et les italiens qui recuperent deja une bonne partie des investissements qui ne vont plus en france se frottent les mains!
c'est comme quand schroeder trouvait tres positif ( pour les allemands) que jospin fasse passer la france aux 35 heures... :-))))))))
la fete du slip continue! c'est encore une politicard qui gagne une tringle a rideaux!
a écrit le 11/04/2016 à 17:19 :
Pas de quoi HURLER à un an de la Présidentielle. Pas d'embauches du tout sera la réponse des PME/TPE. Du reste cela ne changera pas l'état d'esprit des petits patrons qui ont décidé depuis 2013 de lever le pied : croissance en berne, carnets de commandes peu remplis, difficultés à se faire payer, délais de paiements, taxation.....
C'est encore plus valable pour les professions libérales comme les médecins généralistes: panneau d'entrée: "nous ne prenons plus de nouveaux patients" et le tiers payant attendra !!!
a écrit le 11/04/2016 à 17:01 :
La courbe du chômage n'est pas prête de s'inverser.... c'est tout le contraire de ce qu'il faudrait faire.
Quelle catastrophe, ce gouvernement préfère donner des gages à sa majorité que de réformer le pays !
Réponse de le 11/04/2016 à 18:15 :
Disons que ce gouvernement ne sait plus quoi faire, toutes ses "solutions" ont échouées! Alors, tant qu'à faire de se saborder, autant saborder le pays avec!
Je plains les successeurs......
Hollande ( ou Valls) mériterait de repasser pour assumer....
a écrit le 11/04/2016 à 16:52 :
Heureusement que les socialistes ont un CDD. En 2017, ils pourront aller pointer au chômage. Compte tenu de leurs compétences, ils vont avoir des difficultés à trouver un emploi. Hollande a recasé Fabius , il faudrait qu'il accélère pour les autres ministres ou
députés. Il reste sûrement des planques , le conseil économique et social, dans l'administration, la diplomatie etc...
a écrit le 11/04/2016 à 16:50 :
C'est fou ce qu'on peut faire avec de la démagogie. ceux qui connaissent l'entreprise ( pas les étudiants et encore moins les lycéens) savent que ce n'est pas avec des taxes qu'on va favoriser les embauches. Ou les entreprises vont avoir recours au travail intérimaire ou elle vont sous traiter à l'étranger. Ce n'est pas des réformes qu'il faut faire c'est changer les cervelles de nos chères têtes blondes.
a écrit le 11/04/2016 à 16:17 :
Valls ne veut probablement pas qu' Hollande se représente. Avec de telles mesures notamment sur les CDD, les patrons de PME ne sont pas prêts d'embaucher, le chômage
a de beaux jours devant lui.
Réponse de le 11/04/2016 à 16:51 :
Lorsque je lis les arguments du MEDEF, de la CGPME ou autres organisations patronales, je les trouve totalement irrationnels. Sans avoir fait des études d'économiste, une entreprise, un artisan bref un responsable d'entreprise adapte son effectif et son appareil productif à son carnet de commande. Ce carnet de commande il a d'ailleurs intérêt à le remplir et à embaucher pour amortir et rentabiliser le coût de l'appareil productif (locaux, machines, stocks, taux d'occupation des machines ....). Alors, que les patrons disent qu'ils embaucheraient s'ils pouvaient licencier est d'une débilité absolue. Cela revient à dire qu'ils refusent sciemment des contrats, du travail, en n'embauchant pas car ils supposent qu'ils auront du mal à débaucher ! Si c'est cela le fond de leur pensée, pas de doute, plutôt que le code du travail, changeons les patrons !
Réponse de le 11/04/2016 à 17:45 :
" les patrons de PME ne sont pas prêts d'embaucher"

Faut savoir, je croyais qu'il n'y avait pas de boulot.
Réponse de le 11/04/2016 à 19:00 :
Quand allez-vous finir par comprendre qu'il faut de moins en moins de personnes pour fabriquer de plus en plus.
Et cela pour 2 raisons :
-le développement des technologies qui remplacent les hommes dans bientôt tous les domaines.
-nous sommes rentrés dans une économie de renouvellement qui n'a pour but que de remplacer le téléphone portable, la tablette tombée en panne, la vieille voiture, le canapé défraîchi,...
Si vous pensez que le chômage en France comme ailleurs diminuera en permettant aux individus de vivre correctement, ouvrez les yeux!!

Et s'il vous plaît, évitez nous le sempiternel; regardez l'Allemagne!!
Tu parles, un pays de vieux ou le choix des retraités s'est porté sur la mise en place de salaires miséreux pour les actifs.

Il y a un moment où il convient de regarder ou va le monde et d'en imaginer un autre.
Si vous pensez que les nations et la planète entière pourra suporter ce libéralisme alors, je pense que vous êtes faire preuve d'utopie!!

En conclusion et d'une manière plutôt philosophique, le pragmatisme est aujourd'hui dans la construction d'une nouvelle organisation economique et politique et le libéralisme faire preuve d'utopie.

Qui aurait pu croire qu'on en viendrai à l'imaginer?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :