Le chômage baisse en novembre

 |   |  411  mots
Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 0,1% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C progresse de 2,6%.
Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 0,1% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C progresse de 2,6%. (Crédits : Charles Platiau)
Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits a baissé de 0,8% le mois dernier, soit 29.500 de moins qu'à fin octobre.

Le nombre de demandeurs d'emploi a de nouveau reculé en novembre en France métropolitaine, après une stabilisation en octobre, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail et Pôle emploi, qui diffuseront ces données trimestriellement à compter de 2018.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité) a baissé de 0,8% le mois dernier pour s'établir à 3.454.100, soit 29.500 de moins qu'à fin octobre. En septembre, il avait reculé de 1,8%, diminuant de 64.800 sur le mois, soit sa plus forte baisse depuis le début de cette série statistique en 1996.

5,9 millions de chômeurs

En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi diminue en novembre de 0,1%, avec 4.600 personnes de moins en un mois, à 5.611.400 (5.919.200 en incluant les départements d'Outre-mer, également en baisse sur un mois).

Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 0,1% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C progresse de 2,6%.

Publication trimestrielle

L'évolution en dents de scie du nombre de demandeurs d'emploi a conduit la Dares et Pôle emploi à opter pour une publication trimestrielle de ces chiffres à compter de 2018, pour éviter que l'accent ne soit trop mis "sur des évolutions mensuelles qui sont du bruit plus que de l'information".

Cette évolution, bien qu'entamée bien avant le changement de gouvernement, fait écho au choix de la ministre du Travail Muriel Pénicaud de ne pas commenter cet indicateur, trop volatil et peu révélateur de l'évolution du marché du travail.

"Des résultats significatifs au bout de 18 à 24 mois"

Le gouvernement compte ramener le taux de chômage à 7% en 2022, notamment sous l'effet de l'assouplissement du droit du travail ou encore des réformes prévues de l'apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage.

Dans les colonnes du quotidien espagnol El Mundo ce mercredi, Emmanuel Macron a déclaré s'attendre à "des résultats significatifs au bout de 18 à 24 mois" après la réforme du code du travail.

Interrogé sur l'acceptation de sa réforme du code du travail, le président de la République a reconnu que "ce n'est pas une réforme facile", ajoutant néanmoins que "c'est une réforme claire" car annoncée pendant sa campagne, contrairement à ses prédécesseurs, adeptes de "l'agenda caché, ou des trahisons successives", a-t-il poursuivi.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2017 à 13:34 :
50%de taxe sur l energie du transport individuel cela devient tres cher pour les consomateurs ?MAIS il y a toujours une raison derriere chaque taxe ;1: la france n a pas de petrole donc importe, et ensuite cela ne peut qu inciter les gens a allez vers les voitures electrique, a chaqu un de voir sont intere MAIS D UN POINT DE VUE ECOLOGIQUE NOUS DEVONT ALLER TOUS VERS LES TRANSPORTS ELECTRIQUE NOTRE SANTE EN DEPEND???
a écrit le 30/12/2017 à 11:45 :
Vu les taux d'intérêt du moment cela est normal que le chômage baisse enfin.
Nous verrons ce qu'il en sera quand les taux remonterons.
Il y aura certainement des faillites en cascade, la pluspart des création d'entreprise ont été faites à crédit.
Il y a une belle difference entre 1,2% et 4,5% d'intérêts.
Les usuriers sont aux aguéts!
a écrit le 29/12/2017 à 8:53 :
La nouvelle equipe de bras casses de l'Elysee continue de prendre les francais pour des jambons. Les vieilles ficelles sont tjrs d'actualite. Changement de paradigme avez-vous dit ?
a écrit le 28/12/2017 à 20:16 :
Réformer le chômage en France reviendrait à réformer l' UE, hors c' est impossible, les fondamentaux sont viciés depuis le départ car l' UE ne vit que de transferts intra pays...

L'UE est irréformable ceux qui prétendent le contraire vous mentent. John Laughland, historien, directeur des Etudes à l’Institut de la démocratie et de la coopération confirme les analyse de François Asselineau fondateur de l'UPR. La sortie de L'UE de l'OTAN et de l'euro est inscrit dans le génome de l'UPR. http://www.upr.fr/ Source et description de la vidéo complète: ENL France Conférence ENL : Une autre Europe est elle possible ? Intégralité de la conférence organisée par le groupe Europe des Nations et des Libertés ( ENL) à Paris le 18 février à Paris autour de : - Gille Le Breton, député français au Parlement Européen, Docteur en droit de l'université Paris II, Docteur en Philosophie de l'université Paris IV, Professeur agrégé de droit public à l'Université du Havre ; - Xavier Moreau, entrepreneur, spécialiste de la Russie, auteur de "Ukraine, pourquoi la France s'est trompée" (à partir de 22') ; - John Laughland, historien, directeur des Etudes à l’Institut de la démocratie et de la coopération (à partir de 49'). Article 50 : http://www.upr.fr/lupr/article-50-du-... Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
https://www.youtube.com/watch?v=lZEOPXUvXHo
https://www.youtube.com/watch?v=wUYHd8rnhj4
a écrit le 28/12/2017 à 16:17 :
une fois retiré le zoom on s’aperçoit qu'on est sur le trait de crayon alors qu'avec presque 2% de croissance on devrait avoir de bien meilleurs résultats en matière de chômage.

On est encore dans les vieilles ornières de la croissance sans emploi, qui est le schéma classique neo-liberal et financiariste de nos trente dernières années.

Et puis on constate que les réformes Macron commencent a produire leurs effets délétères avec la multiplication des licenciements massifs, y compris dans des entreprises comme PSA qui tournent à plein et qui n'ont pas de problèmes de trésorerie, mais qui profitent de la loi pour transformer des CDI en emplois précaires.
a écrit le 28/12/2017 à 15:03 :
Comme d'habitude, il manque des cathégories... Notamment la D!

On oriente les chômeurs vers des formations et hop on ne les comptabilise plus comme chômeur. Omettre cette information revient tout simplement à prendre les gens pour des ... Et je ne parle même pas du fait qu'on pourrait ajouter la E...

En réalité le chomage est en train et va exploser en grande partie à cause des loi macron/hollande et macron. On nage en pleine hypocrisie..
a écrit le 28/12/2017 à 13:46 :
Vite un coup de com. brosse à reluire, et caresses laudatives, pour la grande sagacité des guides éclairés du Peuple qui ne sait pas combien il a de la chance d'avoir de pareilles merveilles aux manettes. La Corée du nord c'est loin ?
a écrit le 28/12/2017 à 12:26 :
la discrimination continuelle des départements d'outre mer est insupportable ; ou alors il faut élargir les analyses aux régions . cela aurait sans doute le mérite de donner une vision précise des réalités d'activité et potentiels des différents bassins d'emploi ,pour permettre d'orienter des politiques d'emploi adaptées et spécifiques aux situations locales .
quant à focaliser la com sur la catégorie A , c'est occulter volontairement le fait que l'emploi global dérive vers une instabilité et une précarité croissantes .
a écrit le 28/12/2017 à 10:02 :
"En septembre, il avait reculé de 1,8%, diminuant de 64.800 sur le mois, soit sa plus forte baisse depuis le début de cette série statistique en 1996".

Sauf qu'en septembre :
Les seniors, eux, sont à part, avec une stabilisation de leurs effectifs, le mois dernier, mais une hausse de ceux-ci en un an (+ 3 %).Pas de détail cette fois-ci sur cette population , bizarre.

En gros, on continue de liquider les CDI pour les remplacer par des emplois précaires.
Réponse de le 28/12/2017 à 14:33 :
Pour votre affirmation du 3 eme paragraphe ;
La réalité est pire et je ne peux pas en dire plus.
a écrit le 28/12/2017 à 9:39 :
Toutes les semaines il y a des annonces de plans sociaux massifs, et ca empire de mois en mois,

alors les mensonges de Pole Emploi et de l'Insee, les Français y sont habitués aux manipulations des politicards menteurs trafiqueurs de chiffres ...
Réponse de le 28/12/2017 à 10:35 :
J' ai vraiment pour eux et comme disait Farage, "les gens vont vous pendre et ils auront raison ..
https://www.youtube.com/watch?v=jbLFo02jlH8
Réponse de le 28/12/2017 à 13:34 :
Les plans sociaux font la une des journaux, rarement les ouvertures d'usines ou les plan de recrutement (hormis dans la presse spécialisée)
Réponse de le 29/12/2017 à 12:49 :
@ @ plan sociaux le 28/12/2017 à 13:34 :

des fermetures d'usines et des rétrécissements d'usines, c'est tous les jours, toutes les semaines, tous les mois depuis 15 ans ;

des ouvertures d'usines nouvelles , il n'y en a pas,

ce qu'il y a ce sont des déplacements d'usines par des actionnaires qui obtiennent des aides d'une région à une autre, d'une agglomération à une autre, d'une métropole à une autre ...

ces aides ruineuses sont gaspillées par les Président des Régions, les Présidents de communautés urbaines, les présidents d'agglomérations, les présidents de métropoles

tous ces pré-cités se battent entre eux tel un jeux malsain pour piquer telle ou telle entreprise à un voisin ou un adversaire politique,

l'on assiste à des situations de "guerres intestines" entre eux ...

le solde est négatif en matière d'emplois,

le cout est faramineux pour la société française car ces aides sont toutes financées par des emprunts, par de la dette sur le dos des Français

tout au plus ces déplacements d'usines recréent des sous-emplois précaires de substitution pour toucher les aides ponctionnées dans les impôts des contribuables naïfs ;
a écrit le 28/12/2017 à 9:08 :
Si le chômage est le principal problème en France, alors nous n'avons pas à nous inquiéter, car il oscille entre 8 et 10% depuis une bonne trentaine d'années. On nous dit en plus que l'économie se porte bien. Le chômage n'est donc pas la cause des crises. Pas de quoi donc mobiliser tous les moyens de l'état sur ce sujet subalterne.
a écrit le 28/12/2017 à 3:19 :
Il aura fallu du temps mais le résultat est là, grâce à Draghi et la BCE l'économie repart.
Il faut maintenant se méfier et résister aux pressions d'Outre-Rhin.
Le danger, une fois de plus, vient de là.
a écrit le 27/12/2017 à 21:04 :
Ne nous faites pas le coup des mini jobs à trois sous et des sous emplois à 10 heures par mois, ça suffit!
a écrit le 27/12/2017 à 20:54 :
l'effet ricardien joue a plein depuis que le nuisible en chef et sa clique d'incomptents dont les enfants etaient en prison ont degage.......... pour le reste ils ont cree 3 millions de chomeurs ' reels ou a venir', alors y a du boulot........
le chomage structurel francais est a 10%, et avec une fiscalite qui a fait disparaitre tout sens de l'initiative comme le rechauffement climatique fait disparaitre la banquise, et une ministre de l'education nationale qui interdit aux enfants de savoir lire ou ecrire, pour ne pas stigmatiser, et car son probleme c'est la theorie du genre, ca laisse un avenir sombre aux jeunes francais
Réponse de le 27/12/2017 à 22:08 :
Je ne sais pas ce que vous prenez mais il faut diminuer les doses de toute urgence..
a écrit le 27/12/2017 à 20:23 :
L’analyse n’est pas clair : merci d’indiquer les chiffres par métiers et par régions et en ventilant la catégorie ABC et avec des tableaux dynamiques et les variations
Les ministres peuvent bien faire ce travail à 30 000 euros par mois ? Non ?
Les Français valent bien ça non ?
Allez au boulot...
Réponse de le 28/12/2017 à 13:38 :
Les stats détaillées sont données par Pole Emploi et l'INSEE! Mais ce niveau de détail n'intéresse probablement le Français moyen (on ne va pas se mentir)
Réponse de le 28/12/2017 à 14:20 :
J’aime les détails pour comprendre ce que les politiques ont décidé pour les Français et les Françaises


Les résultats d’aujourd’hui sont l’oeuvre Des politiques décidés il y a plus de dix ans.

L’information détaillée et transparent est le rôle d’un gouvernement qui s’assume et qui choisie la bonne voie


C’est quoi la bonne voie ?


La démocratie
a écrit le 27/12/2017 à 19:30 :
Il y a deux lectures du chômage la lecture très politique celle qui donne des chiffres positifs, un positif à la marge, la catégorie A, puis une lecture réaliste pour ceux qui sont directement concernés et là nous touchons l'ensemble des catégories qui montre que la réalité économique de l'emploi est toujours aussi catastrophique que notre croissance crée peu d'emploi durable que nous sommes toujours à la traine dans l'UE.
Notre pays malgré bien des changements en matière fiscale, d'aides etc n'est toujours pas en mesure de relancer une activité et pour cause nous consommons ce que nous ne produisons pas la balance commerciale nous le rappelle chaque mois.
Si les chômeurs doivent être actifs cela ne sera pas suffisant car ils ne sont pas maître de l’action économique.
Si nous regardons nos manques, en haut de l’échelle des postes d’ingénieurs ce que nous n’arrivons pas à « produire » en quantité suffisante ou une fuite de certains de nos experts vers l’étranger, en bas de l’échelle les métiers de bouche ou à la personne des métiers mal considérés mal payés et souvent des métiers qui sont le kleenex de l’entreprise. Les réformes de l’assurance chômage de la formation et autres ne seront pas suffisantes pour donner à ces métiers une réelle place dans la vie économique.
Enfin tant que les banques n’auront pas changé de logiciel sous la pression de l’exécutif pour avoir de nouvelles offres en terme de prêts liés aux CDD rien ne changera. Je suis toujours très étonné de ne pas voir les banques autour de la table lorsque l’on parle de croissance par la consommation qui est la base choisie par les politiques et plus particulièrement nos deux amateurs de l’économie M. Mitterrand et M. Chirac. L’un comme l’autre plus occupés par leurs petites affaires de magouilles politiciennes et des cadeaux à crédit pour la course au bulletin de vote que par l’avenir de notre pays dont-ils se souciaient guère en dehors des discours toujours pompeux.
Enfin les ordonnances en dehors de l’ énorme cadeau fait aux patrons voyous ceux qui licencieront sur une base abusive et par contre une pénalité aux Entrepreneurs honnêtes mais qui devront se séparer d’une partie de leur staff pour de réelles raisons économiques, une pénalité de 25 points sur les 10 premières années, n’apporteront pas de croissance éventuellement un peu de souplesse et la encore rien de sur. L’exécutif dans les ordonnances a montré sa proximité avec les patrons voyous sous la pression de M. Gattaz? le plus mauvais représentant des Entrepreneurs qu’est connu notre pays celui qui a donné une très mauvaise image des chefs d’entreprises qui chaque jour se battent pour leur CA, pour leurs salariés.
Réponse de le 27/12/2017 à 21:10 :
Evidemment que nous sommes à la traine de l' Ue, comment-voulez-vos être compétitif avec des salaires à 400 euros à l' est, le gisement de nos emplois industriels est désormais là, merci Sarko, Hollande et au magicien Macron..

Avant que ça n' atteigne notre agriculture avec l' ouverture du CETA...

Si le chômage n’a pas baissé une seule fois en 7 ans, alors que le démantèlement de toute notre législation sociale bat son plein et que le patrimoine public est vendu à l’encan, c’est donc bien que les raisons de la montée inexorable du chômage ne se situent pas là où la Commission européenne, la BCE et « L’RPS » (nouveau surnom de « UMPS ») nous disent qu’elles se situent.

Comme le savent tous les adhérents et sympathisants de l’UPR, les vraies raisons du chômage sont dues aux traités européens, qui interdisent toute protection des marchés et qui autorisent toutes les délocalisations industrielles en mettant en concurrence frontale les salariés français avec les salariés de pays où l’on gagne 15 à 20 fois moins.

La prétendue « construction européenne » détruit le tissu économique français. l’article du Figaro du jour vient de le confirmer et de confirmer implicitement que la seule solution est bien de sortir de l’Union européenne et de l’euro.

Article à lire ici : http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/06/01/29002-20150601ARTFIG00003-en-sept-ans-le-chomage-n-a-pas-baisse-une-seule-fois.php
https://www.upr.fr/actualite/un-aveu-terrible-du-figaro-en-7-ans-le-chomage-na-pas-baisse-une-seule-fois

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :