Contrôle des chômeurs : les plans du gouvernement font polémique

 |   |  762  mots
Être au chômage donne droits et devoirs, a martelé mercredi le député La République en marche (LREM) Sylvain Maillard.
Être au chômage donne "droits et devoirs", a martelé mercredi le député La République en marche (LREM) Sylvain Maillard. (Crédits : Charles Platiau)
Le député de La République en mache, Sylvain Maillard, a défendu la position du gouvernement suite aux révélations du Canard enchaîné, indiquant que l'exécutif réfléchit à durcir le contrôle des chômeurs. L'opposition dénonce une politique du chiffre qui ne fera pas baisser le chômage.

Article mis en ligne le 27/12/2017 à 11h33, mis à jour à 13h18

Être au chômage donne "droits et devoirs", a martelé mercredi le député La République en marche (LREM) Sylvain Maillard, commentant des informations du Canard enchaîné selon lesquelles le gouvernement envisage de durcir certaines sanctions dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage.

Au micro de RTL, le député a rappelé que : "Les droits c'est d'avoir une formation beaucoup plus efficace [...] mais, à côté de ça, on a des devoirs: le devoir de chercher en permanence un emploi ou d'accepter un emploi qui correspond à [sa] qualification, ou en tout cas à ses espérances de travail".

Recherche suffisante

Selon une note confidentielle du ministère du Travail citée par l'hebdomadaire satirique, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables entraîneraient une réduction des allocations de 50% pendant deux mois. En cas de récidive, ces allocations seraient supprimées pour une durée de deux mois.

En outre, chaque demandeur d'emploi devrait remplir un "rapport d'activité mensuel" listant l'ensemble des démarches effectuées pour favoriser son retour à l'emploi, selon cette note.

Lire aussi : assurance chômage : renforcer les contrôles ne résoudra pas le problème selon l'OFCE

"Montrer que vous faites vraiment action de recherche d'emploi"

"Nous sommes sur un document de travail, qui n'est pas un document officiel", a expliqué Sylvain Maillard. "L'idée c'est quoi ? C'est vraiment 'droits et devoirs'. Il faut que nous mettions le paquet sur la recherche d'emploi" et que Pôle emploi soit "beaucoup plus à l'écoute" du "projet personnel" des demandeurs d'emploi.

Concernant le rapport d'activité, le député de Paris a indiqué que "l'idée n'est pas de fliquer" le demandeur d'emploi. "C'est aussi d'être derrière lui en lui disant 'la société vous donne une indemnité chômage [...] mais vous avez le devoir de montrer que vous faites vraiment action de recherche d'emploi'. Droits et devoirs".

Le député a estimé qu'il y avait "un besoin d'être un peu plus encadré, d'être plus suivi", ajoutant: "quand vous êtes en recherche d'emploi vous avez aussi besoin d'avoir presque un coach derrière vous".

"Supprimer des gens de Pôle emploi"

L'opposition a réagi ce mercredi par la voix du député de La France insoumise (LFI) Alexis Corbière. Sur BFM TV, il s'interroge sur le bien-fondé de ce durcissement. "Des contrôles existent d'ores et déjà, il y a des sanctions [...] pourquoi durcir encore plus pour expliquer que peut-être il n'a pas assez cherché du boulot."

Pour ce proche de Jean-Luc Mélenchon, l'objectif du gouvernement est de faire baisser les chiffres du chômage. "On sait très bien que pour toute une série de gens en difficulté, remplir ce petit rapport (le rapport d'activité mentionné plus haut) sur ce qu'il a fait va être une difficulté." Citant le film de Ken Loach, Moi, Daniel Blake, qui raconte les déboires d'un homme de 59 ans avec les services publics pour avoir accès à l'aide social, Alexis Corbière estime que toute cette "bureaucratie autour du chômage n'a qu'un but, rayer des gens, rayer, rayer et dire après 'regardez grâce à nous le chômage a reculé'".

"La seule chose qu'aura fait ce gouvernement c'est supprimer des gens de Pôle emploi, moi je n'en veux pas de ça."

"Mieux punir les chômeurs"

D'autres personnalités ont réagi aux révélations du Canard enchaîné. L'ancien candidat socialiste à la présidentielle, aujourd'hui à la tête du mouvement Génération.s, Benoît Hamon a qualifié la "startup de l'Elysée" de "diaboliquement créative en cette fin d'année". Au Front national, le sénateur-maire de Fréjus, David Racheline pense qu'il faut d'abord changer de modèle économique et adopter le patriotisme économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2017 à 17:46 :
En France, 21 milliardaires possèdent autant que les 40 % les plus pauvres d'entre nous...le rapport de force est donc déséquilibré et ne peut plus être rééquilibré.
On est mal parce que si vous attendez que ça ruisselle même un peu vous pouvez ôter de suite votre K-Way...
Réponse de le 31/12/2017 à 8:46 :
La théorie du ruissellement, c'est en fait l'instauration d'une économie monarchique, ou le titre boursier a remplacé le titre de noblesse. Là ou l'état commet une grave erreur, c'est de tenter d'intimider les chômeurs, voir même les terroriser en les menaçant de les priver de leur unique ressource de subsistance. Les chômeurs, ce sont des salariés qui ont été licenciés, ou qui vont bientôt l'être. Tout le monde est donc concerné par la pression mise par l'état sur ses citoyens. Et si les 6 millions de chômeurs décidaient de récupérer de force ce qu'on leur a enlevé, la France ne s'en remettrait pas. Quand on voit les dégâts économiques causés par seulement quelques individus analphabètes, on peut imaginer le pire. Le ruissellement risque de se transformer en ouragan...
a écrit le 29/12/2017 à 16:43 :
DEUX adages francais TOUS TRAVAIL MERITE SALAIRE ?ET TOUS SALAIRE DONNE DES DROIT ET DES DEVOIRS .A PARTIR DE LA TOUS ET CLAIR ? MAIS LE GROS PROBLEMES C EST JUSTEMENT LE MANQUE D EMPLOIES EN FRANCE QUI POSSE DES PROBLEMES? CES DERNIERES ANNEES LE CAC 40 A INPORTE DES USINES TOUTE NEUVES CLEF EN MAINS A L ETRANGER AUX DETRIMENT DE LA FRANCE ? A PARTIR DE LA QUI EST REPONSABLE DU CHOMAGE DE MASSE ? LES DONNEURS D ORDRES PAS LES CHOMEURS ? DONC NOTRE PRESIDENT DOIT SE BATTRE POUR FAIRE REVENIR DES USINE EN FRANCE???
a écrit le 29/12/2017 à 11:18 :
Quand on pose mal le problème, on apporte les mauvaises solutions. La vraie question est de savoir pourquoi les entreprises n'arrivent pas à rencontrer les chomeurs ? Tout simplement parce que le marché du travail est verrouillé par les entreprise de "placement" qui veulent un monopole du recrutement et imposer leurs prix. En informatique par exemple, les sociétés de service se sont arrangées à recruter tous les nouveaux diplômés pour empêcher les entreprises de recruter en directe. Elles ont aussi rendu obsolète les diplômes et expériences des informaticiens expérimenté en adoptant de nouvelles normes et imposant des certifications privées. Des agences de placement temporaire refusent par exemple de présenter le CV de quelqu’un de sur-diplomé pour un poste d'ouvrier. Les chômeurs ET LES ENTREPRISES sont donc les otages d'un système économique déviant.
a écrit le 29/12/2017 à 9:04 :
Revons un peu. Si 80% des gens sans boulot decidaient de se reunir devant le ministere du travail pour geuler bon coup, peut-etre que ces gens qui pretendent gouverner auraient la trouille. Imaginez 5.000.000 de gens (a minima), ca aurait du panache. Et la ganache de l'Elysee en resterait baba.
a écrit le 28/12/2017 à 19:04 :
Avez vous déjà fait une formation imposée par Pole Emploi ? La formule qui convient serait plutôt : "garderie pour chômeurs" car vous en sortez au bout de quelques semaines sans rien. MAIS, car il y a un MAIS, certaines personnes se sont grassement payées dans cette affaire ! C'est un business. Des gens mal intentionnés ont pris de l'argent public sur le dos des chômeurs.
Bref ça sert à rien , ça coûte un bras au système, et il n'y a aucune compétence à la clé. Une idée : une entreprise pleure qu'elle ne trouve pas les gens formés qu'elle a besoin ? Elle dit combien de personnes elle veut , Pôle envoie des volontaires en formation et l'entreprise les embauche ! C'est trop simple ça ne peut pas marcher...
a écrit le 28/12/2017 à 19:04 :
Pôle emploi a publié le résultat de ses contrôles réalisés l'an dernier :
Les vrais fraudeurs " qui vivent au crochet de la société " : 0,4 % !
Les demandeurs d'emplois qui ne cherchent plus rien : 14 % . Parmi eux plus de la moitié ne touchaient plus d'indemnités, parce qu'étant au chômage depuis trop longtemps, ils s'étaient découragés : ce sont les "décrocheurs" .
Explications par Martial You sur RTL https://www.youtube.com/watch?v=9L5i3-MzCU8
Réponse de le 29/12/2017 à 13:13 :
C'est exactement ça, on pourrait y ajouter le"problème" de manque de mobilité. Qui est pourtant simple a résoudre sur le papier. En caricaturant a peine, il suffit de vendre sa maison, au conjoint de démissionner et d'accepter un CDD de 6 mois dans une metropole. Ce qui devrait désertifier encore plus beaucoup de régions peu dynamiques. Pas grave, a terme, au-lieu de distribuer du RSA et des allocations aux chomeurs on versera des subventions aux communes pour qu'elles survivent. Par contre de gros efforts sont a faire sur la formation.
a écrit le 28/12/2017 à 18:09 :
Et si il commençait par le contrôle des fonctionnaires ?
a écrit le 28/12/2017 à 16:29 :
Moi ce qui me choque, ce sont que des gens s'offusquent que le gouvernement veulent controller les depenses publiques.
a écrit le 28/12/2017 à 12:27 :
L'interview de E. Macron dans une station de ski avec de la neige sur les cheveux pour parler du contrôle des chômeurs n'est pas du meilleur effet. Il commence à les accumuler là...
Réponse de le 28/12/2017 à 17:39 :
Il a cru que c'était pour TPMP !
Réponse de le 28/12/2017 à 21:31 :
En quoi est-il anormal qu'un Président de la République ou un membre du Gouvernement, du Parlement ou un fonctionnaire choisissent des loisirs sportifs durant leurs vacances ? Nous sommes une société de loisirs, le stade suivant la société de consommation, il faut donc que des gens acceptent de payer d'autres pour occuper leurs vacances pour que l'économie fonctionne. Si demain tout le monde décide de faire de la méditation sur son lit pendant toutes ses vacances que deviendra l'industrie du Tourisme ?
Bien sûr, jouer à des jeux vidéos fait aussi "marcher le commerce" mais bien de façon bien moins locale que le tourisme en métropole surtout sportif.
Quant à être envieux des gens qui travaillent, c'est le but. Justement l'intérêt de ne pas être au chômage, c'est d'avoir une alternance de périodes travaillées et de vacances. Si travailler n'a que des aspects désagréables, les gens ne chercheraient plus un travail mais un moyen de devenir chômeur.
Réponse de le 29/12/2017 à 10:17 :
@ Harpagon: votre commentaire est HS. Bien sûr, que le Président a le droit de prendre des vacances et d'aller faire du ski. On a aussi le droit de trouver que s'exprimer sur le contrôle des chômeurs entre Noël et le 1er de l'an n'est pas très heureux...
a écrit le 28/12/2017 à 11:11 :
Contrôle des employeurs : les plans du gouvernement qui ne ferons pas polémique. Sanctionné financièrement comme sur la loi handicap les entreprises qui font de la discrimination sur l'âge surtout à partir de la cinquantaine. Monsieur Gattaz président MEDEF devrait balayer devant sa porte avant de donner des leçons...
a écrit le 28/12/2017 à 10:39 :
Il y a un aspect du chômage qui incite aussi à ne pas reprendre un boulot trop vite: c'est les conditions pour obtenir des formations. Mon beau-frère qui souhaitait passer son permis poids lourd devait attendre 12 mois d'indemnisation chômage pour prétendre au permis payé par Pôle emploi. Il a donc attendu 12 mois, puis obtenu sa formation payée par Pôle emploi. il a donc repris un travail qu'à la fin de sa formation (aucun soucis alors pour trouver un CDI).
De même, en cas de CSP, si vous retrouver avant 6 mois d'indemnisation un CDD de + 3 mois, vous perdez le bénéfice du CSP qui n'est alors pas reconductible. Alors autant attendre 6 mois pour retrouver un job. C'est toutes ces conditions qui doivent aussi être revues.
a écrit le 28/12/2017 à 9:41 :
la loi travail ne suffirait-elle donc pas pour résorber le chomage ?
Réponse de le 03/01/2018 à 6:42 :
et les 35H?, on nous a menti?
a écrit le 28/12/2017 à 9:36 :
Comme pour les chômeurs, oui il faut aussi contrôler ceux qui sont payés par l'Etat, il faut contrôler tous les fonctionnaires sur leurs lieux de travail, LEUR demander des rapports circonstanciés d'activité hebdomadaires, mesurer le temps qu'ils consacrent aux taches courantes, le chronomètre à la main systématiquement

idem les Députés et les assistants parlementaires pléthoriques leur demander des rapports hebdomadaires sur leurs REELS emplois du temps
Réponse de le 28/12/2017 à 11:54 :
L’Etat assure à Pôle emploi une subvention effectivement disponible d’un montant de 1 507 millions d’euros par an.

Qui contrôle l’emploi de ces fonds versés notamment à ceux chargés d’aider les chômeurs à retrouver un emploi ou bien une formation ?

Combien de chomeurs retrouvent un emploi avec Pôle Emploi: rapport cout / efficacité ?
Réponse de le 28/12/2017 à 19:07 :
Je n'ai jamais entendu parler d'un chômeur ayant retrouvé un emploi grâce à Pole Emploi. Jamais.
Réponse de le 30/12/2017 à 1:27 :
Le contrôle des politiciens en dotant de pouvoir de sanction la cours des comptes....

N'y pensez même pas !
Réponse de le 31/12/2017 à 13:35 :
Il y a eu un rapport de la Cour de Comptes sur Pôle Emploi en 2015 : rien n'a vraiment changé depuis .
Pas davantage après la diffusion d'un documentaire sur son "fonctionnement" (Les Infiltrés de 2013) ou bien sur le cout très élevé (Cash Investigation de 2016) du contrat de sous-traitance par le privé, du placement des chômeurs, avec des résultats peu élevés.

Les réseaux sociaux font passer des informations sur certaines agences de PE où visiblement tout est fait pour vous maintenir dans votre situation de chômeurs: formations bidons, conseiller(e )s peu investi(e )s dans leurs missions, fin de non-recevoir systématique (protection des agents) par la hiérarchie de Pôle Emploi, mauvaise foi élevée à la hauteur d'un principe…

Parfois on peut lire des commentaires amusants sous les articles de La Tribune s'agissant de Pôle Emploi.

Tout cela est vrai. Les agents de Pôle Emploi ne travaillent quasiment pas. C'est du présentéisme: être présent au travail mais à faire autre chose que travailler pour son employeur. C'est le contribuable qui paye.
a écrit le 28/12/2017 à 9:25 :
La force du libéralisme c'est son art de manipuler l'opinion. Les français sont maintenant plus sensibles au sort des Rohingas ou des yéménite qu'au sort de leurs concitoyens dans la galère. Bien sur il y a parmi les demandeurs d'emploi des combinards mais c'est une minorité. Mais le système libéral macronien adore fixer son regard sur l'arbre qui cache la forêt. Et que ne ferait-on pas pour une com au rabais pour dire que le chômage baisse même si c'est au prix du développement des mini jobs mals payés. La France va bientôt se rapprocher des stats européennes et Macron s'en réjouira pourtant il y aura toujours autant de précaires mais du moment que le chouchou des médias continuera à brasser du vent sur le sauvetage de la planète tout ira bien!
Réponse de le 28/12/2017 à 19:21 :
Quand on passe son temps sur son smartphone on ne réfléchit plus efficacement. On accepte tout. Pour confirmer vos propos il suffit de se promener à San Francisco. La ville des GAFA gavées de milliards de dollars et des SDF en pagaille, des enfants qui vont à l'école (quand ils y vont) et dorment dans des vieux fourgons aménagés brièvement en habitation de fortune ou dans des tentes à même l'asphalte, abrités de la pluie par les échangeurs où circulent des ingénieurs payés des dizaines de milliers de dollars par mois et qui ne les voient même plus. C'est beau.
a écrit le 28/12/2017 à 9:14 :
..... surtout ne pas contrôler les tricheurs et les profiteurs (les autres n'ayant aucun motif de s'inquiéter ) !
Il existera toujours dans ce pays des pisse-froids prèts a défendre l'indéfendable !
a écrit le 28/12/2017 à 7:21 :
il faut presciser que les allocations chomage sont imposables comme les salaires ....
PAS le RSA!!
alors contole renforce des rsiste professionnels aussi!!!!!!
les alloc sont finances par ...les chomeurs qui cotisent aussi ..
pas les rsistes!!
alors?????
Réponse de le 28/12/2017 à 14:28 :
@marina

Vous savez «  tant de haine » est nocif pour votre système biologique.

Vous croyez que les chômeurs et les rmistes méritent toute cette «  haine gratuite »

Espérons que vous ne «  tomberez jamais dans ces 2 cases sociales »
Réponse de le 28/12/2017 à 18:19 :
"PAS le RSA!!

C'est pourtant simple à comprendre :

RSA : 545,48 euros

TRANCHE DU REVENU 2016:
Jusqu'à 9 710 euros = 0
de 9 710 à 26 818 euros = 14%
etc..
a écrit le 28/12/2017 à 7:20 :
il faut presciser que les allocations chomage sont imposables comme les salaires ....
PAS le RSA!!
alors contole renforce des rsiste professionnels aussi!!!!!!
a écrit le 28/12/2017 à 6:57 :
ce qui est fabuleux c'est que les premiers intéressés tombent immédiatement dans le piège, à grand renfort de la gauche bobo parisienne et médiatique (au passage bien loin des problèmes visés...)

Evidemment qu'il faut dire oui à ces contrôles ! haut et fort !

L'énorme majorité des personnes en recherche d'emploi ne le sont pas par choix, loin s'en faut.
Accepter ces contrôles ne permettra que de légitimer une situation dont elle n'est pas responsable !

j'ai une amie suisse qui recherche un emploi... rdv régulier, contrôle du pole emploi local etc... c'est son quotidien. Mais personne n'a jamais ne serait ce que sous entendu qu'elle était une profiteuse du système (soit dit en passant très pas si éloigné du nôtre)

Ami chômeurs, vous êtes victimes des profiteurs, pas toujours ceux qu'on croit... on connait trop de jeunes trouduc bobo.. prendre 2 ans de tour du monde au frais de la République après une belle rupture conventionnelle au sein de l'agence de com qui les employait chèrement.

Ami Bobo Gauchiste... à trop vouloir défendre tout le monde, on finit par ne défendre plus personne, voire faire plus de mal que de bien !
a écrit le 28/12/2017 à 6:38 :
Le fait est qu'il faut réduire les charges pour les entreprises et pour le contribuable.
Le chômage est du en partie à des charges trop élevées, d’où perte de compétitivité, faillite et licenciement.
En Allemagne un chômeur longue durée qui a épuisé ses droits touche le Hartz IV (416 Euro/mois à partir du 01.01.2018) de plus son loyer est pris en charge, mais pour une habitation correspondant à sa situation familiale (s'il habite chez Maman le loyer n'est pas pris en charge), de sorte que la motivation à chercher et accepter un emplois est très forte, puisque le salaire sera le même, qu'il habite chez sa mère ou chez lui.
a écrit le 27/12/2017 à 22:23 :
Si nous avions les mêmes conditions indemnisation que l'Allemagne ou la GB ( 6 mois max et 500 € max avec obligation d'accepter le job), il est fort a parier que notre taux chômage serait divisé par deux.
Nous avons les conditions d'indemnisation les plus favorables du monde avec 3 ans max, 7000 € max et sans aucune obligation. Quoi de plus naturel que de préférer rester au chômage avec ces conditions d'indemnisation ?.
Réponse de le 28/12/2017 à 7:07 :
En Allemagne un chômeur touche le ALGI, entre 60% et 67% de son salaire (selon s'il a des enfants à charge ou pas). La durée des indemnités varie entre 180 et 700 jours selon l'âge et durée de l'emploi.
Quand ses droits sont épuisés il touchera, et uniquement s'il n'a pas de ressources propres, le ALG II ou Hartz-IV = 409,00 € pour un célibataire, les frais maximum pour loyer et frais d'habitation : 760,00 €/mois seront pris en charge.
Coût total maximum d'un chômeur longue duré, célibataire pour le contribuable : 1.169,00 € / mois.
http://biallo.sueddeutsche.de/tz/sueddeutsche2/Soziales/ALG2rechneri.php
Réponse de le 28/12/2017 à 8:53 :
à ces 1.169,00 € / mois que coûte un chomeur longue durée au contribuable allemand, il faut rajouter les cotisations retraite et caisse de maladie qui seront versée aux caisses correspondantes pour la durée du chômage par le pôle emploi allemand "Arbeitsamt".
Réponse de le 28/12/2017 à 18:24 :
Le demandeur d'emploi doit avoir cotisé à l'assurance chômage environ 4 mois au cours des mois précédant la fin de son contrat de travail. C'est votre durée de cotisation qui détermine votre durée d'indemnisation. Au maximum, le versement de l'allocation chômage peut atteindre 2 ans pour les personnes âgées de moins de 50 ans, et 3 ans pour les seniors. L'âge pour pouvoir prétendre à une durée d'indemnisation par l'assurance chômage supérieure à 2 ans, a été rehaussé à 53 ans à partir du 1er Novembre 2017.Les allocations chômage (anciennes assedic) ne sont pas versées dès la perte d'emploi. En effet, un délai d'attente automatique de 7 jours (aussi appelé délai de carence) s'applique. À ce délai s'ajoute un différé d'indemnisation "congés payés" et éventuellement un différé d'indemnisation spécifique, selon les indemnités de fin de contrat que vous avez perçues à l'occasion de la rupture de votre contrat de travail.En clair, plus les indemnités touchées au titre des congés payés non pris et celles résultant de la rupture du contrat, sont élevées, plus cela retardera le démarrage de la prise en charge du salarié au titre de l'indemnisation chômage. Ce délai de carence sera plafonné à 150 jours à compter du 1er Novembre 2017, contre 180 jours au maximum à l'heure actuelle.
Réponse de le 28/12/2017 à 18:28 :
" 7000 € max et sans aucune obligation"

Ce sont des cadres principalement :

Selon l'Unedic, une très petite minorité des 135.000 cadres au chômage touchent plus de 6.000 euros par mois.Parmi les quelques 2 millions de demandeurs d'emploi indemnisés, 135.000 étaient, fin 2010, identifiés comme cadres, selon l'Unedic. Leurs revenus pris en compte pour le calcul de l'allocation chômage sont plafonnés. Au-delà de 11.784 euros par mois, leur allocation ne progresse plus. Un cadre peut donc toucher au maximum une allocation de 6.624 euros brut par mois.

Mais ils sont très peu nombreux dans ce cas : quelque "1.000 ou 1.500" personnes selon l'Unedic. Le taux journalier moyen pour les cadres atteignait fin 2010 86,50 euros bruts soit 2.631 euros par mois. A titre de comparaison, la moyenne pour l'ensemble des chômeurs indemnisés atteignait fin 2010, 1.121 euros par mois.
a écrit le 27/12/2017 à 21:52 :
Oui, mais les chômeurs ont cotisés (sinon, il n'y sont pas). S'ils sont au chômage, c'est parce que l'emploi n'est pas suffisant. La réflexion de punir les chômeur et déjà une escroquerie du fait qu'ils ont cotisés, et par ailleurs le rôle de Pôle Emploi qui n'a pas de concurrents, est de trouver du travail aux chômeurs, c'est pour cela que l'on cotise !
Pas pour être persécuté par la tyrannie du contrôle par la répression. Hors, la tyrannie et la persécution visant à pénaliser des personnes pour leur situation, leur croyance ou autre, sont strictement interdites par la constitution Française qui engage les citoyens au devoir de combattre ces deux fléaux pour protéger la république et sa souveraineté.
A moins d'une méconnaissance du droit, cette malveillance est totalement illégitime.
a écrit le 27/12/2017 à 20:48 :
Le seul moyen de résoudre le problème posé par le chômage est d'offrir du travail; qui offre du travail? Les employeurs; encourageons les entreprises, ce que nos gouvernements n'ont pas fait depuis quarante ans!
a écrit le 27/12/2017 à 20:04 :
Mort de rire...
Bien sûr que le gouvernement va proposer une pression sur les chômeurs car «  personne » ne les défendra
C’est comme ça écrasons les maillons faibles car nous savons qu’en haut les loups ne partagerons rien.

Si la formation était un «  droit »
Pourquoi alors une région x a proposé une formation x sans payer les cotisations de l’individu pour un métier qui a complètement était remplacé par «  un logiciel »?

Le pôle emploi est tellement débordé qu’il ne save plus ou donner la tête .

L’emploi c’est mort en France sauf pour les bac + 2 , ceux qui ont de l’experiences Et qui parlent une ou deux langues étrangères
Le reste c’est des formations Excel et compagnie que personne ne recrute à la fin
Bref quand le gouvernement aura le «  cran » de remettre en place les loups , vous ferez signe à la population.
a écrit le 27/12/2017 à 19:02 :
Il y a environ 3.3 millions d'entreprises en France dont 3 millions de micro-entreprises. En face 6 millions de chômeurs.

Supposons que chaque chômeur, aiguillonné par Pôle Emploi, envoie 5 CV par semaine.
nous avons donc 30 millions de CV envoyés par semaine, soit 1.56 milliards de CV qui vont pleuvoir chaque année dans les BAL de nos patrons... Vont être contents les DRH.

Ensuite considérons que vous avez un job assez courant, mettons boulanger. Il y a environ 35 000 boulangeries en France. Vous ne serez jamais à court d'adresses (même si la majorité des artisans n'embauchera jamais personne) et pourrez toujours justifier d'une recherche "active" d'emploi..
Par contre si vous êtes psychomotricien, géologue, traducteur, voire même informaticien, votre vivier de recruteurs potentiels s'élève à quelques centaines d'entreprises. En 6 mois vous en aurez fait le tour, et ensuite? Et bien si votre allocation chômage en dépend, vous contacterez les entreprises de second choix mais qui sont de moins en moins susceptibles d'avoir besoin de vos compétences.

Et au bout d'un ans, ce sera devenu du grand n'importe quoi avec d'un coté des candidats démotivés et enragés d'être obligés d'engager des démarches inutiles et humiliantes, et de l'autre des recruteurs submergés par des offre de service non sollicitées et parfois sans objet avec leur activité.
a écrit le 27/12/2017 à 18:33 :
ce n'est pas à l'Etat de régler les modalités d'attribution de l'indemnisation du chômage ; c'est aux partenaires sociaux représentants des contributeurs (employeurs et salariés ) de définir le modèle d'assurance , son périmètre de fonctionnement , et les barèmes de cotisation / droits à indemnités .
l'assurance "chômage" (ou perte de revenus d'activité ) doit redevenir privée en totalité , comme toutes les autres assurances à caractère facultatif ou obligatoire .
Pole Emploi doit donc être supprimé , et remplacé par des sociétés privées chargées d'aider les demandeurs d'emploi à retrouver un job .
l'Unedic , organisme de gestion de l'assurance chômge des salariés , doit se recentrer sur la seule gestion assurancielle : recettes auprès des assurés /paiement des indemnités souscrites .
d'autres organismes privés doivent pouvoir proposer des assurances "perte de recettes d'activité " à d'autres types d'actifs non salariés .
l'intervention publique doit se limiter à une mesure fiscale : exonérer les cotisations de toute imposition directe et indirecte .
a écrit le 27/12/2017 à 17:33 :
Aujourd'hui 30% des emplois pourraient disparaîtres si toutes les entreprises avaient les moyens d'investir dans le numérique. Dans 15 ans cela sera 45%. Macron et son gouvernement feraient mieux de réfléchir comment préparer notre pays à la rareté de l'emplois que de prendre le bâton est de taper sur des gens qui sont suffisamment dans la galère. C'est sur que Macron et son premier ministre ne viennent pas de la France d'en bas et on sûrement un coup de retard sur l'avenir et le futur.
a écrit le 27/12/2017 à 17:16 :
Ces députés d'En Marche sont pires que les godillots gaullistes, il répètent en boucle la bonne parole gouvernementale. Pas fatiguant ce job, ils feraient mieux de rester chez eux.
a écrit le 27/12/2017 à 17:12 :
300 000 emplois non pourvus dont de nombreux contrats entre 1 jours et un mois, et 6000 000 de chômeurs... La Martingale du goy errements semble un peu faible pour résoudre le problème, et les controles se font déjà......
Un certain nombre de commentateurs de cet article n ont pas dut être obligé de chercher un job depuis longtemps....

a écrit le 27/12/2017 à 15:35 :
Et si ce gouvernement rappelait aux intermittents du spectacle que eux aussi ont le devoir de chercher du travail entre deux Avignon ou autres .
Réponse de le 27/12/2017 à 17:02 :
Vous avez raison le statut des intermittents nous coûte une fortune
a écrit le 27/12/2017 à 14:24 :
Tout le monde sait bien que l'on a besoin du chômage pour 'tenir' les salaires donc il ne risque pas de disparaître! Mais il semble que faire "tourner" la pauvreté permettra de maintenir un clivage dont les plus riches seront bénéficiaire!
a écrit le 27/12/2017 à 14:22 :
Tout le monde sait bien que l'on a besoin du chômage pour 'tenir' les salaires donc il ne risque pas de disparaître! Mais il semble que faire "tourner" la pauvreté permettra de maintenir un clivage dont les plus riches seront bénéficiaire!
a écrit le 27/12/2017 à 13:53 :
Encore un débat superflu sur un sujet qui ne le mérite pas.
Il va de soi que l'utilisation des fonds publics doit être contrôlée et que les abus deviennent de plus en plus intolérables .
C'est le minimum du à ceux qui cotisent!
a écrit le 27/12/2017 à 13:52 :
controler les chomeurs OK mais pourquoi les associations sont telles contre le contrôle des immigres ,,,,????? arretons de les subventionner
a écrit le 27/12/2017 à 13:31 :
JUPITER ET SON GOUVERNEMENT DEVRAIENT FAIRE CONTRÔLER LES ENTREPRISES PAR LES INSPECTEURS DU TRAVAIL QUI NE SONT PAS SURCHARGES DE TÂCHES DE TRAVAIL LES EMPLOYEURS QUI N'EMPLOIENT QUE LES TRENTENAIRE JUSQU'A LA QUARANTAINE C'EST À DIRE 98% DES ENTREPRISES ET LES SANCTIONNÉES POUR DISCRIMINATION SUR L'ÂGE.
a écrit le 27/12/2017 à 13:29 :
La solution au problème du chomage est d'appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique. C'est un document remise au gouvernement en 2013.
a écrit le 27/12/2017 à 13:28 :
Tout Etat digne de ce nom a pour devoir, au delà de l'accès à tous aux services de santé et à l'éducation, de garantir une formation initiale solide et un travail à tous ces citoyens. Ceci grâce à une action macro-économique efficace, une taxation minimale des revenus du travail mais maximale des revenus financiers improductifs, le tout basé sur une fiscalité équitablement répartie. Nous sommes loin du compte...et nous nous en éloignons à grands pas.
Réponse de le 27/12/2017 à 15:02 :
Tout à fait de votre avis
a écrit le 27/12/2017 à 13:20 :
Tout comme l'Etat. Mais, il semble qu'il est un peu défaillant dans ses devoirs (protéger contre des individus entrant illégalement, fournir un toit et du travail à la population).
a écrit le 27/12/2017 à 12:37 :
Concernant les suppressions de postes de la chaîne de prêt-à-porter féminin Pimkie ce député nanti ne donne aucune solution aux familles impactées par ce chômage subi.
Je propose que le poste de député de Monsieur Maillard soit illico supprimé, puisqu'il est rémunéré par des fonds publics et que la dette publique est élevé. On verra quelle sera alors sa réponse sur la fluidité économique.
Honte à ces députés qui enfoncent les pauvres. Qu'il soient tous sanctionnés lourdement; qu'ils soient privés de leurs droits civiques et bannis de notre civilisation française.
a écrit le 27/12/2017 à 12:37 :
il est tempt que nos nombreusses agences de l emploies servent a quelque chosse, il est vrais pour tous argent donnez il doit y avoir controle, ,il devrais mettre fin a certain abus connus de tous???
a écrit le 27/12/2017 à 12:20 :
Et en Marche arrière aussi, car redonner leur job aux français relève de la quadrature du cercle avec les délocalisations à l' est qui offrent des salaires à 400 euros par la grâce de l' Ue , autant dire qu'il courre à l' échec ..
a écrit le 27/12/2017 à 12:12 :
Le premier contrôle (le plus simple) qui devrait concerner tous les chômeurs est de vérifier qu’ils ne sont pas à l’étranger en vacances.
Pas trop dure à faire (il suffit de suivre leur téléphone)
Le second est d’officialiser l’aide aux créateurs d’entreprise. De nombreux chômeurs ne cherchent pas d’emploi et touchent des allocations pour monter leur société. Est-ce bien ? Sûrement mais ce n’est pas le rôle de l’allocation chômage qui doit rester une allocation entre deux postes. Les aides pour les entrepreneurs doivent être financées autrement, en prenant qq pourcentage sur les start up par exemple comme tout bon investisseur. Ce n’est pas aux salariés en cdi à subventionner les créations de société.
Troisième point, le chômage doit rester une assurance et pas un mode de vie (3 mois de job d’été puis 3 mois de chômage puis 3 mois de job d’hiver et enfin 3 mois de chômage). L’allocation chômage doit servir en cas de coup dure. Elle pourrait par exemple être réservée aux cdi. Les autres contrat sont structurellement flexible et le chômage fait parti intégrale du plan de carrière, ce n’est plus une assurance.
a écrit le 27/12/2017 à 11:58 :
Très bien. Une petite avancée mais qui va dans le bon sens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :