Le Covid-19 a détruit plus de 360.000 emplois dans le privé en 2020

 |  | 336 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : China Daily CDIC)
Sur un an, la baisse dans l'industrie atteint -2,0%, soit -61.700 emplois. C'est la plus forte baisse annuelle depuis 2010, note l'Insee.

Sous l'effet de la pandémie et des confinements successifs, l'année 2020 a vu la destruction de 360.500 emplois dans le secteur privé en France, soit une baisse de 1,8%, après cinq années de hausse consécutives, selon l'estimation provisoire publiée vendredi par l'Insee.

Au dernier trimestre de l'année, l'emploi du privé s'est replié modérément (-0,2%, soit 39.600 destructions nettes) sous l'effet de la crise sanitaire et du deuxième confinement, après un net rebond à l'été (+1,6%, soit 312.400 créations nettes au 3e trimestre), insuffisant pour effacer la forte baisse des trimestres précédents (-633.300).

L'emploi salarié privé demeure inférieur à son niveau d'avant-crise: "il atteint fin 2020 son plus bas niveau depuis mi-2018", indique l'Institut national des statistiques et des études économiques.

Lire aussi : Les salaires du privé devraient augmenter de 2,2% en moyenne en 2021

Plus de 260.000 emplois créés en 2019

L'année précédente, avant l'arrivée de la pandémie, avait été un bon millésime pour l'emploi avec 263.100 emplois créés (+1,4%), soit presque 100.000 emplois de plus qu'en 2018, mais 90.000 de moins qu'en 2017.

Au 4e trimestre 2020, l'intérim, véritable boussole du marché de l'emploi, a continué de se redresser: +5,3% (+37.700 emplois) après +22,9% et +22,8% aux deuxième et troisième trimestres. Mais ces trois trimestres de hausses successives ne compensent pas la chute historique du premier trimestre (−40,3% soit −317 700 emplois).

L'emploi intérimaire demeure donc fin 2020 inférieur à son niveau de fin 2019 (−5,1%, soit −40.500 emplois) et proche de son niveau de mi-2017.

Hors intérim, l'emploi recule dans l'industrie et le tertiaire marchand mais augmente dans le tertiaire non marchand.

L'industrie frappée de plein fouet

Sur un an, la baisse dans l'industrie atteint -2,0%, soit -61.700 emplois. C'est la plus forte baisse annuelle depuis 2010.

Dans la construction, l'emploi salarié privé (hors intérim) demeure supérieur à son niveau d'avant-crise: +1,4% sur un an (+20.300 emplois).

L'emploi privé dans le tertiaire non marchand dépasse de 0,6% (soit +13.900) son niveau de fin 2019.

Lire aussi : La crise Covid dans les régions en 2020, en quatre cartes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2021 à 19:32 :
350 000 emplois perdus dans le privé (chiffres officiels donc faux!), 0 (zéro) emploi perdu chez les fonctionnaires, toujours payés à 100%
a écrit le 05/02/2021 à 11:52 :
Le covid incapacite ou tue des gens, il ne détruit pas d'emplois.
a écrit le 05/02/2021 à 11:18 :
en France tout va bien ! mis a part des clusters en progression ( hopitaux Arras- Morlaix.... la vérité ne gagne pas a montrer son vrai visage .( politique de l autruche?
a écrit le 05/02/2021 à 11:09 :
N' est -ce pas le but poursuivi pour agréer le Great Reset de Klaus Schwab cad la grande réinitialisation économique et des hommes de Davos ? Source, France Soir "Le Great Reset, une menace pour nos libertés" .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :