Le déficit budgétaire s'est réduit à 76,2 milliards d'euros en octobre

 |   |  266  mots
La réduction du déficit budgétaire s'explique à la fois par un recul des dépenses et une hausse des recettes, notamment grâce à une augmentation de 3,2% sur un an des rentrées de TVA.
La réduction du déficit budgétaire s'explique à la fois par un recul des dépenses et une hausse des recettes, notamment grâce à une augmentation de 3,2% sur un an des rentrées de TVA. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
À la fin du mois, l'an dernier, il s'élevait à - 84,7 milliards d'euros. Cette amélioration est due au recul des dépenses et à une hausse des recettes, permise selon le ministère par une augmentation de 3,2% des recettes de la TVA sur un an.

Tandis que les recettes fiscales augmentent, le déficit budgétaire, lui, continue de se réduire. Le déficit budgétaire de l'Etat français s'est nettement contracté en octobre par rapport à son niveau de l'an dernier, passant à -76,2 milliards d'euros, contre -84,7 milliards fin octobre 2014, a annoncé mardi le ministère des Finances.

Les dépenses ont reculé de -2,9 milliards d'euros en un an

Cette amélioration s'explique à la fois par un recul des dépenses (-2,9 milliards d'euros sur un an) et une hausse des recettes, grâce entre autres à une augmentation de 3,2% sur un an des rentrées de TVA, précise Bercy dans un communiqué. L'ensemble des dépenses de l'Etat ont ainsi atteint 315 milliards d'euros contre 317,9 milliards au 31 octobre 2014. "À périmètre constant, ces dépenses ressortent en baisse de -2,9%", souligne le ministère.

Les recettes issues de l'IS diminuent

Les recettes du budget général se sont quant à elles établies à 243,3 milliards d'euros contre 237,6 milliards à fin octobre 2014, et sont "globalement en ligne" avec les prévisions présentées dans le projet de budget rectificatif pour 2015, actuellement en débat au Parlement.

Si le produit de la taxe sur la valeur ajoutée a augmenté de 3,2%, les recettes issues de l'impôt sur les sociétés ont de leur côté diminué, en raison principalement de "la montée en charge du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)", selon Bercy. Cet écart devrait toutefois se réduire après le versement en décembre du dernier acompte des entreprises.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2015 à 22:48 :
Evidemment, pas de commentaires. Une bonne nouvelle...vite, cachons nous les yeux et passons à autre chose !
a écrit le 08/12/2015 à 11:37 :
conclusion se sont bien les menages avec l'augmentation de la TVA qui regle la facture a la place des societes ,pas vrai Mr gattaz le MEDEF se porte bien sauf que votre million d'emploi personne en voit la couleur et les milliards rentrent!!!!
Réponse de le 08/12/2015 à 17:03 :
parce que , bien entendu , les sociétées ...ne paient pas la TVA ?
vous devriez aller verifier ce que veux dire T.V.A . , celà vous eviterait des commentaires ridicules .
Réponse de le 08/12/2015 à 18:10 :
gegemalaga

excusez moi je ne savais pas qu'il y avait 66millions de societe en france et vous oublier que les societes recuperent eux la TVA chose que le particulier ne peut faire ,meme la TVA sur les carburants est recupere ,se sont vos commentaires qui sont ridicules DESOLE!!!!
a écrit le 08/12/2015 à 11:16 :
une hausse de la tva de 2% permettrait de respecter immédiatement les critères de Maastricht ,tout en rendant nos produits compétitifs.Qu'est ce qu'on attend?
Réponse de le 08/12/2015 à 20:06 :
Entièrement d'accord, pourquoi attend-on pour le faire? Il est vrai qu'en juin 2007 l'annonce en ce sens(Borloo (?) de la droite aux affaires lui a coûté quelques dizaines de sièges aux législatives.
Réponse de le 08/12/2015 à 20:07 :
"Cher élu Ps" après avoir combattu et annulé la "TVA Social" de Nicolas vous êtes pour. Donc dois je conclure que que vous soutenez jamais vos propres idées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :