Le déficit budgétaire a atteint 94,1 milliards d'euros sur huit mois

 |   |  179  mots
Dans son projet de budget de l'Etat pour 2015 présenté mercredi dernier, le gouvernement prévoit que le déficit de l'Etat atteindra 87 milliards d'euros cette année.
Dans son projet de budget de l'Etat pour 2015 présenté mercredi dernier, le gouvernement prévoit que le déficit de l'Etat atteindra 87 milliards d'euros cette année. (Crédits : reuters.com)
Si les dépenses de l'Etat ont été maîtrisées, le déficit budgétaire s'est aggravé à cause de la baisse des recettes.

Le déficit de l'Etat français à fin août s'est creusé à 94,1 milliards d'euros, contre 93,6 milliards un an auparavant, "du fait notamment des dépenses exceptionnelles du nouveau programme d'investissements d'avenir", a annoncé mardi le ministère des Finances.

Si le gouvernement a tenu son engagement de maîtrise de la dépense publique (253,9 milliards au 31 août, soit une diminution de 3,6 milliards sur un an), les recettes ont baissé davantage, de 4,7 milliards, pour s'établir à 186,1 milliards.

Un déficit annuel prévu à 87 milliards d'euros

En excluant les dépenses exceptionnelles, le déficit s'est réduit de 2,3 milliards d'euros par rapport à l'an dernier, précise Bercy.

Dans son projet de budget de l'Etat pour 2015 présenté mercredi dernier, le gouvernement prévoit que le déficit de l'Etat atteindra 87 milliards d'euros cette année et 75,7 milliards l'an prochain.

Le déficit public, qui comprend en outre les comptes sociaux et ceux des collectivités locales, se réduirait à peine pour atteindre 4,3% du PIB l'an prochain, après 4,4% prévu cette année (au lieu de 3,8% prévu auparavant).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 20:34 :
La règle du bon sens populaire est moins de recette = moins de dépense. Si l’augmentation de l’impôt fait baisser les recettes, la conclusion est simple, ce sont les dépenses qui sont trop élevées…
Que font l’état et toute sa clique ? Ils augmentent les charges. Nous, pauvre français, nous n’en sortirons jamais.
a écrit le 11/10/2014 à 12:21 :
l'état est dirigé depuis des dizaines d'années par des politiques incapables de freiner les dépenses et les niches fiscales perdurent.....
Leur politique de soutient est inefficace et ils nous emmènent droit dans le mur.
La seule solution est de purger, même si celà peut faire mal dans un premier temps les niches fiscales qui représentent 72 milliards d'euro à l'impot sur le revenu.
De conditionner les crédits d'impot aux entreprises qui distribuent leur bénéfice aux associés en les limitant. exemple une entreprise qui distribue 1 million d'euros verrait ses crédits d'impot diminuer d'autant (le but du crédit d'impot comme le "cice" ou "recherche" ou autres étant d'aider l'entreprise a se développer et non à distribuer des dividendes...)
depuis longtemps on le dit mais ce sera catastrophique si les taux d'emprunts repartent à la hausse, il faut donc réformer notre système fiscal de manière radicale et diminuer les dépenses publiques en regroupant les agences publiques, en supprimant les doublons administratifs et en clarifiant les missions régaliennes de l'état et son champs d'intervention
a écrit le 07/10/2014 à 15:23 :
Il est un mot que nos dirigeants ne semblent pas connaïtre: GASPILLAGE. Ceci quel que soit leur bord. L'éviter dans tous les domaines serait cependant le remède le plus efficace.
a écrit le 07/10/2014 à 13:35 :
Trop d'impôts tuent l'impôt. Il faut être complètement cinglé pour entreprendre en France avec un système fiscal pareil qui assomme entreprises et particuliers. D'où de moindre rentrées fiscales car qui veut se crever la paillasse pour les autres ?
a écrit le 07/10/2014 à 13:19 :
comme j ai toujours dit à ma moitié Aicha: On dépense plus qu'on gagne ma cherie. Et la éponnse de la bergère est invariable: Mon amour chéri tu ne gagne pas assez mon trésor! Elle a la réponse à tout mon amour à moi comme la bande de branquignols Hollande-Sapin. Au trou hou hou ;-((
a écrit le 07/10/2014 à 13:04 :
Pas étonnant, quand on construit un budget sur une hypothétique reprise de la croissance qu'ils ont bridés par les taxes les impôts,etc..qui augmentent à tour de bras sans réduire le faramineux train de vie de l'état et les indemnités à tout vent qu'on distribue qui existent dans ce pays, on est pas prêt de renverser la vapeur...
a écrit le 07/10/2014 à 13:03 :
94 milliards de deficit... 253 milliards de depenses... 153 milliards de recettes... y a t il un menage ou une entreprise en france qui peut emprunter a sa banque de quoi vivre de septembre a decembre ?... sans dire comment rembourser et en prevenant que ce sera pire l annee prochaine.....
Réponse de le 07/10/2014 à 16:07 :
il est fallacieux en économie de rapprocher le budger de l'état à celui d'un ménage...
Réponse de le 11/10/2014 à 13:03 :
jusqu'au jour où ledit état tombe en faillite...et là ceux sont les ménages qui payent
a écrit le 07/10/2014 à 12:35 :
Les impôts augmentent en même temps que le déficit, le nombre de chômeurs et le nombre de fonctionnaires. Est-ce un hasard? Les énarques promotion Voltaire ne le savent pas? Alors qu'ils dégagent ces gens !!!!!!!
a écrit le 07/10/2014 à 12:33 :
Mais surtout, comme le disent les duettistes Hamontebourg, ne pas faire d'économies afin de laisser la dette en totalité sur le dos de nos enfants.
a écrit le 07/10/2014 à 12:10 :
Cela fait 37 ANS QE LA France n'a plus eu, UN SEUL, Budget à l' équilibre. La lâcheté politique, le manque total de discernement et de clairvoyance, les détournements d'actifs (spécialité franco/française) , les innombrables magouilles, JAMAIS sanctionnées, sont les responsables de notre situation catastrophique actuelle, qui continue, CHAQUE JOUR, a se dégrader davantage. Alors arrêtons de constamment impliquer "les autres" et aussi de leur "donner des leçons" !!!!
a écrit le 07/10/2014 à 12:00 :
Le matraquage fiscal est en train de porter ses fruits et les français vont encore se serrer la ceinture , quand les impôts locaux seront passés , la consommation va degringoler
a écrit le 07/10/2014 à 11:54 :
Vivement que le FMI gère la France, et que ces politicards prennent le large, car ils ont coulé le pays avec les syndicats de gauche financés par les contribuables.
a écrit le 07/10/2014 à 11:51 :
Ho quel surprise, le matraquage fiscal porte ces fruits!!!
a écrit le 07/10/2014 à 11:16 :
577 députés, 348 sénateurs + tous les seigneurs locaux pour un petit pays comme la France quel luxe !
Réponse de le 07/10/2014 à 14:06 :
des Conseils Economiques et Sociaux !
a écrit le 07/10/2014 à 11:13 :
On a affaire à de sacré gestionnaires (Enarques, polytechniciens) qui ne savent toujours pas que quand on a un euro en poche on ne doit pas en dépenser deux.
Et pourtant ça taxe de partout, malgré le discours contraire !
Réponse de le 07/10/2014 à 13:32 :
...qui n'a toujours pas compris que le budget d'un état ne fonctionne pas comme le budget d'une famille.

et que lorsque vous n'avez plus de croissance et vous couper d'un coté, cela créer un trou de l'autre. Au final les fameuses économies se transforment en déficit.
Réponse de le 07/10/2014 à 13:51 :
" Au final les fameuses économies se transforment en déficit."

Faux : voir la gréce, ou la GB de Tatcher.

Il faut sabrer sans limite dans les dépenses, par ex licencier immédiatement un million de fonctionnaires..
Réponse de le 07/10/2014 à 16:12 :
la Grèce ?
un pays en déliquescence, un appareil productif délité, une génération voir deux, sacrifiées, la montée de populisme,...
Belles les coupes ! Même la commission le reconnait, la gestion du cas grec a été désastreuse et laisse un pays exsangue.
Sur Tatcher, je vous propose de ne pas y revenir. Je ne sais pas ce que vous connaissez précisément de l'histoire économique anglaise. Par ailleurs, eux gèrent leur propre monnaie.
a écrit le 07/10/2014 à 11:10 :
Pas étonnant !
Que de nouvelles guerres , que de nouvelles dépenses (RSA et allocation adulte handicapé augmentés !) que de nouveaux impôts (pour certains baptisés taxes!) et AUCUNE économie véritable !!
Qui pourrait être surpris par le résultat ?
Réponse de le 07/10/2014 à 16:13 :
Je suppose que vous avez noté la baisse des dépenses ? Cela provient d'économies, je ne vous apprendrais rien.
Appuyer trop fort sur le frein dans un tel contexte est suicidaire, par ailleurs.
a écrit le 07/10/2014 à 11:05 :
comme d'habitude on tape toujours sur les meme et on ne veut pas s'attaquer au fonctionnement de l'etat moins de ministres avec leur nombreux avantage et secretaires trop de senateurs ( a supprimer ) et reduire le nombres de deputes comme on reduit les regions moins de "cadre" dans l'administrations qui diluent les competences et les decisions "rapide"la a moyen terme on peut commencer a faire des economies( en gros eliminer les pantouflars qui dans le privee serait deja virés
a écrit le 07/10/2014 à 10:21 :
Il faudrait arrêter de faire des prévisions irréalistes et de créer en cours d'année de nouvelles dépenses (cf. baisses d'impôt sur le revenu appliquées cette année)
a écrit le 07/10/2014 à 10:12 :
Réponse à Vérité.
Pourquoi ? Vous croyez encore la France crédible ?
a écrit le 07/10/2014 à 9:55 :
QU EN LES RECETTES BAISE .IL EST LOGIQUE DE BAISSE LES DEPENSSES L ETAT PEUT FAIRE MIEUX?ET DOIT LE FAIRE VITE?SINON LA FRANCE NE SERAS PLUS CREDIBLE ECONOMIQUEMENT AUX YEUX DU MONDE FINANCIER???
Réponse de le 07/10/2014 à 16:14 :
ça donne quoi en français ? (même en lettres capitales on ne vous comprend guère...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :