Les recettes fiscales augmentent, le déficit budgétaire baisse

 |   |  275  mots
Toutes les recettes fiscales s'inscrivent en hausse, que ce soit la TVA donc, mais aussi l'impôt sur le revenu ou encore la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). La seule exception est l'impôt sur les sociétés, dont le produit affiche sur un an une forte baisse, de 22,1%.
Toutes les recettes fiscales s'inscrivent en hausse, que ce soit la TVA donc, mais aussi l'impôt sur le revenu ou encore la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). La seule exception est l'impôt sur les sociétés, dont le produit affiche sur un an une forte baisse, de 22,1%. (Crédits : reuters.com)
Un recul de 6 milliards d'euros, soit presque 7,5%. Le déficit budgétaire de l'Etat français s'est nettement réduit en septembre par rapport à son niveau de l'an dernier, passant à 74,5 milliards d'euros contre 80,5 milliards fin septembre 2014 selon un communiqué du ministère des Finances publié vendredi. Presque toutes les recettes fiscales augmentent.

Le déficit budgétaire de la France a fortement diminué. Il est passé de 74,5 milliards d'euros fin septembre contre 80,5 milliards à la même période en 2014, selon un communiqué du ministère des Finances de ce vendredi. Soit une baisse de près de 7,5%

Recul des dépenses, hausse des recettes

Cette amélioration s'explique à la fois par un recul des dépenses (-2,7 milliards d'euros sur un an) et par une hausse des recettes. Les recettes de TVA ont notamment progressé de 3,5% sur un an, stimulées par la bonne tenue de la consommation.

Le ministère estime également que les recouvrements d'impôts sont "globalement en ligne" avec ses prévisions, même s'il devra procéder à des "ajustements" dans le cadre d'un collectif budgétaire, lequel sera présenté la semaine prochaine.

Toutes les autres recettes fiscales s'inscrivent en hausse, que ce soit la TVA donc, mais aussi l'impôt sur le revenu ou encore la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

La seule exception est l'impôt sur les sociétés, dont le produit affiche sur un an une forte baisse, de 22,1%. Le ministère souligne que cet écart est dû à la montée en charge du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), dispositif phare de la politique de soutien de l'offre du président François Hollande, mais qu'il devrait se réduire après le versement en décembre du dernier acompte des entreprises.

Du côté des dépenses, Bercy souligne que, à "périmètre constant", elles ont reculé de 2,9% entre fin septembre 2014 et fin septembre 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2015 à 11:50 :
@BONJOUR : en même temps que e déficit budgétaire, diminue la misère augmente depuis 2012 l'arrivé du sieur HOLLANDE au pouvoir la misère n'a fait que d'augmenter sauf pour les profiteurs habituels envahisseurs djihadistes Roms etc.... au fait M. VALLS sur quel bubget allez vous indemniser le saccage par vos amis de l'AUTOROUTE A1 500 000 EUROS dégâts la mise à feu et à sang de la ville de MOIRANS tien une question M. CAZENEUVE tout le monde a pu se rendre compte de la passivité des forces de l'ordres POURQUOI?????? Donc pour finir j'en conclus qu'il vaut mieux saccager un autoroute mettre une ville à feu et à sang plutôt que de déchirer la chemise du "patron" rappeler l'interpellation musclée des grévistes , à leur domicile, menottés comme de vulgaires criminels devant leur femme, leurs enfants et leurs voisins il ne manquait plus que le G..I.P..N.
a écrit le 08/11/2015 à 10:02 :
Quand vont-ils arreter cette hémorragie de fric, des dettes, toujours des dettes de plus en plus fortes ..
a écrit le 07/11/2015 à 15:55 :
"ou encore la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE)" les gens ne sont pas allés en Tunisie, Egypte, autre en vacances cet été par précaution (d'où une augmentation de l'accidentalité"), normal que si un nombre de véhicule plus grand circule, ça rapporte plus. La TICPE est liée au volume pas au prix (et au carburant).
Quand les camions iront "tous" sur les trains, ça devrait chuter, ce genre de recettes. Aïe.
Heureusement que tous les véhicules ne seront pas électriques, il faudrait penser à taxer cette énergie (d'où le 'PE' qui a remplacé le 'PP' de TIPP en prévision du futur).
a écrit le 06/11/2015 à 22:07 :
réduire le déficit en augmentant les ponctions dans un pays déjà lourdement imposé, c'est le condamner économiquement. Il est quand même étonnant que ceux qui s'indignent de la hausse des impôts en Grèce (qui pourtant partait d'un taux de prélèvement obligatoire bien moins élevé que la France) ne le soulignent pas. Il faut en France réduire le déficit public mais il faut que ça se fasse par baisse de la dépense publique et sociale exclusivement, et si possible en baissant aussi les prélèvements obligatoires sur les ménages et SURTOUT les entreprises.
Réponse de le 07/11/2015 à 0:32 :
On peut pas en France baisser les impots, car on doit payer les fonctionnaires et les dettes publiques.
a écrit le 06/11/2015 à 15:40 :
Le déficit public régresse.
Eurostat (21 octobre)
2011 : 104 milliards
2012 : 100
2013 : 86
2014 : 84
2015 : 7x
Réponse de le 06/11/2015 à 16:51 :
En ALLEMAGNE EXCEDENT BUDGETAIRE en 2014 PLUS + 8 931,0 en millions d'euro, Espagne baisse du déficit d'un point 2013/2014, IRLANDE de DEUX POINTS, Slovénie DIX POINTS, alors la France 2014 QUATRE POINTS DE DEFICIT .
Réponse de le 08/11/2015 à 11:42 :
Ce qui fait que ce quinquennat aura fait presque autant de deficit cumule que le quinquennat précédent, impact de la crise financiere en moins. Pas de quoi pavoiser et surtout manque d'actions d'ampleur pour le faire baisser. Pas grave : l'argent ne coute pas cher et les generations futures paieront !!!!
a écrit le 06/11/2015 à 14:12 :
En attendant, c'est toujours moins que ce qui a été promis l'année passée.
Pour avoir des comptes en ordre, il ne faudra plus que dépenser EUR 75 mia de moins sur 9 mois.
Il y a encore du boulot, mais les pays voisins, allemands, suisses etc. y arrivent.
a écrit le 06/11/2015 à 14:12 :
En attendant, c'est toujours moins que ce qui a été promis l'année passée.
Pour avoir des comptes en ordre, il ne faudra plus que dépenser EUR 75 mia de moins sur 9 mois.
Il y a encore du boulot, mais les pays voisins, allemands, suisses etc. y arrivent.
a écrit le 06/11/2015 à 14:09 :
Merci pour l'information, mais pour les recettes fiscales, nous étions au courant et comme le dit mon voisin, on l'a bien senti. Il paraît même qu'ils y en a qui ne s'assoient plus depuis juin 2012 !!
a écrit le 06/11/2015 à 13:13 :
Je ne crois rien des chiffres qui émanent des organismes publics français. En revanche, je vois que les Français sont de plus en plus pauvres. Ils roulent dans des voitures vieilles et petites par exemple. Quant au logement, il se détériore.... Quand on arrive de l'étranger, c'est frappant.
Réponse de le 06/11/2015 à 13:53 :
"Je ne crois rien des chiffres qui émanent des organismes publics français", vous auriez dû préciser "sauf quand ils sont mauvais". Moi en arrivant de l'étranger, je vois que la France a mieux résisté à la crise que la plupart des économies comparables, Allemagne mise à part. L'argument de la voiture est fallacieux: les Espagnols et les Italiens ont de grosses bagnoles mais pour ce faire ils mangent des pâtes tous les jours, et ont in fine bien plus de chômage que nous. C'est juste que le Français a un rapport plus utilitaire et moins passionné à la bagnole.

Vous avez DECIDE de voir le verre à moitié vide, au point que même une très légère bonne nouvelle (ce n'est pas non plus comme si on annonçait une baisse drastique du déficit hein...) vous paraît suspecte. C'est symptomatique d'un état d'esprit défaitiste, décliniste...et ça commence à devenir lassant !
Réponse de le 06/11/2015 à 16:53 :
Petit complément : un ami vient de s'installer au Canada. Ils n'ont pas les 35 heures... mais à 17 heures il n'y a plus personne dans les bureaux !
a écrit le 06/11/2015 à 13:05 :
Tout çà c'est de la com à l'attention de Bruxelles. Chaque fois que Bruxelles se penche sur nos comptes ,Bercy sort des mises au point qui enjolivent la situation, pure propagande mais c'est très bien fait.
a écrit le 06/11/2015 à 12:27 :
Ce n'est pas du tout dans les objectifs... 2.7 M d’Économie pour 14 M annoncé l'année dernière ou 28 ou 50 M... je ne sais plus tellement de chiffre ont été annoncé?
Si on cherche bien je suppose 1 M doit etre liée à la baisse du coup des crédits.
2.7 M d'economie , cela fait combien sur les dépenses de l'état ?? 0.5% ou moins.
Quelle belle effort. Bravo.
Encore 40ans et on pourra présenter un budget à l'équilibre.... Ah non c'est tout les ans que l'on nous dit que le budget est voté à l'équilibre.

Et diminuer les charges des entreprise de 4%.... cela fait baisser de 22% les recettes fiscales. Faut que l'on m'explique ça.
Ensuite on se demande bien pourquoi on ne croit plus à tout que l'on nous dit... ces menteurs de politiciens.
a écrit le 06/11/2015 à 12:16 :
Non le gouvernement n'a pas moins dépensé. C'est simplement l'effet de la baisse des prix des matières premières.
L'état dépense toujours et encore plus.
Pour savoir où on en est réellement il faut ajuster à prix des matières premières constant (pétrole et gaz en ligne de mire)
Réponse de le 06/11/2015 à 15:25 :
Faux!
L'euro aussi a fortement baissé, donc avec 1 euro, vous acheter beaucoup moins.
Si vous acheter du pétrole ou des minerais en $, le gain est bien plus faible que la baisse affichée de la matière.
Et comme le pétrole et les minerais sont achetés hors zone euro...........
a écrit le 06/11/2015 à 12:12 :
Je ne comprends pas bien les calculs. Y'a pas 25 à 30 milliards d'impôts en + en 2015 ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :