Le déficit commercial français continue de se creuser, nouveau record à 15,5 milliards d'euros

Depuis plusieurs mois, la balance commerciale française ne cesse de se dégrader passant de 11,5 milliards d'euros en mars (déjà un record), à 15,5 milliards en août, selon les douanes. Cette tendance à la baisse s'explique par la flambée des prix de l'énergie qui pèsent sur les importations du pays.
En cumul sur douze mois, le déficit commercial français affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros.
En cumul sur douze mois, le déficit commercial français affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Si la hausse des prix de l'énergie pèse sur les factures des ménages français, elle alourdit également considérablement le poids des importations du pays. En conséquence, le déficit commercial français a enregistré un nouveau record en août, culminant à 15,5 milliards d'euros, ont annoncé les douanes, ce vendredi.

La balance commerciale française s'est ainsi dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet, mois durant lequel le déficit avait atteint 14,5 milliards d'euros. Il s'agissait déjà d'un record et le chiffre n'a cessé d'augmenter ces derniers mois passant de 11,5 milliards d'euros en mars, déjà un record, à 13,1 milliards en mai et 13,3 milliards en juin. En cumul, sur douze mois, le déficit affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros, sous l'effet d'une dégradation continue des chiffres mensuels depuis la fin 2020.

Dans l'ensemble, les importations françaises ont vu leur coût croître de 1,1 milliard d'euros, à 65,6 milliards. En face, les exportations n'ont que légèrement progressé, de 100 millions d'euros, atteignant 50,1 milliards d'euros.

Lire aussiTrois questions pour comprendre le déficit commercial record de la France

Détérioration de la balance énergétique

Cette tendance est portée par la détérioration de la balance énergétique, conséquence de la guerre en Ukraine qui a entraîné une explosion des prix du gaz et une envolée des cours du pétrole. En effet, la facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août. Les importations d'électricité et de gaz continuent de se renchérir pour la France, pendant que les exportations énergétiques sont stables, précisent les douanes.

Hors énergie, le déficit commercial français fléchit toujours, mais moins fortement, à 6,7 milliards d'euros contre 6,5 milliards le mois précédent.

Du côté de la balance des paiements, qui inclut les échanges de services, le déficit des transactions courantes est ressorti à 5,1 milliards en août, contre 5,3 milliards d'euros le mois précédent, a détaillé la Banque de France vendredi.

_______

Zoom - Les prix de l'énergie pèsent sur la production industrielle allemande

Très dépendante des livraisons à bas coût de gaz russe, en particulier pour son industrie, l'Allemagne a vu sa production industrielle diminuer en août, selon des chiffres provisoires publiés ce vendredi. Une tendance qui dure depuis le printemps et qui touche particulièrement les secteurs les plus énergivores, comme la chimie, la métallurgie, le papier et le verre. Ce secteur a vu sa production diminuer en août de 2,1% sur un mois et de près de 9% depuis février, détaille Destatis.

Lire aussiÉnergie, industrie, commerce... pourquoi le modèle allemand ne fonctionne plus

Le secteur manufacturier (avec BTP et énergie), pilier de la première économie européenne, a, lui, produit 0,8% de moins sur un mois en données corrigées des variations saisonnières, après avoir stagné en juillet, selon un communiqué de l'institut de statistique Destatis. Ce dernier a révisé la valeur du mois de juillet en hausse, annoncée initialement en baisse de 0,3%. En cause, la flambée des coûts de l'énergie provoquée par le conflit en Ukraine qui impacte davantage les PME dont un nombre croissant sont contraintes de suspendre leur activité en voyant s'envoler leur facture énergétique, sans pouvoir reporter cette hausse sur leurs prix de vente.

Autre facteur pesant sur la production, l'engorgement des chaînes d'approvisionnement, dans le sillage de la guerre en Ukraine et de la crise du Covid-19, qui cause un retard dans le traitement des commandes. Plus de six entreprises sur dix souffrent de cet environnement qui n'est pas prêt de s'améliorer, selon une enquête de l'institut IFO. Néanmoins, sur un an, la production globale a augmenté de 2,1% en août, a ajouté Destatis.

(Avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 08/10/2022 à 17:35
Signaler
Bonjour, Ils faut dire que nous exportations pas grand chose.... ( Même plus d'électricité, merci EDF ) Ensuite nous importons beaucoup, car notre pays est en pleine désindustrialisation.. Bien sûr ils ne faut pas le dire... Merci a la politique...

à écrit le 07/10/2022 à 14:24
Signaler
Macron aura surtout creuse la tombe de la france dans tous les domaines

le 08/10/2022 à 2:19
Signaler
Et bcp de francais sont prets a revoter pour ce type en 32. Allez comprendre, Stockolm ?

à écrit le 07/10/2022 à 14:12
Signaler
En France et en Europe, on a peu de pétrole, et ce n'est pas nouveau. Ce qui l'est davantage, c'est qu'on a de moins en moins d'idées. Les raisons sont multiples, mais l'inflation réglementaire joue un rôle très important, en interdisant de s'écarter...

à écrit le 07/10/2022 à 13:05
Signaler
Rien de mieux pour rétablir l'équilibre, qu'une "TVA sociale" qui a de multiples bienfaits ... ! ;-)

à écrit le 07/10/2022 à 12:59
Signaler
Dans un monde dominé encore pour quelques décennies par la prépondérance du recours aux énergies fossiles, on voit que notre refus de pratiquer l’extraction des gaz de schiste sur notre sol nous conduit inexorablement vers notre déclin en nous mett...

le 07/10/2022 à 18:30
Signaler
Mais non quand les autres n en auront plus ont pourra en vendre la France c est le futur Qatar ..

à écrit le 07/10/2022 à 12:08
Signaler
En 2013-2014 le prix du baril était également au-dessus de 100$, mais notre déficit extérieur n'était pas aussi abyssal. Pourquoi une telle différence ? La France réalise l'essentiel de son commerce extérieur avec les pays européens, qui sont égalem...

à écrit le 07/10/2022 à 11:43
Signaler
Et récemment le ministre des finances français s'inquiétait de la situation économique du Royaume Uni 🤣 la situation économique française n'est pas plus brillante. Notre futur s'annonce plus que sombre.

à écrit le 07/10/2022 à 11:17
Signaler
Pas étonnant, on importe la très grande majorité des produits consommés. Quant aux exportations, à part Airbus et quelques entreprises reconnues, que reste-t-il ? La France brasse beaucoup de vent, mais n'est pas capable de produire ses éoliennes ! P...

le 07/10/2022 à 11:56
Signaler
Eh oui, mais pour le Kamarade syndiqué moustachu, casseur professionnel d'usines,c'est le dernier de ses ''soucis''.C'est la gangrene qui pourrit tout.

à écrit le 07/10/2022 à 10:55
Signaler
Nous sommes donc bien partis pour 160 milliards de déficits de la bvalance commerciale Française en 2022; Donc à collectionner les déficits dans tous les compartiments, on ne devrait pas s'étonner que l'Allemagne malgré tous ses problèmes énergétique...

le 07/10/2022 à 12:31
Signaler
il n y pas que les donnees economiques: mieux vaudra etre francais ou europen cet hiver qu anglais...: hausse des taux d emprunt immo (les anglais n ont que des taux variables grace a leurs gouvernements neoliberaux), facture electrique ou fuel x 10...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.