Le déficit commercial de la France a atteint un nouveau record en juillet, à 14,5 milliards d'euros

Les importations ont de nouveau été supérieures aux exportations en juillet. La balance commerciale de la France s'est en effet dégradée, avec un déficit atteignant 14,5 milliards d'euros, contre 13,1 milliards en juin. C'est l'inverse aux États-Unis avec un déficit qui s'est réduit. En Chine par contre, c'est l'excédent commercial qui commence à diminuer.
Les importations françaises se sont élevées à 63,3 milliards d'euros en juillet et les exportations ont atteint 48,7 milliards d'euros.
Les importations françaises se sont élevées à 63,3 milliards d'euros en juillet et les exportations ont atteint 48,7 milliards d'euros. (Crédits : CHINA STRINGER NETWORK)

À chaque mois son déficit commercial record pour la France. En juillet, il a atteint 14,5 milliard d'euros après 13,3 milliards en juin, 13,1 milliards en mai et 12,4 milliards en avril. Il s'élève ainsi à 129,8 milliards d'euros en cumul sur 12 mois glissants, rapportent les douanes ce jeudi 8 septembre.

Cela s'explique par des importations qui ont de nouveau été supérieures aux exportations. Les importations se sont élevées à 63,3 milliards d'euros et les exportations ont atteint 48,7 milliards, est-il précisé dans un communiqué. Comme pour les mois précédents, cette hausse a été poussée par la facture énergétique, qui a augmenté de 0,4 milliard d'euros en juillet, « dans le sillage de la hausse des importations en électricité et de pétrole raffiné ».

Sur trois mois glissants, une mesure fréquemment retenue pour lisser les aléas ponctuels, le déficit commercial s'est creusé de 0,5 milliard d'euros, passant de 13,5 milliards à 14 milliards d'euros.

Lire aussiFrance : le déficit commercial encore creusé au premier semestre par l'énergie

Le déficit des transactions courantes se creuse aussi

Le déficit des biens d'investissement s'établit à 3,2 milliards d'euros, légèrement moins qu'en juin, à cause d'un ralentissement des importations, tandis que celui des échanges de biens de consommation est resté stable, à 0,8 milliard. Enfin, le déficit des biens intermédiaires diminue très légèrement à 2,8 milliards

Le déficit des transactions courantes, qui inclut les services, s'est également creusé en juillet, à 5,3 milliards d'euros, contre seulement 1,5 milliard au mois de juin, a rapporté de son côté la Banque de France.

L'excédent des services s'est réduit à 5,6 milliards d'euros contre 7,1 milliards d'euros. L'excédent des services de voyage est en recul à 1,5 milliard, contre 1,7 milliard, malgré l'excellente saison touristique enregistrée par la France cet été. Enfin, le compte financier du pays enregistre des sorties nettes de capitaux pour 12,7 milliards d'euros.

Lire aussiGaz : en quête de partenaires plus « fiables », l'Europe va doubler ses importations depuis l'Azerbaïdjan

Déficit qui se réduit aux États-Unis, excédent en dents de scie en Chine

A contrario, aux États-Unis, le déficit commercial a continué à se réduire en juillet. Il s'est élevé à 70,6 milliards de dollars, selon les données publiées mercredi par le département du Commerce. Ce grâce à une nouvelle hausse des exportations, tandis que les importations ont de nouveau reculé, malgré des importations de produits pétroliers au plus haut depuis 2014.

Le déficit commercial américain se réduit depuis plusieurs mois, passant d'une moyenne mensuelle de 94,3 milliards de dollars au premier trimestre à 84,5 milliards au deuxième et débutant donc le troisième trimestre sur la même dynamique, relève le cabinet de conseil HFE.

Lire aussiLes Etats-Unis et Taïwan resserrent leurs liens en préparant un accord commercial

Du côté de la Chine, Pékin a enregistré un excédent commercial de 101,26 milliards de dollars en juillet contre 97,9 milliards en juin. Il s'est toutefois nettement réduit en août, à 79,39 milliards de dollars. Après une forte augmentation en juillet (18%), les exportations chinoises ont ralenti en août (7,1%). Des analystes interrogés par l'agence Bloomberg avaient anticipé ce ralentissement, mais de façon bien moins prononcée (13%).

Depuis deux ans, les exportations chinoises ont largement profité des besoins du reste du monde en produits de protection contre le Covid-19. Mais cette demande est en repli avec le retour à une vie normale dans la plupart des pays. La menace de récession aux États-Unis et en Europe, conjuguée à la flambée du prix de l'énergie, affaiblit par ailleurs la demande en produits chinois. Quant aux importations de la Chine, elles se sont tassées en août (+0,3% sur un an), après une hausse de 2,3% un mois plus tôt.

Lire aussiChine : pilier de l'économie chinoise, les exportations ralentissent fortement

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 10/09/2022 à 8:24
Signaler
Ôtez-moi d'un doute, c'est bien l'économie russe que Bruno Le Maire devait effondrer, non?

à écrit le 08/09/2022 à 16:48
Signaler
ça s'appelle un "marronnier" en langage journalistique, et je ne vois pas l'intérêt d'une publication de ce chiffre au mois, il ne faut pas d'attendre évidemment à une inversion des chiffres avec un commerce extérieur en hausse, donc attendons le 31/...

à écrit le 08/09/2022 à 11:57
Signaler
Et la fermeture de Fessenheim va nous coûter combien de milliards pour l'ensemble de l'année 2022 en importations d'électricité ? Merci qui ?

le 09/09/2022 à 9:48
Signaler
il faut aussi denonce ceux qui ont encourage la desindustrialisation de la france et parmi eux un grand nombre d'ancien 1er ministre eux aussi doivent etre sanctionne et pas seulement ceux qui sont devenus victime de perte d'emploi par ideologie ...

à écrit le 08/09/2022 à 11:51
Signaler
L'économie française, depuis des années, est non compétitive, paralysée car hyper réglementée à tous les niveaux. Elle n'est donc pas capable de gérer un choc externe. Seule la planche à billets de l'euro permet d'éviter une grave crise économique et...

le 08/09/2022 à 13:19
Signaler
@ non compétitif Tu veux te décupler, te centupler? Cherche des zéros.

à écrit le 08/09/2022 à 11:21
Signaler
Le déficit commercial de la France, sa première origine, c'est le pétrole. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est les statistiques officielles de Bercy. Chaque fois qu'un francais monte dans sa bagnole individuelle, la France envoie de l'argent vers ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.