Le marché du travail s'est amélioré en 2019... avant l'hécatombe en 2020

 |   |  1145  mots
Dans le bâtiment, les destructions d'emplois pourraient fortement s'amplifier avec la crise du coronavirus.
Dans le bâtiment, les destructions d'emplois pourraient fortement s'amplifier avec la crise du coronavirus. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus de 359.000 emplois ont été crées en France en 2019 selon les derniers chiffres de l'Insee. Mais la crise du coronavirus risque de provoquer des destructions importantes d'emplois si l'économie tarde à redémarrer. Rien qu'entre février et mai, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A a bondi de 920.000.

Les indicateurs de l'emploi en 2019 sont au vert. Selon la dernière livraison de l'institut national de statistiques (Insee) publiée ce jeudi 2 juillet, près de 360.000 emplois ont été crées l'année dernière contre 225.000 l'année précédente. Pour Vladimir Passeron, chef du département de l'emploi et des revenus d'activité à l'organisme public, "le marché du travail est resté très bien orienté en 2019, aussi bien pour l'emploi que pour le chômage. Le premier facteur de fluctuation de l'emploi est la croissance du produit intérieur brut. La croissance a ralenti en 2019 mais est restée relativement robuste à 1,5%".

Cette année, beaucoup d'économistes redoutent une hécatombe sur le marché du travail. Depuis maintenant plusieurs semaines et la fin du confinement, des grands groupes dans l'industrie automobile, l'aéronautique, le commerce de détail ont annoncé des plans massifs de licenciement et des restructurations drastiques sans compter les sous-traitants qui risquent de trinquer. Si les mesures de chômage partiel ont permis de limiter la casse sociale pendant le confinement de huit semaines, le lent et périlleux redémarrage de l'économie tricolore risque de faire des dégâts dans de nombreux secteurs qui ont terriblement souffert pendant la mise sous cloche de l'économie. Le spectre d'un chômage de masse risque de ressurgir rapidement si la récession...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2020 à 18:36 :
Avant que ce soit moins bien alors c'était mieux ? :-)
a écrit le 02/07/2020 à 18:32 :
C'est normal, qu'il se soit amélioré en 2019, l'interventionnisme des dirigeants européens et français est omniprésent, on subventionne tout, on "injecte" des liquidités. A force d'intervenir dans l'économie, on ne sait même plus ce qui est viable, et ce qui ne l'est pas. Cette politique incessante de "mise sous le tapis" de la poussière, de remise à plus tard des problèmes, finit par se heurter aux lois de la physique. Tous ces économistes, avec leurs "plans de relance" keynésiens, ne sont plus en phase avec la réalité. Mais ça continue, avec par exemple, la "prime à la conversion 2020" pour les automobiles. L'état continue de jouer au Père Noël, qui c'est qui paye, au final, on ne sait plus trop.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :