Le plan de relance de 100 milliards d'euros... qui valait finalement 80 milliards

Le gouvernement se réjouit régulièrement du décaissement "rapide" du plan de relance de 100 milliards d'euros. Pourtant, sur cette enveloppe, 20 milliards d'euros proviendraient du "recyclage" de certaines mesures antérieures à la pandémie, révèle un rapport sénatorial.
Grégoire Normand

5 mn

70 milliards d'euros de crédits du plan de relance doivent être engagés avant la fin de l'année.
70 milliards d'euros de crédits du plan de relance doivent être engagés avant la fin de l'année. (Crédits : Reuters)

Toutes les méthodes sont bonnes pour arriver au chiffre tout rond de 100 milliards. Près de deux ans après le lancement en grande pompe du plan de relance par le Premier ministre Jean Castex, la Commission des affaires économiques du Sénat vient de livrer un rapport critique sur cette fameuse enveloppe destinée à doper l'économie française en sortie de crise. Selon la sénatrice Anne Chain-Larché (Les Républicains), environ 20% des mesures annoncées seraient en fait un recyclage de dispositifs déjà existants.

Citant l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), l'élue de Seine-et-Marne évoque notamment "MaPrimeRénov", "qui se contente de prendre le relais, pour un montant moindre, de l'ancien crédit d'impôt pour la transition écologique [CITE]".

Contestation de la bonne exécution des crédits

Elle souligne également le plan climat de Bpifrance (1,5 milliard d'euros) au titre du prêt vert. Cette mesure a été intégrée au plan de relance alors qu'elle avait déjà été annoncée en 2019.

"Un premier bilan des crédits engagés l'an passé fait apparaître un éparpillement et une inefficience des dépenses, qui laissent filer la dette, mais ne sont pas de nature à transformer structurellement l'économie à moyen et long terme. Si le plan de relance a bien fait redémarrer le moteur, c'est un moteur qui tourne à vide et dont on ne voit plus bien dans quelle direction il nous propulse", résume la sénatrice.

Alors que l'exécutif s'est récemment félicité du décaissement "rapide" de ces 100 milliards, ce document relativise grandement la bonne exécution de ces crédits. Surtout, la déferlante de la cinquième vague pourrait à nouveau obliger le gouvernement à revoir ses ambitions à la baisse. En effet, même si le taux de vaccination de la population française et européenne est supérieure aux précédentes vagues, les perspectives économiques pour le début de l'année 2022 pourraient bien s'assombrir.

Lire aussi 6 mnCovid-19 : la reprise économique sous la menace de la cinquième vague

La rapidité au détriment de la qualité

Lors d'une réunion la semaine dernière avec des journalistes, l'entourage du ministre de l'Économie Bruno Le Maire a expliqué que, sur les 100 milliards d'euros annoncés, 60 milliards d'euros de crédits avaient été engagés à la fin du mois de novembre, s'approchant ainsi de l'objectif des 70 milliards d'euros fixés par l'exécutif à la fin de l'année 2022. Sur ces 60 milliards, "34 milliards ont vraiment été décaissés, mais nous n'avons pas d'objectifs de décaissement avant la fin de l'année", explique-t-on à Bercy.

Si l'objectif de rapidité a été respecté, de l'avis du comité de suivi et d'évaluation présidé par l'économiste Benoît Coeuré, en revanche la qualité des investissements suscite des interrogations. "L'exigence de qualité des investissements ne semble pas avoir été érigée en priorité de la gouvernance de France Relance, ce qui a pu nuire au potentiel de transformation du modèle économique de ce plan", explique Anne-Chain Larché.

La vice-présidente de la délégation aux entreprises souligne notamment les limites du plan en matière de transition écologique. En matière de transports et mobilité, le bilan est bien maigre. Sur les 60% de fonds décaissés en faveur de l'automobile et l'aéronautique, seulement 3% des projets aéronautiques (sur 367) et 30% des projets automobiles contribuent de manière explicite à la mobilité verte comme l'électrique ou l'hydrogène. À cela, s'ajoute le manque de ciblage de certaines mesures.

Lire aussi 9 mnPlan de relance : « l'objectif de court terme sera atteint en avance, selon les prévisions »

Une numérisation des entreprises "pas assez appuyée"

L'autre enjeu du plan de relance est la numérisation des entreprises. Il faut dire que la pandémie a donné un coup d'accélérateur à certains secteurs comme ceux de la livraison, la vente en ligne, les nombreux services à distance. Beaucoup de petites entreprises et PME ont dû trouver rapidement des solutions numériques pour tenter de pallier la fermeture administrative de leur activité.

Face à ce défi, le gouvernement avait mis en place un chèque numérique de 500 euros, jugé "bien faible" par la commission des affaires économiques car il ne permet pas "d'accompagner sur la durée" la numérisation des entreprises. En outre, l'action de "mise à niveau numérique des entreprises" en France est bien inférieure aux moyens alloués dans les autres grandes puissances européennes.

Ainsi, la France a consacré 21% (8 milliards sur 40 milliards) des fonds européens de la relance et de la résilience au numérique, contre 52% en Allemagne (13 milliards sur 25 milliards) ou 28% en Espagne (19 milliards sur sur 69 milliards).

Le rapport étrille la méthode du plan d'investissement de France 2030

Annoncé par Emmanuel Macron à la mi-octobre après un long discours de près de deux heures sous les dorures du château de l'Élysée, le plan d'investissement de 34 milliards d'euros continue de susciter de nombreuses critiques.

Le rapport d'information de la chambre haute désapprouve notamment la méthode de l'exécutif passant par un "un amendement ouvrant 34 milliards d'autorisations d'engagement sur 10 ans, sans étude d'impact et sans aucun détail sur sa gouvernance -, peu conformes aux usages parlementaires et laissant transparaître une préoccupation bien faible pour l'efficience de la dépense publique".

À l'issue de la présentation d'Emmanuel Macron, les conseillers du chef de l'État n'avaient pas caché leur agacement face aux questions des journalistes sur le pilotage et la sanctuarisation budgétaire de France 2030 au-delà de 2022.

Lire aussi 5 mnFrance 2030 : le gouvernement dévoile enfin sa feuille de route budgétaire

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 03/12/2021 à 13:28
Signaler
Tout va bien ! cela confirme bien que tout est mathématique. la loi de Pareto est respectée.

à écrit le 03/12/2021 à 10:36
Signaler
ca fait quand meme 80 milliards de dette ' payee par personne' qu'il faudra rembourser, et vu que ca aura ete mis dans l'isolation de logements a 40.000 euros le bout pour economiser 10 euros de chauffage par mois, c'est pas gagne!

à écrit le 03/12/2021 à 10:26
Signaler
Ce n'est pas un scoop. Picorer dans l'ancien pour gonfler le neuf, c'est un grand classique, mais pas si choquant que cela. Puisque que globalement ça représente la totalité d'un engagement sur une période, pour un secteur ou objectif nommé. Toutes ...

à écrit le 03/12/2021 à 9:54
Signaler
Ouais ben ya intérêt à les surveiller les milliards avec nos margoulins !

à écrit le 03/12/2021 à 7:27
Signaler
Arrêtons de dépenser l’argent qu’on n’a pas,l’heure des comptes arrivé avec la remontée des taux d’intérêt qui se profile

le 03/12/2021 à 9:02
Signaler
Je reformule: "Arrêtons de dépenser bêtement l'argent que l'on a pas".. (arrêtons de parler de "plan de relance" quand on parle de mesures sociales, nous sommes assez grand pour faire la différence, et bien sûr l'un ou l'autre peuvent être nécessaire...

le 05/12/2021 à 10:38
Signaler
@Carlier Question, si nous manquons d'argent, ne serait-ce pas parce que la France picsou, durant ces dernières décennies, aurait oublié de réaliser quelques investissements en R&D et modernisations stratégiques? Remontons nos industries, qui nous ...

à écrit le 03/12/2021 à 6:00
Signaler
Les politiques sont des magiciens avec les chiffres. Croire aux politiques équivaut a croire a Mme Soleil. La politique l'école du mensonge.

à écrit le 02/12/2021 à 19:32
Signaler
et pourquoi un plan de relance on parle de croissance de reprise de la consommation les fournisseur ne peuve plus fournir tellement qu il y as de demande. Je ne vois pas pourquoi un plan de relance

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.