Le programme du Front National est-il celui des communistes des années 1970 ?

 |   |  2058  mots
C'est surtout sur l'euro que le Front National fait entendre sa différence en préconisant :  « la France doit préparer, avec ses partenaires européens, l'arrêt de l'expérience malheureuse de l'euro, et le retour bénéfique aux monnaies nationales qui permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner notre économie et retrouver la voie de la prospérité. Le couple franco-allemand doit jouer ce rôle moteur dans cette concertation et cet arrêt programmé de l'expérience de l'euro »
C'est surtout sur l'euro que le Front National fait entendre sa différence en préconisant : « la France doit préparer, avec ses partenaires européens, l'arrêt de l'expérience malheureuse de l'euro, et le retour bénéfique aux monnaies nationales qui permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner notre économie et retrouver la voie de la prospérité. Le couple franco-allemand doit jouer ce rôle moteur dans cette concertation et cet arrêt programmé de l'expérience de l'euro » (Crédits : Reuters)
Le 19 avril sur Canal +, François Hollande a estimé que "Mme Le Pen parle comme un tract du parti communiste des années 70". La comparaison entre le programme du Front National et celui du PCF des années 70 est-elle pertinente?

Dimanche 19 avril, intervenant sur Canal +, François Hollande a jeté un pavé dans la mare en déclarant : « Mme Le Pen parle comme un tract du parti communiste des années 70 ». Des propos qui ont déclenché des cris d'orfraie dans les rangs d'une bonne partie de la « gauche de la gauche ». Et beaucoup de s'interroger : comment le président de la République, sous peine de vouloir « ringardiser » la présidente du Front National, en venait finalement à « insulter » le parti communiste français (PCF) et ses dirigeants actuels ?

Une petite phrase d'ailleurs loin d'être isolée. Depuis quelques temps, notamment dans les rangs de l'UMP, plusieurs dirigeants politiques attaquent le programme économique et social du FN, le qualifiant «d 'extrême gauche ». Ce fût notamment le cas de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé. Mais où se situe la vérité ? Est-il exact que le programme économique et social du FN ressemble à celui du PCF des années 1970 ? Tentative de réponse, bien qu'il soit très difficile d'établir un parallèle entre deux époques totalement différentes.

D'abord, il convient de remarquer que la « sortie » de François Hollande ne se limitait pas à ce petit bout de phrase. Son propos était davantage étayé. Ainsi, le message complet du président était le suivant :

«Mme Le Pen parle comme un tract du Parti communiste des années 70, parce que c'est ça en réalité, en pensant qu'on peut fermer les frontières, qu'on peut nationaliser les industries, qu'on peut sortir un certain nombre de capitaux de notre pays sans qu'il y ait de risque. Sauf que le Parti communiste, il ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, qu'on fasse la chasse aux pauvres, parce que même les pauvres finissent par penser qu'il y a plus pauvre qu'eux qui leur prennent le peu qu'ils ont ».

Des divergences profondes sur la politique migratoire

Première remarque donc, le président prend bien soin de ne pas mettre le PCF et le FN dans le même sac sur la politique migratoire. S'il accuse explicitement dans son propos le FN de mener « une chasse aux étrangers », c'est pour lever tout soupçon sur ce point de la part du PCF.
Alors, certes, on se souviendra de cet épisode de décembre 1980 quand des militants de la section PCF de Vitry-sur-Seine, une commune populaire, s'employèrent avec l'aide d'une pelleteuse à démolir l'escalier extérieur d'un foyer pour travailleurs immigrés où devaient être accueillis 300 travailleurs maliens « chassés » de la vile de Saint-Maur, nettement plus résidentielle. La furie médiatique se déchaîna et le PCF fût taxé de racisme. Le Parti eu beaucoup de mal à expliquer qu'il luttait en fait contre l'instauration de ghettos dans des quartiers déjà extrêmement fragilisés et que l'effort devait être mieux réparti entre les différentes municipalités.

Quelques semaines plus tard, Robert Hue, maire communiste de Montigny-les-Cormeilles, jeta maladroitement à la vindicte publique une famille marocaine accusée de se livrer à un vaste trafic de drogue. Là aussi, la presse se déchaina contre le maire. Pourtant, de façon prémonitoire, le PCF, certes extrêmement maladroitement, dénonçait le risque de voir les cités tomber dans l'économie parallèle de la drogue sous la pression du chômage.... Il faudra attendre des années avant que ce sujet devienne une préoccupation nationale dans ce que l'on appellera « la politique de la ville ».

Le programme commun PC-PS a été signé en 1972

Sur le plan économique et social, la comparaison effectuée par le président de la République est étonnante car, dès 1972, le PCF et le tout nouveau parti socialiste, né au congrès d'Epinay un an plus tôt, ont signé un « programme commun » de gouvernement. Ils seront ensuite rejoints par les Radicaux de gauche. La rupture de ce programme commun se produira en 1977. Donc, faire allusion aux idées économiques du PCF des années 70, c'est également faire référence à celles du PS, puisqu'elles étaient partagées par les deux formations...

Le programme prévoyait ainsi des nationalisations : «Pour briser la domination du grand capital et mettre en œuvre une politique économique et sociale nouvelle, rompant avec celle qu'il pratique, le gouvernement réalisera progressivement le transfert à la collectivité des moyens de production les plus importants et des instruments financiers actuellement entre les mains des groupes capitalistes dominants». Un programme qui sera de fait appliqué à l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981.

Mais que dit le parti de Marine Le Pen en 2015 ? Le FN propose juste de nationaliser les entreprises en difficulté - Florange, PSA, etc. -, les sociétés d'autoroutes et « temporairement » le secteur bancaire « pour assainir les pratiques bancaires ». Le programme est donc nettement moins ambitieux que celui du PS-PC qui visait des pans entiers de l'économie.

Il y a d'autres points communs entre les deux programmes... Mais ce n'est pas réellement une surprise sur certains sujets. Ainsi sur le pouvoir d'achat, quelle formation politique ne va pas promettre de l'améliorer ? Dans les années 70, le programme PS-PC ne voulait plus aucun salaire à temps complet au-dessous de 1.000 francs, mais n'évoquait pas de baisses de cotisations, peu à la mode alors. Le FN lui préconise d'augmenter de 200 euros les salaires de moins de 1,4 Smic, via une baisse des cotisations sociales salariales qui serait compensée par une cotisation sur les produits importés. Concernant la retraite à 60 ans, elle faisait partie des revendications PS-PC (l'âge légal de la retraite était alors fixé à 65 ans) et un retour à l'âge effectif de 60 ans pour liquider sa retraite est également mentionnée dans le projet du FN.

On peut également noter des similitudes en matière fiscale. Mais, là aussi, ce n'est pas étonnant puisqu'en général tous les partis politiques prônent un allégement de l'impôt pour les moins favorisés et/ ou les classes moyennes. Ainsi, le FN souhaite une plus grande progressivité de l'impôt sur le revenu avec l'instauration de nouvelles tranches sur les hauts revenus. Le projet PS-PC, lui, prône des « allègements » pour la « population laborieuse » et Georges Marchais prétendait taxer à 100 % les revenus de plus de 40.000 francs. C'est le fameux « au-dessus de 4 millions, je prends tout ! » qui représente un programme nettement plus ambitieux.

Idem pour les entreprises, si le duo PS-PC voulait davantage taxer le « grand capital », le FN , lui, veut instituer une progressivité de l'impôt sur les sociétés et même imposer une taxe de 15% sur les résultats nets « des 50 plus fortes capitalisations boursière » qui serait affectée à « une réserve spéciale de réindustrialisation ».

La question des frontières, de l'Europe et de l'Euro


Mais c'est sur la question des frontières en général et de l'Europe en particulier que la comparaison est la plus difficile à effectuer. Au niveau de la politique monétaire européenne, les années 70 peuvent être considérées comme préhistoriques. Il n'existait rien ou si peu. L'Union douanière a été créée en 1968, et, en 1972, il avait été institué le serpent monétaire européen - ancêtre du système monétaire européen - qui avait pour but de limiter à 2,25% les fluctuations des taux de change monétaires entre les pays membres de la Communauté économique européenne (CEE). Le programme PS-PC n'était pas opposé au marché commun, simplement il préconisait d'œuvrer « pour l'instauration d'un contrôle des mouvements de capitaux dans le Marché commun afin de préserver celui-ci des courants spéculatifs et de faire obstacle aux prises de contrôle des secteurs vitaux de l'économie par des groupes multinationaux.»

Plus généralement, au niveau mondial, rappelons que l'Organisation mondiale du commerce (OMC) n'existait pas (créée en 1995) et on ne parlait pas encore de « mondialisation des échanges ». Le programme PS-PC préconisait le « développement - largement ouvert à l'échelle mondiale - des échanges et de la coopération [qui] correspond aux exigences du progrès économique et social». Cependant, le programme s'autorisait une dose de protectionnisme : «Le recours à des restrictions quantitatives et à une protection douanière renforcée sera réservé à des situations exceptionnelles le rendant nécessaire».

En 2015, la donne a complètement changé : l'Union européenne et la zone euro ont été instituées, les droits de douanes ont été largement abolis ou, à tout le moins, abaissés. C'est donc dans le contexte d'une économie française largement intégrée que le FN veut renouer avec un "protectionnisme stratégique qui sera ajusté, ciblé et flexible", via l'instauration de droits de douane « afin de rétablir une juste concurrence avec les pays dont l'avantage concurrentiel est issu du moins disant social et des manipulations monétaires ».

Mais c'est surtout sur l'euro que le Front National fait entendre sa différence en préconisant :

« la France doit préparer, avec ses partenaires européens, l'arrêt de l'expérience malheureuse de l'euro, et le retour bénéfique aux monnaies nationales qui permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner notre économie et retrouver la voie de la prospérité. Le couple franco-allemand doit jouer ce rôle moteur dans cette concertation et cet arrêt programmé de l'expérience de l'euro ».


Bien entendu, sur ce point, aucune comparaison n'est possible avec les années 70. Outre l'inexistence de l'euro alors, l'inflation forte rendait la pratique des dévaluations plus risquées, notamment pour le pouvoir d'achat, mais elle était courante, et la droite de gouvernement y recourrait souvent également. Le temps du "franc fort" attaché au mark ne viendra que dans les années 1980 et sera une des raisons de la rupture entre le PS et le PC. Le programme commun PS-PC des années 1970 s'occupe, du reste, assez peu de la question monétaire.

Reste que, d'une façon générale, il est tout de même extrêmement difficile d'appréhender le programme social et économique du Front National.  Certes, depuis l'accentuation de la crise, ce programme s'est doté d'oripeaux sociaux pour mieux capter un électorat totalement désabusé par les partis classiques. Mais cette posture sociale est relativement récente. Dans les années 90, Jean-marie Le Pen, alors président du FN, affichait au contraire un libéralisme économique à tout crin. Voyant son modèle dans les politiques menées par Reagan et Thatcher. Le président d'honneur du FN  a d'ailleurs dernièrement critiqué sa fille qui aurait trop cédé à la mouvance "chevénementiste", entrée relativement récemment au FN, et à l'origine de cet opportun virage social. Mais différentes chapelles continuent de s'opposer au sein du parti. Et il y a une forte demande de réécriture - pour le modérer - du programme économique et social, notamment sur la question de l'euro. Donc il est difficile de s'y retrouver dans un programme un peu "attrape-tout".

L'irremplaçable rôle d'intégrateur du PCF

Enfin, il reste un point crucial, éthique même, à souligner. Et il n'est pas d'ordre économique. François Hollande aurait dû davantage le souligner dans son intervention. Le parti communiste français des années 70 avait peut-être tous les défauts du monde : il était stalinien, très fermé aux évolutions de la société, volontairement aveugle sur ce qui se passait derrière « le rideau de fer »... Mais il a joué un immense rôle d'intégration de la classe ouvrière à la Nation. Les structures extrêmement délocalisées du PCF, présentes sur quasiment tout le territoire, ont permis à des milliers de personnes défavorisées de se former, de se doter d'une conscience politique, d'accéder à la culture, d'être fiers. Du fait de son implantation dans la population ouvrière - avec son important relais que constituait la CGT - , il a également permis à des milliers d'immigrés de s'intégrer dans la société française. Il tenait certes un discours de classe, mais pas de haine de l'autre. En 2015, le Front National a su capter un électorat populaire victime de la crise. Mais il est loin, très loin, de se retrouver dans un rôle similaire à celui du PCF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2015 à 1:55 :
Les électeurs votent-ils FN car on dit: que la BCE imprime des milliards et que ça fait de l'inflation et qu'on appelle cela du pouvoir d'achat. Le développement économique c'est les ronds-points ou la consommation.
N'est-ce pas du mou pour idiots? Ne fait-on pas dans le cas au gouvernément? dirigeant CAF sans expérience au réseau politique, on sait jamais sur un malentendu ça peut marcher... les charlots gouvernent et décrètent la croissance.
On entend 1000 milliards d'imprimés, de la fausse monnaie sans collatéral c'est à dire sans travail, peut-il créer du pib alors qu'on fait des allocations?
On augmente les médecins, est-ce pour réduire l'accès au soin, mais pas les autres. Quid de la pénurie de médicaments avec monseigneur le génie fonctionnaire de l'organisation.
Sommité de comité, nous décrétons la croissance et surtout le crétinisme, on fait fermer nombre de commerces à l'avantage de certaines enseignes, on subventionne la malbouffe? On fait dans le hard au pib?
a écrit le 28/04/2015 à 1:13 :
La moitié des Electeurs F.N votent Extrème Gauche Communiste, tout en croyant voter à la Droite de La Droite.
a écrit le 27/04/2015 à 21:52 :
"Il (le PC) tenait certes un discours de classe, mais pas de haine de l'autre." Tout le contraire du FN.
Le discours de classe, c'est la lutte des classes, abandonnée par le PC. Les libéraux en ont profité.
Réponse de le 28/04/2015 à 1:02 :
Le P.C.F n'a absolument pas "abandonné" La Lutte des Classes, ai coeur de sa Doctrine et de sion discours et de ses Campagnes, de meme que son Bras Armé de Destruction des Entreprises : sa C.G.T Communiste. Le P.S aussi demeure dans sa pratique, dans La Lutte des Classes : Aubry en tete.
a écrit le 27/04/2015 à 18:28 :
Le FN, ce parti bien pratique pour éviter de discuter sérieusement des choix politiques effectués depuis une trentaine d'années et ceci dans l'échec le plus total... Nous sommes dans un système politique qui ne discute plus de programme économique : il suffit de dire que c'est proposé par le FN ou l'extrême gauche et hop, c'est forcément irréalisable, populiste... car jugé en fonction de l'idéologie en place et relayée à longueur de médias dans des exercices de propagandes de moins en moins subtils. On peut combattre le FN et ceci sans diaboliser ou dédiaboliser : il suffit de débattre sur les choix économiques et sur les bases qui permettent d’avancer que telle ou telle chose est réalisable ou non. Sans ce débat, il n'y a que des invectives stériles et vides de sens qui ne convainquent personnes. L'excommunication est le seul moyen des partis dits de gouvernement s de défendre leur propre politique en disant ad vitam æternam qu'il faut faire des efforts et que ça ira mieux demain... Les partis de gouvernements s'appuie sur une théorie économique dominante qui ne l'est que parce qu'elle favorise les puissants, une théorie hors de la réalité, qui ne prouve rien hors de son monde fantasmé et ayant au final tous les attributs d'une religion.
a écrit le 27/04/2015 à 16:55 :
Je ne suis absolument pas un supporter de F. Hollande, mais sur ce sujet je pense comme lui.
Autrefois le parti communiste utilisait des messages simples, très compréhensibles, très populistes. Ils étaient complètement idiots, irréaliste, farfelus, mais ils avaient le mérite de plaire à beaucoup de gens car ils étaient très simples. Du style: "Il n'y a qu'à piquer l'argent aux riches et le redistribuer pour règler le problème de la pauvreté chez nous".
Le FN, sur d'autres thèmes certes, fait exactement la même chose: du populisme. Avec par exemple des phrases du type: "Fermons nos frontières à l'immigration et donnons le travail aux français d'abord".
C'est ce qu'a voulu dire le Président je pense et en ce sens, il a tout à fait raison.
a écrit le 27/04/2015 à 16:30 :
Si les français votent FN est-ce pour se plaindre que l’Etat perd de l’argent en Europe, on aurait égaré 5 milliards. Les comptes publics sont-ils exacts, faussés ou bien farfelus ? On choisit ce qui est compté au déficit et ce qui ne l’est pas…
Le PIB est en récession hors inflation, la croissance est une vue de l'esprit, ne faudrait cesser l'emploi alimentaire, ou emploi con?
a écrit le 27/04/2015 à 16:20 :
Il parait que de nombreux jeunes voteraient FN, c’est probablement qu’on refuse l’intégration dans la vie active… Bienvenue à conland le pays qui défiscalise, qui fait des ronds-points pour faire tourner des caisses, qui emploie des ingénieurs à trier des pots, et qui surfiscalise les ménages. Le but de l’Etat est-il de détruire la société par le vieillissement alors qu’aux Etats-Unis la population augmente. Le boomster exploite les jeunes avec un point qui pénalise les actifs. Il parait qu’il n’y aurait pas de financement des retraites ? Est-ce de la justice ou du foutage de gueules : 100 000 fonctionnaires et 6 millions de chômeurs ? Ingénieur limeur de quai voilà un emploi d’avenir dans l’entreprise procédurière. Il existe des formations qui délivrent des thèses avant la première note… fait-on dans le népotisme ou le copinage ? Tout le monde n’est pas ancien directeur taxi alors que taxi d’Etat ça gagne plus… Mr la présidente, question aux lecteurs. On critique des banques, on fait la politique américaines, est-ce des bulles pour dévaster la société ? Y a-t-il un complot bancaire pour vampiriser la société ? On félicite les pertes à 600 milliards, mais Mr Kerviel est condamné pour faute grave, on appelle cela justice ? On entend dire bankster et pourquoi pas FONXSTER ou bien BOOMSTER?
a écrit le 27/04/2015 à 15:51 :
On lit une progression du vote FN, est-ce par protestation contre le déficit, les impôts, le chômage, la désindustrialisation ? N’est-il pas scandaleux de voir l’Etat ne pas appliquer la politique sociale, par exemple des ingénieurs seraient forcés de changer de région pour faire une formation bidon et que leur rsa est supprimé de façon arbitraire. N’est-ce pas une politique d’oppression de l’Etat qui persécute un certain nombre de gens ? Alors que l’Etat bousille la productivité donc les salaires. Ne devrait-on pas examiner la politique d’emploi à fins d’éviter les formations bidons et le malemploi ? L’Etat décrète qu’il amène l’emploi au chômeur, qu’il gère du berceau jusqu’à la tombe, on prône ça comme exemple ? Pourtant on fait 90% cdd… Il existe des chômeurs qui ne perçoivent que la moitié du montant décidé. On augmente la précarité, mais pas pour les fonctionnaires… Pourquoi ne pas faire un militant des droits à 700 euros alors qu’on voit des Etats qui font des Etats qui font des persécutions du type Ferguson, des Etats à surveiller… les citoyens ne doivent-ils pas être vigilants concernant les mensonges d’Etat et autres persécutions ? Les salariés ne sont-ils pas esclaves du fonctionnariat sans la rente d’Etat ou défiscalisation de niche et sans calcul avantageux en termes de retraite ?
L’Europe c’est le vieillissement et le malthusianisme : on exclut nombre de jeunes de la vie active, voilà de l’humanisme de grosse commission d’une régime esclavagiste.
Pourquoi ne pas dire le mot de Cambronne à l'école bête?
a écrit le 27/04/2015 à 15:28 :
Aux régionales, y aura-t-il un coup de barre dans le nord alors qu’on fait des slogans à la barre, est-ce une barre à mine de crayons ou bien une barre de bateau ? Nous sommes au royaume des lanternes rouges de la croissance ? Quelle est la définition pour développement économique ? En France on parle fort et on dit beaucoup de bétises du type la baisse monétaire relance la croissance, le franc serait adapté dans la logique de la baisse monétaire en économie sous compétitive. En France on parle fort mais on dit beaucoup de bétises : plus y a de fonctionnaires, plus y a de croissance, plus y a d’impôts plus y a de relances, Mr pleinpot fonctionnaire relance à fond les ballons ! A quand les échelons qui sautent à l’avantage des jeunes alors que le point est à l’avantage des retraités. On entend siffler, pourquoi ne pas hihanner ! On entend dire la politique industrielle c’est du bavardage, c’est pour faire parler les énargots ? A quand un marathon d’énargots sociaux ? Pour les slogans à la barre, aux régionales, il y aurait une triangulaire, alors qu’on parle grands corps malades, est-ce par défaut d’un samaritain, on joue au bon publicain, au faux républicain, et pourquoi pas un bon francisquain ? On mène la population en bateau… quand avez-vous vu une réforme ? On parle des 35h, certains ne feraient même pas leurs 25h alors qu’on achète des organisations par-dessous de table. Le français c’est compliqué… c’est comme pour le genre, une barre est-elle un bar ? N’y aurait-il pas des coups de barre qui se perdent ? Alors qu’on publie inaptocratie, la cleptocratie, pourquoi ne pas dire bêtocratie d’Etat… trop drole: quelques âneries sur la croissance... ne fait-on pas dans la confusion des genre, le dictateur dyslexique en pantoufles?
a écrit le 27/04/2015 à 14:52 :
C'est sans doute un lapsus du Président normal ..pour français normalisés ...ces propos sont plus du marxo/socialisme des années 70 "
a écrit le 27/04/2015 à 14:38 :
"et que l'effort devait être mieux réparti entre les différentes municipalités".

On peut noter que l'épisode du foyer en 1980 n'a pas changer grand-chose au vote des habitants de Vitry s/seine qui est toujours gérer par les communistes depuis toujours et que le foyer pour travailleurs immigrés est toujours présent ( Direction Creteil sortie Vitry sur seine Zone industrielle) proche de la gare avec cette fois-ci près de 600 maliens.Ils sont ou ceux qui criaient au racisme du PCF aujourd'hui ?
C'est d'ailleurs Domique Baudis qui présentait cette info sur TF1 à l'époque ( voir Youtube ).Trois ans plus tard ,il allait au CDS composante de l'UDF , comme quoi.
a écrit le 27/04/2015 à 14:02 :
le FN est en fait un vieux parti sans imagination
Réponse de le 27/04/2015 à 14:55 :
Peut 'être ...mais pourquoi 10/25 % de français vote pour lui...?
Réponse de le 27/04/2015 à 19:36 :
Et même plus (que 25%) s'il y avait la proportionnelle intégrale aux élections. Sauf que "Normal 1er" ne veut pas de cela, alors tant que le français ne votera pas ou plus par dégout du monde politique, alors la mascarade de l'entente UMPS pourra continuer à "pourrir" la vie des français de souche. Et entre se faire plumer par l'UMP (les futurs "républicains") ou se faire enfumer par le PS, les pauvres français n'ont qu'à payer leurs partis de gouvernement fossoyeurs de la démocratie française.
a écrit le 27/04/2015 à 13:48 :
Plus y a de monnaie, plus y a de pouvoir d'achat... qui peut gober ça?
Ne fait-on pas dans la lobotomie nationale, le donjon de destruction européiste, la vraie fausse relance, du sabotage, pour faire la foire dans les palais avec des secrétaires qui touchent 3 fois le salaire des autres, pour un temps de travail inférieur de moitié en emploi fonctionnaires alors qu'on met les français en cdd. C'est pas du privilège?
Y aura-t-il une sanction avec un vote FN?
a écrit le 27/04/2015 à 13:46 :
n'oublions pas les propos de Georges Marchais contre l'immigration.
Il avait compris très tôt que les mouvements migratoires massifs allaient contribuer à l'appauvrissement des ouvriers et à leur mise au chômage; Pour une fois il ne s'était pas trompé.
a écrit le 27/04/2015 à 13:39 :
Très bon article qui remet en perspective la réalité telle qu'elle s'est déroulée (Programme commun de la gauche, changements idéologiques et économiques du FN).
Il subsiste une grosse différence entre les 2 électorats: celui du PCF qui était un électorat d'adhésion dilué progressivement dans l'union de la gauche et la fin de l'URSS en 1989, celui du FN qui est un électorat essentiellement alimenté par les échecs successifs des partis socialistes de droite et de gauche ces 30 dernières années. Dans les 2 cas, personne ne peut croire sérieusement que les programme eussent été crédibles. C'EST LE DRAME DE CONSTATER LA NATURE DU DERNIER RECOURS DES CITOYENS FRANCAIS MECONTENTS QUI CONTINUENT D'ALLER VOTER !!! AILLEURS EN EUROPE (ALLEMAGNE, AUTRICHE, PAYS BAS, SUEDE) LES PARTIS HISTORIQUES ONT DECIDE DE FORMER DES COALITIONS D'INTERET GENERAL QUI EVITENT LES RISQUES LIES A DES SYRIZA, PODEMOS, FN...... EN FRANCE, ON EST ENCORE TROP ATTACHE A LA LUTTE DES CLASSES POUR Y ARRIVER
a écrit le 27/04/2015 à 13:36 :
Aux régionales, y aura-t-il une vindicte électorale pour la politique de chômage ? Les boomers ne doivent-ils pas des indemnités aux jeunes générations ? On fait dans l’emploi bête et sous qualifié. L’Etat fait dans le terrorisme en empêchant l’emploi. La promotion des idiots rois à l’ancienneté avec des retraites privilégiées, est-ce un modèle mondial. Le crétinisme est-il décrété par l’Etat avec une école 25ème et le débilisme économique avec une croissance inventée par décret municipal, comme l’emploi se décrète ou la croissance par la paresse ? On décrète que les ronds-points contre la consommation des ménages, c’est du PIB ? Le pib est en récession hors inflation depuis plusieurs années. La politique de l’offre c’est des paroles comme les traités non appliqués. Le système des retraites et du point est une escroquerie de type Ponzi au détriment des jeunes, on fait des corporations à 1 cotisé, 3 de pension, mais pas pour les français. Le terrorisme d’Etat c’est la dictature du bête et du lent avec la croissance sous la moyenne de long terme. Pour l’euro, alors que la zone fait des excédents, on prône la baisse de la monnaie, on est pour une guerre monétaire ? On entend parler dans la presse d’une guerre mondiale, c’est les idiots du dysfonctionnement administratif ? L’Etat est-il intelligent quand on construit les automobiles à l’étranger et que les jeunes n’ont pas de droits avant 25 ans alors que des non citoyens y ont droit ? Le social n’est pas appliqué, on fait dans la pénurie de logement cher, y aura-t-il une ménésis électorale contre la politique chômagiste ? La complexité admisinistrative est-elle pour vendre les entreprises à l’étranger par subvention ? L’Etat sabote la croissance et l’emploi, le QE est-il pour enrichir les défiscalisés au détriment des ménages ? On parle d’une austérité, la politique du gouvernément n’est-elle pas responsable de la stagnation économique ? Ne fait-on pas de l’autisme institutionnel ? Les salariés précaires, taillables et corvéables à merci ne devraient-ils pas être vigilants sur la définition de croissance et surtout de génocide. Dans les régimes de dictature d’Etat on fait disparaitre en toute impunité les citoyens… On dégraisse les pauvres et on engraisse les riches alors que nombres de fonctionnaires seraient en double emploi avec augmentation salariale garantie. On appelle cela justice ou bien régime bananier d’énargots ? Le parti abstentioniste n’est-il pas vainqueur alors pourquoi ne pas déblatérer des absurdités sur la croissance ou l'humanisme de grosse commission
a écrit le 27/04/2015 à 11:56 :
le programme du FN il est pas bien du tout, d'ailleurs je l'ai pas lu......
a écrit le 27/04/2015 à 11:17 :
Difficile a dire car aucun des 2, Fn et Pcf, n'a gouverné la France. Par contre, on sait qu'il n'y a pas grande différence entre UMP et PS car on les a vu faire a peu près le même programme après avoir été élu: une sorte de gouvernance Euro-standardisé élaborée par des Eurocrates et appliquée en France par des énarques.
a écrit le 27/04/2015 à 9:57 :
Seul ceux qui n'ont pas de programme critique celui des autres, puisque n'ayant rien a dire sur le leur! Ceux qui n'ont pas de programme attendent simplement les directives venue de Bruxelles!
a écrit le 27/04/2015 à 7:59 :
Monsieur Hollande est surtout demuni face au fait que de plus en plus d'electeurs du PS votent Front National. La tendance va inexorablement se poursuivre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :