Le programme logement du Front national et la rhétorique de la "préférence étrangère" (3/5)

 |   |  1052  mots
L'idéologie nationaliste du Front national influence ses promesses en matière de logement social.
L'idéologie nationaliste du Front national influence ses promesses en matière de logement social. (Crédits : © POOL New / Reuters)
Alors que le Front national s'apprête à réaliser un score historiquement élevé au premier tour des élections régionales 2015, "La Tribune" se plonge dans son programme économique. Le troisième volet de notre série est consacré à un sujet clivant : le logement.

Très concernant pour les Français, le sujet du logement a son chapitre dédié dans le programme du Front national. Le parti dirigé par Marine Le Pen y livre une analyse partagée par beaucoup sur la crise du logement en France, mais milite pour se démarquer pour une refonte de la politique d'attribution des logements sociaux qui souffrirait d'une « préférence étrangère ».

Priorité aux Français en matière de logements sociaux?

Première des propositions du FN, la « priorité nationale pour le logement social » est l'élément le plus démarquant de son « programme logement ». Cette proposition s'inscrit, il faut dire, dans le credo nationaliste historique du FN. Le parti d'extrême droite déplore ainsi qu'en matière de logement social, « on assiste parfois à une véritable "préférence étrangère" dans l'attribution des logements sociaux ».

Cette « assistance » apportée par le logement social, selon le parti d'extrême droite, « ne doit en aucun cas être étendue aux étrangers en situation irrégulière ni à tous les immigrés en situation régulière ». A ces derniers, un logement social peut, certes, être accordé dans des situations précisément définies par la loi, mais pas question d'en faire une généralité, insiste le FN.

Les critères d'attribution n'ont rien à voir avec les origines

Dans les faits, si une part importante des habitants des logements très sociaux est issue de la diversité, cela ne découle en aucun cas d'une quelconque sorte de discrimination positive. Dire que l'on donne la priorité, en France, au logement des étrangers est une affirmation biaisée. Les critères d'attribution des logements sociaux sont dans les textes de loi et n'ont strictement rien à voir avec les origines. Les critères pris en compte ne s'intéressent qu'aux revenus, à la composition de la famille, au temps d'attente, etc.

Rendre publique la liste des bénéficiaires de logement sociaux?

Pour améliorer la gestion du parc locatif social existant, le FN propose de réaliser un audit des conditions d'occupation actuelles des logements sociaux. Mais aussi « d'assurer la transparence dans les procédures d'attribution des logements sociaux en rendant d'une part publique la réunion des commissions d'attribution, et d'autre part, de mettre à disposition dans les mairies les listes des bénéficiaires ».

Certes, il semble nécessaire de clarifier les processus d'attribution de logements sociaux, mais, au-delà de toute considération politique, les maux du logement social français proviennent d'abord du manque de construction et de l'absence de mobilité au sein du parc locatif social car les prix des logements privés sont trop élevés pour inciter les ménages du parc locatif social à déménager. Ce gel du marché met certains ménages sur la touche et cristallise les aigreurs.

L'autre proposition du FN, visant à rendre disponible dans les mairies la liste des bénéficiaires de logements sociaux, risque en outre de poser un sujet de protection de la vie privée dont le garde-fou, la Cnil, risquerait de s'emparer. Du reste, la loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) adoptée en mars 2014 instaure davantage de transparence en amont du dépôt de candidature, et impose en aval d'informer le locataire à chaque étape du dossier. Le demandeur a également accès aux caractéristiques du parc social et au niveau de satisfaction des demandes exprimées sur le territoire qui l'intéresse.

Accession à la propriété: des dispositifs qui existent déjà en partie...

Comme les partis politiques français qui ont été au pouvoir ces quarante dernières années, le Front national compte soutenir l'accession à la propriété. Il propose d'instaurer un chèque « premier logement » qui permettrait aux jeunes primo-accédants de bénéficier d'un crédit d'impôt. « Son montant serait défini en fonction des ressources du foyer », propose le FN. Une telle mesure viendrait poursuivre la politique menée par l'exécutif en place. François Hollande a en effet récemment annoncé l'élargissement du prêt taux zéro dans l'ancien et dans le neuf.

Autre étape du parcours résidentiel des ménages, le logement locatif privé doit aussi être développé, selon le FN. Le parti milite ainsi pour que les propriétaires de logements bénéficiant d'aides fiscales à l'investissement locatif, soient contraints par des contreparties sociales. C'est en fait déjà le cas depuis plusieurs années puisque les dispositifs « Scellier intermédiaire », « Duflot » et « Pinel » accordent un avantage fiscal en contrepartie de l'instauration de loyers modérés pour les occupants des logements.

Le parti d'extrême droite propose, du reste, "une fiscalité modérée des collectivités locales (taxe foncière) qui permettrait de garantir une rentabilité locative attrayante".

Priorité pour les zones rurales et destruction des barres HLM

Ciblant les populations rurales, le FN milite aussi pour que « l'Etat stratège » définisse « une politique d'aménagement du territoire favorisant les programmes immobiliers neufs dans les zones aujourd'hui désertées, rurales en particulier ».

En outre, « la politique de l'habitat et des paysages doit être repensée en veillant à l'intégration de l'urbanisme et de l'architecture dans l'environnement naturel et le respect de nos traditions architecturales ».

« Il est impératif d'organiser dans le cadre d'un plan décennal, la destruction des cités construites dans les années 1955 à 1970 et leur remplacement par un habitat de taille et d'esthétique traditionnelles, dans le respect de chartes d'insertion paysagère ».

L'idée fait sens, même si demeure la question des conditions de relogement des familles qui occupent ces cités.

Attaché à la ruralité, le FN se rend tout de même à l'évidence sur la nécessité de « modifier les règles d'urbanisation dans les zones denses, telles que les grandes métropoles ».

« On ne peut plus exclure le retour à un habitat vertical dans les zones très denses, telles par exemple que Paris et sa première couronne. Il devra s'agir alors d'un parc immobilier nouveau de qualité, orienté en particulier sur le parc locatif intermédiaire », est-il expliqué dans le programme du parti d'extrême droite, qui converge sur ce dernier point avec les propositions de la gauche comme de la droite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2015 à 18:46 :
Seuls les nantis, bobos médiatiques, de surcroît, peuvent être aveuglés par les remparts de leur petit confort égocentrique. Trop dans le confort et trop éloignés de la réalité que pour être confrontés au quotidien des sans dents. Ils préfèrent s'abreuver des chimères de quelques assistants marketing, (oups de quelques attachés de presse "lobotomisateurs") du gouvernement. Je ne leur souhaite pas la misère ou la maladie pour qu'ils redescendent sur terre...mais: il a toujours fallu 2 enfants écrasés pour qu'on décide de faire un passage piétons. Il faut une perte de boulot ou une maladie grave pour comprendre que l'on est pas prioritaire sur notre propre territoire quand on se retrouve à la rue. Alors, Journalistes individualistes, morveux, puants de suffisance, illuminés ou incultes?????
a écrit le 03/12/2015 à 14:15 :
"le Front national compte soutenir l'accession à la propriété".

On peut rappeler qu'aujourd'hui les habitants issue de la diversité ne se cantonnent pas qu'aux logements sociaux ,mais vivent aussi comme proprietaire en pavillon.En particulier dans la petite couronne , souvent des pavillons des années 60/70.Il suffit d'avoir un pavillon en vente près de chez soi pour voir la population ensuite qui le visite.
a écrit le 03/12/2015 à 13:00 :
Pauvre " journaliste" !!!!! A vous écouter et à vous lire l'on pourrait croire que nous sommes entourés par des journalistes d'investigation allant au fond de leurs sujets,des journalistes économiques impartiaux et compétants qui se livrent à des analyses rigoureuses et indépendantes,des journalistes politiques libreset neutres.......c'est à se demander pourquoi la Ligue Européenne des Droits de l'Homme dans son classement concernant la liberté de la presse, a classé la France au 36eme rang mondial....sans commentaire.
a écrit le 02/12/2015 à 22:36 :
Il faut sortir de la profession de foi. 70% des benficiaires d'un logement social en urgence ne sont pas nés en France. Les electeurs ont peut etre le droit de considerer que ce budget énorme(!) représenté par 30% des logements sociaux ne doit pas être à ce point englouti dans la solidarité et l'aide aux non-français...
a écrit le 02/12/2015 à 22:31 :
Rhétorique: La rhétorique est à la fois la science et l'art de l'action du discours sur les esprits. Tous les journalistes et les politiques font la même chose, pourquoi le reprocher seulement a MARINE LE PEN ??? A oui pour utiliser des mots incompréhensible pour petites gens.
a écrit le 02/12/2015 à 21:37 :
Le flou, toujours le flou... aucun détail sur les moyens d'y parvenir et beaucoup d'effort sur l'image de modération "nouvelle formule".
a écrit le 02/12/2015 à 20:27 :
Marine à bien compris le problème des HLM et les concentration de populations ou beaucoup de salariés ne peuvent plus avoir accès , en raison souvent d'insécurité où il serait difficile d'y vivre avec sa famille .
Réponse de le 03/12/2015 à 13:58 :
"ou beaucoup de salariés ne peuvent plus avoir accès"

Tous les employeurs de dix salariés et plus sont tenus de consacrer 0,45% de leur masse salariale à « l'effort de construction ».
. Le taux était fixé à 1% jusqu'en 1992, d'où le nom (devenu impropre) de ce dispositif. Désormais, ce dernier prend l'appellation « Action Logement ». En principe, le salarié doit d'abord déposer sa demande auprès du responsable de son entreprise (dirigeant, directeur du personnel, directeur des ressources humaines, etc.). Sa demande sera examinée en fonction des critères définis en concertation avec les représentants du personnel. L'entreprise peut ainsi exiger une durée minimale d'ancienneté, établir un plafond de ressources ou de prêts, cibler certains publics prioritaires. En d'autres termes, la demande doit d'abord être « agréée » par l'entreprise avant d'être examinée par l'organisme prêteur. Mais depuis plusieurs années, les aides et prêts peuvent aussi concerner des salariés de petites entreprises, qui peuvent donc contacter directement les organismes collecteurs.

Les aides prennent généralement la forme d'un prêt à taux préférentiel pour financer l'acquisition d'un logement ou encore la réalisation de travaux. Mais la gamme des avantages et le profil des bénéficiaires potentiels se sont considérablement élargis ces dernières années.
a écrit le 02/12/2015 à 17:30 :
Les cités des années 70,j'ai eu un HLM à Vaul-en-Velin, offraient des appartements bien conçus et agréables, leur seul défaut qui n'en n'était pas un à l'époque était leur isolation thermique. Le vrai problème par contre était du côté du manque de civilité (euphémisme) de certaines personnes qui dégradaient systématiquement les circulations communes et les garages et d'autres qui étaient bruyantes. Ce problème aurait pu être résolu par une discipline consentie et respectée par tous.
a écrit le 02/12/2015 à 16:41 :
Tous les journaux tirent à boulet rouge sur le FN !!! avez vous peur ???ou 'c est de l intox!!! ou de la mauvaise fois !! les 30% qui votent pour le FN ne sont pas des imbéciles .Je n 'apprécie pas toutes les mesures du FN mais pour le logement ,l immigration je suis ok avec eux .
a écrit le 02/12/2015 à 15:04 :
ce qui est surtout biaisé, c'est le travail d’enquête journalistique dans ce papier. Vous vous contentez de resservir la soupe bien pensante que vous servent les institutions, vous vivez au pays des bisounours. Je vous suggère de faire votre travail, allez donc constater sur place, comment sont attribués ces logements, allez voir de plus prêt les pressions parfois subit par certains employés qui interviennent dans le cadre des attributions, allez voir les pressions que certains maire (essentiellement de gauche) exerce dans ces commissions d'attribution, vous comprendrez quelles voix ils s’achètent par ce biais. Mieux, faites des demandes similaires, en caméra caché, avec plusieurs profils de demandeurs... c'est édifiant.
sortez donc du bureau, arretez d'etre asservi au discours usuel, faites juste votre métier, avec fierté, et revenez nous dire si vous maintenez ce papier en l'état, en toute conscience professionnelle.
Bien entendu, si votre démarche est délibérément partisane et anti FN, je comprend, mais alors faites comme la voix du nord, dites le clairement ;)
Réponse de le 02/12/2015 à 16:13 :
Olivier 500 , vous voyez juste. L'acharnement actuel est finalement de bon présage pour le FN qui doit être bien plus haut que ce que les médias disent. Et ceux-ci commencent à avoir peur, non pas pour les français dont ils se fichent éperdument, mais, pour eux-mêmes et leurs amis au pouvoir. C'est très flagrant et plutôt risible si la situations de millions de français n'était pas aussi grave ! Pas un média n'a proposé de refuser toutes les subventions accordées en les redistribuant aux plus démunis (familles mono-parentales, personnes âgées, etc...) C'est là où l'on se rend compte de leur mépris pour le peuple, mépris bien repris par le haut patronat et certains politiciens. Auraient-ils peur, ces "braves gens" que le travail soit fait correctement et surtout, que des enquêtes fiscales soient diligentées ?
a écrit le 02/12/2015 à 14:54 :
la ou le front est vraiment rétrograde et risible ,c'est lorsqu'il continue a vénérer la "préférence nationale".a l'heure de la globalisation ,de la mondialisation économique,on est vraiment revenus 100 ans en arrière
Réponse de le 03/12/2015 à 9:26 :
Haha la bonne blague... je vis en Chine depuis 20 ans, voyage en Thailande et au Japon... ces pays appliquent tous la preference nationale... sans parler de l'Australie et des Etats Unis.... Il n'y a que l'Europe pour s'en vanter et on voit le resultat aujourd'hui.
La globalisation ? Elle ne profite qu'aux pays qui se protegent... Arretez avec votre naivete toute socialiste
La Chine est loin d'etre une democratie mais une femme peut sortir a 3heures du matin en mini jupe sans avoir de probleme de securite... La France, je l'espere, devrait en prendre de la graine... ici ils ne s'embetent pas avec cette ideologie de bien pensants
Ah l'egalitarisme, que de maux a-t'il engendre !!!
a écrit le 02/12/2015 à 14:52 :
Si un emploi occupé par un étranger peut l'être par un chômeur français, ce dernier doit lui prendre sa place. Quand à l'étranger s' il ne retrouve pas un autre emploi, il doit pouvoir être aidé à rejoindre son pays.
Réponse de le 02/12/2015 à 17:03 :
C'est déja le cas: il est quasi impossible pour une entreprise de recruter un ressortissant extra-communautaire si le sexteur n'estpas préalbalement identifié sous tension (donc en manque de main d'eouvre). Et même dans ces cas la, c'est tres compliqué.
Réponse de le 02/12/2015 à 17:27 :
et si le bon francais refuse ce boulot, on le met en camp?
Réponse de le 02/12/2015 à 17:29 :
Et les travailleurs detachés?!!
Réponse de le 03/12/2015 à 14:02 :
Adresses tes doléances au patronat français pas certain qu'il comprenne ton point de vue.
a écrit le 02/12/2015 à 14:49 :
On peu lire "affirmation biaisée" pas "fausse" de quoi faire réfléchir, de toute manière il est clair que le FN aura de quoi mettre en place sa stratégie dans une région, on verra bien s'ils sont capables de remettre de l'ordre dans tout ce bazar !
a écrit le 02/12/2015 à 14:46 :
Les critères de sélection étant le niveau de revenu c'est bien entendu les gens ''nés de la diversité'' qui se voient attribuer les HLM puisque ce sont eux qui très souvent ont les revenus les plus faibles !

Plus qu'une discrimination positive c'est la discrimination négative en amont qui génère le constat!
a écrit le 02/12/2015 à 14:25 :
"Les critères pris en compte ne s'intéressent qu'aux revenus, à la composition de la famille, au temps d'attente, etc."
"Certes, il semble nécessaire de clarifier les processus d'attribution de logements sociaux, "
La seconde phrase contredit la première, si les critères étaient respectés, il ne serait pas nécessaire de clarifier le processus.
Il faudrait remettre à plat l'ensemble de la législation immobilières et de sa fiscalité.
a écrit le 02/12/2015 à 14:21 :
Après s'être répandus et avoir été appuyés par toute la presse en affirmant que le Front National "n'avait pas de programme" ce qui en faisait un danger, les même e la même presse s'attache maintenant à "étudier" ou "passer au crible" ce même programme qu'elle déniait il y a encore 15 jours. La panique fait vraiment faire et dire n'importe quoi. Bien entendu la même analyse n'est pas réservée à la simple feuille, voire à l'affiche, qui sert le plus souvent de programme aux autres partis. Tout en continuant à affubler le Front National du qualificatif imaginaire "d'extrême droite" qui reste désormais le seul argument pour faire peur, la presse n'ose plus toutefois dénigrer directement le parti de Marine Le Pen à la veille du scrutin. D'ailleurs personne ne se risque à définir ce que serait "l'extrême droite", et pour cause, elle n'existe pas, on prefère laisser fantasmer si possible négativement les électeurs. Les français eux ont coupé avec les dérives journalistiques, ils s'apprêtent à se débarrasser de toutes les vieilles pelures politiques du global parti, sans remords et sereinement.
a écrit le 02/12/2015 à 14:08 :
On ne peut critiquer une réponse a un problème si l'on a pas su le résoudre! Dans le cas contraire, il n'y aurai plu de problème!
a écrit le 02/12/2015 à 14:05 :
C'est vrai que dans de nombreuses citées HLM, du nord au sud du pays, quel dépaysement, antennes satellites sur tous les balcons,marchés aux stupéfiants dans les allées et vêtements exotiques à tous les coins de rue...mais tous nos bons élus ne vivent pas dans ces merveilleux quartiers ils y viennent juste au moment des élections où des drames!
a écrit le 02/12/2015 à 14:00 :
Nos prétendus gouvernants ont échoués dans tous les compartiments , aussi nous allons nous faire un petit plaisir aux régionales ...
Réponse de le 02/12/2015 à 14:49 :
absolument !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :