Le quinquennat débute par une reprise en trompe-l’œil

 |   |  744  mots
Selon l'Insee, le PIB progresserait de 1,6% cette année. le début de quinquennat d'Emmanuel Macron commence mieux que celui de François Hollande.
Selon l'Insee, le PIB progresserait de 1,6% cette année. le début de quinquennat d'Emmanuel Macron commence mieux que celui de François Hollande. (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)
Selon l'Insee, le PIB pourrait progresser de 1,6% cette année. Cette reprise s'expliquerait par un commerce extérieur un peu moins pénalisant et une variation positive des stocks.... Seule réelle bonne nouvelle, le chômage recule. Un peu.

La reprise pointe enfin le bout de son nez. Selon l'Insee, qui dévoile sa dernière note de conjoncture ce mardi soir, le PIB progresserait de 1,6% cette année. Du jamais-vu depuis 2011 ! Si ces prévisions se réalisent, l'activité progresserait à un rythme un peu plus élevé que celui prévu par la loi de finances 2017. Selon Michel Sapin, le dernier ministre de l'Economie et des Finances de François Hollande, le PIB devait augmenter de 1,5% cette année.

Le début du quinquennat d'Emmanuel Macron commence plutôt bien. Entre 2012 et 2017, jamais le PIB n'a progressé à un tel rythme. A titre de comparaison, la croissance fut nulle en 2012, lors de la première année du quinquennat de François Hollande. L'année dernière, le PIB a progressé de seulement 1,1%, très loin du 1,5% espéré et sur lequel a été bâti la loi de finances 2016. En 2015, c'est une croissance de seulement 1% de l'activité que l'Institut avait observé, marquée par un commerce extérieur en panne sèche qui a retiré 0,8 point de PIB à l'activité.

Le commerce extérieur souffre un peu moins

Celui-ci retrouvera-t-il des couleurs en 2017 ? Selon l'Insee, il n'ôterait que 0,3 point de PIB à la croissance. Si la France profitera bien de la reprise mondiale en cours, et en particulier dans la zone euro, ce sera donc a minima. En concurrence frontale avec les produits allemands, le made in France souffre toujours de la comparaison. En outre, la France ne peut compter que sur 120.000 entreprises quand l'Allemagne en dispose du triple.

Et pourtant, à bien observer les statistiques de l'Insee, on se rend vite compte que c'est grâce à cette "moindre" déconvenue du commerce extérieur ainsi qu'à une variation positive des stocks de 0,4 point que le PIB progresserait plus vite cette année. En effet, la consommation des ménages, le principal moteur de la croissance puisqu'elle représente 34% du PIB, devrait décélérer nettement (+1,2% après +2,1%). L'investissement ? Il avancerait de 2,3% contre 2,7% en 2016. Quant aux dépenses des administrations publiques, elles augmenteraient de 1,3%, soit 0,1 point de plus que l'année dernière.

Le pouvoir d'achat et le taux de marge s'érodent

On le voit, il est bien nécessaire de relativiser la reprise en cours. Certes, la variation des stocks témoigne bien d'un certain dynamisme. Mais il faudrait que cette reconstitution des stocks soit une tendance lourde pour pouvoir pleinement s'en réjouir. Par ailleurs, deux autres indicateurs méritent d'être observés avec vigilance : le pouvoir d'achat des ménages et le taux de marge des entreprises.

Selon l'Insee, le pouvoir d'achat du revenu disponible brut serait en hausse de 1,1% en 2017, soit 0,7 point de moins qu'en 2016. En cause ? Le retour de l'inflation et une pression fiscale accrue. Alors que l'indice des prix à la consommation a reculé de 0,1% en 2016, il augmenterait de 1,1% en 2017. De leur côté, les impôts sur le revenu et le patrimoine gagneraient un point pour augmenter de 2,1%.

Après deux années de redressement, le taux de marge reculerait de 0,3 point pour s'établir à 31,6% de la valeur ajoutée. Là encore, si ce phénomène perdure - et si la Banque centrale européenne (BCE) resserre les conditions de crédit, probablement début 2018 - la reprise de l'investissement se conjuguera vite au passé. La reprise en cours est donc fragile.

Un repli du taux de chômage

Au regard de l'ensemble de ces résultats, si l'on ne devait retenir qu'une seule chose, ce serait que l'inversion de la courbe du chômage est bel et bien en train de se produire, quatre ans après avoir été annoncée. En effet, l'Insee anticipe une nouvelle baisse du nombre de demandeurs d'emplois au second semestre. "La croissance de l'activité et les politiques d'allègement du coût du travail stimuleraient de nouveau l'emploi qui augmenterait encore nettement en 2017 (+220 000). Cette hausse entraînerait une poursuite de la baisse du taux de chômage, de 0,6 point sur un an, à 9,4 % de la population active française en fin d'année", indique l'Institut. A noter, si 199.000 postes seraient créés dans le tertiaire, 20.000 seraient détruits dans l'industrie.

Pour le gouvernement, cette reprise, même si elle n'est que statistique, constitue une bonne nouvelle, surtout si elle s'accompagne d'un retour des embauches. C'est un élément de plus pour restaurer un climat de confiance sans lequel toute ambition de transformer l'économie française pourrait être vaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2017 à 15:34 :
La croissance, la croissance...
Nous vivons sur une planète qui est un élément fini, il peut y avoir du transfert de croissance d'une région à l'autre, d'un état à l'autre, mais un jour il faudra bien trouver un autre modèle, maintenant ou dans un siècle.
a écrit le 21/06/2017 à 13:49 :
il n'est qu'élu : attendez au moins 2 ans pour voir les résultats !!!
Réponse de le 21/06/2017 à 17:20 :
Par contre, les salariés vont voir rapidement le changement avec cette loi travail totalement délirante.
a écrit le 21/06/2017 à 11:33 :
Quelles performances : avoir moins de 55 milliards de déficits de la balance extérieure en 2017, quelle ambition ; avoir 1,6% de croissance grâce à cette petite baisse lorsque la moyenne de l'U.E. est à 1,9%; et 9,4% de chômage lorsque nos voisins sont en deçà des 5% il reste beaucoup de boulot pour vraiment y voir une embellie économique
Mais comme dans le Livre de la Jungle "il en faut peu pour être heureux" dans ce pays ruiné et dont les déficits sont au plus haut aussi.
a écrit le 21/06/2017 à 11:16 :
pas de confiance.. = pas de reprise.. a vouloir taxer toujours les memes une France encore plus divisée
a écrit le 21/06/2017 à 10:13 :
La croissance, c'est un peu "En attendant Godot".

Il y a une reprise, mais pas suffisante pour créer de l'emploi.
Le travail de fond reste à faire :
- les réformes
- la formation
- l'optimisation des services publics
- le redéploiement de l’épargne vers l'investissement productif
- l’investissent dans l'industrie du numérique

Sinon, à défaut de croissance, on pourrait toujours mieux repartir la richesse créée.
Cela permettrait aux moins chanceux de consommer.
Je sais, ce n'est pas dans le sens de la marche, mais sait on jamais ?
a écrit le 21/06/2017 à 9:51 :
"La reprise pointe enfin le bout de son nez"

Vous l'écrivez depuis 2008, cela fait donc plusieurs années. ALors que le monde connait une crise économique de plus en plus profonde du seul fait que les possédants siphonnent tous les capitaux du monde

Une "private joke" peut-être ?
Réponse de le 22/06/2017 à 20:46 :
Une reprise tout en détruisant 20 000 emplois dans l'industrie notre avenir serait elle de s'occuper des personnes â
âgées et des nouveaux nés ?
@Lachose sans oublier les retraités dont nous allons avoir 1,70 de CSG et qui sera, peut être, au nom de la solidarité imposable en prime ?
a écrit le 21/06/2017 à 0:19 :
Les taux remontent , les salaires stagnent , les retraités sont taxées , les impôts augmentent. La croissance anémique (1.6 %) ne suffira pas à réduire le chômage de masse. On va avoir en plus la précarité de l'emploi et une assurance chômage étatisée qui n'offrira plus les mêmes garanties aux salariés. La mondialisation et le nivellement par le bas des salariés , cette paupérisation régulière de la population sournoise mais si réelle , bref un retour au 19 ème siècle , les riches très riches et la plèbe.
a écrit le 20/06/2017 à 21:42 :
Manifestement La Tribune n'aime pas Macron ! qui tire les ficelles en coulisse ?
Réponse de le 21/06/2017 à 7:57 :
pourquoi dites vous que L a tribune n'aime pas macron?? donc interdiction de donner des chiffres contraires à ce que ce macron pense? de toute critique de l'usurpateur? qui était ministre de l'économie en ou conseiller économique de 2012 à 2017?? et qui a explosé le chômage, déficit, croissance, dette?? macron et hollande.
a écrit le 20/06/2017 à 19:03 :
le barometre politique de la bourse le dévoile tres bien ...bientot la treve des vacances
a écrit le 20/06/2017 à 18:59 :
Toute la presse pro Macron dit que la reprise est solide sauf La Tribune
Serait ce le seul journal où l on sait lire les chiffres de l Insee ?????
Réponse de le 20/06/2017 à 20:09 :
La reprise est au crédit de Hollande pas de Macron.
a écrit le 20/06/2017 à 18:44 :
le quotidien éco d'en face écrit que l'INSEE juge la reprise solide.
Réponse de le 21/06/2017 à 6:25 :
On se demande ou vivent ces gens là, d'ailleurs l'INSEE c'est cet organisme qui c'est pratiquement trompé sur tout.ils nous disent qu'il n'y a pas d'inflation !!!!!! Charlots!!
a écrit le 20/06/2017 à 18:19 :
les déclarations d'embauche sont au plus haut depuis 2000 au T1 2017 (ACOSS). les intentions d'embauches pour 2017 sont au plus haut depuis 2002 (enquête BMO). L'Usine Nouvelle écrivait en avril "Les recrutements dans l'industrie repartent très fort en France". le nombre d'offres est effectivement toujours élevé sur plusieurs sites.
mais la reprise serait en trompe l'oeil. pas clair.
Réponse de le 21/06/2017 à 13:42 :
C est pas 150 postes dans l industrie qui va changer la donne. il fallait que france et allemagne inonde l europe de leur produit. Or en france on arrive trop tard. Du coup personne n a de plan pour retrouver des CLIENTS seuls moteur reel de croissance la france est inreformable de toute facon. Bien a vous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :