Le retour de la confiance, une tendance lourde ?

 |   |  694  mots
(Crédits : POOL New)
L'élection d'Emmanuel Macron redonne le sourire aux dirigeants d'entreprises. C'est le principal enseignement de "La grande consultation" réalisée par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1. Il reste à espérer que cette confiance perdurera une fois que le gouvernement aura commencé à réformer.

Interrogés dans le cadre de "La grande consultation" par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1*, les 604 dirigeants d'entreprises ont retrouvé le sourire. Pour quelle raison ? La victoire d'Emmanuel Macron suscite de grands espoirs. Précisément, pour la très grande majorité des dirigeants, l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République est une bonne chose à tous les niveaux: tant pour leur propre entreprise (80%), que pour l'économie française (80%) ou encore l'économie mondiale (82%).

Notons une certaine prudence, toutefois. Certes, cet engouement est massif, mais seuls 1% à 2% des chefs d'entreprises interrogés considèrent qu'il s'agit d'une très bonne chose dans chacune de ces situations.

Des ministres peu connus

La composition du gouvernement ne les enthousiasme pas autant. En cause ? La faible notoriété de la plupart des ministres fraichement nommés.

De fait, 61% d'entre eux admettent ne pas connaître suffisamment Gérald Darmanin pour se réjouir ou non de sa nomination au ministère de l'Action et des Comptes publics. Même chose pour Muriel Pénicaud, la ministre du Travail (55%) et dans une moindre mesure pour Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie (30%).

En dépit de ce déficit de notoriété de ces ministres, le premier gouvernement d'Edouard Philippe rassure la majorité des chefs d'entreprise (60%), et notamment de PME (71%). "Ils ont le sentiment que ce gouvernement sera capable de mener une politique cohérente (67%) et que leurs préoccupations en tant qu'entrepreneurs seront prises en compte (70%)", indique le baromètre.

Les dirigeants sont-ils totalement apaisés ? Leurs inquiétudes ont-elles disparues ? En avril, leurs trois préoccupations majeures étaient la fiscalité des entreprises, pour 64% d'entre eux, la simplification des démarches administratives (37%) et la réforme du droit du travail (20%).

Bien que ce sujet ne soit pas la priorité des chefs d'entreprises, 63% d'entre eux voient d'un bon œil la promesse d'Emmanuel Macron le président de la République de gouverner par ordonnance pour accélérer la mise en place de sa réforme du code du travail. Ce pourcentage grimpe à 70% dans le secteur de la construction.

"Plus globalement, les dirigeants font confiance au gouvernement d'Edouard Philippe pour qu'il mène l'ensemble des réformes promises par Emmanuel Macron lors de sa campagne (69%)", observe le baromètre.

Un retour de la confiance

Sans surprise, au regard de l'ensemble de ces éléments, le moral des chefs d'entreprises remonte. Ils sont 39% à se déclarer optimistes et 37% confiants (+10 points pour chacun de ces qualificatifs), quand, à l'inverse l'attentisme et l'inquiétude (27% chacun) sont respectivement en recul de 6 et 12 points par rapport au mois dernier.

Si la méfiance est en légère hausse parmi les dirigeants de TPE (33%, +5 points), il n'en reste pas pas moins que leur état d'esprit s'est très nettement amélioré. De fait, l'indicateur de l'optimisme connait son meilleur score depuis le début du baromètre parmi les entreprises de moins de 10 salariés (116), et son deuxième meilleur score pour l'ensemble des dirigeants (116, également).

Mécaniquement, cet état d'esprit favorable redonne confiance en l'avenir proche. Ainsi, 68% des dirigeants de TPE-PME se disent confiants concernant les perspectives de leur entreprise pour les douze prochains mois (+1 point). Mieux, un sur deux partage cet avis concernant l'économie française (+37 points) mais également 48% pour l'économie mondiale (+24 points). "Ces pics jamais atteints signent le ré-enchantement des dirigeants d'entreprise après une période morose et dénuée d'espoir. Aujourd'hui 64% des interviewés apprécient le contexte actuel ou à venir soit un taux en hausse de 13 points, 27% jugeant que 'c'est très bien en ce moment' (+8 points), et 37% que demain offre la promesse de jours meilleurs (+5 points)", poursuit le baromètre.

Pour l'instant, ce retour de la confiance ne repose que sur des intentions de la part du gouvernement. Espérons que les chefs d'entreprises ne seront pas déçus car, dans ce cas, tout espoir de réduction massive du chômage sera vain.

 ____

* Vous désirez exprimer votre avis, émettre une idée sur les questions économiques ? Rejoignez la Communauté CCI des entrepreneurs en participant à la plateforme d'échanges et de débats : www.grandeconsultation.fr

Opinion Way, CCI France, La Tribune, La grande consultation des entrepreneurs,,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2017 à 19:14 :
@Bertrand. Vous vous êtes trompé de commentaire.
Pour ma part j'essaie toujours d'acheter local comme un allemand: les légumes, la viande , les laitages, ....
a écrit le 06/06/2017 à 17:56 :
Pas la confiance simplement l'état de grâce qui durera plus où moins longtemps en fonction des résultats sur le chômage,sur l'amélioration du niveau de vie des actifs et des inactifs, sur la diminution de la dette française et des impôts, le reste s'apparente à de la communication orientée tout azimuthe pour Mr Macron le nouveau messie....
a écrit le 06/06/2017 à 16:50 :
la communication .. . mais apres ??? a voir le% d abstention ! la confiance n est pas au rendrez vous. il y aura des matins qui déchanteront...les jours meilleurs sont chez mr Mélenchon aux prochains votes
Réponse de le 06/06/2017 à 17:44 :
Disons que les forces vives du pays (entrepreneurs, haut fonctionnaires, représentants des divers corps intermédaires) sont dans l'ensemble content de ce nouveau président. Cela suffit à créer une dynamique.
Les mélenchonistes en dehors de l'économie réelle (grande majorité de fonctionnaires et d'étudiants utopistes) vont peut être bloqués les réformes, mais ils ne jouent aucun rôle pour décider d'avancer.
Ils sont divisés (incapables de s'accorder entre PCF/LO/LCR et Insoumis), incapables de mener un projet constructif. Le pays ne les attendra pas pour relancer son économie.
Réponse de le 08/06/2017 à 11:56 :
Pauvre France si elle doit compter sur le chaviste Melenchon pour se redresser. Un comique troupier @
a écrit le 06/06/2017 à 16:17 :
la confiance reviendra VRAIMENT s'il arrive à faire adopter la réforme du code du travail sans concessions et s'il rétablit l'autorité de l'étant, par exemple en engageant enfin la construction du nouvel aéroport de Nantes à NDDL. S'il fait du Hollande réchauffé la confiance ne passera pas 2017.
a écrit le 06/06/2017 à 15:34 :
Avec Macron, la France va avoir plus de pauvres et de misère pour moins de recettes fiscales,

sauf si Macron pioche dans les poches des classes moyennes et moyennes supérieures,

ce qui va s'avérer INéViTABLE !!!

C'est sûr que la confiance aura servit à quelque-chose, ceux qui vont donner un gourdin pour se faire cogner dessus en seront pour leurs frais... dans tous les sens du terme.
a écrit le 06/06/2017 à 15:09 :
au vu des commentaires c est pas gagné... C est quand meme triste que certains reprennent la propagande de Melenchon sans reflechir. Outre le fait que Macron n est pas un extremiste revant de faire rendre gorge a l ouvrier , ils devraient quand meme se demander pourquoi la France est affligé d un taux de chomage record. Ce qui portege le salarie c est aussi le fait qu il puisse aller voir ailleurs s il n est pas content ! Avec un taux de chomage de 10 % et des gens scotche sur place par des credits immobiliers sur 25 ans, ca risque pas d arriver
Réponse de le 06/06/2017 à 17:59 :
"C est quand meme triste que certains reprennent la propagande de Melenchon sans reflechir. Outre le fait que Macron n est pas un extremiste revant de faire rendre gorge a l ouvrier"

Par contre ,toi comme d'autres ici cela ne vous dérangent pas de reprendre la propagande des LR.Concernant la gorge de l'ouvrier ,c'est en tous cas la première à être tranché et par des ex-socialistes en plus baptisé aile droite du PS comme quoi dès qu'il y a le mot droite ,cela sent le pâté pour les salariés .A lire :«De l'abandon au mépris : comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière», par Bertrand Rothé.On peut donc supposer légitimement que la REM fassent de même vu son électorat de CSP+.
a écrit le 06/06/2017 à 14:30 :
Très bonne nouvelle. Avec en plus la meilleure santé de tous nos voisins (à part UK allez savoir pourquoi...) et la bonne image que Macron renvoie à l'étranger, on devrait voir enfin les chiffres de l'investissement progressaient significativement.
Enfin le bout du tunnel?
a écrit le 06/06/2017 à 12:52 :
Les oligarques sont contents,les derniers obstacles so t désormais levés pour s' en mettre encore plus dans les fouilles ...

Comité Valmy appelle a faire barrage à Macron partout où il se trouve en votant tout sauf Macron en faisant battre je cite, "le camp des fédéralistes maastrichtiens du PS de l’UMP/PR et de leurs alliés, d’une part.." opposé au camp "des républicains progressistes, des patriotes (qui sont aussi des anti-impérialistes conséquents et les véritables internationalistes) d’autre part. C’est le camp du peuple laborieux et de la Nation"...

Ca me rassure de voir d' excellents analystes déborder le clivage bidon droite/gauche.
a écrit le 06/06/2017 à 12:35 :
La mise en place des Grandes Orientations de Politique Économique (GOPE), dictée par cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles, ne risque pas de redonner confiance a nos compatriotes vis a vis de leur classe politique collaborationniste!
Réponse de le 06/06/2017 à 17:38 :
Et si la croissance reprend franchement, vous direz que la zone administrative a du bon ?
a écrit le 06/06/2017 à 12:28 :
Quelle confiance ? Envers un gouvernement qui reprend soit des bras cassés de l'ère Hollande, soit de nouveaux apparatchiks ? Envers une classe politique déconnectée totalement des réalités ? Envers une amélioration du pouvoir d'achat quand on voit poindre nouvelles taxes et nouveaux prélèvements ? Envers une lutte renforcée contre l'islamisme, quand on voit l'inefficacité des mesurettes prises ? Envers une Europe dont les dirigeants continuent de ne pas prendre en compte les désirs profonds des populations ?
Réponse de le 06/06/2017 à 17:37 :
D'avantage confiance dans ce gouvernement que dans votre avis pour bien gérer les affaires !
a écrit le 06/06/2017 à 12:26 :
Je n ai aucune confiance en macron....c est aussi simple que cela.....et j ai pourtant vote deux fois poir lui.....et je ne pense pas etre le seul dans cette situation....paradoxale.....
Ceci étant, aux législative, je voterai 577.....
Deux constats depuis la présidentielle.....nettement l impression que l equipe des proches de macron ressort plus de petits dictateurs en herbes que d autre chose
Deuxièmement.....le projet en creux.....me parait etre....deregulation totale....pour faire allégeance au modèle start up......qui consiste au premier chef a faire de l argent avec l argent des autres...et de leurs impôts....sans poir autant réellement contribuer a une évolution positive de la société.......
Je suis un peu caricatural mais........en fait, tres inquiet sur les demains de nos sociétés.....
Et je ne suis pas certain que les entrepreneurs aient si confiance que cela.....une société doit être regulee avec quelque principes de bases...en particulier....libre concurrence ne veut pas dire jungle.....risque de tirer tout le monde vers la bas......avec comme conséquence une perte forte,compétence...donc de compétitivité.....alors que paradoxalement, les nouvelles technologies,demandent de plus en plus de compétences.....et la technique ...de plus n plus de gens formés.....
Les algorythmes....ne sont pas le,graal du progrès.....juste celui de la finance....
Bref.....le,dieu vivant du moment me semble plutôt ressembler au diable.......qui se niche dans les details.....dit on.....et personne ne,connait pour le moment les,détails...
a écrit le 06/06/2017 à 11:48 :
L'optimisme suffira-t-il à faire baisser le chômage.Souvenez-vous que Hollande (excusez-moi j'allais dire Macron) nous promettait le retour de la croissance qui n'est jamais venu.
Comment pensez que la croissance et sa conséquence le repli du chômage puisse venir des mesures annoncées? Ce qui tue la croissance hier et aujourd'hui c'est des prélèvements excessifs(qui continuent à augmenter), la demande interne reste donc atone et les exportations ne peuvent croitre car tous les pays mènent les mêmes politiques. Au moins compte tenu des sondages et de sa probable large majorité le gouvernement ne pourra accuser Trump and Co.
Réponse de le 06/06/2017 à 12:33 :
excusez moi, mais quand j'achète un produit aux allemands je ne leur demande pas de me préciser la politique de leur pays : ce qui m'interesse c'est leur produit !!!!
a écrit le 06/06/2017 à 10:18 :
"...tout espoir de réduction massive du chômage sera vain." Qui peut penser une seconde que la déconstruction systématique du Droit du Travail va permettre de réduire massivement le chômage? Les "béats" Macronistes et les chefs d'entreprises (Medef) qui ont intérêt à le faire croire. Les objectifs du libéralisme devenu "néo" - "ordo" sont:
La baisse du coût du travail, la destruction du Code du Travail, l'encadrement strict de la Justice, la privatisation rampante de la SS au profit des assurances privées, le démantèlement des régimes de retraite par répartition pour un régime par points ET par capitalisation, la gestion de l'assurance chômage par l'Etat qui le confiera à la fin à une gestion privée.
Au final de coûts bien supérieurs pour des services moindres. (cf les US depuis Reagan - le RU depuis Thatcher - l'Allemagne depuis Schroëder)
Le libéralisme c'est l'intérêt privé, l'individualisme contre le collectif, c'est diviser pour régner. La conséquence s'appelle précarité qui engendre pauvreté, misère...
Réponse de le 06/06/2017 à 12:36 :
si Macron fait ce que vous dîtes, on ne pourra qu'applaudir !!!!! la pauvreté vient d'un manque de compétences et non de l'aide de l'Etat, sinon avec le système que nous avons nous ne devrions plus avoir le moindre pauvre alors que nous en avons 7 millions !!!
a écrit le 06/06/2017 à 9:24 :
"Espérons que les chefs d'entreprises ne seront pas déçus car, dans ce cas, tout espoir de réduction massive du chômage sera vain"

Désolé de casser l'ambiance mais "tout espoir de réduction massive du chômage" est vain étant donné que les actionnaires milliardaires et donc les véritables dirigeants politiques de notre système n'ont jamais autant gagné que depuis la crise financière de 2008 qui fait que les états injectent des centaine de milliards chaque année dans les établissements financiers et autres multinationales, directement dans les poches de ces mêmes milliardaires.

Le chômage de masse permet l'esclavagisme salarial que le néolibéralisme européen est en train de mettre en place un peu partout en UE, via donc le chômage, via le dumping social via les politiques productivistes, ce n'est pas un serviteur placé par ces gens là qui va donc faire baisser drastiquement le chômage, un peu pour se faire réélire peut-être, sinon c'est que vraiment il n'a la main sur rien du tout, mais tant que nous serons en néolibéralisme nous aurons un chômage de masse que nous n'avons toujours pas quitté depuis.

Vous le savez très bien, moi aussi et nous sommes nombreux à le savoir, du coup je pense qu'en ce moment avec toutes les informations passionnantes qu'offrent le monde vous pouvez vous passer de ce genre d'article dont l'effet (je ne parle pas de volonté de le faire hein, c'est du manichéisme c'est tout) au final n'est que de nous faire croire qu'une solution politique à la dislocation de notre démocratie est possible alors que dirigeants politiques et économiques étant bien trop proches pour ceci.
Réponse de le 06/06/2017 à 12:38 :
si il n'y a plus de smig et que l'on peut baisser les salaires, on peut aussi les monter : si j'ai un salarié qui est très compétent je suis heureux de l'augmenter rien que pour le garder !!! quel intérêt de garder un salarié incompétent au smig ?????
Réponse de le 06/06/2017 à 14:21 :
Et donc vous pensez embaucher 5 millions de personnes dans les années à venir !?

Chapeau !
Réponse de le 06/06/2017 à 17:17 :
@Bertrand

"si il n'y a plus de smig "

Effectivement ,le SMIG a existé en France de 1950 à 1970, il a été remplacé par le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) en 1970.
Réponse de le 06/06/2017 à 17:35 :
Tissus d'annerie avec une vision du monde totalement abstraite, loin des réalités.
Le marché de l'emploi est en tension, dans certains domaines, les salaires montent. L'élite capitaliste n'entretient pas un niveau de chomage pour faire pression sur les salaires (non mais quel délire !!) mais elle propose des emplois à une population qui' malheureusement n'a pas les compétences.
C'est un vrai sujet de société, quel métier peut on faire dans un monde où l'écrit/la lecture/connaissance informatique sont indispensables pour apporter de la valeur ajoutée ?
Si nos 10% de chomeurs étaient ingénieurs informaticiens, il n'y aurait pas de chomeurs...
Réponse de le 07/06/2017 à 9:32 :
"Si nos 10% de chomeurs étaient ingénieurs informaticiens, il n'y aurait pas de chomeurs..."

Oh !? Vous voulez dire que le pays a besoin de 5 millions d'ingénieurs ? Ouhaou dites donc !

Je ne reviens pas sur vos autres phrases qui sont encore plus insipides, vous racontez n'importe quoi comme d'habitude.

Merci pour la messe néolibérale mon père mais comme je vous l'ai dit vous prêchez pour rien je suis athée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :