Le télétravail devient la règle, ce n'est "pas une option", prévient Elisabeth Borne

 |  | 416 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Tran Mau Tri Tam / Unsplash)
Le télétravail "n'est pas une option" mais "une obligation" pour les travailleurs, salariés ou indépendants qui peuvent exercer leur activité à distance, a indiqué jeudi soir la ministre du Travail Elisabeth Borne lors de la conférence de presse du Premier ministre sur le reconfinement.

"Le télétravail n'est pas une option. Cette obligation sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise", a indiqué jeudi soir la ministre du Travail Elisabeth Borne lors de la conférence de presse du Premier ministre sur le reconfinement. Ce protocole, soumis aux partenaires sociaux, et qui devait être mis en ligne jeudi soir, précise que "le temps de travail effectué en télétravail est porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l'ensemble de leurs tâches à distance".

"Dans les autres cas, l'organisation du travail doit permettre de réduire au maximum les déplacements domicile-travail et le temps de présence en entreprise pour l'exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail", ajoute le texte. Mme Borne a cité à cet égard l'exemple des architectes ou des ingénieurs de bureaux d'études.

Pour les activités qui ne peuvent être réalisées en télétravail, "l'employeur organise systématiquement un lissage des horaires de départ et d'arrivée du salarié afin de limiter l'affluence aux heures de pointe", selon le protocole. Il s'agit, a cité Mme Borne, notamment des commerces restant ouverts, du BTP, de l'agriculture ou de "tous les intervenants à domicile". Pour ce dernier cas, "il sera nécessaire de disposer d'une attestation de l'employeur".

Les réunions en audio ou visioconférence "doivent constituer la règle" et "les moments de convivialité en entreprise", comme les pots de départ, "ne sont pas autorisés", a-t-elle dit. Les administrations sont soumises aux mêmes règles et "à compter de vendredi, les agents dont les fonctions peuvent être exercées totalement ou principalement à distance doivent impérativement être placés en télétravail cinq jours par semaine", précise une circulaire de la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin.

Mme Borne a réitéré l'engagement pris la veille auprès des partenaires sociaux de prolonger le dispositif d'activité partielle jusqu'au 31 décembre, avec un reste à charge nul pour l'employeur pour "tous les secteurs protégés ou les secteurs qui font l'objet d'une fermeture administrative", comme les cafés, bars, restaurants, salles de sport, etc...

Plus tôt dans la journée, le ministère du Travail avait souligné que ne pas respecter la nouvelle règle sur le télétravail "est un manquement à l'obligation de protection des salariés qui expose l'employeur à une sanction civile ou pénale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2020 à 8:03 :
encore une qui devrait faire un stage en entreprise pour voir que c'est pas si simple
c'est plus facile d'ecrire une circulaire a la con
tiens, ca me rappelle thevenoud ; le gars faisait le singe a l'assemblee nationale contre google qui ne paye pas ses impots, et quand il est pris les doigts dans le pot, il explique que c'est complique de payer ses impots et qu'il a la phobie administrative
euh, oui, c'est sur, expliquer ce que les autres doivent faire, c'est tjs facile, et ca donne bonne conscience a gauche
a écrit le 31/10/2020 à 7:51 :
Télétravail:
Il vous faut détenir personnellement à vos frais: un PC, une connexion illimitée au net à haut débit voire une connexion illimitée au téléphone mais comme on ne pas investir dans un système informatique permettant le télétravail vous viendrez travailler dans les locaux de l'entreprise en prenant les transports publics en moindre nombre et bondés.

Gestes barrières en entreprise:
On a mis partout des affichettes sur les gestes barrières tirées à la photocopieuse car on a pas les moyens de faire autrement. Il y a des distributeurs de gel que personne n'utilise. Le port des masques est obligatoire et on a mis des plexis entre les salariés. Compte tenu du civisme, si vous ne portez pas les masques dans les open-spaces archipleins: PERSONNE NE VOUS DIRA RIEN. Vous pourrez éternuer sans mettre la main devant la bouche, bailler ou éclater de rire de la même manière en face de la personne qui est devant vous sans plexi : PERSONNE NE VOUS DIRA RIEN. La femme de ménage passe tous les 36 du mois. On ne peut rien dire à ces personnes qui acceptent de venir travailler pour 4 sous car si non l'entreprisse ferme.

Pendant ce temps-là les cadres sont enfermés dans leur bureau masqués sans aucun contact avec les zones à risques.

On a les meilleurs décideurs, les meilleurs patrons, le meilleur protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise, les meilleurs textes de loi: youpi !
Réponse de le 31/10/2020 à 11:39 :
Un jour peut-être il y aura la visite d'une dame contrôleuse du travail de la DIRECCTE ("en manque de moyen"). Dès son arrivée dans le bâtiment l'alerte sera donnée à la direction. Immédiatement les chefs de plateaux sont prévenus par un coup de fil chacun dans leur salle. Tous les salariés qui ne portent pas de masque le mettent.
"Si on vous pose des questions, vous dites que tout le monde le porte en permanence, sinon on va fermer": dit la chef.

La dame de la DIRRECT fait son petit tour et on lui montre bien toutes les affiches partout, les pots de gel hydrologique, le règlement intérieur, le papier, les personnes sont masquées. Elle ne pose pas de questions aux salariés; de toutes façons: "tout le monde porte le masque et est très culture d'entreprise".
Tout va bien. La rappel des règles d'hygiène et sécurité est répétée à la direction mais il n'y a aucun écart constaté. Tout va bien.

La dame est partie: "vous pouvez enlever les masques et continuer de postillonner sur vos voisins" !
a écrit le 30/10/2020 à 17:32 :
Borne prend ses rêves pour des réalités. C'est pitoyable.
a écrit le 30/10/2020 à 14:35 :
Etonnant également de voir comment ces technocrates libéraux ne considèrent les salariés que comme des facteurs de production: toute épaisseur sociale, voire humaine, a disparu. Pour eux, si la fonction qu'ils exercent est "télétravaillable", pas d'excuses, il faut rester à la maison! Jamais il ne leur viendrait à l'idée que leurs concitoyens, qui ne vivent pas dans les palais de la République, peuvent être soumis à des conditions de logement et de vie qui empêchent de fait de télétravailler: logement trop exigües, présence d'enfants en bas age, hébergement chez des tiers, absence de matériels et d'abonnements...etc.
Réponse de le 30/10/2020 à 20:17 :
"peuvent être soumis à des conditions de logement et de vie qui empêchent de fait de télétravailler: logement trop exigües, présence d'enfants en bas age, hébergement chez des tiers, absence de matériels et d'abonnements...etc. "

Ceux qui font du télétravail sont principalement cadre à près de 90% ils sont déjà équipé en informatique depuis longtemps chez eux et ne vivent pas dans des taudis ,donc à part un enfant en bas age ,l’école reprends pour les autres.Ensuite,il y a des accords d'entreprises sur ce sujet dans les grands groupe ou bossent ces cadres pour les autres populations en télétravail effectivement il peut y avoir des problèmes. .
a écrit le 30/10/2020 à 14:17 :
ce qui n'est pas une option c'est le confinement islamiste . Macron que fais-tu ? La gestion du pays est pétainiste . Lamentable !
a écrit le 30/10/2020 à 10:08 :
Voilà une belle règle type fonction publique intellectuelle qui ignore totalement l'industrie, les sciences appliquées, l'artisanat, l'art, le travail manuel en général, le pain quotidien en particulier. Ce monde fonctionnarisé et sans vision à long terme a hélas pris le pouvoir en France pour la détruire de crise en crise, de guerre en guerre : fonte des retraites, fiscalité verte, gilets jaunes, incendies, pandémie à l'hopital, séparatismes, expressions provocatrices, mort cérébrale. Que l'Etat donne enfin à chacun un respirateur!
a écrit le 30/10/2020 à 9:27 :
Le raisonnement Startupeur de LAREM considère qu une entreprise, c'est la somme de compétences des individus, pas plus ! Donc chaque salarié peut travailler de son côté, chez lui. E Borne oublie (ou plutôt ignore) que les échanges directs et fréquents entre salaries créent de la "richesse" ou de l'efficacité : échange d'idées, expérience, subsidiarité... Pour favoriser et compléter, sur le site d'une entreprise, on trouve des moyens techniques mis en commun : labo, informatiques, documents, outils....Tout ne passe pas par les réseaux (ou plutôt, presque rien ne passe par ...). On est toujours dans l'idée naïve que le logiciel Contact covid est essentiel dans la résolution de la crise : il aurait mieux valu finacer l'hopital quand il était encore temps et valoriser les personnels en les embauchant et en les valorisant en les payant mieux ! Quel échec !
a écrit le 30/10/2020 à 7:46 :
Cette pandémie va avoir des effets catastrophiques d'un point de vue social et économique. On pourra constater dans les prochains mois une hausse du chômage et de la délinquance. D'autres secteurs tireront leur épingle du jeu, notamment les grands distributeurs qui ont eu les moyens de s'adapter (l'adaptation a un cout difficilement supportable par les commerces de proximité - cout = investissement certes, mais aussi compréhension des enjeux, trouver les bon partenaires, repenser ses process, chaine de valeur, etc.). Pour en revenir au télétravail, il étonnant que le code du travail n'a pas été adapté car c'est un report du cout d'exploitation du m² de bureau à 100% sur le salarié... Et on aura beau dire ce que l'on veut, une entreprise n'existe (encore, on ne sait pour combien de temps - robots logiciels et/ou physique, IA, les belles avancées tech blablabla) que grâce à ses salariés. Mêmes si les mesures de soutien peuvent paraitre volontaristes, je suis très pessimiste car encore une fois, pouvoir bénéficier de ces aides relève encore du parcours du combattant (et le temps manque), la plateforme dématérialisée étant assez lente et les banques (encore elles..) ne jouent pas forcément le jeu. Comme le disait madame Lagarde, il faut faire attention à ce que les mesures d'aide alimentent réellement l'économie réelle (oui oui je sais, la tournure de phrase...) car elle sait très bien quel est le comportement du secteur bancaire. Il faut faire pression sur les banques pour qu'elles se délestent rapidement des aides et qu'elles justifient les attributions (pas d'investissement) sinon coup bambou (comprendre mise sous tutelle). Les enjeux sont trop importants pour les laisser faire.
a écrit le 30/10/2020 à 3:05 :
Pour les faibles du bulbe cephalo rachidien, mine de rien, cette mesure met la laisse au cou de tous ces gens qui bossent a domicile.
Corveables a merci. Pour l'entreprise des frais en moins. Merci micron.
En 22 votez mieux.
a écrit le 30/10/2020 à 1:50 :
on ne sait pas si il faut sourire des conneries de cette femme qui visiblement n'a jamais rien foutu de sa vie : tout chef d'entreprise à peu près raisonnable va arrêter sa boite car cela deviendra totalement ingérable !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :