Quitter Paris, ça vous télétravaille ?

 |  | 581 mots
Lecture 3 min.
Selon une étude de Drimki, le nombre de logements à vendre ne cesse de baisser depuis le mois de juin dans les dix villes normandes les plus peuplées.
Selon une étude de Drimki, le nombre de logements à vendre ne cesse de baisser depuis le mois de juin dans les dix villes normandes les plus peuplées. (Crédits : Agence Why)
C’est le pitch de la campagne de promotion qui tourne sur les réseaux sociaux à l’initiative de l’agence normande pour l’attractivité. Elle prend le pari que la montée en puissance du télétravail contribuera à lever les ultimes verrous dans l’esprit des cols blancs candidats à l’exode.

Enquête après enquête, les Parisiens le disent : ils sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter la capitale, une envie qui s'est encore cristallisée pendant le confinement. Rares pourtant sont ceux qui se risquent à franchir le Rubicon malgré les offensives de charme insistantes des régions proches de l'Ile de France. La Normandie, comme ses voisines, a beau déployer des trésors d'arguments, elle se heurte le plus souvent à un obstacle : l'adéquation entre le ou les CV des candidats au départ et le gisement d'emplois local. Sans perspectives de carrière immédiates, difficile d'imaginer poser ses valises dans un ailleurs plus lointain, si attirant soit-il....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :