Les défaillances d'entreprises en recul sur un an

 |   |  521  mots
Dans la construction, les défaillances d'entreprises sont en baisse de 1,4% entre août 2018 et août 2019.
Dans la construction, les défaillances d'entreprises sont en baisse de 1,4% entre août 2018 et août 2019. (Crédits : Reuters:Benoit Tessier)
Les défaillances d'entreprises cumulées sur 12 mois en France ont diminué de 0,7% à 52.893 fin août, par rapport au même mois de 2018, après une stabilisation enregistrée en juin et en juillet, a indiqué ce mercredi la Banque de France.

Les voyants sont au vert pour la démographie d'entreprises. Selon le dernier bulletin de la Banque de France publié ce mercredi 13 novembre, le nombre de défaillances d'entreprises sur un an a diminué de 0,7% en glissement annuel. À la fin du mois d'août dernier, le nombre cumulé de défaillances sur les douze derniers mois s'établit à 52.893 contre 53.241 en août 2018. D'après des chiffres encore provisoires, le cumul sur les douze derniers mois s'élève à 52.398, soit une baisse de 1,9% entre septembre 2018 et septembre 2019.

Des disparités entre les secteurs

L'enquête fournie par l'institution bancaire montre que tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne. L'information-communication (-4,4%), le commerce (-2%), les activités immobilières (-1,9%) et la construction (-1,4%) ont enregistré des baisses par rapport à août 2018. Les défaillances reculent également dans le domaine des conseils et services aux entreprises (-0,8%) et dans l'industrie (-0,2%), pourtant confrontée à une conjoncture très instable.

À l'opposé, d'autres secteurs ont connu des périodes plus troublées. Il s'agit des transports (6,6%), des activités financières et d'assurance (4,6%), ou encore de l'enseignement, la santé et les services aux ménages (1,6%).

Des défaillances en recul pour les microentreprises

Par taille d'entreprise, les défaillances cumulées sur les douze derniers mois sont en recul de 1% pour les microentreprises, à 49.963 contre 50.450 en août 2018. Les entreprises de taille intermédiaires (ETI, entre 250 et 5.000 salariés) et les grandes entreprises ont également connu une baisse de défaillances sur la même période bien plus marquée (-17%).

En revanche, les petites et moyennes entreprises (moins de 250 personnes avec un chiffre d'affaires inférieur à 50 millions d'euros) ont enregistré une hausse respective des défaillances de 9% et 18%. Elles sont en légère hausse de 1,3% pour les très petites entreprises (TPE) de moins de 20 salariés qui réalisent moins de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Une baisse de la croissance à prévoir

Malgré ces résultats favorables, la trésorerie des entreprises pourrait connaître des tensions dans les mois à venir. En effet, la plupart des instituts de statistiques anticipent un ralentissement de l'économie en 2020. Lors d'une récente réunion organisée par l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), la plupart des institutions publiques et privées invitées tablent sur une croissance de 1,2% en 2020 contre 1,3% en 2019 et 1,4% en 2018.

"Le consensus s'oriente vers une contribution de la demande intérieure hors stocks à la croissance moins importante qu'en 2019 (en particulier de l'investissement des entreprises non financières et celui des administrations publiques) ainsi qu'une contribution négative du commerce extérieur"explique une note de blog.

Outre les nombreuses incertitudes sur la scène internationale, de nombreux économistes s'interrogent sur la consommation à venir des Français. Après avoir connu une hausse importante du pouvoir d'achat en 2019, beaucoup de ménages français ont privilégié l'épargne à la consommation cette année. Pour l'année prochaine, certains conjoncturistes font le pari d'une légère transformation des moteurs de la demande intérieure, passant de l'investissement des entreprises à la consommation des ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 9:35 :
Moins il y a d'entreprises et moins il y a de défaillances.
a écrit le 13/11/2019 à 15:22 :
Moins il y aura d'entreprise et moins il y aura de défaillance, logiquement!
Réponse de le 13/11/2019 à 16:53 :
Oui, c'est la le vice ! et mesurer sur un mois est difficile, du coup difficile de faire une idée surtout lorsque l'on annonce une croissance en berne l'année prochaine !
Réponse de le 13/11/2019 à 18:22 :
"logiquement" à que non parce ce qu'il se crée toujours des entreprises dont certaines péricliteront à plus ou moins longue échéance .
Vous raisonnez à nombre constant en oubliant les créations .
Réponse de le 14/11/2019 à 15:28 :
désormais ils vont pouvoir bénificier du chomage. la suite ? la courbe des statistiques confirmera
a écrit le 13/11/2019 à 15:18 :
Le flux et le reflux, signe de la médiocrité macroniène, dans la mer de l'immobilisme fonctionnarisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :