Les dirigeants d'entreprises ont-ils retrouvé confiance ?

 |   |  597  mots
Près de 40% des chefs d'entreprise estiment que leur métier peut être concerné par une concurrence comparable à celle subie par les taxis.
Près de 40% des chefs d'entreprise estiment que leur métier peut être concerné par une concurrence comparable à celle subie par les taxis. (Crédits : Reuters)
Interrogés par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1 dans le cadre de « La grande consultation », les dirigeants d'entreprises admettent envisager l'avenir avec plus de sérénité qu'au mois de juillet. Les prévisions d'embauche ne sont en revanche guère fameuses. Dans leur majorité, ils estiment que la loi NOTRe est une bonne réforme et que la Conférence sur le Climat à Paris (COP 21) en décembre n'est pas intéressante.

A-t-on retrouvé le chaînon manquant, celui sans qui la reprise de l'activité économique ne saurait être durable ? Autrement dit, la confiance est-elle de retour ? A la lecture des résultats de la quatrième vague de résultats de la Grande consultation réalisée par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1, le moral des dirigeants s'est nettement amélioré depuis juillet. En effet, l'indicateur mesurant leur optimisme a fait un bond de 22 unités depuis le dernier sondage de pour atteindre 130 points. Depuis février 2015, date de la première « Grande consultation », l'indicateur a gagné 30 points. Il pourrait encore progresser au cours des prochains mois, 45% des dirigeants interrogés considérant que les perspectives de leur entreprise sont favorables.

" Il est trop tôt pour prédire que c'est le début de la fin ... de la crise ! Mais c'est le signe que les réformes qui ont été entreprises vont dans le bon sens. La France a besoin de ce vent de réformes et il faut encore aller plus loin, notamment pour simplifier le quotidien des entrepreneurs. Cette progression de la confiance est un bon signe car c'est de confiance dont les PME ont besoin. D'une confiance malmenée par des systèmes qui changent trop souvent. D'une confiance que de nouvelles normes ne viendront pas entraver le développement. D'une confiance en une solidarité et une équité de traitement au niveau européen ", avance André Marcon, le président de CCI France.

Les effectifs seront simplement maintenus

Malheureusement, ce regain de confiance ne devrait pas se traduire par une reprise des embauches, du moins à court terme. En effet, 84% des chefs d'entreprises comptent maintenir le nombre de leurs salariés. Ils sont 7% à envisager de les réduire et 9% à prévoir de les augmenter.

Interrogés sur les sujets les plus chauds de l'actualité, les dirigeants ont des avis assez partagés sur les réformes à venir. Ils sont 69% à estimer que la loi NOTRe, qui donnera naissance le 1er janvier 2016 à treize grandes régions, est favorable à leur territoire. Ils sont 65% à considérer que cette réforme aura des effets positifs sur leur entreprise.

La crise grecque les inquiète davantage que la propagation du modèle Uber

La crise grecque les inquiète. Malgré son dénouement, et bien que les exportations tricolores vers la Grèce - un pays avec lequel la France est l'un des rares à afficher un excédent commercial - ne représentent que 0,49% des exportations françaises totales, 75% d'entre eux estiment que la situation économique de la Grèce peut nuire à l'activité de leur entreprise.

Quant à la concurrence d'entreprises dont le modèle économique reprendrait celui d'Uber, elle est désormais réelle pour 21% d'entre eux. Tous les secteurs sont concernés : l'industrie, la construction, le commerce et les services.

La Conférence sur le Climat à Paris (COP 21) en décembre les passionne-t-elle ? Pas vraiment. Ils sont 71% à ne pas vouloir y participer si l'occasion devait se présenter. " Pourtant, l'enjeu est capital. Sur ce champ, nous avons un rôle à jouer en matière d'information, de sensibilisation et aussi pour montrer que derrière les contraintes il y a des opportunités de développement et de nouvelles façons de produire ", estime André Marcon. Il reste quelques semaines pour convaincre les dirigeants d'entreprises de l'intérêt et de l'utilité de cette manifestation.

*Vous désirez exprimer votre avis, émettre une idée sur les questions économiques ? Rejoignez la Communauté CCI des entrepreneurs en participant à la plateforme d'échanges et de débats : www.grandeconsultation.fr

Bandeau Grande Consultation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2015 à 14:43 :
la confiance des patrons se mesurera au niveau d'investissement et de recrutement des mois à venir , pour l'heure elle n'est pas visible !
a écrit le 17/09/2015 à 9:25 :
Oui, 1,1 milliard de réduction de charges des entreprises décalée de 3 mois, y’a pas de quoi faire tout un cinoche. L’argent va servir ailleurs. Mais les dont de particuliers et d’entrepreneurs sont les bienvenus. Les prélèvements reculeront tout de même massivement en 2016.
………………
- Allègements de cotisations patronales entre 1,6 et 3,5 SMIC à compter du 1er janvier 2016 avec la diminution de 1,8 point des cotisations familiales (4,5 Md€).
C’est donc reporté de 3 mois.
……………
Mais
- Suppression des cotisations patronales de sécurité sociale au niveau du SMIC
- Allègements de cotisations patronales entre 1 et 1,6 SMIC au 1er janvier 2015, en supprimant la distinction entre entreprises de moins de 20 et de plus de 20 salariés (4,5 Md€).
- Allègement de cotisations salariales entre 1 et 1,3 SMIC à compter du 1er janvier 2015, afin de rendre les cotisations sociales plus progressives (2,5 Md€).
(Procurera un peu plus de 500 € /an à un travailleur payé au SMIC. Cette mesure sera adaptée et déclinée au bénéfice des fonctionnaires).
- Allègements de cotisations en faveur des indépendants au 1er janvier 2015, dont les exploitants agricoles, de plus de 3 points (1 Md€).
- Abattement de C3S à compter du 1er janvier 2015 (1 Md€).
(La première phase de suppression progressive de la C3S permet aux PME, d’être pour un grand nombre d’entre elles exonérées totalement de l’imposition du fait de la mise en place d’un abattement à la base).
- Abattement complémentaire de C3S et suppression de cette contribution en 2017 (au final : 6,2 Md€)
- Suppression en 2016 de la contribution exceptionnelle d’impôt sur les sociétés de 28/12/2011 (2,6 Md€).
- Diminution du taux d’impôt sur les sociétés à compter de 2017 pour atteindre 28 % en 2020
- Allègement d’impôt sur le revenu 2014 pour près de 4 millions de ménages modestes dont le revenu fiscal de référence n’excède pas le montant imposable d’un salaire de 1,1 fois le SMIC annuel pour 2013. (1,16 Md€)
(Réduit l’impôt pour 3,7 M de foyers fiscaux et 1,9 M d’entre eux resteront ou deviendront non imposés)
(Permet de compenser immédiatement les effets du gel du barème de l’IR au titre des années 2011 et 2012)
- Baisse des impôts pour 9 millions de foyers en 2015, soit 1/3 des contribuables. Dont 3 millions de ménages deviendront non imposables. Conséquence de la suppression de la première tranche et de la revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu.
- Nouvelle baisse d’impôts de 2 Md vient d’être décidée.
- Dans le Programme d’Investissement d’Avenir, PIA, au bénéfice du ministère de la défense, ouverture de 250 M€ de crédits.
(Cette ouverture permettra de renforcer le financement de l’excellence technologique des industries de la défense, au-delà des 1,5 Md€ ouverts en LFI)
- PIA :
2010 : 35 Md
2013 : 12 Md
2016 : De nouveaux crédits devraient être votés.
- Nouvelle France Industrielle :
34 plans industriels, compte désormais neuf plans + un plan transversal baptisé "Industrie du futur"
1,5 Md avaient été débloqué pour la 1ère phase, pour plus de 320 projets lancés, 2013-2015.
3,4 Md seront alloués dans la 2ème phase, 2016.
- Loi sur la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale, mars 2015.
- TVA baisse à 5 % sur les logements sociaux, 2014.
- TVA baisse à 10 % sur les logements intermédiaires, 2014 Loi Pinel.
- Exonération de taxe foncière sur les méthaniseurs agricoles
- Crédit d'impôt pour la transition énergétique, 2015.
- Imposition des plus-values de cession des terrains à bâtir, en sorte qu'elles soient exonérées d'impôt sur le revenu au bout de 22 ans, au lieu de 30 ans actuellement.
- Un abattement supplémentaire de 30% sur les plus-values pour les promesses de ventes conclues entre le 1er septembre 2014 et le 30 décembre 2015.
- Aménagement des droits de mutation à titre gratuit, pour combattre la rétention foncière, la loi prévoit une exonération temporaire de droits de mutation sur les donations de terrains à bâtir dans la limite de 100.000 euros. Elle concerne les donations constatées par un acte authentique signé entre le 1er janvier et le 31 décembre 2015. La condition pour en bénéficier ? S'engager à construire dans un délai de quatre ans un logement destiné à l'habitation.
- Une exonération temporaire de droits de mutation a été également votée pour les donations entre vifs d'immeubles neufs à usage d'habitation qui n'ont jamais été occupés, ni utilisés sous quelque forme que ce soit. L'exonération partielle, qui peut également atteindre 100.000 euros, s'applique à des donations constatées par un acte authentique, portant sur des immeubles pour lesquels un permis de construire a été obtenu entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2016, et signé dans les trois ans suivant l'obtention de ce permis.
- Crédit d'impôt en faveur de l'agriculture biologique.
- Crédit d'impôt pour les éco-prêts à taux zéro
- Suppression de taxes à faible rendement
- Prolongation et extension du prêt à taux zéro, PTZ, jusqu’au 31/12/2017.
- Crédit d'impôt pour dépenses de travaux prescrits par un PPRT, Plan de Prévention des Risques Technologiques.
- ISF, le bouclier fiscal version Hollande (plafonnement à 75%) a coûté plus cher aux finances publiques que celui mis en place par Nicolas Sarkozy (à 50%). En cause: l'annulation par le conseil constitutionnel du dispositif visant à limiter l'optimisation fiscale fin 2013. En 2014 un manque à gagner pour les finances publiques de plus de 900 millions d'euros. Merci aux du conseil constitutionnel !
- Renforcement des contrôles et des sanctions contre les fraudes au détachement de salariés détachés.
- Formation de 40 000 demandeurs d’emplois sur les métiers non pourvus dans les TPE et PME
- Le relèvement des obligations liées aux seuils de 9 à 10 salariés à 11.
- La possibilité de renouveler 2 fois les CDD et contrats d’intérim
- Sur-amortissement de 40% de la valeur des investissements en installations et outillage industriels qui seront réalisés entre le 15 avril 2015 et le 15 avril 2016.
Equivaut à une baisse de 0,4% du taux de l’impôt sur les sociétés durant l’utilisation des équipements concernés
- CICE qui monte en puissance.
Mesure chiffrée :
2013 : 13 Md
2014 : 20,3 Md
Les entreprises ont la possibilité de pré-financer leur créance CICE avec l’appui notamment de la BPI.
Avec la Banque Publique d'Investissement (BPIfrance), elles peuvent ainsi bénéficier d'un crédit de trésorerie immédiat (jusqu'à 85 % du financement anticipé du CICE).
En 2015, les entreprises ont la possibilité d'utiliser le reliquat de CICE non imputé pour acquitter leurs acomptes d'impôt sur les sociétés.
- PRIME de 4.000 euros pour l'embauche d'un premier salarié (juin 2015) :
> Entreprises concernées n'ayant jamais eu de salarié ou n'en ayant pas eu depuis au moins 12 mois.
> Embauches en CDI et CDD de plus de 12 mois, entre 09/06/15 et le 08/06/16.
> 2.000 euros pendant 2 annnées (cinq cents euros / trimestre).
> 2 million de très petites entreprises « sont visées par cette mesure »
- C.I.R. Crédit Impôt Recherche monte en puissance.
- Bpifrance qui monte en puissance.
- Prêt Nacre, augmentation de l’enveloppe du dispositif réservé aux demandeurs d'emplois pour la création d’entreprises, juin 2015. (prêt à la création de 1.000 à 8.000 euros + aide à la finalisation du projet de création ou de reprise d’entreprise + appui systématique pour établir des relations de qualité avec une banque + un accompagnement « post-création » d’une durée de trois ans
- Projet de loi sur le numérique mie en ligne en juin et ouvert aux contributions.
- Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi.
- ADEME, Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie monte en puissance.
- AFD, Agence Française de Développement monte en puissance.
- Label Fintech créé par le pôle de compétitivité Finance Innovation
- Parcours unifié de l’export pour les PME : Business France + les CCIFI.
- l'Agence Française de Développement (AFD) et le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) démarrent une coopération pour promouvoir la filière française à l'international, dans les pays en voie de développement, mai 2015.
- Code Minier, réforme en cours.
- Loi(s) Macron
- FranceAgriMer, blé dur, plan de relance pour doubler la production en France d'ici 2025.
- Enveloppe de 100 millions d’euros a été débloquée pour inciter les maires "bâtisseurs"
- Dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif Pinel qui remplace le dispositif Duflot:
> achat d'un logement neuf ou réhabilité, entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2016, dans une zone de tension, par un particulier ou une société civile de placement immobilier (SCPI)
> engagement de location de 6, 9 ou 12 ans, avec un avantage fiscal de 12 %, 18 % ou 21 %
> location du logement nu, respectant des critères de performance énergétique, à un prix inférieur au marché
> possibilité de louer à un descendant ou ascendant, sous conditions, depuis le 1er janvier 2015
- Aide aux collectivités locales qui investissent dans le BTP, la part de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) perçue par les régions passe de 25% à plus de 50%. Le "bloc communal " (commune, intercommunalité) pourra compter sur près de 1,4 milliard de ressources supplémentaires, les départements sur près de 1,7 milliard d'euros alors que les régions perdront... 953 millions d'euros de ressources.
Les régions étant moins nombreuses, ça semble cohérent et cela va compenser les baisses de dotations de l’Etat.
……………
ETC.
Etc.
............
Lorsqu'un âne décide de ne pas bouger............................
Réponse de le 17/09/2015 à 18:03 :
whaouuuuuuuu! genial, vous avez l'air super interesse!!!!
je n'ai qu'une chose a dire ' foncez, c'est le moment ou jamais, et votre pays a besoin de vous'
a part vous ca n'interesse plus personne, d'ailleurs tt le monde a compris qu'il fallait soit s'aligner sur le moins disant en reduisant les capacites ( de tous ordres), soit partir quand on est encore assez jeune!
mais allez y, ca fait plaisir de voir des gens encore motives comme vous qui sont prets a se taper le boulot et a sacrifier leur vie pour ' le remerciement a la francaise'!!!! ;-)))) bravo je vous tire mon chapeau, vous etes la perle rare, l'elu de la nation, le jesus qui va multiplier les emplois justes en france en se devouant pour les autres!!!
quelle devotion, quelle abnegation!!
;-)))))))))))))))))))))))
Réponse de le 17/09/2015 à 19:39 :
rien a rajouter:ce sont des FAITS qui prouvent que l'économie redémarre grace aux réformes structurelles.les bobo libéraux peuvent gémir,les faits sont tetus!
Réponse de le 18/09/2015 à 9:42 :
@churchill
Votre réponse est au top niveau!
Je vais la reproduire, l'encadrer et l'accrocher dans mes WC!
Je compte sur vous pour une autre performance du même style!
C'est que j'ai 2 WC, merci par avance!
a écrit le 17/09/2015 à 9:15 :
l'heure est au desinvestissement massif, vu que ca ne sert a rien d'investir, hormis se coller un ulcere pour avoir la chance de remplir les caisses de l'etat sous les insultes....
( vaut mieux laisser ca aux autres, ca ' reduit les inegalites dans le stress et la prise de risques', comme on dit ;-)))))))) )
pour le reste il y a de la confiance vu que ' ca se degrade moins vite que prevu'!!! finalement faut prendre la rethorique ambiante, pas vrai?
a écrit le 17/09/2015 à 8:39 :
Si l'on veut attirer des clients, on ne peut que dire que l'on est confiant pour sa "boutique", mais ce n'est que du marketing et non pas une réalité!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :