Les entreprises tricolores de plus en plus disposées à acheter du "Made in France"

 |   |  461  mots
(Crédits : Reuters)
De plus en plus d'entreprises françaises se montrent sensibles à l'achat de produits "Made in France", selon l'étude annuelle du cabinet AgileBuyer et du Conseil national des achats, sur les relations entre les clients et les fournisseurs, publiée ce mardi 8 janvier. Dans le même temps, la réduction des coûts restera le premier objectif pour l'année 2019 pour la majorité des entreprises sondées.

L'approvisionnement auprès de fournisseurs proposant une production française plutôt qu'étrangère est désormais considéré dans l'attribution des contrats par une majorité de professionnels des achats et 53% des acheteurs interrogés tiennent compte du critère "Made in France" (ou achat local), révèle l'étude annuelle d'AgileBuyer et du Conseil national des achats publiée ce mardi.

« Non seulement ce pourcentage passe pour la première fois au-dessus de la barre des 50% depuis qu'il est mesuré, mais il progresse également de manière constante : uniquement 31% en 2017 et 43% en 2018 », précise Olivier Wajnsztok, directeur associé de AgileBuyer.

Pour expliquer cette évolution, l'étude invoque "un certain changement de mentalité" chez les acheteurs. « Totalement incongrue il y a peine quelques années, l'idée d'avoir des critères d'attribution du business en rapport avec le "Made in France" a fait son chemin », souligne l'enquête, ajoutant qu'il ne faut pas y voir "un patriotisme exacerbé".

Seuls 10% des acheteurs considèrent le "Made in France" comme une contrainte

Dans l'hôtellerie et la restauration ainsi que dans la mode ou le luxe - des secteurs où l'achat local est devenu une "marque de fabrique" -, respectivement 78% et 64% des acheteurs favorisent des produits fabriqués dans l'Hexagone. Dans des branches où la production est internationalisée, un produit fabriqué en France n'est pas un critère de sélection d'un fournisseur. Ainsi, le niveau tombe à 32% dans l'automobile.

Côté prix, seulement 10% des acheteurs estiment que le "Made in France" est une contrainte car cela reviendrait "selon eux, à acheter plus cher", ajoute le document.

La réduction des coûts reste prioritaire pour les entreprises pour 2019

L'autre enseignement de cette enquête est que la réduction des coûts restera pour 75% des personnes interrogées le premier objectif pour l'année 2019, un résultat qui augmente de 3 points par rapport à l'année précédente. Cette proportion avait chuté de dix points l'an dernier par rapport à 2017, inversant la tendance après cinq années de hausse plus ou moins continue pour atteindre son plus bas niveau depuis 2013.

La progression attendue en 2019 « qui ne montre pas non plus un changement de cap radical, traduit tout de même une inquiétude des directions des achats pour 2019, dans un contexte politique et économique, aussi bien au niveau international que national, plus tendu qu'en 2018 », est-il souligné dans le rapport de présentation de cette étude.

« Un certain nombre d'organisations ont d'ores et déjà anticipé un ralentissement économique et donc des réductions de coûts à venir ».

Là encore, l'intérêt varie en fonction des secteurs. En effet, « les entreprises industrielles sont davantage portées sur cet objectif que les entreprises de services », estime l'enquête.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2019 à 20:06 :
Les entreprises françaises achètent français, quand l'état français fera t-il de mème ? Je suis trés souvent en Allemagne, je n'ai encore jamais vu une voiture de police allemande qui ne soit pas de marque allemande, alors qu'en France , Skoda, Dacia , Volkswagen Ford etc ...ont une belle part du gâteau. Les régles européennes sont pourtant les mèmes en Allemagne ou en France , mais le comportement des acheteurs de l'état est différents. Outre le prix des véhicules, il y a les cotisations sociales et ce ne sont pas les cotisations roumaines , tchèques ou allemandes qui paient les retraites des français. Il serait judicieux de l'intégrer dans la comparaison des prix. L'europe a bon dos, il s'agit d'un problème franco français.
a écrit le 09/01/2019 à 10:55 :
Bonjour, ne pourriez-vous privilégier l'expression "Fait en France" au lieu de "made in".
a écrit le 08/01/2019 à 20:41 :
Au lieu de ¨Made in France¨, pourquoi ne pas utiliser tout simplement ¨ Fabriqué en France¨, ce qui renforcerait la provenance du produit, tout en valorisant la belle langue française.
Réponse de le 09/01/2019 à 10:59 :
Bravo Pégé, j'ai écrit mon commentaire avant de voir le vôtre. Je ne suis donc pas la seule ! Chaque fois que je vois une pub pour le made in France, je réagis en réclamant le Fait en ou Fabriqué en France ! C'est aux Français de l'imposer et non de se plier aux habitudes !
a écrit le 08/01/2019 à 12:30 :
Au final, rien n'a changé, et toujours la même erreur : priorité à la réduction des coûts, et donc au bas de gamme, pour être sûr de ne pas être rentable.

Pourtant, ceux qui s'en sortent malgré les crises sont ceux qui innovent constamment, et avec des produits de qualité, même s'ils un peu plus cher.

Après, c'est un cercle vicieux :
produit bas de gamme => prix bas de gamme => salaire des employés faible => pouvoir d'achat faible => ne peut acheter que des produits bas de gamme

un cercle vicieux dont on ne veut surtout pas sortir...
Réponse de le 09/01/2019 à 5:13 :
Il y a quelques annees, j'ai ouvert un bistro ici a Seoul. Pour parfaire l'esthetique francaise, j'ai commande un max de couverts made in laguiole.
Au bout de deux ans de lave vaisselle, tous les plastics avaient fichu le camp.
J'ai change pour de l'inox local, moins cher et perenne.
Réponse de le 09/01/2019 à 10:00 :
Si Matins Calmes avait acheté des couverts en plastique en Corée qu’elle aurait été leur durée de vie ?
Réponse de le 09/01/2019 à 11:30 :
Matins Calmes, votre illustration vise à démontrer que la qualité Française est mauvaise, alors qu'il s'agit à priori ici d'une erreur de choix. Les Laguioles choisis ne sont pas adaptés à un usage de type restauration tout simplement. Comme une robe Dior n'est pas adaptée pour faire du footing et une Porsche 911 pour faire du tout terrain.
Je n'ai d'ailleurs jamais vu de Laguiole dans un restaurant en France, ce qui signifie au minimum que c'est rare.
Réponse de le 09/01/2019 à 13:19 :
@matin calme.
Ma boite a voulu faire des économies en s'équipant d'un,e flotte de voitures de fonction d'un marque coréenne. Au bout de deux ans, les commerciaux n'en voulaient plus : Voiture bruyante, moteur poussif, peinture de mauvaise qualité, plastique de bas de gamme, suspension inexistante et SAV nul. Bref du bas de gamme.
Ma boite a du repasser sur une marque française.
Réponse de le 09/01/2019 à 13:40 :
C'est surtout que Laguiole n'étant pas une marque suffisamment protégée, la majorité du matériel qu'on trouve dans le commerce n'est qu'une contrefaçon fabriquée au Pakistan ... et certainement pas de la même qualité que les vrais Laguiole fabriqués en France (et sûrement pas au même prix non plus) !
a écrit le 08/01/2019 à 11:30 :
"Dans le même temps, la réduction des coûts restera le premier objectif pour l'année 2019 pour la majorité des entreprises sondées"

Cette mentalité financière européenne de réduction des couts est aliénante au possible et un véritable fléau économique, du coup nos décideurs sont tellement obsédés par les économies qu'ils n'arrivent plus à penser à faire rentrer de nouveaux bénéfices ayant au final comme conséquence de détruire un peu plus l'outil de production.

Regardez les LREM qui sont en train d'anéantir la France en voulant en tout prix la réduire sans jamais envisager ne serait-ce qu'une seconde de nouvelles entrées d'argent alors que les idées sont pléthores. Mais enchainés par le dogme de l'oligarchie financière il faut économiser, réduire, diminuer sans arrêt. On se meure.

Quand on a plus d'idées on a des comptables et des banquiers.
Réponse de le 09/01/2019 à 6:22 :
Monsieur Blasé, vous nous la faites à l'envers une fois de plus. Le lobby financier en question voit justement d'un mauvais œil toute cette réduction des coûts. Les entreprises veulent réduire leur dette et pérenniser le business, et qui vous dit que la R&D et R&T (je le dis pour d'autres commentaires) est un coût, c'est parfois capitaliser et donc considérer comme un investissement.
Bref évitez de déformer chaque information pour pousser votre propagande. Et ne soyez pas trop cigale!
Réponse de le 09/01/2019 à 9:04 :
@ multipseudos:

"Le lobby financier en question voit justement d'un mauvais œil toute cette réduction des coûts"

Encore une phrase que tu nous sorts de ton chapeau ? Qui a dit ça ? Quelle est la justification d'une telle affirmation ?

"Les entreprises veulent réduire leur dette et pérenniser le business"

ET voilà comme à chaque fois votre sortie de route sémantique systématique vers l'industrie alors que nous parlons de la finance, tu prends vraiment les gens pour des idiots hein, en général c'est mauvais signe quand à sa propre capacité intellectuelle hein, prouvant que tu ne fais que troller et non chercher la vérité.

T'es épuisant vraiment...

SIgnalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :